blog

Santé

Infirmier

Diabète de type 2 & hypoglycémie

Diabète de type 2 et hypoglycémie

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

L'hypoglycémie correspond à une baisse brutale du taux de glycémie ou de sucre dans le sang en deçà des objectifs glycémiques fixés par le médecin. Sur le plan physiologique, cela arrive lorsque le taux de sucre est inférieur à 0,50g/L, cependant les valeurs de 0,65 à 0,70g/L peuvent aussi être admises pour les patients diabétiques.

 

Attention, cette limite est modulable en fonction de l'âge et de la sensibilité du patient. Dans cet article, nous expliquerons quels sont les causes et symptômes de l'hypoglycémie chez le patient diabétique mais aussi les traitements possibles ainsi que les potentielles conséquences de cette situation pour le patient.

L'hypoglycémie chez le patient diabétique

Le diabète étant une maladie chronique due à une insuffisance ou absence de production d'insuline (ou dans d'autres cas à l'incapacité de l'organisme d'assimilier correctement cette hormone en charge de la régulation de la glycémie), il est fréquent que les diabétiques fassent des hypoglycémies. En effet, puisque le patient peine à réguler son taux de sucre, il s'agit d'une complication récurrente de la maladie.

 

On estime que plus de 95% des individus atteints du diabète de type 1 ont déjà vécu une hypoglycémie contre 65% des diabétiques de type 2 prenant des hypoglycémiants. Or, le traitement de cette complication est d'autant plus important qu'elle peut avoir des conséquences fortes pour les patients. C'est pourquoi, il faut tout d'abord avoir conscience des différentes causes de l'hypoglycémie.


Les causes de l'hypoglycémie

Les causes de l'hypoglycémie sont multiples mais la plupart des hypoglycémies résultent d'actions liées à la gestion du diabète. Souvent, une hypoglycémie est causée par : 

 

  • une erreur médicamenteuse thérapeutique ; 
  • un défaut de technique lors de l'injection d'insuline par exemple si celle-ci est injectée dans le muscle ; 
  • un apport en hydrates de carbone ou en glucides complexes insuffisant ; 
  • un effort physique non compensé ; 
  • une consommation d'alcool, en effet ce dernier à jeun engendre des hypoglycémies si le patient ne mange pas de farineux ; 
  • la guérison d'une infection, la présence de corticoïdes fait monter la glycémie ; 
  • une interaction médicamenteuse (alpha et béta bloquants par exemple).

Les symptômes de l'hypoglycémie

Les signes ressentis par le patient diabétique lors d'une hypoglycémie sont les suivants : 

  • des sueurs ;
  • des tremblements ;
  • des troubles de la vue ; 
  • une sensation de faim anormale ; 
  • une fatigue soudaine et brutale ; 
  • une présence de vertiges ; 
  • une imprécision des gestes ; 
  • des palpitations cardiaques ; 
  • des maux de tête ; 
  • une sensation d'angoisse ; 
  • des nausées ou vomissements ; 
  • une sensation de flottement.

Les signes visibles par l'entourage et le personnel soignant comportent : la perception de la paleur du patient au niveau des ailes du nez, la présence de cernes, une parésthésie buccale qui correspond à un pincement récurrent des lèvres. Le patient peut aussi apparaitre nerveux, transpirant. Son regard peut être fixe. Son comportement se caractérise par des excès, que cela soit de rire ou de pleurs.

 

Approfondissez vos connaissances du diabète de type 2 et de sa prise en charge infirmière grâce à la formation Diabète de type 2 de Walter Learning, dispensée par Danielle Brie Durain, infirmière spécialisée en diabétologie et en ETP.

Maîtrisez la prise en charge des patients diabétiques

Notre formation complète sur la prise en charge du diabète de type 2 : rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION
img test

Traitement et prévention de l'hypoglycémie

Afin de prévenir l'apparition d'une hypoglycémie, l'IDE peut adopter plusieurs gestes auprès du patient : 

  • s'assurer du respect de son programme alimentaire, tant en quantité de glucides consommés qu'en horaires des repas et des collations ; 
  • s'assurer qu'il respecte les prescriptions indiquées par les médecins ; 
  • mesurer régulièrement son taux de glycémie et adapter sa conduite en fonction de celui-ci ; 
  • lui recommander d'éviter la consommation d'alcool sans collation ou repas ; 
  • faire attention aux contre-indications quant à la prise de tout autre médicament pouvant interférer dans le traitement du diabète. 

