blog

Santé

Infirmier

Quels sont les antidiabétiques oraux ?

Les différents antidiabétiques oraux, leurs effets et contre-indications

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Dans cet article, nous vous proposons une liste des médicaments pour le diabète de type 2, hors insuline seule. Ce tour d’horizon des antidiabétiques oraux fait partie de tout cursus de formation en diabétologie pour infirmier(ère). Découvrez ainsi les spécificités des agents insulinosécréteurs, des associations fixes, des gliptines ou encore des inhibiteurs de l’alpha-glucosidase intestinale. En plus de cette liste de médicaments traitant le diabète, nous évoquons les éventuels effets indésirables et les contre-indications, ainsi que votre rôle en tant que soignant(e), pour vous aider à appréhender au mieux une potentielle formation en diabétologie.

Le rôle infirmier dans les traitements oraux

En tant que soignant(e), votre rôle est d’accompagner votre patient(e) pour la posologie du médicament, et de prévenir les effets indésirables. Les patients atteints d’un diabète de type 2 nécessitent un suivi des plus sérieux, notamment pour la prévention du pied diabétique. Vous êtes chargé(e) de coordonner le traitement avec le médecin traitant pour éventuellement changer les médicaments. Pour appliquer les bonnes pratiques dans la prise de médicaments, enseignées dans toute formation sur le diabète, vous devez connaître tous les types d’antidiabétiques oraux.

img test

Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Les sulfamides hypoglycémiants

Les sulfamides hypoglycémiants sont des agents insulinosécréteurs. Après avoir atteint le compartiment sanguin, ces médicaments contre le diabète vont stimuler les cellules bêta des îlots de Langerhans pour fabriquer de l’insuline. En tant qu’infirmier(ère), vous êtes certainement confronté(e) le plus souvent au glibenclamide (comme le Daonil et l’Hemi Daonil). Le gliclazide (Diamicron) et le glimépiride (Amarel) font également partie des antidiabétiques oraux régulièrement prescrits.

Important

Attention cependant, car ces médicaments provoquent des hypoglycémies. Ils doivent être pris impérativement avant de manger.

Les glinides

Parmi les agents insulinosécréteurs se trouvent aussi les glinides. L’antidiabétique oral Novonorm contient du répaglinide et se prend juste avant le repas, car, comme les sulfamides hypoglycémiants, il déclenche des hypoglycémies. Les glinides ont la particularité d’équilibrer la post-prandiale. Il existe de nombreux génériques disponibles.

Les associations fixes

Les associations fixes sont aussi des recours possibles en diabétologie. Le Glucovance, association de deux médicaments combattant le diabète, comprend de la metformine et du glibenclamide. Vos patients peuvent également être sous Janumet (ou Velmetia), Eucreas, Komboglyze ou encore Xigduo. Tous ces antidiabétiques oraux contiennent de la metformine et doivent être pris au milieu du repas.

 

Le Glucophage et le Stagid 700, qui comportent respectivement du chlorhydrate de metformine et de l’embonate de metformine, peuvent aussi être prescrits et requiert la même posologie. Ces médicaments ne stimulent pas les cellules bêta des îlots de Langerhans, mais agissent au niveau des intestins, notamment l’intestin grêle et le gros intestin. Ils favorisent le passage du glucose dans la cellule.

Bon à savoir

Une formation sur le diabète est recommandée pour étudier les DCI et leur impact sur l’organisme de vos patients.

img test

Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Les gliptines

Dans la famille des inhibiteurs de la DPP4 ou gliptines, on trouve les médicaments suivants :

 

  • le Januvia (ou Xelevia), avec de la sitagliptine, et dont le traitement se fait en une prise, au début du repas ;
  • l’Onglyza, avec de la saxagliptine, suivant les mêmes recommandations ;
  • le Galvus, un antidiabétique oral avec de la vildagliptine, qui s’ingère en deux prises.

Les effets indésirables sont rares avec les gliptines. On recense de temps à autre des allergies (dermatoses et autres), mais cela reste des cas isolés.

Les gliflozines

Le Forxiga est un antidiabétique oral du groupe des inhibiteurs de la SGLT2 ou gliflozines. La dapaglifozine qu’il contient peut générer des infections génitales, de l’hypotension et plus rarement, une acidose euglycémique. Ce médicament traite le diabète en une prise par jour. Pour plus d’informations, rapprochez-vous de l’un de nos conseillers pour suivre une formation DPC sur le diabète.

Les inhibiteurs de l'alpha-glucosidase intestinale

Un cursus de formation en diabétologie aborde par ailleurs les inhibiteurs de l’alpha-glucosidase intestinale. Parmi eux, le Glucor et le Diastabol, contenant respectivement de l’Acarbose et du Miglitol, et qui se prennent au début du repas. Les patients peuvent se plaindre de sensations de ballonnements et de flatulences.

