blog

Santé

Médecin généraliste

Comment se déroule la téléconsultation ?

Comment se déroule une téléconsultation en médecine générale ?

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

La téléconsultation consiste à suivre une consultation médicale à distance. De plus en plus connue et utilisée, la téléconsultation est un moyen de faciliter l'accès au soin à tous, y compris ceux ne pouvant se déplacer ou se trouvant dans des déserts médicaux. Mais comment se déroule une téléconsultation ? Quelles sont les similarités avec une consultation classique ? Nous vous expliquons tout.

Se connecter à la téléconsultation

Le déroulement d'une téléconsultation médicale est quasiment identique à une consultation physique. La principale différence est qu’au lieu de se rendre au cabinet médical du médecin et d’attendre dans la salle d’attente, le patient doit, le jour de la téléconsultation, se connecter en ligne, via un lien envoyé par mail ou par SMS par le médecin.

 

En amont, la prise de rendez-vous a été faite sur un site internet ou une application sécurisée. La connexion se fait depuis un smartphone, un ordinateur ou encore une tablette dotés d’une caméra et d’un micro fiables. L’essentiel est de disposer d’une connexion Internet de qualité suffisante afin de pouvoir communiquer aisément avec le professionnel de santé. Il faut aussi privilégier un lieu calme pour pouvoir effectuer sereinement la téléconsultation médicale. 

Maîtrisez les usages de la télémédecine

Notre formation complète sur la mise en place de la télémédecine : conception d’un projet de télémédecine, cadre légal, spécificités déontologiques et données de santé.

Découvrir la formation
img test

Attention, la consultation à distance est un acte médical, comme celui effectué en physique. Ainsi, celui-ci doit toujours se dérouler avec une caméra. Cependant, certains cas autorisent une téléconsultation par téléphone (sans caméra) et non avec le médecin en visio. Les cas autorisés et permettant de coter une TCG sont les suivants :

 

  • les patients n’ayant pas accès à une connexion internet à haut débit ou très haut débit ;
  • les patients disposant d’un accès à une connexion internet à haut débit ou très haut débit mais n’ayant pas de terminal permettant une vidéotransmission dans 4 situations spécifiques. 

Les situations spécifiques en question sont les suivantes : 

 

  • les patient(e)s présentant les symptômes d’infection ou étant atteints du Covid-19 ;
  • les patient(e)s âgé(e)s de plus de 70 ans ;
  • les patient(e)s atteint(e)s d’une affection grave mentionnée à l’article L160-14 alinéa 3 du code de la sécurité sociale ;
  • les patientes enceintes.

Bon à savoir

Si vous souhaitez connaître tous les avantages de la télémédecine, nous vous invitons à lire notre article sur le sujet. 

L'importance du consentement du patient

Avant toute téléconsultation, le consentement du(de la) patient(e) doit être recueilli. Le patient peut donner son consentement éclairé de plusieurs manières : 

 

  • à l’oral ; 
  • à l’écrit ;
  • par le biais d’une case à cocher avant l’accès à l’outil numérique de télémédecine.

Chaque patient(e) doit parfaitement intégrer les enjeux de la téléconsultation. Il(elle) ne doit pas avoir l’impression qu’on lui impose ce mode de suivi médical.

Bon à savoir

Lorsqu’on pratique la télémédecine, il est important de choisir le bon logiciel. Avant de vous lancer, lisez notre article sur le choix de la plateforme de télémédecine

Les similarités avec une consultation classique

Il existe de nombreuses ressemblances avec une consultation classique au sein d’un cabinet médical. Comme lors d’une consultation en physique, la téléconsultation permet aux patient(e)s de voir le professionnel de santé et d’échanger avec lui sur leur état de santé. Autre similarité, le professionnel de santé a aussi la capacité de contrôler les différents examens tels que les résultats biologiques ou les résultats d’imagerie. Ainsi, tout comme un(e) patient(e) qui se rend chez son médecin, celui(celle) qui suit une téléconsultation, devra avoir à disposition ses documents médicaux.

 

Une fois la téléconsultation terminée, le médecin a la même obligation de rédiger une compte-rendu qu’il intègre dans le fichier du(de la) patient(e), que lors de ses consultations en physique. Il doit aussi le faire parvenir au médecin traitant afin d’assurer le suivi

 

Par ailleurs, un professionnel de santé peut lors d’une téléconsultation, établir une ordonnance. Ici, la différence avec une consultation classique est le mode de transmission. En effet, en téléconsultation, le(la) patient(e) reçoit l'ordonnance par courrier postal, par mail ou via une messagerie sécurisée, et non en main propre. 

 

Les tarifs d’une téléconsultation avec un médecin généraliste sont aussi les mêmes que pour les consultations classiques. Le médecin facture pour une téléconsultation au même tarif que pour une consultation en physique. Ces tarifs varient entre 23 euros et 58,50 euros selon la spécialité et le secteur du professionnel de santé. 

