Comment réaliser l'auscultation pulmonaire du patient BPCO ?

blog

Santé

Kinésithérapeute

BPCO kiné

L'auscultation pulmonaire du patient BPCO ?

Les étapes de l'auscultation pulmonaire du patient BPCO

|

5 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Le kinésithérapeute doit réaliser une auscultation pulmonaire BPCO au moment du bilan respiratoire qui est à réaliser avant la rééducation d’un patient. Quels sont les objectifs et l’intérêt de l’auscultation pulmonaire en kinésie respiratoire ? Quels sont les bruits normaux et les bruits pathologiques perçus au moment de l’auscultation pulmonaire BPCO ? Explications.

Sommaire

  • Les objectifs de l'auscultation pulmonaire en kinésithérapie
  • L'intérêt de l'auscultation pulmonaire lors du bilan en kinésie respiratoire
  • Les bruits perçus lors de l'auscultation pulmonaire
  • Téléchargez le programme de la formation BPCO kiné en PDF

Programme formation Kiné BPCO

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Les objectifs de l'auscultation pulmonaire en kinésithérapie

L’auscultation est un élément indispensable du bilan de kinésie respiratoire. Fréquemment utilisé en exercice libéral, le stéthoscope est peu utilisé dans le milieu hospitalier par les kinésithérapeutes. Il est tout de même conseillé de faire une auscultation des poumons pour tous les patients, les patients atteints de BPCO et les autres.

 

Quels sont les objectifs de l’auscultation pulmonaire en kinésithérapie ?

  • Évaluer un état instantané afin de poser un objectif de soin.
  • Évaluer le comportement dynamique des bronches du patient.

Bon à savoir

Vous pouvez aussi consulter nos articles sur la spirométrie et la radiologie de patients BPCO, issus de notre formation kiné BPCO.

img test
Maîtrisez la prise en charge du patient BPCO

La BPCO en kinésithérapie : identification du déconditionnement à l’effort, évaluation de la dyspnée, mise en place d’un programme de réentraînement et renforcement musculaire.

Découvrir la formation

L'intérêt de l'auscultation pulmonaire lors du bilan en kinésie respiratoire

L’auscultation pulmonaire est indispensable en kinésithérapie. Elle permet de vérifier si un(e) patient(e) a une difficulté ou une pathologie respiratoire à un moment donné, de vérifier un diagnostic et d’adapter sa prise en charge. Lors de l’auscultation pulmonaire, l’audio (les bruits perçus) permet de repérer les bruits pathologiques et les bruits normaux.

 

La BPCO est une combinaison de la bronchite chronique et de l'emphysème (qui correspond à une dilatation du poumon). Dans la BPCO, il peut y avoir une destruction des parois alvéolaires entraînant un élargissement des voies aériennes distales, diminuant les possibilités de mouvements alvéolaires. À cause du volume pulmonaire du patient BPCO, le murmure vésiculaire est donc moins audible que chez un(e) patient(e) qui n’a pas de BPCO.

Les bruits perçus lors de l'auscultation pulmonaire

En réalisant une auscultation pulmonaire au stéthoscope sur un patient qui n’a pas de pathologie pulmonaire, le médecin ou le kinésithérapeute perçoit un bruit “normal”, qui se nomme murmure vésiculaire. C’est un bruit qui est essentiellement inspiratoire, plutôt doux, feutré et de basse tonalité. Ce bruit correspond au frottement de l’air contre les parois bronchiques et au déplissement alvéolaire. Il ne se modifie pas avec la toux.

 

Pour bien analyser l’auscultation pulmonaire et ses bruits, le kinésithérapeute peut se poser quatre questions clés.

  1. À quel moment j’entends ce bruit ?
  2. Comment qualifier ce bruit ?
  3. Quels sont les mécanismes physiques qui permettent d’expliquer ce bruit ?
  4. Est-ce que ce bruit se modifie avec la toux ?

