blog

Santé

Infirmier

Diabète

Le diabète

Le diabète, qu'est-ce que c'est ?

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Le diabète est une maladie chronique touchant plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde. Mais en quoi consiste-t-il ? Quels sont les différentes formes que le diabète peut prendre et leur traitement ? Qu'est-ce que le diabète de type 2 ? Découvrez-le avec Walter Santé.

Qu'est-ce que le diabète ?

Il existe deux principaux types de diabète : le diabète de type 1 et celui de type 2. Selon leur forme, ils sont soit dus à une insuffisance ou absence de production d'insuline par le pancréas soit au fait que l'organisme se trouve dans l'incapacité d'utiliser cette hormone efficacement.

 

L'insuline est une hormone en charge de la régulation de la glycémie. En d'autres termes, elle permet de maintenir le taux de sucre dans le sang à un certain équilibre afin d'éviter des situations d'hypoglycémie ou d'hyperglycémie. Cette dernière correspond à une élévation soudaine du taux de glucose dans le sang, au delà des seuils normaux. Au contraire, l'hypoglycémie se caractérise par une concentration trop faible du glucose dans le sang. 

Les différents types de diabète

Nous allons maintenant expliquer de façon succinte en quoi consistent les diabètes de type 1 et 2, ainsi que le diabète gestationnel.

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 (DT1) ou diabète juvénile est une maladie héréditaire auto-immune qui se caractérise par une destruction des cellules béta du pancréas empêchant toute production d'insuline. De ce fait, lors des repas, le glucose arrive dans le compartiment sanguin mais ne peut aller dans l'organisme. Au delà de 1,80 g/L, le glucose migre dans les reins et peut causer des complications (néphropatie). Il est ainsi impératif d'administrer quotidiennement de l'insuline pour veiller au bon fonctionnement de l'organisme.

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 (DT2) est le type de diabète le plus fréquent. Son apparition est favorisée par le facteur héréditaire. À la différence du diabète de type 1, il apparait suite à une mauvaise utilisation de l'insuline par l'organisme. Trois facteurs dominants peuvent expliquer sa présence : une sédentarité, une surchage pondérale ou une mauvaise alimentation.

 

Dans cette maladie, le pancréas produit encore de l'insuline, mais celle-ci est de mauvaise qualité. Par conséquent, lors du passage des intestins vers le sang, elle rencontre des difficultés pour traverser à cause des tissus graisseux. Or, cela cause une perte d'énergie, qui est cruciale pour ensuite transporter le glucose. Le DT2 est souvent diagnostiqué lors d'une infection ou d'un infarctus.

 

Approfondissez vos connaissances du diabète de type 2 et de sa prise en charge infirmière grâce à la formation Diabète de type 2 de Walter Santé, dispensée par Danielle Brie Durain, infirmière spécialisée en diabétologie et en ETP. Cette formation professionnelle entre dans le cadre de votre DPC.

img test
Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Le diabète gestationnel

Enfin, le diabète gestationnel apparaît lors de la grossesse. Il correspond à une hyperglycémie mais à des valeurs en dessous de celles nécessaires pour diagnostiquer un diabète récurrent. Ce diabète augmente les risques de complications pendant les phases de grossesse et d'accouchement. En outre, il est aussi responsable d'une hausse de la possibilité d'avoir un enfant atteint de diabète de type 2.

Le traitement du diabète

S'il n'est pas traité, le diabète peut causer des lésions irréversibles au patient, notamment aux niveaux cardiaque, vasculaire, oculaire, mais aussi rénal et nerveux. Par exemple, un adulte diabétique a deux à trois fois plus de risques de faire un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral.

 

Le traitement du diabète se fait au quotidien pour le patient. En effet, il commence par imposer une alimentation équilibrée au patient et l'encourager à pratiquer une activité physique. Les recommandations de la HAS prescrivent 30 min d'effort physique par jour. Il est aussi fortement conseillé d'arrêter de fumer. Ces gestes contribuent à maintenir un taux de glycémie à des niveaux normaux et de limiter les risques de lésion des vaisseaux sanguins.

 

Pour une glycémie comprise entre 0,50 et 0,80 g/L, il faut donner l'équivalent d'une collation de 20g de glucide au patient. Cela correpond à une banane, un fruit, 2 rems ou 3 gâteaux secs types petits beurre, un gros bretzel, 30g de pain avec du beurre ou du jambon, etc. Par contre, lorsque l'infirmier arrive avant un repas, il faut donner l'entrée au patient et doubler la ration de pain. 

 

Dans le cas d'une glycémie inférieure à 0,50g/L, le patient doit ingérer 15g de sucre à effet hyperglycémiant fort. Cela correspond à 3 carrés de sucre ou 20cL de jus de fruits.

