Schéma vaccinal contre le HPV

blog

Santé

Infirmier

Vaccination

Schéma vaccinal contre le HPV

Schéma vaccinal pour lutter contre le HPV

|

9 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Mis sur le marché en 2007 en France, le vaccin contre l’infection au papillomavirus est fortement recommandé pour les jeunes de 11 à 14 ans, afin de prévenir le risque de lésions précancéreuses du cancer du col de l'utérus (et d'autres cancers) et des infections persistantes à HPV. Retrouvez toutes les informations sur le schéma vaccinal contre le HPV pour les infirmiers dans notre formation continue et dans cet article !

Sommaire

  • Qu'est-ce que les infections papillomavirus (HPV) ?
  • Le schéma vaccinal recommandé
  • Les vaccins HPV sur le marché
  • L'efficacité de la vaccination HPV
  • Téléchargez le programme de la formation Vaccination en PDF

Programme formation Vaccination par l'infirmier

+ de 500 téléchargements

Partager sur :

Qu'est-ce que les infections papillomavirus (HPV) ?

Le terme HPV signifie Human Papillomavirus, en anglais, que l’on traduit en français par virus du papillome humain. Le virus HPV est sexuellement transmissible.

Rappel

Pourquoi les infections papillomavirus sont à surveiller ? Il est important de détecter ces infections et de les prévenir grâce au schéma vaccinal HPV, car certains sérotypes peuvent entraîner une infection chronique qui peut, à son tour, entraîner des risques de cancérisation. En principe, la pathologie est asymptomatique, mais cette chronicité peut entraîner des risques graves pour la personne infectée.

Le risque de cancérisation ne concerne pas seulement les jeunes filles et le cancer du col de l’utérus. Plusieurs cancers peuvent se développer suite à une infection HPV chronicisée :

  • le cancer du col de l’utérus ;
  • le cancer de l’anus ;
  • le cancer du pénis ;
  • le cancer de la vulve et du vagin ;
  • le cancer de la bouche et de la gorge.
img test
Maîtrisez la prescription vaccinale

Apprenez les modalités de la vaccination et votre rôle dans cet acte en tant qu'infirmier(ère) pour accompagner et suivre les patients.

Découvrir la formation

Le cancer de l’anus concerne aussi bien les femmes que les hommes. Il est causé, dans 90 % des cas, par une infection HPV. Les autres cancers, en revanche, ne sont pas systématiquement causés par une infection HPV, bien que celle-ci puisse être à l'origine du développement cancéreux.

 

Tous les sérotypes n’entraînent pas une infection chronique et une cancérisation, de nombreux sérotypes sont éliminés par l’immunité. Ce sont les sérotypes qui restent dans le corps qui sont dangereux pour les patients. L’infection HPV entraîne des risques sur le long terme. Ce n’est pas au moment de l’infection que le risque est présent, mais à distance de l’infection.

Astuce

Lisez également notre article sur la mémoire immunitaire, d'après notre formation continue IDEL.

Le schéma vaccinal recommandé

Le schéma vaccinal du papillomavirus n’est pas identique selon l’âge où il est pratiqué :

  • entre 11 et 14 ans : deux doses de vaccin HPV ;
  • après 14 ans : trois doses de vaccin HPV.

Il est fortement recommandé de commencer le schéma vaccinal HPV avant tout contact sexuel, entre 11 et 14 ans, car la contamination est potentielle dès le premier contact sexuel. Une campagne vaccinale gratuite est proposée chez les jeunes en 5ème.

Il existe deux vaccins HPV dans le schéma vaccinal en France :

  • Le vaccin nonavalent (Gardasil 9®) : vaccin réalisé chez les filles et les garçons :
    • entre 11 et 14 ans : deux doses espacées de 6 à 13 mois ;
    • entre 15 et 19 ans : trois doses selon un schéma de 0, 2 et 6 mois ;
    • pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), jusqu’à 26 ans : trois doses selon un schéma 0, 2 et 6 mois.
  • Le vaccin bivalent (Cervarix®) : utilisé uniquement chez les filles pour un schéma vaccinal initié avec ce vaccin :
    • entre 11 et 14 ans : deux doses espacées de 6 mois ;
    • entre 15 et 19 ans : trois doses selon un schéma 0, 1 et 6 mois.

