blog

Santé

Kinésithérapeute

Évaluer la dyspnée du patient BPCO en kiné

Kiné : comment évaluer la dyspnée du patient BPCO ?

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Pour les patients atteints de difficultés respiratoires, et particulièrement les malades BPCO, la dyspnée peut être quotidienne. Elle se définit par un essoufflement ressenti à différents stades de l’effort. La respiration devient difficile et le geste inconfortable. Elle peut avoir différents stades et dépend de l’état de santé de la personne suivie. Vous souhaitez accompagner au mieux vos patients ? Découvrez la définition de la dyspnée et les outils pour l’évaluer lors d’un accompagnement en kiné respiratoire.

Qu'est-ce que la dyspnée ?

Le patient BPCO présente une difficulté clinique majeure : la dyspnée. C’est une gêne respiratoire perçue et exprimée par le patient. Aucun personnel médical ne peut la percevoir pour lui. Son témoignage fait foi. 

 

Cette gêne se manifeste souvent pendant une activité particulière. Elle génère chez le patient l’arrêt de l’effort et le fait de ne plus vouloir recommencer cet exercice. Cela correspond vraiment à une sensation de manque d’air angoissante pour le malade. 

 

La dyspnée peut devenir invalidante et s’approcher de l’étouffement. Donc, elle correspond à une perception pénible d’un désaccord entre la demande ventilatoire et les possibilités mécaniques du système thoracopulmonaire. Autrement dit, il y a une demande neurologique d’augmenter la ventilation, et l’incapacité physique de la réaliser. Pour définir la dyspnée, on parle donc de dissociation ventilo-mécanique.

 

Pour approfondir vos connaissances sur la BPCO et accompagner au mieux vos patients, pensez à faire valoir vos droits DPC. Ils vous permettent de suivre une formation DPC kiné gratuitement. Contactez Walter Santé pour en savoir plus. 

Maîtrisez la prise en charge du patient BPCO

Notre formation complète sur la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive en kinésithérapie : identification du déconditionnement à l’effort, évaluation de la dyspnée, mise en place d’un programme de réentrainement et renforcement musculaire.

Découvrir la formation
img test

En règle générale, le malade BPCO a tendance à minimiser son problème respiratoire, car il s’est installé progressivement. Petit à petit, il marche moins vite, s’arrête à chaque étage, avant de ne plus marcher du tout ou de prendre l’ascenseur. Dans ces cas-là, et sans s’en rendre compte, la personne malade est en train de s’adapter à l’effort. C’est un cercle vicieux :

 

  • le patient sent ses difficultés respiratoires ;
  • il adapte ses efforts ;
  • il se sédentarise ;
  • il se désadapte à l’effort.

Bon à savoir

L’inactivité musculaire se traduit par une perte de force, mais aussi par une modification de la typologie musculaire.

Les fibres musculaires de type 1 sont détruites au profit de fibres de type 2. En raison de leur constitution, les fibres musculaires de type 1 (ou fibres à contraction lente) sont plus efficaces dans l’utilisation de l’oxygène. Elles favorisent l’effort de longue durée. Les fibres de type 2 (ou fibres à contraction rapide) utilisent la respiration anaérobie pour nourrir un mouvement prolongé. Donc, les muscles de type 1 résistent mieux à la fatigue que ceux de type 2. Quand le patient dyspnéique veut faire un physique, il n’en est plus capable et ressent cette sensation d'impossibilité à respirer.

 

Ainsi, la dyspnée du patient BPCO s’inscrit de deux façons :

 

  • dans la composante de l’obstruction respiratoire, peu ou pas du tout réversible ;
  • dans la composante physique, par la modification des fibres musculaires.

Maîtrisez la prise en charge du patient BPCO

Notre formation complète sur la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive en kinésithérapie : identification du déconditionnement à l’effort, évaluation de la dyspnée, mise en place d’un programme de réentrainement et renforcement musculaire.

Découvrir la formation
img test

Comment évaluer la dyspnée du patient ?

La gêne respiratoire du patient BPCO peut être évaluée, dans le cadre d’un suivi en kiné respiratoire, avec plusieurs outils. L'examen le plus courant, car non invasif et simple à mettre en œuvre, est la spirométrie, toujours prescrit par un médecin,  Ils fonctionnent tous sur le même principe : l'évaluation de la difficulté respiratoire par le patient. On retrouve l’échelle de BORG, celle de Sadoul ou celle du MRC. Ces outils vont vous permettre de diriger la dyspnée vers une réhabilitation respiratoire BPCO. Découvrons-les.

L'échelle visuelle analogique

C’est une graduation subjective, représentée par une bande horizontale de dix centimètres. D’un côté, il y a l’asphyxie et de l’autre aucune gêne respiratoire. Comme pour la douleur, le patient se positionne sur cette graduation. 

Important

Cette graduation est linéaire alors que la sensation de dyspnée inspiratoire ne l’est pas. Elle est même exponentielle : elle apparaît et évolue pour devenir de moins en moins tolérable avec un effort de moins en moins intense.

L’échelle alphanumérique de BORG modifiée (ou CR10) donne une représentation plus précise de la sensation de dyspnée. Elle permet également au patient de s’approprier ses difficultés. L’échelle de BORG associe à chaque chiffre une difficulté d’effort, en prenant en considération la fatigue musculaire et la fatigue générale ressentie.

Évaluation de la dyspnéeIntensité de la sensation
0Rien
0,5Très, très légère
1Très légère
2Légère
3Modérée
4Un peu forte
5Forte
6 
7Très forte
8 
9Très, très forte
10Maximale

 

Les expériences montrent une bonne corrélation entre cette échelle de mesure de la difficulté physique et l’augmentation du rythme cardiaque. Ses autres avantages sont qu’elle est simple, rapide, et peu coûteuse.

