blog

Santé

Médecin généraliste

Hypotension orthostatique

Qu'est-ce que l'hypotension orthostatique ?

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

15% des syncopes sont liées à l’hypotension orthostatique. Il s'avère ainsi utile d'approfondir le sujet afin de poser le bon diagnostic face à son patient.

Vous trouverez dans cet article la définition de l'hypotension orthostatique, ainsi que les causes de la syncope par hypotension orthostatique.

Qu'est-ce que l'hypotension orthostatique ?

L’hypotension orthostatique touche 7% de la population générale, un chiffre qui augmente par ailleurs avec l’âge. En effet, plus 16% des patients concernés ont plus de 65 ans.


L’hypotension orthosatique peut générer des pertes de connaissances, ce qui pose la question du maintien à domicile de ces personnes âgées. Elle engendre de fait des conséquences économiques et sociales importantes (coût des hospitalisations, de la prise en charge et de l’institutionnalisation), c’est pourquoi il est nécessaire de faciliter le diagnostic de la syncope par hypotension orthostatique.


L’hypotension orthosatique caractérise une diminution de la pression artérielle systolique d’au moins 20 mm Hg et/ou de la pression artérielle diastolique d’au moins 10 mm Hg survenant dans les 3 minutes suivant un passage en position debout. Elle peut être symptomatique ou non, ce qui veut dire qu’elle peut déclencher une syncope.

 

Approfondissez vos connaissances sur les syncopes en suivant la formation Pertes de connaissances de Walter Santé, une formation éligible au financement DPC et dispensée par le Professeur Jean-Claude Deharo, Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie.

img test
Maîtrisez la prise en charge des pertes de connaissances

Notre formation complète sur les syncopes et lipothymies : prise en charge initiale, diagnostic, évaluation du risque, traitement, accompagnement du patient dans la vie courante.

Découvrir la formation

Les syncopes par hypotension orthostatique

Qu’est-ce qu’une syncope par hypotension orthostatique et comment survient-elle ? La syncope par hypotension orthostatique se manifeste au moment où le patient passe d’une position allongée ou assise à une position debout. C’est une défaillance du système nerveux autonome ne permettant pas aux résistances vasculaires d’être augmentées. Dans ce cas, le sang a tendance à descendre vers les pieds, ce qui entraîne une baisse du débit sanguin cérébral. Résultat : le patient peut subir une syncope par hypotension orthostatique. Elle est différente de la syncope réflexe et de la syncope cardiaque.


Parmi les patients à surveiller particulièrement, on retrouve :

  • les personnes hypertendues ;
  • les patients prenant des médicaments antihypertenseurs
  • les personnes âgées de plus de 65 ans ;
  • les patients diabétiques ;
  • les personnes ayant des insuffisances rénales ;
  • les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ;
  • les sujets possédant des troubles cognitifs ;
  • les patients dénutris ou bien déshydratés.

 

Important

Il ne faut pas négliger la recherche d’hypotension orthostatique chez tous les sujets ayant des symptômes pouvant la faire suspecter (perte de connaissance, lipothymie, vertige, chute, fatigue, trouble visuel, etc.). 

Le rôle du système nerveux autonome

Le système nerveux autonome est donc à l’origine de la syncope par hypotension orthostatique. Mais qu’est-ce que le système nerveux autonome, à quoi sert-il exactement ? Le système nerveux autonome ou végétatif a pour objectif de contrôler notre "monde intérieur", en binôme avec notre système endocrinien. Son activité est de l’ordre du réflexe : nous ne pouvons pas la contrôler volontairement. C’est un système qui fonctionne de manière autonome.

 

Son rôle est d’accorder les fonctions de nos organes internes aux besoins de notre organisme. Le système nerveux autonome assure l'innervation des viscères, du cœur, mais aussi de certains éléments de la peau. Le contrôle par voie nerveuse permet une adaptation très rapide, tandis que le système endocrinien règle l’état des fonctions à long terme. Le système nerveux autonome joue un rôle important dans le maintien de l'homéostasie, permettant de stabiliser certaines caractéristiques physiologiques des êtres vivants.

Les causes de l'hypotension orthostatique

On recense généralement deux types de causes impliquées dans l’hypotension orthosatique.

