blog

Santé

Médecin généraliste

Préparer un ECG

Comment préparer un ECG ?

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

En tant que professionnel(le) de santé, vous devez régulièrement mettre à jour vos connaissances selon le plan de formation DPC. Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. Il semble donc judicieux d’apprendre à installer et à interpréter un électrocardiogramme, au sein même de votre cabinet.

Mais comment préparer un ECG ? Découvrez les bases du protocole standardisé puis, si vous le souhaitez, approfondissez vos connaissances en suivant notre formation ECG réservée aux médecins généralistes. Vous verrez que mener un électrocardiogramme est possible en cabinet médical.

Les dérivations

Une dérivation est un couple de deux électrodes. Les 6 premières dérivations observent le plan frontal de l’onde électrique cardiaque, tandis que les 6 suivantes observent le plan transversal.

 

L’électrocardiogramme est la représentation graphique de l’activité électrique du cœur. Elle est possible en appliquant des électrodes sur le corps du patient. Quatre d’entre elles, en forme de pince, sont posées sur les membres. Les six autres sont fixées sur la cage thoracique. L’activité électrique du cœur étant répercutée dans le corps, elle est ensuite transmise aux électrodes et inscrite sur le papier. 

 

Le premier électrocardiogramme enregistré date de 1887. À cette époque, la principale difficulté technologique est de percevoir le courant électrique émis par le corps à travers l’épaisseur des muscles et de la graisse. Dès 1903, Willem Einthoven, qui a donné son nom au fameux triangle, réussit à mesurer de petites variations cardiaques. Il reçoit le prix Nobel de médecine, ou physiologie, en 1924. Les dérivations précordiales sont utilisées dès 1932, et les dérivations frontales unipolaires 10 ans plus tard. Cela permet à Emmanuel Goldberger de réaliser le premier tracé sur 12 voies

 

Les dérivations permettent la mise en perspective d’un algorithme par rapport à un autre. Elles définissent une norme et donc, facilitent la découverte des troubles du rythme cardiaque. On peut comparer ces 12 dérivations à des points de vue différents sur un objet : de face, de profil, de dessous, etc. Chaque perspective enrichit la précédente. Ainsi, vous obtenez une image complète en observant l’activité électrique du cœur à travers ces 12 dérivations dites « standards ». Chacune observe le muscle creux sous un angle différent, d'où les 12 lignes sur le papier de l'électrocardiographe.

Rappels sur les bases anatomiques

On l’a vu, les premiers électrocardiogrammes datent de la fin du XIXe siècle. À ce moment-là, de grandes bassines d'eau salée, dans lesquelles les patients plongent leurs membres, font office d'électrodes. L’eau permet la transmission du courant électrique jusqu’à l’électrocardiographe. Si la technologie s'est largement améliorée, l’anatomie du cœur reste la même.

 

Les deux oreillettes sont séparées électriquement des deux ventricules par des anneaux fibreux, ou atrioventriculaires. Un seul passage électrique se fait entre les oreillettes et les ventricules, par le faisceau de His. L’énergie électrique est induite par la dépolarisation du nœud sinusal. Elle se propage ensuite dans le myocarde atrial. Dès que cette dépolarisation touche le nœud atrioventriculaire, un ralentissement physiologique permet aux ventricules de se contracter de façon désynchronisée avec les oreillettes. 

 

Ainsi, une fois que l’électricité arrive au faisceau de His, ce dernier conduit rapidement la dépolarisation électrique vers les ventricules. Le His se sépare ensuite en deux branches, une dans le ventricule droit, une autre dans le ventricule gauche. Ces branches se subdivisent à leur tour et s’insèrent dans la partie endocavitaire du myocarde. La dépolarisation agit de même que dans les oreillettes, de proche en proche. Le myocarde est dit excitable, car il est régi par le système nerveux autonome. 

 

Pour mettre vos connaissances anatomiques à jour et réaliser vous-même un ECG, pensez à la formation DPC.

Maîtrisez l'utilisation de l'ECG

Notre formation complète sur l'électrocardiogramme : indications, réalisation, interprétation de l’ECG normal et pathologique, principaux diagnostics.

Découvrir la formation
img test

Préparation d'un ECG

Nous voici maintenant dans la partie technique de cet article, mais aussi de votre pratique. Comme on l’a vu, un électrocardiogramme doit se faire de manière standardisée. Cela permet de reproduire les examens dans des conditions analogues et de les comparer. Un électrocardiogramme doit être reproductible d’un jour à l’autre et d’un professionnel à l’autre. La position des électrodes est toujours la même afin d’obtenir des résultats d’examens exploitables. 

 

L’électrocardiogramme est une pratique médicale courante et non invasive. Il permet la prévention des arythmies et des infarctus. Pour le mener à bien, les premières électrodes sont positionnées sur les 4 membres, au niveau des poignets et des chevilles. Elles vont donner une image du plan frontal de l’activité électrique cardiaque. Les 6 électrodes thoraciques vont quant à elles fournir une image du plan transversal de l’activité du cœur.

