blog

Santé

Infirmier

Fibrillation auriculaire ou atriale

La fibrillation auriculaire : définition, signes cliniques et traitement

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

La fibrillation auriculaire (ou atriale) est une arythmie cardiaque qui se traduit par une contraction anarchique des oreillettes droite et gauche. Elle a des répercussions sur le fonctionnement global du muscle cardiaque et donc, sur l’oxygénation des muscles du corps entier. De plus, elle fatigue extrêmement le cœur et peut être la cause d’accident coronaire grave. Découvrez comment la reconnaître et comment prendre en charge vos patients cardiaques au sein du PRADO insuffisance cardiaque.

La fibrillation auriculaire : qu'est-ce que c'est ?

Rappels anatomiques

Le cœur est un muscle enveloppé du péricarde séreux. Les vaisseaux coronaires intègrent le myocarde, ou muscle cardiaque à proprement parler, pour l’irriguer. Ce sont les plus petits vaisseaux du corps humain.

 

L’endocarde est la surface interne des ventricules. Les valves se ferment et s’ouvrent à tour de rôle pour permettre la circulation sanguine. Le flux sanguin arrivant dans l’oreillette droite, également appelée atrium, est enrichi en dioxyde de carbone. Il passe ensuite dans le ventricule droit. Le flux arrivant dans l’oreillette gauche est chargé en oxygène, suite à son passage dans les poumons. Puis la valve mitrale s’ouvre et permet le remplissage du ventricule gauche. Le sang riche en oxygène est alors diffusé dans le corps par l’artère aortique.

 

Pour tout savoir sur le muscle cardiaque et sa prise en charge infirmière, inscrivez-vous à la formation PRADO insuffisance cardiaque de Walter Santé. Cette formation se déroule 100% en ligne et vous permettra de contribuer au respect de votre obligation triennale de formation.

img test

Maîtrisez le PRADO cardiologie

Évaluation clinique, réalisation d’un PRADO cardiologie, accompagnement thérapeutique.

Découvrir la formation

Définition de la fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire est une pathologie cardiaque impliquant l’oreillette. Il s’agit concrètement, d’une contraction anarchique de l’une ou des deux oreillettes. Elle peut en effet impliquer la gauche, la droite, ou les deux.

 

La FA (fibrillation auriculaire également nommée fibrillation atriale) est caractérisée par une activité extrêmement rapide, irrégulière et inefficace de la paroi des oreillettes. On dit alors qu’elles fibrillent. La FA est l’arythmie cardiaque la plus répandue chez les adultes. En France, ça représente :

 

  • 25 % des personnes de plus de 40 ans ;
  • 10 % des personnes de plus de 80 ans ;
  • 750 000 personnes.

Les facteurs aggravants la fibrillation atriale

La fibrillation auriculaire n’est pas un dysfonctionnement naturel, dans le sens où elle est créée par des facteurs extérieurs. Ainsi, les personnes présentant une fibrillation atriale peuvent :

  • consommer des excitants, notamment du café ;
  • consommer de l’alcool de manière excessive, sachant que l’association française de cardiologie préconise une quantité maximum d’une dose d’alcool quotidienne ;
  • consommer du tabac ;
  • être sujets au stress.

Ces excès sont souvent associés à de l’hypertension artérielle. À terme, d’autres maladies cardiovasculaires vont se greffer au tableau thérapeutique du patient.

 

Il existe également des causes physiques :

  • l’hyperthyroïdie ;
  • l’obésité ;
  • le diabète.

Bon à savoir

Certaines fibrillations auriculaires ont des causes qui restent inconnues. Ces situations sont décelables uniquement grâce aux examens prescrits, tels qu’un ECG. L’athérosclérose est un des facteurs de risque les plus fréquents.

img test

Formations Infirmiers

Découvrez les formations Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Les signes cliniques de la fibrillation auriculaire

Les signes de fibrillation cardiaque sur l’ECG

Sur l’ECG, la fibrillation auriculaire se traduit par un tracé anarchique de l’onde P. Les oreillettes présentent une contraction tellement désorganisée que l’onde P disparaît au profit de trémulations. Cela signifie que les oreillettes ne se reposent pas avant qu’arrive la contraction apparaissant en QRS. ce dernier est d’ailleurs raccourci et plus fin. Le cœur doit en effet rattraper l’activité anarchique des oreillettes et il compense avec un nombre de battements plus important. De cette manière, le muscle cardiaque se fatigue plus vite.

 

L’ECG est un examen essentiel, car il est non invasif, certains médecins peuvent le pratiquer en cabinet, et c’est le premier examen pratiqué en cardiologie.

img test

Apprenez à lire un ECG

Notre formation complète sur l'électrocardiogramme : indications, réalisation, interprétation de l’ECG normal et pathologique, principaux diagnostics.

Découvrir la formation

Les symptômes physiques de la fibrillation auriculaire

La fibrillation peut être asymptomatique. Elle est alors découverte lorsqu’un accident se produit. Voici les quelques signes pouvant traduire sa présence :

 

  • les palpitations cardiaques ;
  • les douleurs thoraciques ;
  • un essoufflement ;
  • des vertiges pouvant aller jusqu’à la perte de connaissance ;
  • une fatigue récente et sans raison apparente.

