blog

Santé

Chirurgien dentiste

Classification des Parodontites

La classification des maladies parodontales : comment diagnostiquer les différents types de parodontites ?

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

La parodontite est une inflammation du parodonte, qui contient les tissus de soutien à l’organe dentaire, notamment la gencive. On distingue désormais clairement la parodontite de la gingivite et on classifie la parodontite en deux catégories principales : la parodontite agressive et la parodontite chronique. Toutes deux peuvent être localisées ou généralisées. Sa forme la plus dangereuse est la parodontite agressive, qui se caractérise par une perte d’attache et des pertes osseuses rapides et importantes. Il existe deux grands types de parodontite agressive : les localisées (ou juvéniles) et les généralisées. 

Dans cet article, nous explorerons la différence entre ancienne et nouvelle classification, ainsi que le diagnostic des différents types de maladies parodontales.

Ancienne vs nouvelle classification


L’ancienne classification concernant la parodontite date de 1999 et était reconnue internationalement. On y distinguait 5 types de parodontite : chronique, agressive, en tant que manifestation d’une maladie systémique, les maladies parodontales nécrosantes, ainsi que les abcès parodontaux. En 2018, un nouveau consensus a émergé, tenant compte des découvertes et des recherches menées entre-temps sur cette maladie. Les parodontites chroniques et agressives sont désormais regroupées dans la même catégorie (parodontite), puis viennent les maladies parodontales nécrotiques et les parodontites qui sont le signe d’une maladie systémique. La nouvelle classification comporte quatre stades et trois grades (A,B et C qui dépendent du critère primaire - preuves directes et indirectes de progression de la maladie -, de la modification de grade - facteurs de risque -, du risque d’impact systémique et des biomarqueurs).

 

Vous trouverez une analyse approfondie cette nouvelle classification dans notre formation en ligne sur les Parodontites, dispensée par le professeur Henri Tenenbaum, professeur émérite à la Faculté de Chirurgie Dentaire de l’Université où il a dirigé le département de parodontologie pendant 20 ans.

Maîtrisez la prise en charge des parodontites

Notre formation complète sur la prise en charge des maladies parodontales : relation avec les maladies systémiques, définition des objectifs thérapeutiques, avantages et limite du traitement chirurgical.

Découvrir la formation
img test

Comment diagnostiquer les différents types de parodontite ?


Chez un patient que l’on suspecte de parodontite, on se renseigne tout d’abord sur ses antécédents médicaux et familiaux quant à la santé bucco-dentaire et les examens intra et extra-oraux précédemment effectués. Puis, le diagnostic commence et deux cas apparaissent :

 

  • Si des symptômes de parodontite apparaissent, il s’agit d’examiner précisément le nombre et la profondeur des poches parodontales ainsi que les éventuelles pertes osseuses grâce à différentes techniques, dont le sondage ou la radiographie.
  • Dans le cas contraire, il convient quand même d'étudier la santé parodontale du patient afin de vérifier qu'une gingivite ou une parodontite ne soit pas en train de naître.


Il s'agit tout d'abord d'évaluer la gravité de la maladie parodontale. On utilise pour cela un indice, le CPITN et une sonde particulière (ou une sonde parodontale classique à défaut). Le CPITN permet de distinguer les cas de gingivite des cas de parodontite et donc de cibler au mieux les solutions à apporter pour soigner la maladie.

Si le CPITN est compris entre 1 et 2 :
  • Si le saignement au sondage, c'est-à-dire la proportion de poches qui saignent, est inférieur à 10%, alors il convient d'étudier de manière plus approfondie la santé parodontale ;
  • Si le BoP (Bleeding on Probe, ou saignement au sondage) est compris entre 10 et 30%, on est dans le cas d'une gingivite localisée ;
  • Si le BoP est supérieur ou égal à 30%, on parle alors d'une gingivite généralisée.
Si le CPITN est compris entre 3 et 4 :
  • Si le saignement est inexistant (MIP) la parodontite est alors localisée sur les molaires et les incisives ;
  • Si moins de 30% des dents sont touchées par la maladie (regarder les saignements), il s’agit d’une parodontite localisée ;
  • Si plus de 30% des dents présentent des saignements, on parle d'une parodontite généralisée.

 

En dehors des stades - que nous verrons après - on peut classifier les parodontites à l'aide de trois grades, qui illustrent la complexité et la sévérité du cas étudié. Ces grades permettent de connaître la progression de la pathologie. Il faut suivre le patient dans le temps et surveiller certains facteurs, tels que la charge inflammatoire ou le pourcentage de perte osseuse. Plus le diagnostic est posé tard, plus il sera compliqué de traiter la maladie parodontale. C'est pour évaluer la rapidité de la progression de la maladie que ces grades ont été créés, et cela permet ensuite de savoir quel traitement appliquer en fonction de la gravité de la situation.

La gingivite

Dans le cas des gingivites, on note la présence de signes cliniques de rougeur, de saignements au sondage sans perte d'attache, des oedèmes, et une possible hypertrophie-hyperplasie gingivale. On distingue la gingivite localisée et la gingivite généralisée.