 

Pour que l’ECG réponde aux critères standardisés, on utilise des électrodes de couleurs. Vous avez 10 câbles à brancher, les plus longs correspondent aux dérivations standards, soit le plan frontal de l’activité électrique cardiaque. Ainsi, vous devez positionner les électrodes de cette façon :

Couleur de l'électrodePosition de l'électrode
🔴 RougeMain droite
🟢 VerteCheville gauche
🟡 JaunePoignet gauche
⚫️ NoireCheville droite (sachant que cette dernière est la référence et est reliée à la terre)

 

Des couleurs déterminent aussi le placement des électrodes thoraciques. Elles doivent être positionnées avec soin dans des espaces intercostaux que vous découvrirez dans la formation ECG.

 

Dès que les électrodes sont positionnées, vous pouvez commencer la lecture de l'ECG. Vous y trouverez automatiquement les informations suivantes :

  • fréquence cardiaque ;
  • intervalle PR ;
  • durée du QRS ;
  • QT/QTc ;
  • RR moyen ;
  • QTcB ;
  • QTcF.

Bon à savoir

La machine vous fournit ces informations, mais vous pouvez apprendre à les vérifier vous-même. L’enregistrement sur papier est normé. En France, sur l’axe horizontal, un millimètre de papier représente 40 millisecondes. Sur l’axe vertical, 1 mm équivaut à 0,1 mV.

En cas de suspicion d’infarctus, vous devez ajouter 6 électrodes. Elles se placent en miroir par rapport à V1 et V2 classiques, mais aussi dans le dos. Ces dérivations ne sont pas observées de manière systématique. 

 

Si un électrocardiogramme est un examen de santé répandu, qui a l’avantage de ne pas être invasif, il nécessite une mise en œuvre rigoureuse. Chaque électrode est à positionner avec soin pour que chaque dérivation fournisse une information médicalement exploitable. Vous pouvez apprendre à les positionner, mais aussi à interpréter un ECG en suivant notre formation de 8 heures. Grâce à la formation ECG 100% en ligne de Walter Santé éligible au DPC, vous pouvez être indemnisé pendant votre temps de formation.

Maîtrisez l'utilisation de l'ECG

Notre formation complète sur l'électrocardiogramme : indications, réalisation, interprétation de l’ECG normal et pathologique, principaux diagnostics.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

Comment diagnostiquer une syncope en médecine générale ?

Hippolyte Le Dem

|

27 Juin 2022

En consultation de médecine générale ou aux urgences à l’hôpital, il n’est pas rare de recevoir des patients victimes d’une syncope ou de lipothymie. Il s’agit même d’un symptôme assez fréquent ! Pourtant, sachant qu’il existe différentes formes et origines de syncopes, il n’est pas toujours aisé de poser le diagnostic adéquat. Suivre une formation sur les pertes de connaissance peut améliorer votre démarche diagnostique en tant que médecin généraliste. Dans cet article, vous apprendrez comment diagnostiquer une syncope. 

Lire l'article

Qu'est-ce qu'une syncope réflexe ?

Hippolyte Le Dem

|

27 Juin 2022

La syncope réflexe, correspondant à une forme particulière de perte de connaissance, est un motif de consultation très fréquent. C’est pourquoi, il peut être utile d’obtenir plus de détails sur les causes de la syncope réflexe, afin de pouvoir différencier les cas qui se présentent à vous en tant que professionnel(le) de santé.


Voici quelques éléments qui vous permettront de mieux comprendre ce qu’est la syncope réflexe et sa cause possible. Nous vous parlerons notamment de la syncope vagale, l’une des grandes causes des syncopes réflexes.

Lire l'article

Les troubles neurodéveloppementaux (TND)

Hippolyte Le Dem

|

6 Juin 2022

Les troubles du neurodéveloppement se manifestent précocement durant le développement de l’enfant, souvent avant même qu’il ne rentre à l’école primaire. La définition des troubles du neuro-développement est la suivante: "perturbation du développement cognitif ou affectif de l’enfant qui entraîne un retentissement important sur le fonctionnement adaptatif scolaire, social et familial".

 

Voici la liste des troubles neurodéveloppementaux :

  • trouble développemental de la coordination ;
  • trouble de l’attention ;
  • trouble du langage ;
  • trouble spécifique des apprentissages (troubles “dys”) ;
  • trouble du spectre de l’autisme (TSA).

L’ensemble de ces troubles neuro développementaux sont approfondis dans notre formation Walter Santé.

Lire l'article

Le vaccin HPV

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

Une manière de prévenir le cancer du col de l'utérus, ainsi que les lésions pré-cancéreuses du col de l'utérus ou de l'anus est l'administration du vaccin anti-HPV. Ce vaccin, qui a démontré sa grande efficacité et une sûreté maximale, concerne tout le monde. Mais où en est la couverteure vaccinale en France? En voici la réponse.

Lire l'article