Bilan d'hémostase : comment l'interpréter ?

blog

Santé

Infirmier

Anticoagulants

Bilan d'hémostase

L'interprétation du bilan d'hémostase

|

8 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Afin d’analyser et de repérer les troubles de l’hémostase, le bilan sanguin peut comporter différents tests, avec des valeurs biologiques spécifiques. Dans cet article, retrouvez les informations essentielles sur le bilan d’hémostase et son interprétation pour les infirmiers et les infirmières.
Si vous recherchez une formation professionnelle infirmier pour améliorer vos connaissances sur le sujet, découvrez notre formation Anticoagulants en ligne.

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Les valeurs biologiques de référence

Les valeurs biologiques de référence varient selon plusieurs facteurs : l’âge, le sexe, l’origine géographique et les techniques d’analyses du laboratoire. Les termes de valeur normale, de norme ou valeur usuelle sont parfois utilisés, mais le terme de valeurs de référence est à privilégier.

 

Quelles sont les valeurs biologiques de référence utiles pour le bilan d’hémostase et son interprétation ?

  • Le temps de saignement :
    • épreuve de Duke : 2 - 5 min ;
    • test d’Ivy 3 points : 2 - 5 min ;
    • test d’Ivy incision : 4 - 8 min ;
  • TCA (temps de céphaline avec activateur) : 28 - 38 s ;
  • TP (taux de prothrombine) : 80 - 100 %
  • Temps de Quick : 12 - 13 s ;
  • INR (International normalized ratio) : 1 ;
  • Fibrinogène : 2 - 4 g/l ;
  • Plaquettes : 150 000 - 450 000 /mm3 (150 - 450 G/l) ;
  • D-dimères : 500 μg/l.
img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

Le temps de saignement

Le temps de saignement peut être mesuré de trois manières : l’épreuve de Duke, le test d’Ivy 3 points et le test d’Ivy incision. Ces trois tests permettent de dépister un risque hémorragique et de surveiller la coagulation du sang.

 

  1. L’épreuve de Duke sert à mesurer le temps de saignement jusqu’à l’arrêt du saignement suite à une incision normale au niveau de la zone médiane du lobe de l’oreille. Cette épreuve permet d’estimer le temps de formation d’un thrombus plaquettaire qui se consolide ensuite en caillot lors du processus de coagulation.
  2. Le test d’Ivy 3 points permet de mesurer le temps de saignement et la coagulation du sang en faisant trois points, par piqûre, sur la face antérieure de l’avant-bras (tiers supérieur), sous pression de 40 mm de Hg et en maintenant à l’aide d’un brassard de pression artérielle. Ce test permet également de mesurer le temps de formation d’un thrombus plaquettaire, comme l’épreuve de Duke et le test d’Ivy par incision.
  3. Le test d’Ivy incision consiste à inciser (5 à 8 mm de longueur) la face antérieure de l’avant-bras (tiers supérieur), sous pression de 40 mm de Hg et en maintenant avec un brassard de pression artérielle.
    Le risque hémorragique, la thrombopénie, la thrombopathie, la maladie de Willebrand et certains traitements (aspirine, salicylé, anti-inflammatoires) sont des facteurs qui augmentent le temps de saignement.

Le temps de céphaline avec activateur (TCA)

Le TCA, Temps de Céphaline avec Activateur, correspond au temps de coagulation d’un plasma décalcifié pauvre en plaquettes et traité sous céphaline (activateur du calcium). Le résultat permet d’évaluer la coagulation du sang par les facteurs de coagulation (sauf le facteur VII). En plus du bilan d’hémostase, le TCA est réalisé pour la surveillance d’un patient sous héparine (1,5 à 3 fois le résultat témoin). L’allongement du TCA est le signe d’un risque hémorragique.

Bon à savoir

L’atteinte hépatique, la coagulation intravasculaire disséminée, les déficits en facteurs de coagulation (II, V, VIII, IX, X, XI, XII, en prékallicréine et en kininogène) et la présence d’un anticoagulant circulant sont des facteurs qui augmentent le temps de céphaline avec activateur.

Le taux de prothrombine (TP)

Le TP, Taux de Prothrombine (ou temps de Quick), correspond au temps de l’hémostase pour la coagulation d’un plasma décalcifié pauvre en plaquettes et traité par thromboplastine tissulaire et calcium. Le taux de prothrombine est exprimé en pourcentage, il permet d’évaluer la coagulation du sang par les facteurs II, V, VII et X, et de surveiller les patients sous antivitamine K (AVK), notamment :

  • la prévention des thromboses artérielles (20-30 %) ;
  • les patients avec prothèse cardiaque valvulaire (20-30 %) ;
  • la thrombose veineuse profonde ou l’embolie pulmonaire (25-35 %) ;
  • la prévention de thrombose récidivante (25-35 %) ;
  • la prévention de thrombose veineuse (30-40 %) ;
  • la prophylaxie opératoire (30-40 %).

Un résultat de TP en dessous de 25 % permet de dépister un risque hémorragique.

Bon à savoir

Le déficit en facteur II, V, VII ou X, la carence en vitamine K, l’insuffisance hépatocellulaire, la coagulation intravasculaire disséminée et la présence d’un anticoagulant circulant sont des facteurs qui diminuent le taux de prothrombine.