En cas d'hypoglycémie, le traitement est le suivant :

 

  • Si la glycémie est comprise entre 0,50 et 0,80g/L et que le patient se trouve loin du repas, il doit consommer 20 grammes de glucides à effet hyperglycémiant moyen. Il peut s'agir d'une banane, d'un fruit, de gâteaux secs, etc. Si au contraire le patient se situe à un horaire proche de son repas, il faut l'inciter à manger et doubler sa ration de pain.
  • Pour des taux inférieurs à 0,50g/L, le patient doit ingérer 15g de sucre par l'intermédiaire d'aliments à effet hyperglycémiant fort. Cela correspond à 3 morceaux de sucre ou encore 20cL de jus de fruits.
  • Dans le cas d'une hypoglycémie forte, avec un taux de glucide en dessous de 0,40g/L, l'infirmier(ère) peut avoir recours au glucagon et donner ensuite au patient des glucides complexes dits lents.

Suite à ces situations, le diabétique doit veiller à contrôler son taux de glycémie à l'aide d'un lecteur, environ 15 minutes après l'administration de la collation sucrée. Enfin, il peut être intéressant de prendre en notes les conditions d'apparition de l'hypoglycémie afin de prévenir une nouvelle survenue de celle-ci.

Les conséquences psychosociales que peut vivre le patient

Il a été démontré qu'il existe un fort lien entre diabète et troubles psychologiques. En effet, de nombreuses études ont montré que les patients diabétiques étaient plus fréquemment touchés par des troubles tels que la dépression, l'anxiété ou le stress.

 

Parmi les conséquences psychosociales, nous retrouvons : 

 

  • l'angoisse, elle se caractérise par une peur de la maladie ; 
  • une perturbation de la vie familale de par le rôle que prennent les proches dans la maladie ; 
  • une perturbation de la vie professionnelle, le diabète de type 2 interdit au patient d'exercer certains métiers comme chauffeur si le patient diabétique est sous insuline ; 
  • une limitation des choix professionnels (dans les écoles de l'armée) ; 
  • une limitation dans le permis de conduire, tous les cinq ans les diabétiques doivent présenter leurs bilans annuels au médecin pour revalider leur permis ;
  • une interdiction des sports en solo.

Tout cela a un impact fort sur la santé psychologique du diabétique. En effet, le fait d'être diagnostiqué peut apparaitre comme une fatalité pour le patient comme le diabète est incurable. La maladie peut aussi compliquer ses interactions sociales dans la mesure où le patient a tendance à s'auto s'ensurer au sujet de repas au restaurant. Cela peut générer de la frustration.

 

De plus, le diabète se caractérise par un déficit ou une mauvaise assimilation de l'insuline, or cela bouleverse la relation du patient à son corps. Il prend conscience qu'il va être dépendant d'autrui et des médicaments. 

 

Enfin, lors des crises d'hypoglycémie, les manifestations peuvent être impressionnantes voire effrayantes pour le patient et son entourage, ce qui constitue une difficulté de plus.

Maîtrisez la prise en charge des patients diabétiques

Notre formation complète sur la prise en charge du diabète de type 2 : rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION
img test

Sur le même thème

Changer un pansement de cathéter central

Alphonse Doutriaux

|

25 Juillet 2022

Le changement du cathéter veineux central par l’IDE doit suivre un protocole strict qui s’adapte en fonction de la situation du patient. Pour ce faire, plusieurs méthodes sont possibles. L’infirmier doit, parmi elles, trouver celle qui lui convient le mieux pour effectuer les soins les plus adéquats. Certaines formations DPC pour infirmier sont disponibles, en ligne, sur ce sujet. 

Lire l'article

Comment évaluer les besoins du patient en soins palliatifs ?

Alphonse Doutriaux

|

31 Mars 2022

En 1979, l’infirmière américaine Jean Watson expose le concept du « caring », ou théorie des besoins de la personne soignée, devenu le fondement de la démarche soignante. Le besoin est une notion fondamentale des soins palliatifs. Pour une prise en charge optimale du patient, le soignant doit pouvoir évaluer les besoins de celui-ci pour adapter au mieux ses actes de soin. À cette fin, il peut s’appuyer sur la théorie de Jean Watson.

Lire l'article

Que peut prescrire un infirmier ?

Alphonse Doutriaux

|

1 Mars 2022

Les articles L.5211-1 et L.4311-1 du Code de la Santé Publique (CSP) définissent ce qu'est un dispositif médical et ce que l'infirmier a droit de prescrire. Il est essentiel de connaître les catégories de dispositifs médicaux que l'infirmier peut prescrire à domicile.

Lire l'article

Qu'est-ce que le pansement hydrogel ?

Alphonse Doutriaux

|

12 Septembre 2022

Les pansements hydrogel sont une des familles de pansements infirmiers étudiées dans notre formation DPC plaies et cicatrisation. Pour quel type de plaie sont-ils préconisés ? Comment appliquer ce type de pansement ? Apprenez en plus sur le pansement hydrogel dans cet article.

Lire l'article