blog

Santé

Kinésithérapeute

La spirométrie du patient BPCO

Qu'est-ce que la spirométrie du patient BPCO ?

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Un examen spirométrique peut être prescrit par le médecin traitant ou le pneumologue, à un patient présentant des difficultés respiratoires. La spirométrie mesure les volumes d’air inspirés et expirés. Elle permet également de réaliser le tracé d’un graphique à partir duquel de nombreuses analyses sont possibles pour les soignants. Notamment les débits expiratoires, forcés ou non. Mais prescrire un examen spirométrique à un patient BPCO est-il judicieux ? Découvrons-le tout de suite. 

Qu'est-ce que la spirométrie ?

La spirométrie est un examen de santé qui permet de mesurer les volumes d’air inspirés et expirés par un patient, ainsi que la vitesse à laquelle l’air pénètre ou sort de ses poumons. Il s’agit de souffler dans un tube relié à une machine, ou spiromètre, avec un effort plus ou moins important.

 

Dans un premier temps, le praticien demande au patient d’avoir une respiration légère puis de gonfler ses poumons au maximum et de souffler très vite et très fort jusqu’à la fin. Lors de cet exercice, la capacité vitale du patient est sollicitée. L’objectif de ces mesures, demandées par le médecin généraliste ou le pneumologue, est de vérifier s’il y a un trouble ventilatoire obstructif.

 

Les résultats sont exprimés par des courbes retraçant :

 

  • le volume expiratoire maximal par seconde (ou VEMS) ;
  • la capacité de régénération du débit-volume expiratoire et inspiratoire. 

Par exemple, une personne atteinte d’asthme peut présenter une courbe débit-volume diminuée quasiment de moitié, mais harmonieuse. 

 

Un patient qui fait de l’emphysème présente une capacité inspiratoire diminuée d’un tiers tandis que le volume expiratoire est aussi amoindri, mais beaucoup moins harmonieux. Il présente un volume expiré normal au début puis chute tout au long de l’expiration. La courbe est alors en forme de croissant.

Exemple

Si le patient a un syndrome restrictif, par obstruction par exemple, vous verrez une courbe diminuée de moitié et harmonieuse, mais en décalage. L’inspiration et l’expiration sont comme coupées l’une de l’autre. Certaines de ces pathologies se retrouvent dans la BPCO. 

Vous voulez en savoir plus sur la BPCO et le soutien thérapeutique que vous pouvez apporter à vos patients ? Vous avez besoin de rappels anatomiques ? Renseignez-vous sur la formation kiné BPCO proposée par Walter Santé.

Maîtrisez la prise en charge du patient BPCO

Notre formation complète sur la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive en kinésithérapie : identification du déconditionnement à l’effort, évaluation de la dyspnée, mise en place d’un programme de réentrainement et renforcement musculaire.

Découvrir la formation
img test

Que mesure la spirométrie ?

On l’a vu succinctement, la spirométrie mesure les variations du débit (vitesse) et du volume d’air inspiré et expiré. Ces variations sont représentées par la courbe débit-volume. Elle est essentielle, car elle renvoie l’image des capacités pulmonaires du patient au cours d’un cycle respiratoire.

 

En effet, elle renseigne sur :

 

  • la CVF, ou capacité vitale forcée, c’est-à-dire réalisée pendant un effort ; 
  • le DEP, ou débit expiratoire de pointe ;
  • les DEF, ou débit expiratoire forcé ;
  • le VRI, ou volume respiratoire inspiré ;
  • et le VRE, soit le volume respiratoire expiré.

Le VRI et le VRE associés représentent les volumes mobilisables. Ainsi, la spirométrie peut permettre, sous certaines conditions, que nous verrons dans le dernier paragraphe, d’évaluer la dyspnée du patient BPCO.

 

L’axe horizontal de la courbe débit-volume représente les volumes. L’axe vertical représente, au-dessus de zéro, les débits expiratoires et en dessous de zéro, les débits inspiratoires. On va s’intéresser au débit expiratoire et, pour cela, couper la courbe en 3 parties :

 

  • la partie ascendante, où le débit augmente ;
  • le point maximal, qui représente le débit expiratoire de pointe, ou peak-flow ;
  • une partie descendante, avec la diminution des volumes.

La partie à exploiter est celle qui part du DEP et qui s’étire jusqu’à la fin de l’expire. Elle permet en effet de mesurer ce qui se passe au fond de l’arbre bronchique ; contrairement au VEMS, qui mesure les capacités sortantes de l’arbre bronchique haut.

 

L’ensemble de la courbe représente la CV, ou capacité vitale. Elle peut être séparée horizontalement en 2 parties égales, puis en 2 verticalement. Vous trouvez alors le point du débit expiratoire forcée à 50 %. À partir de ce dernier, vous pouvez mesurer les DEF à 25 et 75 %

 

La partie de la courbe allant du DEF 75 % jusqu’à la fin, représente l’activité présente dans les subdivisions bronchiques au-delà de la 7e division. À ce niveau, les bronches sont dépourvues de cartilage, dites membraneuses et sont tout à fait collabables.

