blog

Santé

Chirurgien dentiste

Mise en charge immédiate d'un implant

La mise en charge immédiate d'un implant dentaire

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Grâce aux formations DPC dentistes, le domaine de l’implantologie devient plus accessible. Dans cet article, nous évoquons un aspect central de la discipline : la mise en charge immédiate. À quoi correspond-elle ? Quels sont les protocoles à suivre pour les patients édentés partiels ou complets ? Si vous envisagez une formation en implantologie dentaire, prenez de l’avance et découvrez les recommandations d’usage sur la mise en charge sur implant.

Qu'est-ce que la mise en charge immédiate ?

La mise en charge immédiate correspond pour certains à la mise en occlusion et la mise en place de la prothèse directement après la pose des implants dentaires. Pour d’autres, l’intervalle de temps entre ces deux actes peut varier de 48 à 72 h, et jusqu’à 7 jours.

 

La mise en charge immédiate après implant permet de rétablir l’esthétique et les fonctions rapidement. Les réinsertions sociale et professionnelle sont accélérées, ce qui est un avantage pour les patients au niveau psychologique. Chaque cas est unique et il existe différents types de prothèses dentaires, mais pour des édentés complets ou partiels, souvent très complexés, avoir la possibilité de poser des implants puis de mettre en place la prothèse dans un temps réduit est très positif. Par ailleurs, cette procédure offre une sensation de réduction du temps de traitement du fait de l’absence d’amovibilité de la prothèse après la chirurgie.


Dans la définition de la mise en charge immédiate, il est important de distinguer mise en charge immédiate et mise en esthétique immédiate. Comme évoqué précédemment, le premier processus consiste en la mise en occlusion de la prothèse vissée sur implant, pour les patients édentés complets la plupart du temps. La mise en esthétique immédiate se définit par une temporisation connectée sur les implants ; la prothèse est vissée sur ses implants, mais il n’y a aucun contact occlusal ni en statique ni en dynamique. La prothèse a seulement un but esthétique.


Pour les édentements unitaires ou pluraux en secteur postérieur, sans exigence esthétique ou fonctionnelle de la part du patient, on pourra poser l’implant dentaire avec un pilier de cicatrisation puis attendre le temps d’ostéointégration nécessaire avant de réaliser la prothèse d’usage. En secteur antérieur en revanche, le facteur esthétique est important. Ainsi, si la stabilité primaire le permet, on optera pour une mise en esthétique immédiate. À titre d’exemple, selon la situation initiale du patient, la création d’une gouttière thermoformée en amont de la chirurgie peut aider à poser les implants de façon idéale le jour de l’intervention.

Maîtrisez l'implantologie dentaire

Notre formation DPC 100% en ligne pour maîtriser l'implantologie dentaire : fondamentaux, mode opératoire, chirurgie implantaire, prothèses et phase post-opératoire.

Découvrir la formation
img test

La mise en charge immédiate chez le paitent complètement édenté

Chez le patient totalement édenté, la prothèse doit avoir été préparée de la meilleure manière possible avant la chirurgie et la pose d’implants dentaires. Il faut vérifier et valider avec le patient :

 

  • l’esthétique désirée ;
  • la DVO ;
  • et l’occlusion.

Il existe ensuite deux protocoles d’action : celui de la mise en charge immédiate avec transformation de la prothèse au fauteuil, et celui avec transformation de la prothèse au laboratoire.

La transformation de la prothèse au fauteuil

La transformation de la prothèse au fauteuil implique, après la chirurgie, la mise en place sur piliers prothétiques intermédiaires de cylindres provisoires, sur lesquels la prothèse sera ajourée. Il faudra veiller à supprimer toute interférence entre les cylindres provisoires et la prothèse.

 

La procédure inclut l’ajout de vaseline et de morceaux de feuilles de digue autour des cylindres afin d’éviter que la résine vienne fuser au niveau des points de suture. Dans le même esprit, l’entrée des cylindres doit être bouchée avec de la cire, car si la résine fusait à l’intérieur, le dévissage de la prothèse s’avérerait difficile voire impossible. Après l’injection et la prise de la résine, l’ensemble pourra être dévissé pour obtenir une prothèse transvissée.

 

Les séances de mise en charge sur implant avec transformation de la prothèse sur fauteuil sont cependant très longues et fatigantes pour les patients. C’est également un protocole fastidieux pour le praticien qui devra travailler une résine très difficile à polir, et qui potentiellement augmente les risques liés aux implants dentaires, puisqu’elle peut engendrer une prolifération bactérienne néfaste pour la santé des tissus.

