La mesure des volumes pulmonaires du patient BPCO

blog

Santé

Kinésithérapeute

BPCO kiné

La mesure des volumes pulmonaires du patient BPCO

Connaître la mesure des volumes pulmonaires du patient BPCO

|

6 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Lors de l’auscultation pulmonaire d’un patient BPCO, il est important de mesurer les différents volumes pulmonaires. Ces mesures permettent d’évaluer l’atteinte pulmonaire et la capacité respiratoire du patient. Dans cet article, découvrez la signification et le lien entre chaque volume respiratoire : la capacité vitale (CV), la capacité pulmonaire totale (CPT) et la capacité résiduelle fonctionnelle (CRF).

Sommaire

  • La capacité vitale (CV)
  • La capacité pulmonaire totale (CPT)
  • La capacité résiduelle fonctionnelle (CRF)
  • Téléchargez le programme de la formation BPCO kiné en PDF

Programme formation Kiné BPCO

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

La capacité vitale (CV)

Le kinésithérapeute peut mesurer le volume pulmonaire des patients en utilisant un spiromètre. Il est nécessaire de placer un embout dans la bouche, avec un pince-nez, relié à l’appareil. Dans un premier temps, il est demandé au patient de respirer tranquillement, sans faire d’effort. L’appareil enregistre alors une respiration au repos, nommée volume courant (VT).

Bon à savoir

Bien que la Société de Pneumologie française ait établi une terminologie française des paramètres de spirométrie, le paramètre du volume courant (VT) est le seul à avoir conservé la terminologie anglaise (VT pour tidal volume). Ceci permet d’éviter toute confusion avec la capacité vitale, abrégée CV.

Après une mesure de la respiration au repos, il est demandé au patient d’inspirer à fond. Ceci permet d’obtenir un volume non mobilisable au repos : le volume de réserve inspiratoire, abrégé VRI. Ensuite, à l’expiration (forcée), le kinésithérapeute peut mesurer le volume de réserve expiratoire, abrégé VRE.

 

Réunis, ces trois grands volumes mobilisables représentent la capacité vitale (CV) :

  • le volume courant (VT) : mobilisé au repos sans faire attention ;
  • le volume de réserve inspiratoire (VRI) : volume inspiratoire mobilisé à l’effort ;
  • le volume de réserve expiratoire (VRE) : volume expiratoire mobilisé à l’effort.

Bon à savoir

La capacité inspiratoire (CI) ne concerne que les deux premiers volumes mobilisables : le volume courant (VT) et le volume de réserve inspiratoire (VRI).

img test
Maîtrisez la prise en charge du patient BPCO

La BPCO en kinésithérapie : identification du déconditionnement à l’effort, évaluation de la dyspnée, mise en place d’un programme de réentraînement et renforcement musculaire.

Découvrir la formation

La capacité pulmonaire totale (CPT)

La capacité pulmonaire totale (CPT) est un ensemble de deux volumes :

  1. le volume résiduel (VR) : le volume résiduel situé dans les alvéoles, non mobilisable ;
  2. la capacité vitale (CV) : elle comprend les trois volumes mentionnés ci-dessus, le VT, le VRI et le VRE.

Pour bien comprendre le volume résiduel (VR), il faut évoquer le surfactant pulmonaire qui est secrété par les pneumocytes de type II au sein des alvéoles et qui possède des propriétés tensioactives empêchant l’alvéole de se fermer. Ce phénomène crée un volume pulmonaire qui se maintient en permanence dans les alvéoles et qui ne peut pas être mobilisé par la personne. C’est ce volume non mobilisable dans les alvéoles qui correspond au volume résiduel pulmonaire (VR).

Bon à savoir

Lisez aussi notre article sur la radiologie de patients BPCO et découvrez notre formation DPC kiné.

La capacité résiduelle fonctionnelle (CRF)

La capacité résiduelle fonctionnelle (CRF) est particulière : elle associe un volume non mobilisable, le volume résiduel (VR), et un volume mobilisable, le volume de réserve expiratoire (VRE). Lorsque le patient respire sans effort (volume courant, VT), il s’appuie sur cette capacité résiduelle fonctionnelle, mais lorsqu’il mobilise le volume de réserve expiratoire, il passe en dessous de la CRF.

Exemple

Prenons un exemple : il est demandé à un patient de rester en apnée, bouche et glotte ouvertes, sans effort. Dans ce cas, le poumon et le thorax, qui exercent habituellement deux forces opposées, s’équilibrent. Cette position d’équilibre correspond à la capacité résiduelle fonctionnelle (CRF) et c’est à partir de cette position de CRF que le patient peut à nouveau ventiler. Lorsque le patient inspire, il passe au-dessus de la CRF (ce qui est rendu possible par la force exercée par le muscle diaphragme). Lorsque le diaphragme n’exerce plus de force, l’ensemble composé du thorax et du poumon revient à sa position d’équilibre. Pour aller en dessous de la CRF, il faut forcer le système à se déséquilibrer en utilisant les muscles abdominaux.