Bon à savoir

Chez un patient sain, cette partie de la courbe aura une forme légèrement bombée vers l’extérieur. Tandis que, plus les voies aériennes seront touchées, encombrées, plus la courbe sera concave. Cela signifie que les débits tendent à chuter dans les petites voies aériennes et que le calibre bronchique se réduit.

Attention, une courbe peut commencer à se creuser tandis que le patient ne se plaint d’aucun désagrément. Cela s’explique par la formation naturelle de l’arbre bronchique : le volume des bronches filles est toujours supérieur au volume initial de la bronche mère. Imaginez-vous l’arbre bronchique comme un entonnoir à l’envers : plus on y descend, plus le volume augmente. Il faut donc des dégâts considérables pour faire naître une expression clinique.

 

Ainsi, l’examen spirométrique peut être une base pour commencer l’éducation thérapeutique du patient BPCO, avant même qu’il ressente les désagréments de sa maladie.

Maîtrisez la prise en charge du patient BPCO

Notre formation complète sur la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive en kinésithérapie : identification du déconditionnement à l’effort, évaluation de la dyspnée, mise en place d’un programme de réentrainement et renforcement musculaire.

Découvrir la formation
img test

La mesure de la courbe débit-volume chez le patient BPCO

Plus la broncho-pneumopathie chronique obstructive est avancée, moins la spirométrie BPCO est recommandée. En effet, la mesure de la courbe débit-volume peut être remise en question, car l’expiration forcée peut être dangereuse pour le patient. Il risque un collapsus, au même titre que lors de certains exercices thérapeutiques en kiné BPCO.

 

De plus, la faiblesse du volume expiratoire du patient ne permet pas d’obtenir une mesure fiable. Dans ce cas, les thérapies appliquées en kinésithérapie respiratoire seront certainement plus efficaces. Par exemple, la ventilation mécanique non invasive peut être judicieuse. Il s’agit d’une technique permettant d’améliorer les échanges gazeux entre le sang du patient et l’air qu’il respire. Ça lui permet de respirer plus facilement. 

 

Ainsi, si la spirométrie est intéressante pour déceler des problèmes d’encombrement bronchique naissants ou pour certaines pathologies, comme l’asthme.

Important

L’examen spirométrique n’est pas le plus recommandé pour les patients BPCO. En fonction de l’avancée de leur maladie, la spirométrie peut être trop fatigante pour eux, voire dangereuse. D’autres techniques sont donc à privilégier.

Enfin, pour tout savoir sur le suivi d’un patient BPCO en kinésithérapie, pensez à une formation DPC kiné. Le DPC vous permet de suivre le cursus de votre choix, dans le cadre de votre parcours de l’obligation de formation des soignants. Renseignez-vous auprès de Walter Santé.

Formations Kinés

Découvrez les formations DPC Kinés en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations
img test

Sur le même thème

Qu'est-ce que la proprioception en kinésithérapie ?

Alphonse Doutriaux

|

17 Août 2022

La proprioception se définit comme la perception et la sensibilité du système nerveux par rapport aux informations provenant des muscles, des articulations ou des os. Dans le cas de la cheville, elle est extrêmement précieuse afin de garantir une bonne stabilité, et de limiter les risques d’aggravation ou de récidive d’une blessure. Découvrez dans cet article les bonnes pratiques de la proprioception en kinésithérapie.

Lire l'article

Entorse de cheville : quels sont les différents types ?

Alphonse Doutriaux

|

17 Août 2022

L’entorse de la cheville représente un des motifs les plus fréquents de consultation en médecine générale, en traumatologie et en kinésithérapie. Cet article se propose d’aborder les différents types d’entorse sous un spectre anatomique, leurs causes ainsi que leur degré de gravité : entorse bénigne, entorse moyenne ou entorse sévère.

Lire l'article

Les techniques de kinésithérapie respiratoire pour désencombrer le patient BPCO

Alphonse Doutriaux

|

22 Août 2022

Kinésithérapeute, en tant que professionnel paramédical, vous êtes amené à pratiquer de la kiné respiratoire avec vos patients atteints d’affections respiratoires chroniques. La BPCO en fait partie. L’objectif de vos interventions est, certes, d’éduquer le patient, mais aussi de l’aider à désencombrer les bronches. Découvrez comment vous pouvez soutenir les malades et améliorer leur quotidien grâce aux différentes techniques respiratoires qui désencombrent les poumons du patient BPCO. 

Lire l'article

Diagnostic d'une entorse de la cheville

Alphonse Doutriaux

|

17 Août 2022

Le diagnostic d’une entorse de cheville est fondamental pour assurer au patient un traitement et une prise en charge adaptés : zoom sur les bonnes pratiques et les codes indispensables à connaître sur le sujet.

Lire l'article