blog

Santé

Infirmier

Infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde : définition, signes cliniques et traitement

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

L’infarctus du myocarde est une crise cardiaque aiguë possiblement létale et menant à un insuffisance cardiaque. Les patients qui l’ont vécu ont réellement l'impression d’avoir échappé à la mort. L’infarctus du myocarde est impressionnant, pour le patient comme pour sa famille et nécessite un suivi rigoureux. Un protocole existe pour le prévenir autant que pour éviter un nouvel épisode. Apprenez à discerner les signes avant-coureurs de l’infarctus du myocarde et à reconnaître les patients au cœur fragile grâce à la pharmacopée.

L'infarctus du myocarde : qu'est-ce que c'est ?

Comment reconnaître l'infarctus du myocarde ?

L’infarctus du myocarde est une ischémie myocardique qui survient en raison de l’athérosclérose ou du système sanguin.

 

C’est une pathologie connue et appréhendée de tous, contrairement à la fibrillation auriculaire. L’infarctus arrive dans la vie de patients qui ont été négligents et survient de façon dramatique, puis laisse des séquelles d’insuffisance cardiaque. Il peut avoir des conséquences considérables et permet souvent au patient de se remettre en question, notamment sur son rythme de vie, parce qu’il a l’impression d’être passé très près de la mort.

 

En effet, l’infarctus du myocarde est souvent en lien avec les échanges sanguins à la périphérie du cœur. Cette circulation coronaire nourrit le cœur en oxygène, mais ce sont les plus petites veines du corps humain. Elles se bouchent donc facilement. L'athérosclérose est la première cause de bouchon dans les vaisseaux et artères coronaires.

 

Les signes cliniques de l'infarctus du myocarde sont proches de ceux de l’embolie pulmonaire, avec laquelle il ne doit pas être confondu. Les voici :

  • dyspnée ;
  • tachycardie ;
  • douleur thoracique ;
  • hémoptysie ;
  • malaise.
img test

Maîtrisez le PRADO cardiologie

Évaluation clinique, réalisation d’un PRADO cardiologie, accompagnement thérapeutique.

Découvrir la formation

Quelles analyses pour reconnaître l'infarctus du myocarde ?

Seules les analyses sanguines permettent de différencier l’infarctus du myocarde de l’embolie pulmonaire. Il est donc recommandé de vérifier les gaz du sang. En effet, cet examen permet de mettre en valeur une hypoxie, soit un manque d’oxygène, ou une hypercapnie, soit une accumulation de dioxyde de carbone dans l'organisme.

 

Dans le cas d’un infarctus du myocarde, vous recherchez ensuite les CPK-MB (créatine PhosphoKinase). Le dosage de CPK-MB augmente dans les heures qui suivent un épisode d'infarctus du myocarde.

 

Vous pouvez également analyser le taux de troponine. Ces protéines, présentes dans les fibres musculaires en général et les muscles cardiaques en particulier, jouent un rôle dans la contraction du cœur. Une augmentation de troponine dans le sang dessine l’étendue de la nécrose du muscle cardiaque. En cas d’infarctus, elle augmente dès la troisième heure suivant l’accident coronaire, puis elle continue sa progression sensiblement, avec un pic au bout de 6 heures.

Les signes cliniques d'un infarctus

Les signes quotidiens de la maladie cardiaque

L’infarctus du myocarde n’arrive pas par hasard et des signes avant-coureurs d’insuffisance cardiaque sont souvent présents dans la vie des patients. Les signes à ne pas négliger sont :

 

  • un souffle court ;
  • des douleurs régulières dans la poitrine ;
  • des nausées ou vomissements ;
  • une anxiété exacerbée ;
  • des sueurs ;
  • des étourdissements.

Ces signes méritent toute votre attention et doivent être notifiés au médecin généraliste. Dans le cadre d’une pratique hospitalière, les examens des maladies du cœur consistent en :

 

  • un ECG ;
  • un test à la trinitrine ;
  • une prise de sang. 

La troponine pour déceler l’infarctus du myocarde

La troponine vous permet de déceler un infarctus car son taux sanguin augmente après cet épisode de malaise cardiaque et jusqu’à la sixième heure. Elle peut ensuite se normaliser jusqu’au dixième jour suivant un infarctus du myocarde. Ces longs délais expliquent pourquoi les patient(e)s exprimant une douleur thoracique doivent rester en surveillance pendant six heures minimum. Une prise de sang est effectuée à leur arrivée puis six heures après, afin de vérifier le taux de troponine. Ensuite, le(la) patient(e) doit rester au repos et consulter son médecin traitant, voire un cardiologue.

 

Les CPK-MB sont les créatine-kinase M et B. Elles permettent de diagnostiquer une souffrance cellulaire et sont complémentaires à la troponine. Leur surveillance mérite votre attention pendant 48 heures. 

 

Donc, concernant la surveillance de l’infarctus du myocarde, les six premières heures sont déterminantes. Passé ce seuil d’alerte maximum, vous devez rester en alerte encore pendant 48 heures. En suivant ce schéma de surveillance clinique, un cap de menace d’infarctus est dépassé, mais la vigilance doit être maintenue pendant encore 7 à 10 jours pour chaque patient(e). 

 

Vous voulez améliorer vos compétences dans le suivi à domicile de vos patients souffrant d'insuffisance cardiaque ? Suivez notre formation PRADO Insuffisance cardiaque, exclusivement en ligne.

img test

Maîtrisez le PRADO cardiologie

Évaluation clinique, réalisation d’un PRADO cardiologie, accompagnement thérapeutique.