Le niveau de capacité résiduelle fonctionnelle (CRF) correspond à un degré d’aération pulmonaire sur lequel le patient ventile. Pour un patient en bonne santé, la ventilation au repos (le volume respiratoire courant, VT) est suffisante pour renouveler les gaz alvéolaires, c’est-à-dire pour apporter suffisamment d'oxygène dans les alvéoles et pour éliminer le CO2 produit par l’organisme, sans avoir l’impression de faire un effort.

 

Cependant, lorsque la capacité résiduelle fonctionnelle est doublée ou triplée au niveau de l’arbre bronchique, le patient doit ventiler sur un poumon hyper-aéré et la respiration au repos n’est plus suffisante pour assurer un renouvellement gazeux satisfaisant. Le patient devrait alors multiplier par deux ou trois son volume courant (VT), ce qui est impossible. La conséquence se ressent au niveau des échanges gazeux : on note une diminution des apports d’oxygène, une hypoxie et une potentielle hypercapnie.

 

À l’inverse, lorsque la capacité résiduelle fonctionnelle est divisée par deux, certaines zones vont se fermer, avec une perte de la surface d’échange. Il y a, dans ce cas, un retentissement sur l’hématose.

 

Ces exemples permettent de comprendre en quoi la capacité résiduelle fonctionnelle (CRF) est déterminante dans la qualité des échanges gazeux. La CRF est dépendante des propriétés mécaniques du poumon et du thorax qui déterminent la biologie de l’hématose. Le rôle de la CRF est central dans la maladie BPCO.

Bon à savoir

Vous cherchez des informations supplémentaires sur les volumes pulmonaires ou les patients BPCO ? La formation DPC kiné de Walter Santé vous permet d’approfondir vos connaissances sur la maladie et la prise en charge de vos patients BPCO. Cette formation kiné DPC e-learning vous permet d’améliorer la qualité de vie de vos patients, en évitant la sédentarité et en proposant un renforcement musculaire adapté. Éligible au DPC, au FIF PL, à Pôle Emploi ou à votre employeur (ou un financement personnel), cette formation kiné BPCO est réservée aux masseurs-kinésithérapeutes.

img test
Formations Kinés

Découvrez les formations Kinés DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Téléchargez le programme de la formation BPCO kiné en PDF

Programme formation Kiné BPCO

Programme formation Kiné BPCO

+ de 1000 téléchargements

Programme formation Kiné BPCO

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

La spirométrie du patient BPCO

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Un examen spirométrique peut être prescrit par le médecin traitant ou le pneumologue, à un patient présentant des difficultés respiratoires. La spirométrie mesure les volumes d’air inspirés et expirés. Elle permet également de réaliser le tracé d’un graphique à partir duquel de nombreuses analyses sont possibles pour les soignants. Notamment les débits expiratoires, forcés ou non. Mais prescrire un examen spirométrique à un patient BPCO est-il judicieux ? Découvrons-le tout de suite. 

Lire l'article

Kiné BPCO : l'éducation thérapeutique du patient

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Kinés, vous intervenez régulièrement auprès de patients BPCO après leur hospitalisation. Bien sûr, vous menez des activités pour améliorer le confort respiratoire des malades BPCO. Mais en tant que professionnel de la santé menant un suivi médical à domicile, vous avez un rôle d’éducateur de santé à jouer. Dans ce cas, quelle éducation thérapeutique mettre en place auprès des patients BPCO ? Et quels autres professionnels peuvent coopérer avec vous pour remplir ce rôle ? On vous explique tout dans notre article.

Lire l'article

Les étapes de l'auscultation pulmonaire du patient BPCO

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

16 Octobre 2023

Le kinésithérapeute doit réaliser une auscultation pulmonaire BPCO au moment du bilan respiratoire qui est à réaliser avant la rééducation d’un patient. Quels sont les objectifs et l’intérêt de l’auscultation pulmonaire en kinésie respiratoire ? Quels sont les bruits normaux et les bruits pathologiques perçus au moment de l’auscultation pulmonaire BPCO ? Explications.

Lire l'article

Kiné : comment évaluer la dyspnée du patient BPCO ?

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Pour les patients atteints de difficultés respiratoires, et particulièrement les malades BPCO, la dyspnée peut être quotidienne. Elle se définit par un essoufflement ressenti à différents stades de l’effort. La respiration devient difficile et le geste inconfortable. Elle peut avoir différents stades et dépend de l’état de santé de la personne suivie. Vous souhaitez accompagner au mieux vos patients ? Découvrez la définition de la dyspnée et les outils pour l’évaluer lors d’un accompagnement en kiné respiratoire.

Lire l'article