blog

Santé

Infirmier

Comment prévenir le pied diabétique ?

Le pied diabétique : symptômes et risques

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Le pied diabétique peut être l’une des conséquences complexes du diabète. Nous abordons dans cet article ce sujet essentiel présent dans toute formation en diabétologie. Nous vous guidons pour prévenir au mieux cette pathologie en la définissant et en identifiant ce qui peut être source de danger pour le membre de votre patient(e). Nous vous dévoilons également les symptômes d’un pied diabétique ainsi que les grades de la neuropathie et leur prise en charge.

Qu'est-ce que le pied diabétique ?

Le pied d’un diabétique est extrêmement fragile : une inflammation pouvant aller jusqu’à l’amputation peut être observée. Celle-ci résulte d’un triple processus qui comprend la présence d’une neuropathie, d’une artériopathie et d’une infection. Selon diverses études, on compte en moyenne 404 amputations au niveau des membres inférieurs pour 100 000 diabétiques. Ce chiffre conséquent est en augmentation depuis quelques années.

 

Les amputations dues à la neuropathie sont 14 fois plus importantes par rapport à la population générale, d’où la nécessité d’une surveillance accrue de la part des professionnels de santé ayant suivi une formation sur le diabète. Ainsi, en tant que soignant(e), la vigilance quant à un pied diabétique infecté ou pied de Charcot fait partie de votre accompagnement, au même titre que la supervision d’une autosurveillance de la glycémie chez vos patients.

img test

Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Les symptômes du pied diabétique

Parmi les symptômes du pied diabétique, on constate des troubles de la sensibilité des membres inférieurs : sensation de chaud, de froid, de brûlure ou de fourmillements, ou encore paresthésie bilatérale (en chaussette). Ces gênes, sans douleur, sont dues à une atteinte des nerfs ou neuropathie sensitivo-motrice et végétative. Pour surveiller la sensibilité du/de la patient(e), un examen au monofilament est indiqué. Le médecin ou le podologue pique au niveau de la plante du pied et des orteils avec le monofilament et interroge votre patient(e) sur sa perception et les zones testées. Dans le cas d’absence de sensation, ou de perception minime, la neuropathie est confirmée.

 

Le deuxième aspect du triple processus d’un pied diabétique concerne l’artériopathie ou l’atteinte par micro et macroangiopathie. La diminution d’apport en oxygène se traduit par des pieds froids, bleus, la peau fine et des ongles épais. On remarque également une dépilation et une disparition des pouls dans les membres inférieurs. Un(e) patient(e) atteint de diabète et ayant mal aux pieds est souvent le signe d’une artériopathie puisqu’une douleur se manifeste à la marche et au repos.

 

Enfin, la présence d’une infection, troisième élément déclencheur d’un pied de Charcot, engendrera une hyperglycémie chronique. Les globules blancs prennent le dessus et leur efficacité amoindrie est visible lors des glycémies. Une infection peut avoir une évolution et une extension rapides, et le suivi thérapeutique est difficile (germes multiples, BMR, ou bienfait des antibiotiques diminué par l’artérite). Par conséquent, le traitement par antidiabétiques oraux est revu et les patients sont souvent passés sous insuline.

Un pied en danger

Il est complexe de reconnaître un pied diabétique à risque, car il n’y a pas de douleur ni d’alerte. En outre, il subsiste une méconnaissance du danger par les patients et les professionnels de santé eux-mêmes, ce qui engendre un retard de prise en charge dans le traitement du pied diabétique. En conséquence, les chances d’être amputé augmentent. Vous devez donc vous montrer extrêmement attentif, quelques signes peuvent vous alerter : la mobilité de votre patient a-t-elle réduit ? Comment se lave-t-il les pieds ?

Important

Si la vue de votre patient(e) ou de son/sa conjoint(e) n’est pas optimale, ne vous fiez pas à leur jugement quant à la surveillance du pied : vérifiez vous-même régulièrement.

Également, certaines pratiques inadaptées doivent être corrigées, comme le chaussage. Il a été démontré que dans 50 % des cas, la chaussure du/de la patient(e) n’est pas adéquate. De plus, la coupe des ongles doit impérativement être faite par des pédicures ou podologues. Ce sont des professionnels formés en diabétologie et aux risques des pieds de Charcot. Assurez-vous que votre patient(e) évite les plaies en les redirigeant vers ces praticiens.

img test

Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Les risques liés au diabète ancien

50 % des patients diabétiques développent une neuropathie après 25 ans de diabète. Les complications liées à un diabète ancien peuvent inclure les pathologies suivantes.