Découvrir la formation

Le traitement d'un infarctus

Traitements de fond et crise d’angor

Les maladies coronaires peuvent être traitées, en fonction des cas par :

 

  • des dérivés nitré d’action rapide, en cas de crise d’angor ;
  • des antiagrégants plaquettaires, tels que de l’aspirine ou du Plavix, en guise de traitement de fond ;
  • des bêtabloquants, qui sont des inhibiteurs calciques ;
  • des anti-angineux, en fonction des problématiques et selon votre pathologie.

Important

Si le(la) patient(e) a une crise d’angor, qui est une crise aiguë, soit un infarctus du myocarde avec un sus-décalage du segment ST sur le tracé ECG, il(elle) doit être hospitalisé(e) en urgence. Le but est que le(la) patient(e) puisse bénéficier d'une fibrinolyse le plus rapidement possible et avant tout acte chirurgical.

La fibrinolyse

La fibrinolyse permet de lever la thrombose, de dissoudre le blocage présent au niveau de l’artère coronaire et de pouvoir la perfuser à nouveau et éviter ainsi qu’elle se nécrose. Dans les cas de crises graves, le(la) patient(e) reçoit un traitement composé d’un anticoagulant, d’un anti-ischémique et antiagrégant plaquettaire.

 

Dans la phase de revascularisation qui suit la crise d’angor, une angioplastie par ballonnet peut être pratiquée. Elle permet de lever la thrombose et, si besoin, la pose d’endoprothèse, autrement dit de Stent. Dans les cas les plus avancés, le chirurgien coupe la section la plus nécrosée et pratique un pontage aorto-coronarien. Cela concerne les cas les plus graves.

Les traitements de l’infarctus du myocarde

Le rôle de l'infirmier(ère) dans la surveillance de l’insuffisance cardiaque à domicile est prépondérant. Pour mémoriser la pharmacopée inhérente aux infarctus du myocarde, retenez l’acronyme B.A.S.I.C. :

 

  • B signifie bêtabloquants, comme Isoprolol ou l'Aténolol ;
  • A pour antiagrégants plaquettaires, comme du Kardégic ou au Clopidogrel ;
  • S veut dire statine, telle que l’Atorvastatine ;
  • I signifie IEC, pour inhibiteurs de l’enzyme de conversion, comme du Ramipril ou du Coversyl ;
  • C, enfin, pour correctifs, par patchs anxiolytiques, traitements de l’hypothyroïdie et de ses complications.

Prêtez attention aux intolérances médicamenteuses chez vos patients. Par exemple, vous pouvez soupçonner une intolérance à l’IEC Périndopril lorsque votre patient(e) présente une toux sèche. Le médecin généraliste ou le cardiologue doivent être alertés. Ils peuvent alors le remplacer par du Sartan, de l'ARA 2 de type Irbesartan. Ces molécules ont une répercussion coronaire et rénale.

img test

Formations Infirmiers

Découvrez les formations Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Sur le même thème

La prise en charge du patient en soins palliatifs à domicile

Alphonse Doutriaux

|

1 Avril 2022

Afin que la prise en charge palliative à domicile soit possible, professionnels de santé, aidants et ressources spécialisées sont amenés à intervenir auprès du patient, et donc, à se coordonner. Quel est le rôle de chacun ? Dans cet article, nous revenons sur les éléments parfois indispensables à une bonne application du protocole de soins palliatifs à domicile.

Lire l'article

Le rôle de l'infirmier(ère) dans la démarche palliative

Alphonse Doutriaux

|

30 Mars 2022

Le protocole de soins palliatifs s’inscrit dans la durée en guidant le patient et les proches tout au long de la maladie jusqu’au décès. Sa mise en place passe par l’information du malade et de sa famille, par la connaissance des étapes et trajectoires de la phase palliative, et par la coordination d’une équipe pluridisciplinaire. Dans cet article, nous revenons sur les éléments indispensables qui garantissent un accompagnement en fin de vie optimal.

Lire l'article

Les 14 besoins de Virginia Henderson

Alphonse Doutriaux

|

23 Mars 2022

À partir de 1947, l’infirmière américaine Virginia Henderson théorise les besoins fondamentaux (besoins vitaux, interdépendance, satisfactions…) à partir de sa propre pratique des soins infirmiers.

Depuis, le concept des 14 besoins fondamentaux est enseigné dans les études de soins infirmiers et s’articule avec le BSI (Bilan de Soins Infirmiers), afin de comprendre quels sont les besoins indispensables à une bonne qualité de vie. Rendez-vous en fin d'article pour télécharger votre tableau des 14 besoins de Virginia Henderson.

Lire l'article

Les acteurs du PRADO BPCO et leurs rôles respectifs

Alphonse Doutriaux

|

18 Juillet 2022

Le PRADO a été mis en place pour offrir au patient BPCO un meilleur suivi à sa sortie de l’hôpital, et pour éviter qu’il y retourne. Pour atteindre cet objectif, de nombreux acteurs du milieu médical entrent en jeu : médecin traitant, pneumologue, kinésithérapeute, pharmacien et, bien sûr, l’IDEL. Découvrez les acteurs du PRADO BPCO et leurs rôles, pour une prise en charge efficace. Dans notre article, une infime partie de la formation PRADO BPCO e-learning proposée par Walter Santé est présentée. Renseignez-vous pour en savoir plus.

Lire l'article