blog

Santé

Infirmier

Quelle alimentation pour un patient diabétique ?

Les aliments à privilégier et à éviter pour le patient diabétique

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

L’aspect diététique est inhérent à toute formation en diabétologie. Il est en effet important de connaître l’index glycémique des aliments lorsque l’on suit des personnes diabétiques, ainsi que l’apport glucidique dont elles ont besoin. Nous évoquons ces sujets dans cet article et vous précisons également quels aliments privilégier ou éviter.

Comment connaître l'index glycémique d'un aliment ?

L’indice glycémique consiste à comparer l’effet hyperglycémiant d’une quantité donnée d’un aliment testé par rapport à un aliment de référence, en même quantité. En d’autres termes, il correspond au temps que va prendre un aliment pour être digéré. Ainsi, pour connaître l’index glycémique des aliments, il suffit de mettre en relation la courbe du taux de glucides dans le sang après ingestion de ces aliments avec les aliments référents : le glucose et le pain blanc. Le rapport des surfaces sur les courbes donnera un chiffre correspondant au pourcentage de l’effet hyperglycémiant de l’aliment analysé.

 

Le pain blanc est considéré comme un glucide simple. Si on y ajoute de la graisse, comme du beurre, du jambon ou du fromage, il deviendra alors un glucide complexe. L’index glycémique se quantifie de 0 à 100. Plus sa valeur est élevée, plus les glucides sont libérés dans le sang. À titre d’exemple, l’indice glycémique de la pomme de terre cuite à l’eau est bas, car elle conserve son amidon. L’effet hyperglycémiant dure dans le temps et reste régulier. Au contraire, l’indice glycémique de la pomme de terre en purée est élevé. L’aliment a été écrasé et n’a plus d’amidon. Par conséquent, le patient verra son taux de glucides dans le sang grimper avant de s’effondrer, ce qui provoquera une hypoglycémie.

Bon à savoir

En ce qui concerne les pâtes ou le riz, la cuisson al dente est recommandée pour conserver l’amidon, et donc éviter une hypoglycémie après le repas.

img test

Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Calculer l'apport glucidique d'un diabétique

Les apports en glucides journaliers dont l’Homme a besoin sont d’au moins 40 à 45 % d’apports énergétiques (50 à 55 % de glucides). Ce taux doit augmenter si l’activité physique est plus importante, et diminuer si le régime alimentaire est riche en acide gras monoinsaturés. Le saccharose représente en principe 10 % de la ration quotidienne soit trois repas plus ou moins une collation.

 

Deux types d’alimentation sont proposés pour l’apport glucidique d’un diabétique : le premier exige 55 % d’hydrate de carbone (et 30 % de lipides) et le deuxième 45 % (avec 40 % de lipides). Puis 15 à 20 % de protides. La diététicienne évaluera au mieux la situation. Les professionnels de santé ayant suivi une formation sur le diabète doivent cependant rester observateurs lorsqu’ils se déplacent à domicile.

Important

Prêtez attention aux quantités ingérées par vos patients, et à la présence ou non de féculents. En connaissant l’indice glycémique des aliments et l’apport de glucides par jour dont le malade a besoin, vous serez en mesure de mieux le guider.

Pour vous aider à matérialiser ces pourcentages, voici le contenu d’un plateau équivalent à 70 grammes de glucides avec un indice glycémique calculé à 50 :

 

  • une portion de poulet ;
  • un petit pain (20 g de glucides), pouvant être remplacé par une salade de fruits ;
  • une part de légumes verts (10 g de glucides) ;
  • un fruit (20 g de glucides) ou un yaourt aromatisé (20 g de glucides).

200 grammes de féculents cuits correspondent à une assiette moyenne pour des pâtes ou de la semoule. Une petite pomme de terre (de la taille d’un œuf) équivaut à 50 grammes. Il n’est pas toujours simple de se représenter une portion en grammes, votre rôle est aussi d’apprendre à vos patients à évaluer ces portions.

Rappel

Il n’y a plus de collation entre les repas pour un patient atteint de diabète de type 2, sauf s’il fait beaucoup d’efforts physiques.

Quels aliments privilégier ?

Les aliments à privilégier sont ceux qui feront du plateau de votre patient(e) un repas équilibré, de la même manière que pour une personne non-diabétique. Sur ce plateau doivent se trouver des légumes, des féculents, des protéines, un fruit et une boisson. La ration des glucides complexes est établie par un expert en diététique, afin de maintenir à l’équilibre l’apport de glucides journalier du patient concerné.