Le Cervarix (bivalent) ne fait plus partie de la recommandation officielle, car il est considéré comme moins efficace que le Gardasil 9 en schéma vaccinal du papillomavirus.

 

Récapitulatif extrait de la formation Vaccination - Walter Santé

Bon à savoir

Découvrez également notre article sur le choc anaphylactique après un vaccin et notre formation infirmière à distance sur la vaccination.

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Les vaccins HPV sur le marché

Le vaccin anti-HPV permet donc de prévenir l’infection HPV et le cancer du col de l’utérus, mais aussi les autres cancers pouvant être causés par l’infection au papillomavirus.

 

Développé au début des années 2000, le vaccin anti-HPV a été mis sur le marché en 2007. Plusieurs vaccins ont été mis sur le marché au fil des années :

  • un vaccin quadrivalent qui ciblait HPV 16 et 18 et les HPV 6 et 11 ;
  • un vaccin bivalent qui ne ciblait que HPV 16 et 18 ;
  • un vaccin nonavalent (Gardasil 9®) qui cible 9 types viraux : HPV 16, 18, 6, 11, 31, 33, 45, 52 et 58.

Pour résumer

Le vaccin nonavalent (Gardasil 9®) est donc plus étendu que les deux vaccins précédents et ne se limite pas aux deux types viraux les plus répandus (16 et 18). Il prévient également les infections persistantes aux HPV de bas risques afin de prévenir les lésions précancéreuses du col, le cancer du col de l’utérus, ainsi que les verrues génitales.

L'efficacité de la vaccination HPV

La grande efficacité de ce vaccin a été démontrée en peu de temps. Le vaccin HPV et le schéma vaccinal permettent, en effet, de prévenir une infection persistante à HPV 16 et HPV 18, les deux types viraux les plus fréquemment rencontrés dans les lésions précancéreuses et les cancers du col de l’utérus, dans plus de 90 % des cas. Le vaccin papillomavirus pour femme est très efficace pour prévenir toutes les lésions précancéreuses et les lésions intra-épithéliales du col de l’utérus qui découlent de l’infection persistante à HPV.

Rappel

Les essais du schéma vaccinal contre le papillomavirus ont montré une très bonne efficacité comparée au placebo avec une efficacité supérieure à 90 %.

Les essais randomisés ont démontré la bonne innocuité de ce vaccin concernant les effets indésirables. L’innocuité sur les maladies auto-immunes et les pathologies neurologiques (comme la sclérose en plaques) est plus difficile à démontrer, car ce sont des maladies rares qui nécessitent un plus grand nombre d’essais. Dans cette optique, les travaux de pharmacovigilance sont indispensables pour surveiller l’innocuité des vaccins.

img test
Une question sur le DPC ?

Échangez en direct avec l'un de nos conseillers du lundi au vendredi, 9h30-19h.

☎︎ | 01 76 49 09 99

Aujourd’hui, le vaccin n’a pas encore démontré son efficacité sur la prévention du cancer du col de l’utérus, car il n’a été mis sur le marché qu’à partir de 2007 en France. Sachant qu’il faut entre 10 et 15 ans pour développer un cancer, les femmes qui ont bénéficié du schéma vaccinal n’ont pas encore eu le temps, potentiellement, de développer un cancer. Les résultats devraient arriver prochainement et la preuve de son efficacité sur la prévention du cancer du col de l’utérus n’est qu’une question de temps. 

Important

En prenant en compte son excellente efficacité sur les lésions précancéreuses et les lésions intra-épithéliales de haut grade à HPV 16 et 18, les médecins s’attendent à une réduction efficace du cancer du col de l’utérus.