 

Si le patient est en état de conscience altéré, il faut avoir recours au glucagon sauf si il souffre d'hépatie.

Les objectifs glycémiques

Les patients diabétiques peuvent vérifier de deux façons différentes leur glycémie, soit en laboratoire, soit au moyen d'un lecteur. L'autosurveillance est intéressante dans la mesure où elle sert à vérifier et prévenir de possibles déséquilibres qu'ils soient d'hypoglycémie ou au contraire d'hyperglycémie. Cette régulation de la glycémie consiste à s'assurer que la concentration de glucose au niveau du nycthémère est constante. Les tests sont préscrits par les médecins en fonction du type de diabète du patient. Avant tout contrôle, il est impératif de connaître les objectifs glycémiques, qu'ils soient à jeun ou en post-prandial.

Objectifs glycémiques en pré-prandial

Objectifs glycémiques en post-prandial

Objectifs glycémiques au coucher

Taux de glucose entre 0,70 et 1,20 g/L.

 

Pour les patients sous pompes, sous multi-injections, porteurs d'une plaie, d'une infection et les préparations à une grossesse.

Taux de glucose entre 1,20 et 1,80 g/L.

 

(1 à 2 heures après le début du repas)

Taux de glucose entre 1 et 1,30 g/L.

 

Important

Pour les personnes âgées, ces objectifs sont légèrement plus hauts afin d'éviter toute hypoglycémie. Ils vont de 1,0 à 1,50 g en post et pré-prandial. Pour les personnes en fin de vie, ces taux sont 1,50 à 2,50 en post ou pré-prandial. Enfin, lors de la grossesse, en pré-prandial, l'objectif glycémique est fixé entre 0,70 et 0,95g et entre 1 et 1,20 en post prandial.

img test
Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Sur le même thème

Mesurer l’HbA1c chez un patient diabétique

Alphonse Doutriaux

|

9 Janvier 2023

Pour le patient atteint de diabète, la surveillance de HbA1c est primordiale. Elle est le guide qui permet d’évaluer le taux de diabète d’une personne et d’adapter les soins si nécessaire. Que représente l’hémoglobine glyquée pour un patient diabétique ? Pourquoi est-il si important de la mesurer ? Comment définir les objectifs HbA1c selon les profils des patients diabétiques ? Cet article répond à toutes ces questions. 

Lire l'article

Diabète de type 2 et hypoglycémie

Alphonse Doutriaux

|

3 Mai 2022

L'hypoglycémie correspond à une baisse brutale du taux de glycémie ou de sucre dans le sang en deçà des objectifs glycémiques fixés par le médecin. Sur le plan physiologique, cela arrive lorsque le taux de sucre est inférieur à 0,50g/L, cependant les valeurs de 0,65 à 0,70g/L peuvent aussi être admises pour les patients diabétiques.

 

Attention, cette limite est modulable en fonction de l'âge et de la sensibilité du patient. Dans cet article, nous expliquerons quels sont les causes et symptômes de l'hypoglycémie chez le patient diabétique mais aussi les traitements possibles ainsi que les potentielles conséquences de cette situation pour le patient.

Lire l'article

Diabète de type 2 et hyperglycémie

Alphonse Doutriaux

|

4 Mai 2022

L'hyperglycémie correspond à une hausse du taux de glycémie ou de sucre dans le sang au delà des objectifs glycémiques prescrits par le médecin. Cela peut se produire dans deux types de situations, la première est lorsque le taux de sucre est supérieur à 1,20g/L lorsque le patient est à jeun ou en pré-prandial. La seconde apparait lorsque ce taux est au dessus de 1,80 g/L deux heures après le début du repas.

 

Dans cet article, nous expliquerons quels sont les causes et symptômes de l'hyperglycémie chez le diabétique mais aussi dans quelle mesure le rôle de l'infirmière à domicile est essentiel dans l'accompagnement du patient diabétique. Enfin, nous vous expliquerons en quoi consiste le coma hyperosmolaire. 

Lire l'article

Les bonnes pratiques d'autosurveillance glycémique dans le diabète

Alphonse Doutriaux

|

31 Octobre 2022

L’autosurveillance glycémique pour un diabète de type 2 sans insuline existe au même titre que celle d’un diabète de type 1 sous insuline. Il s’agit d’une prescription que vous êtes susceptible de rencontrer au cours de votre carrière, et largement abordée dans les formations en diabétologie pour infirmières. Dans cet article, nous évoquons le référentiel des bonnes pratiques d’une ASG pour un diabète et balayons pour vous les critères d’évaluation de celles-ci. Enfin, nous vous parlons du rôle du/de la soignant(e) dans le suivi d’un(e) patient(e) en autosurveillance glycémique.

Lire l'article