L'international normalized ratio (INR)

L’INR, l’International normalized ratio, correspond au rapport entre le taux de prothrombine du patient et le taux de prothrombine du témoin (ou temps de Quick), élevé à la puissance ISI (indice de sensibilité international). Il est donc nécessaire de réaliser un TP avant de calculer l’INR d’un(e) patient(e). C’est un test réalisé régulièrement dans la surveillance d’un patient sous AVK (l’INR doit être situé entre 2 et 3,5) ou pour dépister un risque hémorragique (INR supérieur à 5)

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Le fibrinogène

Le fibrinogène correspond au facteur I. C’est une glycoprotéine qui est synthétisée par le foie et qui se transforme en thrombus sous l'action de la thrombine, au stade final de coagulation. Il intervient dans l’hémostase primaire. Il est utilisé à plusieurs fins :

  • pour dépister un trouble de la coagulation sanguine ;
    - pour dépister l’inflammation secondaire à une infection ou une grossesse en cas d’augmentation du taux de fibrinogène ;
  • pour dépister une affection hépatique sévère, une coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) ou une fibrinolyse primaire en cas de diminution du taux de fibrinogène.

Plusieurs facteurs peuvent augmenter le taux de fibrinogène : les maladies infectieuses, les traumatismes, les brûlures étendues, l’infarctus du myocarde, le syndrome néphrotique, la fibrinolyse, la coagulation intravasculaire disséminée et l’insuffisance hépatique.

Les plaquettes

Les plaquettes sanguines interviennent dans le processus de coagulation et doivent être mesurées dans le bilan d’hémostase des patients sous anticoagulants. Vous pouvez d'ailleurs lire notre article sur la surveillance des plaquettes sous Lovenox.

 

La thrombopénie correspond à la diminution du taux de plaquettes. Elle peut être induite par une insuffisance de la production médullaire ou une transfusion massive.

 

La thrombocytose correspond à l’augmentation du taux de plaquettes. Elle peut être causée par une hyperproduction médullaire, une splénectomie, une hémorragie importante, un lymphome hodgkinien ou un lymphome non hodgkinien.

Les D-dimères

Les D-dimères sont des fragments de dégradation de la fibrine (qui compose les caillots sanguins). L’augmentation du taux de D-dimères est le signe d’une fibrinolyse excessive, suite à la coagulation. Deux facteurs peuvent augmenter le taux de D-dimères : les thromboses veineuses profondes et la coagulation intravasculaire disséminée.

Se former à la surveillance des patients sous anticoagulants

La formation continue infirmier ou infirmière libérale sur le thème des anticoagulants est essentielle pour développer vos compétences dans l’accompagnement et la surveillance des patients sous anticoagulants et pour suivre l’évolution des pratiques infirmières. En revenant sur l’appareil cardiovasculaire, la fluidification du sang, la prise d’anticoagulants et les différents traitements, notre formation professionnelle infirmier évoque également le bilan d’hémostase et son interprétation par les IDEL.

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Téléchargez le programme de la formation Anticoagulants en PDF

Programme formation Anticoagulants

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Qu'est-ce que l'héparine non fractionnée ?

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

31 Juillet 2023

L’héparine non fractionnée est l’un des anticoagulants utilisés pour agir contre les troubles et les pathologies liées à la coagulation sanguine. On retrouve les anticoagulants oraux comme les AVK et les AOD, mais aussi tous les anticoagulants de la famille de l’héparine. On distingue l’héparine à bas poids moléculaire (HBPM) et l’héparine non fractionnée (HNF).

Cette fiche IDE sur l’héparine non fractionnée repose sur les enseignements de la proposée par Walter Santé. Cette formation infirmier a pour but d’améliorer la prise en charge de vos patients et d’actualiser vos connaissances sur le sujet des anticoagulants.

Lire l'article

Fiche infirmier des anticoagulants oraux directs

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Toutes les informations essentielles sur les anticoagulants oraux directs (fiche IDE) sont dans cet article ! Retrouvez les caractéristiques des AOD et des AVK (d’après la HAS), la définition de ces traitements, les posologies et les indications, mais aussi les critères de choix entre un AVK et un AOD (ex-NACO).
Et si vous avez besoin d’améliorer le suivi de vos patients qui ont une maladie cardiovasculaire, nous vous proposons des cours infirmiers anticoagulants, avec une formation financée par le DPC ou le FIF PL.

Lire l'article

La surveillance du risque hémorragique chez le patient sous anticoagulants

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

L’accident hémorragique est le principal risque chez le patient sous anticoagulants. L’infirmier doit donc assurer une surveillance attentive, en vérifiant les signes d’hémorragie, et plus particulièrement d’accident hémorragique grave (même si l’hémorragie non grave doit aussi être surveillée).

Cet article reprend les informations contenues dans notre formation infirmier anticoagulants : signes d'une hémorragie, gestion de l’accident hémorragique majeur (critères, surveillance et gestes d’urgence) et gestion de l’accident hémorragique non majeur.

Lire l'article

Anticoagulants oraux : tableau des médicaments pour infirmiers

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Les anticoagulants oraux sont prescrits en cas de maladie cardiovasculaire, et plus particulièrement pour éviter la formation de caillots sanguins et prévenir ou traiter les accidents thromboemboliques. Ce cours infirmier anticoagulant résume les informations essentielles à retenir pour améliorer et maîtriser la surveillance de vos patients sous AVK ou AOD, grâce à notre tableau anticoagulant infirmier.

Lire l'article