Les agonistes de récepteur GLP-1

Les agonistes de récepteur du GLP-1 sont injectables. Il est néanmoins important de rappeler que le GLP-1 n’est pas de l’insuline. Il permet de compléter l’action des antidiabétiques oraux, bien avant de passer sous injection d’insuline. Ces agonistes comprennent le Bydureon, le Trulicity, l’Ozempic, le Byetta et le Victoza. Toutes ces injections se font une fois par semaine, à l’exception du Byetta qui nécessite deux injections par jour et du Victoza qui demande une injection quotidienne.

img test

Accompagnez les patients diabétiques de type 2

Rappels physio-pathologiques, accompagnement du patient et EPP.

DÉCOUVRIR LA FORMATION

Effets indésirables et contre-indications

Les antidiabétiques oraux, dont la liste vous a été présentée, comportent malheureusement des effets indésirables, comme mentionné précédemment. Ils ne sont pas systématiques, mais il convient de les connaître pour accompagner au mieux vos patients. Ainsi les agents insulinosécréteurs ne doivent pas être pris à jeun puisqu’ils peuvent déclencher des hypoglycémies.

 

Nous vous rappelons par ailleurs qu’il existe des dispositifs d’autosurveillance glycémique. La metformine est une molécule qui peut donner lieu à des gastralgies et à des diarrhées, d’où l’importance de la prise au milieu des repas. L’antidiabétique oral comprenant de la metformine ne provoque pas d’hypoglycémie. Si vos patients sont sous metformine et font des hypoglycémies, il faut rechercher une autre cause non liée au traitement, comme l’alimentation, les efforts physiques non compensés, etc.

 

Concernant les associations fixes, vous devez vous rapporter aux DCI de chaque antidiabétique oral pour identifier les risques d’effets indésirables et contre-indications. Ces éléments vous sont communiqués en détail au cours d’une formation sur le diabète pour offrir à vos patients un suivi optimal. Les injections peuvent, elles aussi, engendrer des effets secondaires, comme des nausées, des vomissements, des diarrhées ou des douleurs abdominales. Il est essentiel d’expliquer à vos patients que s’ils ressentent certaines des gênes citées, ils doivent en parler pour que le médecin puisse adapter le traitement.

 

Concernant les contre-indications, il vous faudra surveiller les patients en insuffisance rénale sévère à terminale, qui ne peuvent supporter quasiment aucun médicament contre le diabète listé dans cet article, y compris le GLP-1 en injection. Novonorm et Forxiga peuvent être appropriés, sur indication médicale.

 

La metformine est contre-indiquée pour les personnes en insuffisance rénale sévère, en insuffisance respiratoire, et en insuffisance cardiaque. Elle ne peut pas non plus être prescrite pour les diabétiques en insuffisance hépatique, tout comme les glinides.

Bon à savoir

Par ailleurs, le traitement par metformine doit être suspendu si un examen de contraste est prévu, à cause de la présence de produit iodé. Les médecins transmettent naturellement l’information, mais en tant que soignant(e), vous devez également être vigilant(e). L’arrêt de metformine est recommandé 24 h avant l’examen, et ne doit être repris que 48 h après.

Sur le même thème

Changer un pansement de cathéter central

Alphonse Doutriaux

|

25 Juillet 2022

Le changement du cathéter veineux central par l’IDE doit suivre un protocole strict qui s’adapte en fonction de la situation du patient. Pour ce faire, plusieurs méthodes sont possibles. L’infirmier doit, parmi elles, trouver celle qui lui convient le mieux pour effectuer les soins les plus adéquats. Certaines formations DPC pour infirmier sont disponibles, en ligne, sur ce sujet. 

Lire l'article

Les médicaments anti-cancéreux dans le cadre des soins infirmiers

Alphonse Doutriaux

|

1 Août 2022

La chimiothérapie à domicile se fait avec certains anticancéreux, comme le Xeloda, la navelbine, le folfox, etc. Ces médicaments doivent être pris selon un protocole strict, élaboré par le corps médical. Découvrez plus en détails chacun de ces traitements  

Lire l'article

Les 14 besoins de Virginia Henderson

Alphonse Doutriaux

|

23 Mars 2022

À partir de 1947, l’infirmière américaine Virginia Henderson théorise les besoins fondamentaux (besoins vitaux, interdépendance, satisfactions…) à partir de sa propre pratique des soins infirmiers.

Depuis, le concept des 14 besoins fondamentaux est enseigné dans les études de soins infirmiers et s’articule avec le BSI (Bilan de Soins Infirmiers), afin de comprendre quels sont les besoins indispensables à une bonne qualité de vie. Rendez-vous en fin d'article pour télécharger votre tableau des 14 besoins de Virginia Henderson.

Lire l'article

À quoi sert le plan cancer ?

Alphonse Doutriaux

|

1 Août 2022

Le plan national cancer a été créé par le gouvernement, avec pour objectifs, la lutte contre le cancer et l’amélioration de la prise en charge des malades. Au fil des années, trois plans cancers ont vu le jour, avec pour chacun, la volonté de faire mieux. Zoom sur les trois plans cancer français.

Lire l'article