Le vaccin anti-HPV a été beaucoup critiqué depuis sa mise sur le marché, malgré sa grande efficacité. Pourtant, les médecins disposent d’un bon recul sur la sécurité de ce vaccin et plus de 140 millions de doses ont été distribuées dans le monde. Aucun indicateur de sécurité n’a été relevé à ce jour sur ce vaccin. Les vaccins anti-HPV sont des médicaments placés sous surveillance par l'AFSSAPS (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), non pas parce qu'ils présentent une réelle dangerosité, mais parce que ce sont des produits pharmaceutiques récents.

Bon à savoir

Les médecins et les infirmiers ont aussi pour rôle de rassurer les patients en évoquant l’efficacité de ce vaccin et la balance bénéfices-risques. Grâce à la formation Vaccination en ligne de Walter Santé, une formation infirmière à distance, vous disposez des outils indispensables pour entretenir une relation de confiance avec les personnes qui se présentent pour une vaccination. Dans le cadre de la vaccination par les infirmiers, cette formation continue vous aide à comprendre votre rôle, à appliquer le calendrier vaccinal et accompagner les patients, de la prévention à la surveillance des vaccins. Découvrez le programme détaillé de notre formation professionnelle infirmier et les moyens de financement.

Téléchargez le programme de la formation Vaccination en PDF

Programme formation Vaccination par l'infirmier

Programme formation Vaccination par l'infirmier

+ de 500 téléchargements

Programme formation Vaccination par l'infirmier

+ de 500 téléchargements

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Tout savoir sur le risque d'anaphylaxie après un vaccin

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

7 Mai 2024

L’anaphylaxie est une réaction rare, mais sévère, qui peut survenir après l’injection d’un vaccin. Le choc anaphylactique apparaît sans prévenir et peut avoir de graves conséquences. Les infirmiers, comme les autres professionnels de santé vaccinateurs, doivent savoir repérer les signes d’une réaction anaphylactique, agir rapidement et prendre des précautions afin de réduire les risques de l’anaphylaxie après un vaccin.
Élargissez vos connaissances sur la vaccination grâce à notre .

Lire l'article

La réglementation de l'obligation vaccinale chez les professionnels de santé

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

1 Avril 2024

En tant que professionnel de santé, il vous faut rester informé sur les réglementations et les obligations vaccinales relatives aux soignants, pour assurer la sécurité des patients et la santé de la communauté médicale. Dans cet article, nous abordons le cadre réglementaire entourant l’obligation vaccinale pour les professionnels de la santé, ainsi que les recommandations et obligations en matière de vaccins, établies par la HAS. Grâce à ce guide, informez-vous sur vos droits, vos devoirs, et prenez des décisions éclairées sur la vaccination.

Lire l'article

Schéma vaccinal pour lutter contre le HPV

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

7 Mai 2024

Mis sur le marché en 2007 en France, le vaccin contre l’infection au papillomavirus est fortement recommandé pour les jeunes de 11 à 14 ans, afin de prévenir le risque de lésions précancéreuses du cancer du col de l'utérus (et d'autres cancers) et des infections persistantes à HPV. Retrouvez toutes les informations sur le schéma vaccinal contre le HPV pour les infirmiers dans notre formation continue et dans cet article !

Lire l'article

Les échéances du calendrier vaccinal pour adulte

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

19 Février 2024

En tant qu’infirmier(ère), rester à la pointe de l’information médicale est essentiel pour garantir des soins de qualité à vos patients. L’un des aspects cruciaux de cette responsabilité concerne la connaissance approfondie du calendrier vaccinal des adultes. Quels sont les vaccins obligatoires et comment s’inscrivent-ils dans le calendrier vaccinal ? Comment se passe le rattrapage vaccinal pour les adultes ? Nous répondons à vos questions dans cet article, vous donnant ainsi un aperçu des formations sur le vaccin pour les infirmiers.

Lire l'article