blog

Santé

Médecin généraliste

Pourquoi suivre une formation télémédecine ?

Les objectifs d'une formation télémédecine

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

D’abord décriée, puis peu à peu adoptée, la télémédecine permet de bénéficier de soins prodigués par des professionnels de santé à distance. Cependant, sa pratique ne peut se faire sans connaissances préalables. Vous êtes médecin généraliste en formation et souhaitez intégrer la télémédecine à votre pratique ? Nous vous en expliquons les bases et la raison pour laquelle il est important de suivre une formation spécifique avant de se lancer. 

Comprendre le fonctionnement de la télémédecine

Si vous êtes médecin généraliste et que vous voulez développer votre pratique de la télémédecine, il convient tout d'abord de comprendre le fonctionnement de la télémédecine. Il existe plusieurs notions gravitant autour de ce concept : 

 

  • télésanté ; 
  • e-sante ; 
  • cyber santé ; 
  • m-santé ; 
  • robotique ; 
  • objets connectés ; 
  • capteurs ; 
  • DMC. 

Concrètement, c’est la e-santé qui englobe tous ces concepts, dont celui de télémédecine. Quand on parle de e-santé, il s’agit de données de santé traitées par un système informatique, comme un logiciel. En revanche, ce logiciel n’est pas forcément de la télémédecine. Par ailleurs, si vous véhiculez des informations de santé par le biais d’internet, cela s’apparente au domaine de la télésanté.

 

Concernant la m-santé, celle-ci peut être aussi bien de la télémédecine, que de la e-santé. Si on utilise un dispositif médical permettant de faire partie des cinq actes de la télémédecine, ce sera de la télémédecine. En revanche, si le dispositif ne se trouve pas dans ces cinq actes, on parlera plutôt de e-santé ou de télésanté. 

Maîtrisez les usages de la télémédecine

Notre formation complète sur la mise en place de la télémédecine : conception d’un projet de télémédecine, cadre légal, spécificités déontologiques et données de santé.

Découvrir la formation
img test

La France, avec le décret de 2010, donne une définition exacte de la télémédecine. Elle se définit comme “une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication” se traduisant par les cinq actes médicaux suivants : 

 

  • la téléconsultation : c’est une consultation médicale entre un médecin et un patient à distance, nécessitant absolument un système de visio (caméra) ;
  • la télé-expertise : c’est un acte qui n’existe qu’en télémédecine et n’est remboursable qu’en télémédecine. Elle intervient entre deux professionnels de santé, un médecin requérant et un médecin requis, sur autorisation du patient ;
  • la télésurveillance : il s'agit du suivi d'un patient fait à distance via des dispositifs médicaux qui remonte des informations avec un système d'alerte ;
  • la téléassistance : il s'agit de la possibilité pour un professionnel de santé d'assister à distance un autre professionnel de santé dans le cadre de la réalisation d'un acte de médecine ;
  • la régulation à distance : il s'agit de la régulation des urgences via téléconsultation.

Même si la télémédecine réduit les dépenses liées aux transports ou à des hospitalisations inutiles et améliore l’accès au soin, elle n’a pas pour but de faire disparaître les consultations en présentiel. Il s’agit d’un dispositif complémentaire.

Établir un projet de télémédecine

Si à la fin de votre formation généraliste, vous souhaitez établir un projet de télémédecine, il convient de respecter quelques étapes.

 

  1. Définir un projet médical cohérent avec une stratégie politique et opérationnelle et en partenariat avec le territoire. Pour cela, le professionnel de santé peut être accompagné d’un coordinateur
  2. Définir un modèle organisationnel : cela peut être le mode de sensibilisation ou le mode de formation
  3. Définir une gestion de projet efficace : aménagement des locaux, définition des besoins de téléconsultation et de télé-expertise, coordination de l’intervention des différents acteurs, etc. 
  4. S’équiper d’équipements fiables : cela passe, par exemple, par une qualité d’image et de son importante afin de mettre en confiance les patients. 
  5. Définir un calendrier et un budget : ceux-ci doivent être flexibles et extensibles. 
  6. Définir les modalités de facturation : il s’agit donc de déterminer les solutions technologiques pouvant répondre aux besoins ciblés. Pour en savoir plus sur la facturation d’une téléconsultation, nous vous invitons à lire notre article sur le sujet. 
  7. Mettre en place une politique de gestion des données et de RGPD

Voici les bonnes pratiques de la gestion des données.

 

  • Une connexion Internet sécurisée garantissant les échanges structurés de télé dossiers patients.
  • La gestion des habilitations des confrères du professionnel de santé, pour qu’ils accèdent seulement aux données les concernant.
  • La mise en œuvre de dispositifs de gestion des traces et des incidents, afin de pouvoir agir rapidement en cas d’accès ou d’utilisation frauduleuse.
  • L’utilisation d’une messagerie sécurisée, notamment pour échanger les comptes rendus médicaux.
  • Se rapprocher de la CNIL pour faire les déclarations requises en cas de traitement des données santé.