La transformation de la prothèse en laboratoire

La procédure de la transformation de la prothèse en laboratoire est souvent privilégiée. Dans ce cas de figure, les nœuds des points de suture doivent se situer en vestibulaire, car il ne faudra pas dévisser la prothèse, même pour déposer les points. La prothèse doit là encore avoir été pensée en amont de la chirurgie, ne serait-ce que pour la planification.

 

Après la chirurgie, le praticien met en place des capuchons de protection sur les piliers prothétiques en veillant à ce qu’il n’y ait pas d’interférences entre la prothèse et les capuchons. En effet, il doit pouvoir insérer la prothèse correctement avec une occlusion valide.

 

Le chirurgien réalise ensuite une première empreinte sous pression occlusale avec un matériau assez rigide lorsque la prothèse est évidée. Une deuxième empreinte à ciel ouvert sera nécessaire, à effectuer avec un porte-empreinte en plastique disponible dans le commerce ou à l’aide du guide chirurgical. Ici, l’utilisation d’un matériau rigide ou de plâtre est possible.

Important

Notons que pour cette mise en charge immédiate sur implant, il est important de réaliser un mordu occlusal en amont de la chirurgie afin de s’assurer du bon positionnement de la prothèse en bouche. Ce mordu servira en outre au prothésiste pour transformer la prothèse amovible complète du patient en prothèse fixe transvissée sur les implants.

Les critères obligatoire

Quel que soit le protocole choisi, la prothèse doit respecter certains critères :

  • Il est impossible d’utiliser une extension distale après le dernier implant ;
  • Le prothésiste doit intégrer un renfort métallique en lingual ou palatin, noyé dans la résine, pour absorber et mieux répartir les contraintes ;
  • Des espaces sont à aménager pour le passage des brossettes et le maintien de l’hygiène (la prothèse ne peut être dévissée pendant tout le temps de l’ostéointégration).


Walter Learning propose une formation DPC dentiste sur l’implantologie. N’hésitez pas à vous rapprocher d’un conseiller pour plus de renseignements sur le programme et les critères d'éligibilité à la formation.

Maîtrisez l'implantologie dentaire

Notre formation DPC 100% en ligne pour maîtriser l'implantologie dentaire : fondamentaux, mode opératoire, chirurgie implantaire, prothèses et phase post-opératoire.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

La classification des lésions carieuses en odontologie (ICDAS et Si.Sta)

Alphonse Doutriaux

|

5 Septembre 2022

La classification des caries dentaires en odontologie est indispensable pour traiter correctement celle-ci. Dans cet article, nous vous expliquons quels sont les critères d’une carie, comment poser un diagnostic sur une carie et à quoi correspondent les classifications ICDAS et Si.Sta.

Lire l'article

La classification des maladies parodontales : comment diagnostiquer les différents types de parodontites ?

Alphonse Doutriaux

|

4 Janvier 2022

La parodontite est une inflammation du parodonte, qui contient les tissus de soutien à l’organe dentaire, notamment la gencive. On distingue désormais clairement la parodontite de la gingivite et on classifie la parodontite en deux catégories principales : la parodontite agressive et la parodontite chronique. Toutes deux peuvent être localisées ou généralisées. Sa forme la plus dangereuse est la parodontite agressive, qui se caractérise par une perte d’attache et des pertes osseuses rapides et importantes. Il existe deux grands types de parodontite agressive : les localisées (ou juvéniles) et les généralisées. 

Dans cet article, nous explorerons la différence entre ancienne et nouvelle classification, ainsi que le diagnostic des différents types de maladies parodontales.

Lire l'article

La Parodontite : Définition, symptômes et causes

Alphonse Doutriaux

|

6 Decembre 2021

La parodontite est une maladie dentaire due à une inflammation du parodonte. Cette maladie appartient à la famille des maladies parodontales. Elle cause des douleurs et des saignements plus ou moins importants, voire même un déchaussement dentaire. Il existe plusieurs types de parodontite. Nous vous expliquons ce qu'est une parodontite, ses causes, ses symptômes, comment la diagnostiquer et quels sont les traitements existant.

Lire l'article

Exemples de cas cliniques en odontologie conservatrice

Alphonse Doutriaux

|

5 Septembre 2022

Voici l’exposition de certains cas cliniques issus de notre formation en odontologie. Dans cet article vous découvrirez des cas de patients selon les différentes phases de traitement. D’autres cas sont aussi exposés dans la formation Walter Santé en odontologie conservatrice.

Lire l'article