Les causes liées aux maladies du système nerveux autonome

La première cause met en évidence des maladies du système nerveux autonome qui ne permettent pas aux résistances vasculaires d’augmenter davantage. Ce qui veut dire que ce sont les nerfs périphériques qui innervent les vaisseaux sanguins qui ne fonctionnent plus correctement et donc ne transmettent plus ou mal les informations aux vaisseaux (parmi les neuropathies concernées, on peut citer l’alcoolisme ou encore le diabète).


On peut aussi classer dans cette catégorie de causes les pathologies du système nerveux central. Dans le cas de l'hypotension orthosatique d’origine centrale, on utilise fréquemment le terme "syndrome parkinsonien atypique". Parmi les pathologies en cause, on trouve la maladie de Parkinson mais également et surtout, l’atrophie multisystématisée. Ce sont des défaillances du système nerveux autonome central. De la même façon, les vaisseaux sanguins des patients ne peuvent pas recevoir les informations émises par le cerveau, ce qui produit logiquement une syncope par hypotension orthostatique. On voit très clairement la différence avec la syncope réflexe.

Les causes iatrogènes

Les causes iatrogènes constituent, quant à elles, la seconde grande cause des syncopes par hypotension orthostatique. C’est le cas où l’on donne des médicaments qui interagissent avec le tonus vasculaire ou la volémie. Les causes iatrogènes peuvent concerner par exemple des médicaments vaso-dilatateurs, des béta-bloquants, les médicaments du système nerveux central, ou encore les diurétiques.

 

Si vous souhaitez de plus amples renseignements sur la syncope par hypotension orthostatique et les syncopes en général, nous vous invitons à suivre notre formation Syncopes 100% en ligne. S’adressant en particulier aux médecins généralistes, cette formation DPC vous permet d’approfondir vos connaissances sur les syncopes et leur diagnostic en médecine générale. 

img test
Maîtrisez la prise en charge des pertes de connaissances

Notre formation complète sur les syncopes et lipothymies : prise en charge initiale, diagnostic, évaluation du risque, traitement, accompagnement du patient dans la vie courante.

Découvrir la formation

Sur le même thème

Les troubles du comportement du patient Alzheimer

Thomas Cornet

|

16 Mai 2022

Les troubles du comportement du patient Alzheimer fluctuent en fonction de l’évolution de la maladie, de la personnalité et de l’histoire du patient. Ils correspondent à des tentatives de communication avec les autres et d’adaptation à l’environnement du patient atteint de troubles cognitifs. En tant que professionnel de santé, il est essentiel de bien les décoder pour s’y adapter.

Lire l'article

Comment diagnostiquer le patient Alzheimer en tant que médecin généraliste ?

Thomas Cornet

|

16 Mai 2022

Du diagnostic de la maladie d’Alzheimer en passant par les spécificités de son annonce au patient, le médecin généraliste peut se trouver démuni. Face aux premiers symptômes d’Alzheimer, les critères de Khann ainsi que les bilans neurologiques, biologiques et radiologiques du patient peuvent lui permettre d’établir un diagnostic d’Alzheimer précoce.

Lire l'article

Orientations DPC 2023-2025 pour les médecins généralistes

Thomas Cornet

|

20 Mars 2023

En tant que professionnel(elle) de santé, le médecin généraliste a un obligation de DPC. Mais quelles sont les orientations DPC 2023-2025 pour les médecins généralistes ? Quelles formations DPC médecin suivre pour répondre à cette obligation ? On vous explique tout sur le DPC médecine générale.

Lire l'article

Quelles sont les conséquences d'une infection HPV à bas risque ?

Thomas Cornet

|

3 Octobre 2022

Le dépistage d’un HPV peut être bénin comme très sérieux. La complexité du papillomavirus réside dans le fait qu’il peut soit être éliminé par l’individu s’il s’agit d’un HPV de bas risque, soit engendrer des lésions précancéreuses, voire un cancer, s’il est classé haut risque. Dans cet article, nous aidons les professionnels de santé à définir le papillomavirus, IST particulièrement répandue. Nous évoquons ses conséquences, et vous expliquons également ce qui différencie une infection HPV de bas risque d’une infection HPV de haut risque, afin de guider au mieux vos patientes.

Lire l'article