 

  • Une déformation du pied : informez votre patient(e) que les podologues peuvent faire des empreintes de pied.
  • Une hyperkératose due au point d’appui : là encore, les podologues spécialisés peuvent intervenir en effectuant des décornages et en mettant en place si besoin des orthèses sur cette zone à risque.
  • Une possibilité de plaie ou antécédent de plaie.

Rester vigilant(e) est la seule façon de prévenir un pied diabétique. Pour un accompagnement optimal de vos patients, nous vous recommandons de suivre un cursus de formation sur le diabète.

img test

Appelez-nous

Vous êtes intéressé(e) par nos formations ? Échangez en direct avec l'un de nos conseillers du lundi au vendredi, 9h30-19h.

☎︎ | 01 76 49 09 99

Les grades de la neuropathie

Il existe quatre grades pour la neuropathie, à connaître obligatoirement pour le traitement d’un pied diabétique. L’absence de neuropathie et d’artérite constitue le grade 0. Le risque de lésion est commun et l’examen des pieds de votre patient(e) se fait une fois par an. En grade 1, la neuropathie est identifiée mais isolée.

Bon à savoir

En tant que soignant(e), il est de votre devoir d’examiner les pieds et les chaussures que porte le/la patient(e) au moins une fois par semaine.

Le risque de lésion est dans ce cas multiplié par 5 à 10. N’hésitez pas à éduquer votre patient(e), notamment sur la bonne pratique du lavage des pieds. Le grade 2 signifie qu’une neuropathie et déformation du pied (ou artérite) se sont installées. Le risque de lésion est multiplié par 10. La prise en charge inclut un examen annuel du pied diabétique, ainsi que la mise en place d’un bilan et de soins podologiques tous les deux mois. Le podologue pourra si nécessaire avoir recours à des orthèses et à des chaussures thérapeutiques.

 

En grade 3, le risque de lésion est multiplié par 25. Il y a ici des antécédents d’amputation ou d’ulcération de plus de trois mois. Il est primordial d’établir un bilan annuel auprès d’une équipe spécialisée et dans un centre adapté pour le traitement du pied diabétique infecté.

Sur le même thème

Les bonnes pratiques d'autosurveillance glycémique dans le diabète

Alphonse Doutriaux

|

31 Octobre 2022

L’autosurveillance glycémique pour un diabète de type 2 sans insuline existe au même titre que celle d’un diabète de type 1 sous insuline. Il s’agit d’une prescription que vous êtes susceptible de rencontrer au cours de votre carrière, et largement abordée dans les formations en diabétologie pour infirmières. Dans cet article, nous évoquons le référentiel des bonnes pratiques d’une ASG pour un diabète et balayons pour vous les critères d’évaluation de celles-ci. Enfin, nous vous parlons du rôle du/de la soignant(e) dans le suivi d’un(e) patient(e) en autosurveillance glycémique.

Lire l'article

Le rôle de l'IDEL dans la pose du PICC Line

Alphonse Doutriaux

|

25 Juillet 2022

Le PICC Line est un outil essentiel pour l’IDEL. La bonne connaissance de son fonctionnement et de son utilisation permet de prodiguer des soins infirmiers adéquats qui évitent au patient d’être piqué à outrance dans le cadre de soins longs, comme ceux prodigués en chimiothérapie.

Lire l'article

Le traitement par insuline du diabète de type 2

Alphonse Doutriaux

|

6 Mai 2022

L'insuline est une hormone naturellement fabriquée par le corps humain par le pancréas, plus précisemment au niveau des cellules dans les îlots de Langerhans. Elle a pour rôle de favoriser le passage du glucose depuis le sang jusque dans les cellules. Chez le diabétique de type 1, le pancréas est dans l'incapacité de produire cette hormone et pour les patients atteints d'un diabète de type 2, le pancréas en fabrique mais de façon insuffisante ou en mauvaise qualité.

 

Comme l'insuline est une hormone nécessaire au bon fonctionnement du corps humain, il est dès lors primordial de l'injecter chez les patients diabétiques. Mais quelles sont les différentes catégories d'insuline ? Comment se conservent-elles ? Dans quelles zones peut-on injecter l'insuline ? Découvrez-le dans cet article.

Lire l'article

L'insuffisance cardiaque : définition, classification et rôle de l'IDEL

Alphonse Doutriaux

|

24 Octobre 2022

Comprendre l’insuffisance cardiaque vous permet d’appréhender le PRADO insuffisance cardiaque dans sa globalité. Vous pouvez alors reconnaître les symptômes de la maladie, effectuer son suivi à domicile de manière optimale, mais aussi participer à l’éducation thérapeutique de vos patients. Découvrez les différents stades et les diverses formes de l’insuffisance cardiaque. 

Lire l'article