Le bruit trachéo-bronchique est un autre bruit normal repéré pendant une auscultation pulmonaire. C’est un bruit moins recherché, mais qui peut être observé en avant de la cage thoracique, au niveau du plastron sternal (en regard du tronc bronchique). Il est audible aux deux temps de la ventilation, légèrement plus fort à l’inspiration.

 

Lors de l’auscultation pulmonaire, les bruits pathologiques peuvent être détectés par rapport au murmure vésiculaire normal. Un murmure vésiculaire peu audible est un signe d’emphysème et de BPCO, mais pas seulement, car les personnes ayant subi une opération de l’abdomen ont un murmure vésiculaire diminué après l’intervention.

 

L’absence de murmure vésiculaire est souvent le signe d’une abolition de la ventilation, comme dans l'atélectasie, ou de la présence d’un obstacle entre le stéthoscope et le poumon (épanchement liquidien, épanchement aérien…) qui empêche d’entendre le murmure vésiculaire. 

Bon à savoir

Vous recherchez une formation DPC kiné ? Walter Santé vous propose une formation kiné BPCO pour maîtriser les enjeux liés à la maladie de la BPCO et optimiser la prise en charge des patients qui en sont atteints. Cette formation DPC kiné est accessible aux kinésithérapeutes diplômés et peut être financée avec le DPC, le FIF PL, Pôle Emploi, votre employeur ou un financement personnel.

img test
Formations Kinés

Découvrez les formations Kinés DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Téléchargez le programme de la formation BPCO kiné en PDF

Programme formation Kiné BPCO

Programme formation Kiné BPCO

+ de 1000 téléchargements

Programme formation Kiné BPCO

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Les étapes de l'auscultation pulmonaire du patient BPCO

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

16 Octobre 2023

Le kinésithérapeute doit réaliser une auscultation pulmonaire BPCO au moment du bilan respiratoire qui est à réaliser avant la rééducation d’un patient. Quels sont les objectifs et l’intérêt de l’auscultation pulmonaire en kinésie respiratoire ? Quels sont les bruits normaux et les bruits pathologiques perçus au moment de l’auscultation pulmonaire BPCO ? Explications.

Lire l'article

De quoi est composé l'arbre bronchique ?

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

16 Octobre 2023

Le système respiratoire est un élément essentiel du corps. Débutant au niveau du nez ou de la bouche, l’air passe par les voies respiratoires (constituées de la gorge, du larynx et de la trachée) avant d'atteindre les poumons, les bronches et les alvéoles. L’arbre bronchique correspond à la partie du système respiratoire composé des bronches, à partir de la fin de la trachée. Il est nommé ainsi en rapport avec sa forme caractéristique qui ressemble à un arbre inversé.
Dans cet article, découvrez les caractéristiques de l’arbre bronchique, sa composition et ses particularités. Vous pouvez suivre notre formation kiné BPCO pour en apprendre plus sur l’arbre trachéo-bronchique.

Lire l'article

Connaître la mesure des volumes pulmonaires du patient BPCO

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

16 Octobre 2023

Lors de l’, il est important de mesurer les différents volumes pulmonaires. Ces mesures permettent d’évaluer l’atteinte pulmonaire et la capacité respiratoire du patient. Dans cet article, découvrez la signification et le lien entre chaque volume respiratoire : la capacité vitale (CV), la capacité pulmonaire totale (CPT) et la capacité résiduelle fonctionnelle (CRF).

Lire l'article

Les techniques de kinésithérapie respiratoire pour désencombrer le patient BPCO

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Kinésithérapeute, en tant que professionnel paramédical, vous êtes amené à pratiquer de la kiné respiratoire avec vos patients atteints d’affections respiratoires chroniques. La BPCO en fait partie. L’objectif de vos interventions est, certes, d’éduquer le patient, mais aussi de l’aider à désencombrer les bronches. Découvrez comment vous pouvez soutenir les malades et améliorer leur quotidien grâce aux différentes techniques respiratoires qui désencombrent les poumons du patient BPCO. 

Lire l'article