Important

Chacun d’eux peut apparaître de manière intermittente, notamment si la fibrillation auriculaire n’est pas régulière. En cas d’apparition de ces troubles, le(la) patient(e) doit être dirigé(e) vers son médecin traitant pour subir les analyses adéquates.

Le traitement de la fibrillation auriculaire

Le traitement de la fibrillation atriale peut être préventif ou curatif. Il est prescrit par un cardiologue et évalué régulièrement par le médecin généraliste qui effectue le suivi.

Les traitements préventifs de la fibrillation auriculaire

Afin de prévenir des épisodes de fibrillation auriculaire ou leur récidive, les médecins peuvent prescrire des anti-arythmiques. Ils permettent aux oreillettes de réguler leurs contractions et mieux contrôler leur rythme. Les anti-arythmiques favorisent la stabilisation de l’onde pré-analytique, soit l’onde P, afin que le cœur arrête de fonctionner de manière anarchique. Ainsi, les contractions musculaires sont régulées, coordonnées et le muscle cardiaque retrouve une cohérence de fonctionnement global.

 

Une décharge électrique peut sauver la vie d’une personne en pleine fibrillation atriale. Des défibrillateurs sont accessibles dans tous les lieux publics depuis le mois de juin 2018. Ils sont semi-automatiques et permettent à tout un chacun, en étant guidés par les consignes internes, de s’en servir. Cette mesure est particulièrement positive car, en cas d’accident cardiaque, il faut agir extrêmement rapidement. 

Les traitements curatifs 

Les traitements curatifs permettent d’éviter les récidives d’un épisode de fibrillation cardiaque. Le premier est de contrôler régulièrement le rythme cardiaque de votre patient(e). Le second est de prescrire des traitements dont l’objectif principal est d’empêcher la formation de caillots sanguins. Il vous demande donc de connaître la pharmacopée relative aux arythmies et de savoir évaluer leur efficacité. En effet, certains d’entre eux peuvent être à l’origine d’effets secondaires non négligeables pour les patients.

 

Ensuite, le (la) patient(e) peut se voir prescrire des bêtabloquants. Ils permettent de réduire  les efforts du muscle cardiaque à la contraction. Ils bloquent les récepteurs bêta-adrénergiques des cellules musculaires du cœur. Ils agissent également sur l’hypertension et l’arythmie. 

 

Un anti-coagulant peut être prescrit. Il ne s’agit pas de médicaments spécifiques à la fibrillation atriale et ils peuvent être administrés à la suite d’un infarctus du myocarde. Ils nécessitent une surveillance régulière et peuvent être un antivitamine K ou un anti-agrégant plaquettaire.

 

Les cas les plus graves d’accident coronaire impliquent une intervention chirurgicale pour installer un stimulateur cardiaque : soit un pacemaker soit un défibrillateur. Le pacemaker permet la stimulation du cœur en cas de rythme cardiaque trop lent. Le défibrillateur permet la régulation des troubles sévères du rythme du cœur, notamment les tachycardies.

img test

Maîtrisez le PRADO cardiologie

Évaluation clinique, réalisation d’un PRADO cardiologie, accompagnement thérapeutique.

Découvrir la formation

Sur le même thème

Se former sur la prise en charge du cancer à domicile grâce à nos formations DPC

Alphonse Doutriaux

|

5 Decembre 2022

De nombreux patients atteints de maladies graves telles que le cancer sont pris en charge à domicile. Les politiques de santé publique évitent au maximum les hospitalisations longues et de nombreux soins courants peuvent être pratiqués confortablement depuis le domicile des patients. Si vous souhaitez améliorer votre pratique professionnelle et répondre à vos obligations de formation continue, découvrez nos formations DPC sur la prise en charge du cancer à domicile. 

Lire l'article

Surveillance infirmière en chimio à domicile

Alphonse Doutriaux

|

1 Août 2022

Il y a différentes manières de recevoir un traitement par chimiothérapie. Certains cancers, comme le cancer du sein ou celui du poumon, peuvent être traités à domicile grâce à une équipe de soignants et une surveillance infirmière. Découvrez la pratique de la chimiothérapie à domicile.

Lire l'article

Comment fonctionne le DPC infirmier ?

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Comme tout professionnel de santé, les infirmier(e)s doivent suivre une formation DPC. Zoom sur le DPC pour infirmier(e)s : les grandes orientations prioritaires DPC, la manière de le valider, les différents forfaits, l’inscription… 

Lire l'article

Comment évaluer les besoins du patient en soins palliatifs ?

Alphonse Doutriaux

|

31 Mars 2022

En 1979, l’infirmière américaine Jean Watson expose le concept du « caring », ou théorie des besoins de la personne soignée, devenu le fondement de la démarche soignante. Le besoin est une notion fondamentale des soins palliatifs. Pour une prise en charge optimale du patient, le soignant doit pouvoir évaluer les besoins de celui-ci pour adapter au mieux ses actes de soin. À cette fin, il peut s’appuyer sur la théorie de Jean Watson.

Lire l'article