 

Enfin, les modalités de remboursement sont les mêmes que celles pour une consultation classique. Autrement dit, l’Assurance Maladie prend en charge la consultation à distance à hauteur de 70 %. Les 30 % restants sont, la plupart du temps, remboursés par la complémentaire santé.

 

Tout comme pour une consultation en physique, consulter un médecin à distance doit se faire dans le respect du parcours de soins coordonnés. C’est-à-dire, que la téléconsultation doit respecter l'une de ces deux conditions :

 

  • avoir lieu avec le médecin traitant ;
  • avoir lieu avec un professionnel de santé spécialisé, sur orientation du médecin traitant. 

Bon à savoir

Le paiement d’une consultation en télémédecine peut se faire via un système de télépaiement permettant de régler directement en ligne. Il est aussi possible de payer par virement bancaire ou par chèque, comme une consultation classique. À noter que si le tiers-payant intégral s'applique, le(la) patient(e) n’aura rien à payer.

Maîtrisez les usages de la télémédecine

Notre formation complète sur la mise en place de la télémédecine : conception d’un projet de télémédecine, cadre légal, spécificités déontologiques et données de santé.

Découvrir la formation
img test

Les cas d'accompagnement en téléconsultation

Le(la) patient(e) a la possibilité d’assister seul(e) à sa téléconsultation ou d’être assisté(e) si besoin. Cela peut être par un membre de la famille ou un(e) autre professionnel(le) de santé (infirmier(ère) ou aide soignant(e)). 

 

Si un(e) infirmier(ère) libéral(e) assiste le(la) patient(e), il(elle) devra se munir d’un acte de télésoins. Si l’accompagnant(e) est un(e) pharmacien(ne), ce(tte) dernier(e) devra avoir un acte forfaitaire

 

La téléconsultation accompagnée peut se dérouler dans l'un des lieux suivants

 

  • au domicile du(de la) patient(e) ; 
  • dans une pharmacie d'officine ; 
  • dans un centre médico-social ; 
  • dans un établissement de santé.

Pour que la téléconsultation soit valide, il faut s’equiper d’une webcam et d’une connexion Internet. Les appareils abilités à faire une téléconsultation sont les suivants : 

 

  • un ordinateur portable ; 
  • un ordinateur fixe ;
  • une tablette ; 
  • un smartphone.

Bon à savoir

Vous voulez enrichir vos connaissances sur la télémédecine ? Nous vous recommandons de compléter votre formation de médecin généraliste avec notre formation DPC télémédecine.

Sur le même thème

Comment diagnostiquer l'endométriose en médecine générale ?

Thomas Cornet

|

13 Juin 2022

Pendant longtemps, on a jugé qu’il était normal pour une femme d’avoir mal en période de règles. Mais depuis quelques années, grâce notamment aux associations de patientes, l’endométriose n’est plus une maladie méconnue. La dysménorrhée est fonctionnelle la plupart du temps, mais il faut toujours éliminer une pathologie organique. Ainsi, comment diagnostiquer l’endométriose en tant que médecin généraliste ? Quels symptômes peuvent apparaître ? Quels examens prescrire ? Nous répondons à vos questions.

Lire l'article

Les troubles du comportement du patient Alzheimer

Thomas Cornet

|

16 Mai 2022

Les troubles du comportement du patient Alzheimer fluctuent en fonction de l’évolution de la maladie, de la personnalité et de l’histoire du patient. Ils correspondent à des tentatives de communication avec les autres et d’adaptation à l’environnement du patient atteint de troubles cognitifs. En tant que professionnel de santé, il est essentiel de bien les décoder pour s’y adapter.

Lire l'article

Les troubles cognitifs liés à la maladie d'Alzheimer

Thomas Cornet

|

16 Mai 2022

La maladie d’Alzheimer peut provoquer des troubles cognitifs sévères chez le patient. Ces troubles cognitifs atteignent tout particulièrement la mémoire. Les différents types de mémoire sont touchés selon un degré variable qu’il convient de tester.

Lire l'article

Comment diagnostiquer un TDAH (Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité ) ?

Thomas Cornet

|

6 Juin 2022

Le TDAH fait partie des troubles neurodéveloppementaux, il se caractérise par une difficulté persistante à moduler l’attention. Les enfants ayant un TDAH présentent des difficultés de concentration, une impulsivité et une agitation et ce pendant au moins 6 mois.

Les impacts du TDAH se retrouvent dans la vie quotidienne, que ce soit dans la sphère familiale, sociale, scolaire ou encore professionnelle.
Il est donc important de pouvoir diagnostiquer et prendre en charge un patient atteint d’un TDAH car ses symptômes ont une répercussion importante sur sa vie quotidienne.

Lire l'article