 

Le sujet doit manger avec plaisir et avec faim : il doit éviter de manger sous le coup du stress ou de l’énervement. Le pilier d’un traitement diabétique est l’alimentation équilibrée. Ainsi, si votre patient(e) a pris du poids, peut-être que son alimentation a été trop grasse ou que les collations n'ont pas été totalement supprimées. Le suivi doit inclure des entretiens avec votre patient(e) pour connaître sa situation médicale et savoir dans quel état d’esprit il/elle se trouve. Vous n’êtes pas expert(e) en diététique, mais en tant que soignant(e), vous devez superviser le traitement en restant informé(e) du contenu des repas.

Bon à savoir

Il vous reviendra de vous assurer par exemple que la portion de féculents est à peu près identique à chaque repas. Cela peut éviter des hypoglycémies qui ne sont pas en lien avec la prise d’un antidiabétique oral.

img test

Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Quels aliments éviter ?

Les parcours de DPC sur le diabète insistent sur le fait qu’il ne doit pas y avoir de restriction. Et ce, même si la glycémie de votre patient est à 3 grammes. Sa quantité de glucides complexes ne doit aucunement être modifiée. Le cas échéant, il faudra augmenter l’insuline. S’il/elle est éligible à une prescription, votre patient(e) peut utiliser un capteur Freestyle pour suivre l’évolution de sa glycémie.

 

Les desserts sont autorisés, car ils font partie d’une alimentation équilibrée. En revanche, il est préférable d’éviter les collations. Les fruits et les gâteaux doivent être pris en fin de repas. Tout comme le chocolat : mieux vaut prendre un carré après le repas du soir plutôt que seul dans l’après-midi. Concernant les boissons, rappelez-vous que le lait est un nutriment et doit être pris en compte dans le calcul de l’apport en sucre journalier. 

Bon à savoir

Les sodas de type Coca Zéro ou Coca Light peuvent être consommés puisqu’ils ne contiennent pas de sucre. Ils doivent cependant rester limités, car le goût fabriqué du sucre appelle toujours à plus de sucre.

Enfin, attention aux eaux aromatisées, qui sont souvent également constituées de sucre. Les pratiques professionnelles requises en diabétologie sont nombreuses. Nous vous recommandons de suivre une formation sur le diabète pour offrir à vos patients un accompagnement de qualité.

Sur le même thème

Le traitement par insuline du diabète de type 2

Alphonse Doutriaux

|

6 Mai 2022

L'insuline est une hormone naturellement fabriquée par le corps humain par le pancréas, plus précisemment au niveau des cellules dans les îlots de Langerhans. Elle a pour rôle de favoriser le passage du glucose depuis le sang jusque dans les cellules. Chez le diabétique de type 1, le pancréas est dans l'incapacité de produire cette hormone et pour les patients atteints d'un diabète de type 2, le pancréas en fabrique mais de façon insuffisante ou en mauvaise qualité.

 

Comme l'insuline est une hormone nécessaire au bon fonctionnement du corps humain, il est dès lors primordial de l'injecter chez les patients diabétiques. Mais quelles sont les différentes catégories d'insuline ? Comment se conservent-elles ? Dans quelles zones peut-on injecter l'insuline ? Découvrez-le dans cet article.

Lire l'article

Quel est le rôle de l'infirmier en oncologie dans la prise en charge du cancer ?

Alphonse Doutriaux

|

18 Juin 2021

Le nombre de patients atteints par le cancer ne cesse d’augmenter mais les différents traitements évoluent considérablement diminuant ainsi le nombre de décès liés à cette maladie. La prévention est un outil fondamental servant à cette baisse du nombre de cas recensés. La prise en charge des patients atteints de cancer dans notre pays peut se faire dans des endroits spécialisés, comme les centres de lutte contre le cancer, ou dans des structures hospitalières, publiques ou privées.

 

Qu’ils exercent en milieu hospitalier ou en secteur libéral, les infirmiers et infirmières sont des acteurs importants de la prise en charge du patient en oncologie. Ils occupent une place capitale tout au long du parcours du patient dans sa prise en charge et deviennent alors une aide de choix pour les médecins et tous les autres acteurs de la prise en charge. Découvrez les spécificités du rôle de l’IDE en oncologie.

Lire l'article

Les déchets médicaux DAOM et DASRI à domicile

Alphonse Doutriaux

|

25 Juillet 2022

La gestion des déchets médicaux (DAOM, DASRI, OPCT) par le professionnel de santé est définie selon la catégorie du déchet visé. L'infirmier ayant une bonne connaissance de leur règles de tri assure non seulement le respect des normes en vigueur mais aussi sa protection et celle de son environnement de travail.

Lire l'article

Comment fonctionne le DPC infirmier ?

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Comme tout professionnel de santé, les infirmier(e)s doivent suivre une formation DPC. Zoom sur le DPC pour infirmier(e)s : les grandes orientations prioritaires DPC, la manière de le valider, les différents forfaits, l’inscription… 

Lire l'article