Maîtrisez la prise en charge du patient BPCO

Notre formation complète sur la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive en kinésithérapie : identification du déconditionnement à l’effort, évaluation de la dyspnée, mise en place d’un programme de réentrainement et renforcement musculaire.

Découvrir la formation
img test

L'échelle de Sadoul

L’échelle de Sadoul est divisée en 5 parties. Elle permet de scinder les stades de la dyspnée en fonction de l’effort fourni. Ainsi :

 

  • une dyspnée de stade 1 correspond à une difficulté ressentie à partir de 2 étages montés ;
  • une difficulté respiratoire de niveau 2 pour une gêne éprouvée lorsqu’il monte un étage ou effectue une marche rapide ;
  • une dyspnée de stade 3 équivaut à un problème ressenti lors d’une marche lente en terrain plat ;
  • une difficulté respiratoire de niveau 4 correspond à une gêne ressentie dans le cadre d’une marche lente ;
  • une dyspnée de stade 5 équivaut à une difficulté respiratoire éprouvée au moindre geste quotidien, tel que l’habillage.
Effort fourniStade de la dyspnée
Difficulté respiratoire lors de la montée de deux étagesStade 1
Difficulté respiratoire lors de la montée d'un étage ou de la marche rapideStade 2
Difficulté respiratoire lors de la marche lente en terrain platStade 3
Difficulté respiratoire lors de la marche lente à une vitesse lenteStade 4
Difficulté respiratoire lors des gestes quotidiensStade 5

 

Bon à savoir

En associant l’évaluation de la gêne ressentie à des efforts concrets, que tout le monde connaît, l’échelle de Sadoul offre une estimation plus objective.

Une autre proposition se rapproche de celle de Sadoul : l’échelle du MRC (ou Medical research council). Cette dernière est divisée en 4 stades :

 

  • le niveau 0 correspond à une difficulté ressentie lors d’un effort intense ;
  • le stade 1 est associé à des efforts importants ou liés à l’âge du patient  ;
  • le niveau 2 est une dyspnée ressentie à la montée d’un étage ou d’une côte à marche normale ;
  • le stade 3 est une difficulté respiratoire sur terrain plat, en suivant le rythme de quelqu’un du même âge que le patient ;
  • le niveau 4 est une dyspnée ressentie au moindre effort de la vie courante.
Effort fourniStade de la dyspnée
Effort intenseStade 0
Effort important (selon l'âge)Stade 1
Montée d'un étage ou d'une côte à marche normaleStade 2
Marche sur terrain plat, en suivant une autre personne du même âgeStade 3
Moindre effortStade 4

 

Ces deux échelles se ressemblent, mais celle proposée par le MRC participe à d’autres tests, notamment sur la résistance physique. Dans votre cas, kiné suivant des patients BPCO, si vous souhaitez évaluer la force musculaire de votre patient, il est préférable d’utiliser un examen fonctionnel. L’échelle du MRC reste subjective.

Formations Kinés

Découvrez les formations DPC Kinés en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations
img test

Pour en savoir plus sur la BPCO et compléter votre formation de kinésithérapeute, renseignez-vous sur la formation kiné BPCO dispensée par les spécialistes de l’équipe Walter Santé.

Sur le même thème

Qu'est-ce que la spirométrie du patient BPCO ?

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Un examen spirométrique peut être prescrit par le médecin traitant ou le pneumologue, à un patient présentant des difficultés respiratoires. La spirométrie mesure les volumes d’air inspirés et expirés. Elle permet également de réaliser le tracé d’un graphique à partir duquel de nombreuses analyses sont possibles pour les soignants. Notamment les débits expiratoires, forcés ou non. Mais prescrire un examen spirométrique à un patient BPCO est-il judicieux ? Découvrons-le tout de suite. 

Lire l'article

Le rôle du kiné dans la prise en charge de la bronchiolite du nourrisson

Alphonse Doutriaux

|

4 Juillet 2022

La bronchiolite du nourrisson touche environ 30 % des enfants de moins de 1 an chaque année en France. Hospitalisations, surinfections… la bronchiolite du nouveau-né est un véritable problème de santé publique. La kinésithérapie respiratoire intervient dans un cadre défini par les recommandations de l’HAS de 2019 dans lequel elle est recommandée dans certaines situations. Le rôle du kiné dans la prise en charge de la bronchiolite du nourrisson passe par la pratique technique, le diagnostic kinésithérapique, mais aussi par l’éducation des parents à la santé afin de converger vers une amélioration de la qualité de vie de l’enfant durant cet épisode bronchique.

Lire l'article

AVC : évaluation de la douleur du patient

Alphonse Doutriaux

|

29 Août 2022

Ressentir des douleurs après un AVC est une chose courante. Il existe plusieurs types de douleurs, comme des douleurs d'épaule, des douleurs dues à une crispation involontaire des muscles ou encore des douleurs neuropathiques… Ces dernières douleurs doivent faire l’objet d’une évaluation. Pour cela, plusieurs méthodes et outils sont utilisés. Découvrez comment évaluer la douleur du patient post-AVC. 

Lire l'article

Les troubles phasiques post-AVC

Alphonse Doutriaux

|

29 Août 2022

Lors d’un AVC, une partie du cerveau est endommagée. Selon le lieu et l’étendue de la lésion, les difficultés seront différentes. Si la partie lésée se situe dans l’hémisphère gauche, des troubles de la parole et/ou de la compréhension peuvent apparaître, c’est l’aphasie. Elle survient dans 20 à 40 % des cas d'AVC. Zoom sur l’aphasie après un AVC. 

Lire l'article