 

La gingivite localisée est une gingivite qui est induite par la plaque, c'est-à-dire que la maladie est localisée à un endroit de la plaque dentaire.

 

La gingivite généralisée n'est quant à elle pas localisée seulement à l’emplacement de la plaque dentaire.

La parodontite chronique

La parodontite chronique conduit à une réaction inflammatoire des tissus qui soutiennent la dent. Elle cause une perte de l'attache et une résorption osseuse, et elle est catégorisée comme une maladie infectieuse. C'est la forme la plus fréquente des différentes parodontites. Elle est le plus souvent diagnostiquée chez des adultes, même s'il arrive que des enfants ou des adolescents la contractent. Pour évaluer sa gravité, on regarde à nouveau le pourcentage de sites atteints (notamment visible par les saignements) : si on parle de 30% ou plus, alors elle est dite généralisée et si 30% ou moins des sites le sont, elle est localisée. Pour évaluer sa sévérité, on regarde ensuite la perte d’attache.

La parodontite agressive

La parodontite agressive est la forme la plus destructrice et la plus sévère des maladies parodontales. Sous ce terme, on regroupe de nombreux types de parodontites : précoce, prépubertaire, juvénile, à progression rapide, et enfin réfractaire (termes de l'ancienne classification). On les classe désormais en deux catégories : les parodontites agressives localisées ou juvéniles, et les parodontites agressives généralisées.

La parodontite agressive localisée ou juvénile

Une nouvelle fois, la parodontite agressive localisée est une forme de parodontite où moins de 30% des dents (et non des sites) sont atteintes. Elles sont donc plus faciles à soigner que les parodontites généralisées. Généralement, cette maladie touche surtout les molaires et les incisives, bien que d'autres dents puissent être touchées.

La parodontite agressive généralisée

L’évolution de la parodontite agressive généralisée est rapide et elle provoque des pertes osseuses sur toutes les dents, de manière asymétrique le plus souvent. 

Pour renforcer vos connaissances sur les parodontites, suivez notre formation Parodontites, financée par votre DPC Dentiste.

Maîtrisez la prise en charge des parodontites

Notre formation complète sur la prise en charge des maladies parodontales : relation avec les maladies systémiques, définition des objectifs thérapeutiques, avantages et limite du traitement chirurgical.

Découvrir la formation
img test

 

Sur le même thème

La Parodontite : Définition, symptômes et causes

Hippolyte Le Dem

|

6 Decembre 2021

La parodontite est une maladie dentaire due à une inflammation du parodonte. Cette maladie appartient à la famille des maladies parodontales. Elle cause des douleurs et des saignements plus ou moins importants, voire même un déchaussement dentaire. Il existe plusieurs types de parodontite. Nous vous expliquons ce qu'est une parodontite, ses causes, ses symptômes, comment la diagnostiquer et quels sont les traitements existant.

Lire l'article

Les facteurs de risque des parodontites

Hippolyte Le Dem

|

10 Janvier 2022

Afin de mieux prévenir la parodontite, il faut bien connaître les facteurs de risques qui augmentent les chances d'apparition de cette maladie. La diffusion de la connaissance concernant ces facteurs de risque apparaît essentielle afin de prévenir l'apparition de celle-ci chez de nouveaux patients. Les facteurs évoqués ici sont souvent des facteurs qui favorisent une prolifération plus rapide des bactéries, ce qui favorise donc l'apparition des gingivites et des parodontites.

Lire l'article

Les traitements de la parodontite : chirurgical et non-chirurgical

Hippolyte Le Dem

|

6 Janvier 2022

Le traitement de la parodontite a plusieurs objectifs, notamment contrôler la maladie et stopper sa progression, puis réparer et régénérer certains tissus parodontaux qui auraient été endommagés. Pour ce faire, la désinfection buccale est nécessaire, suivie d'une procédure de fermeture des poches parodontales et d'une réduction de l'inflammation ainsi que d'un détartrage afin de rétablir une hygiène bucco-dentaire correcte. Dans certains cas, le traitement de la parodontite doit recourir à une opération chirurgicale, si le traitement non-chirurgical n'est pas suffisant.

Quelles sont les différentes étapes du traitement thérapeutique (non-chirurgical) de la parodontite et quand recourir au traitement chirurgical ?

Lire l'article

Comment prévenir la parodontite chez le patient ?

Hippolyte Le Dem

|

5 Janvier 2022

Pour prévenir la parodontite, il convient tout d'abord de prévenir la gingivite qui est souvent le signe précurseur d'une parodontite. Il existe plusieurs manières de prévenir la parodontite. Le plus efficace et simple pour le patient est sûrement l'optimisation de l'hygiène bucco-dentaire (dont l’arrêt du tabac) car une mauvaise hygiène bucco-dentaire est à l'origine de plaque bactérienne. D'autres solutions existent, telles que la mise en place de contrôles réguliers, notamment pour les populations qui sont les plus à risque (porteuses de diabète de type 2, populations méditerranéennes, niveau socio-économique faible, etc.), ou encore des soins à réaliser en cabinet.

Ces solutions de prévention visent à limiter la prolifération des bactéries. Dans cet article, nous vous expliquons comment repérer le risque de parodontite et comment la prévenir.

Lire l'article