Enfin, il ne faut surtout pas oublier d'identifier et d’anticiper tous les freins qui pourraient s'opposer à ce projet.

Maîtrisez les usages de la télémédecine

Notre formation complète sur la mise en place de la télémédecine : conception d’un projet de télémédecine, cadre légal, spécificités déontologiques et données de santé.

Découvrir la formation
img test

Connaître les bonnes pratiques en téléconsultation

Il est important d’avoir en tête que le médecin a la même responsabilité en télémédecine qu'en consultation dans son cabinet. Vous l’avez probablement appris lors de votre formation pour devenir médecin généraliste, mais la télémédecine est un acte médical à part entière.

 

Le professionnel de santé doit être assuré par tout acte de médecine (et de télémédecine) qu'il exerce. Ainsi, la télémédecine doit être inscrite dans le contrat de responsabilité civile et professionnelle du médecin.

Important

Attention car la télémédecine n'est pas forcément incluse dans les contrats d’assurance. Il faut donc en faire expressément la demande pour qu'elle y soit inscrite.

L’Assurance Maladie a édicté certaines bonnes pratiques dans pratique de la téléconsultation.

 

  • La téléconsultation doit répondre aux mêmes exigences que l’exercice médical en présentiel au sein d’un cabinet médical. 
  • Le professionnel de santé doit s’assurer du respect des prérequis technologiques indispensables à la téléconsultation. 
  • Le médecin doit s’assurer du respect des prérequis auprès du patient avant la téléconsultation. 
  • Le respect du parcours de soins coordonné.
  • L’alternance entre consultations et téléconsultations.
  • Le respect du principe de territorialité.
  • La pratique de téléconsultation ne doit pas être un exercice exclusif au regard de la pratique médicale et de la déontologie médicale.

S'informer sur le rôle du praticien

En lien avec le respect des droits de la personne, tout acte de télémédecine doit se faire avec l’information préalable sur patient et son consentement au soin. Par ailleurs, le professionnel de santé doit être obligatoirement authentifié afin d’avoir accès aux données médicales du patients. Chaque acte de télémédecine doit être rapporté au sein du dossier médical.

 

À la lecture de cet article, vous pouvez constater qu’une formation de médecin généraliste n’est pas suffisante pour pratiquer la télémédecine. Pour cela, il est indispensable de suivre une formation DPC en télémédecine. 

Bon à savoir

Vous souhaitez en apprendre davantage sur les avantages de la télémédecine ? Pour cela, nous vous conseillons de suivre une formation en téléconsultation au cours de votre formation continue de médecin. 

Sur le même thème

Qu'est-ce que l'hypotension orthostatique ?

Thomas Cornet

|

27 Juin 2022

15% des syncopes sont liées à l’hypotension orthostatique. Il s'avère ainsi utile d'approfondir le sujet afin de poser le bon diagnostic face à son patient.

Vous trouverez dans cet article la définition de l'hypotension orthostatique, ainsi que les causes de la syncope par hypotension orthostatique.

Lire l'article

Les troubles du rythme cardiaque

Thomas Cornet

|

20 Juin 2022

Un rythme cardiaque irrégulier peut avoir plusieurs sources, pathologiques ou non. Il peut s’agir de facteurs physiques ou physiologiques, tels que les émotions. L’interprétation d’un électrocardiogramme doit prendre en compte ces éléments, les évaluer, puis les éliminer le cas échéant. Grâce à une formation ECG pour médecins généralistes, mettez à jour vos connaissances sur le sujet et devenez incollable sur la pratique et l’interprétation des électrocardiogrammes.

 

Découvrez ici les différents troubles du rythme cardiaque.

Lire l'article

Le vaccin HPV

Thomas Cornet

|

30 Mai 2022

Une manière de prévenir le cancer du col de l'utérus, ainsi que les lésions pré-cancéreuses du col de l'utérus ou de l'anus est l'administration du vaccin anti-HPV. Ce vaccin, qui a démontré sa grande efficacité et une sûreté maximale, concerne tout le monde. Mais où en est la couverteure vaccinale en France? En voici la réponse.

Lire l'article

Qu'est-ce qu'une syncope réflexe ?

Thomas Cornet

|

27 Juin 2022

La syncope réflexe, correspondant à une forme particulière de perte de connaissance, est un motif de consultation très fréquent. C’est pourquoi, il peut être utile d’obtenir plus de détails sur les causes de la syncope réflexe, afin de pouvoir différencier les cas qui se présentent à vous en tant que professionnel(le) de santé.


Voici quelques éléments qui vous permettront de mieux comprendre ce qu’est la syncope réflexe et sa cause possible. Nous vous parlerons notamment de la syncope vagale, l’une des grandes causes des syncopes réflexes.

Lire l'article