blog

Santé

Chirurgien dentiste

Parodontites

Prévention de la parodontite

Comment prévenir la parodontite chez le patient ?

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Pour prévenir la parodontite, il convient tout d'abord de prévenir la gingivite qui est souvent le signe précurseur d'une parodontite. Il existe plusieurs manières de prévenir la parodontite. Le plus efficace et simple pour le patient est sûrement l'optimisation de l'hygiène bucco-dentaire (dont l’arrêt du tabac) car une mauvaise hygiène bucco-dentaire est à l'origine de plaque bactérienne. D'autres solutions existent, telles que la mise en place de contrôles réguliers, notamment pour les populations qui sont les plus à risque (porteuses de diabète de type 2, populations méditerranéennes, niveau socio-économique faible, etc.), ou encore des soins à réaliser en cabinet.

Ces solutions de prévention visent à limiter la prolifération des bactéries. Dans cet article, nous vous expliquons comment repérer le risque de parodontite et comment la prévenir.

Comment repérer un risque de parodontite ?


La gingivite est la pathologie précédant la parodontite. Pour repérer un risque de parodontite, il est donc nécessaire de surveiller les signes d'une gingivite chez le patient. La gencive saigne, devient rouge et enflée lors d'une gingivite. Si elle devient sévère, il est même possible d'avoir une gencive violacée ou blanchâtre. L'halitose est un autre signe d’alerte. D'autres facteurs de risque entrent en compte, comme l'hérédité : certains patients sont plus susceptibles de contracter une parodontite à cause de leur prédisposition génétique. Il est également possible pour les fumeurs que les effets secondaires du tabagisme, notamment sur l'hygiène bucco-dentaire, cachent certains effets de la gingivite (douleurs et inflammations).

img test
Maîtrisez la prise en charge des parodontites

Notre formation complète sur la prise en charge des maladies parodontales : relation avec les maladies systémiques, définition des objectifs thérapeutiques, avantages et limite du traitement chirurgical.

Découvrir la formation

Prévenir la parodontite

Sensibiliser le patient à l'importance de l'hygiène bucco-dentaire

L'hygiène bucco-dentaire est primordiale afin de prévenir la parodontite et d'autres maladies dentaires. Elle est en effet la meilleure manière d'éliminer la plaque bactérienne de façon optimale. Pour les personnes souffrant d’une prolifération des bactéries naturellement vive, il est possible d'utiliser bains de bouches ou autres solutions bactéricides.

 

Lorsque l'on parle de l'hygiène bucco-dentaire, il faut également parler de l'alimentation, facteur trop souvent oublié dans la prévention de la parodontite. Pourtant, une alimentation saine a un impact très important sur la santé parodontale et ce à deux échelles. Tout d'abord, une alimentation saine permet de limiter des maladies qui ont un lien avec la parodontite, telles que le diabète (les patients diabétiques ont beaucoup plus de chance de développer une parodontite que les patients non diabétiques). De plus, une alimentation équilibrée permet de limiter la prolifération des bactéries à l'origine de la parodontite. Dès lors, il convient d'éviter les régimes alimentaires trop riches en graisses et en glucides. Une alimentation équilibrée permet de renforcer le système immunitaire, ce qui peut conduire à une réduction des signes d'inflammation, et donc à une meilleure stabilisation de la maladie parodontale.

Important

Par ailleurs, en tant que chirurgien-dentiste, vous pouvez également rappeler au patient qu'une bonne hygiène bucco-dentaire permet de prévenir d'autres maladies buccales qui peuvent elles aussi créer les conditions favorables d'apparition de la parodontite.

Réduire le tabagisme

Il est nécessaire pour le dentiste d'alerter le patient sur les risques liés au tabagisme, car fumer peut dissimuler les signes de la maladie parodontale et favoriser la prolifération des bactéries. Dans le cas de la parodontite, les anciens fumeurs ont moins de pertes d'attache autour de leurs dents, et on trouve également moins de poches parodontales que chez les fumeurs.

 

Arrêter de fumer est donc bénéfique pour la santé parodontale et tient une place importante dans la prévention de cette maladie. Néanmoins, le parodonte a besoin de temps pour cicatriser une fois l'arrêt de la cigarette acté. Ainsi, après un an d'arrêt du tabac, la gravité de l'inflammation de la gencive sera bien moins grave. De plus, les anciens fumeurs réagissent mieux aux traitements parodontaux que les fumeurs. Certaines opérations, notamment des traitements chirurgicaux tels que les protocoles de régénération ne peuvent d’ailleurs être menés que sur des non-fumeurs, ou chez des anciens fumeurs.

Bon à savoir

Qu'est-ce que le DPC et comment choisir sa formation DPC ? Renseignez-vous grâce à Walter Santé.

Mettre en place des contrôles réguliers

Aller régulièrement chez son dentiste permet également de prévenir la maladie parodontale. Le dentiste peut ainsi détecter des signes avant-coureurs de la maladie. Ainsi, instaurer un contrôle annuel pour votre patient permet de pouvoir agir plus rapidement et donc de soigner la parodontite de manière plus efficace. Cela peut permettre, si le traitement commence assez tôt, d'éviter une perte supplémentaire de l'ancrage des dents, et parfois de ne pas devoir recourir à la chirurgie pour éradiquer la maladie. 

Le détartrage

Les rendez-vous réguliers chez le dentiste sont donc primordiaux. Il est également très utile pour prévenir la parodontite de nettoyer les dents de son patient. Cela permet de rétablir une bonne hygiène bucco-dentaire. De plus, après un traitement parodontal, le succès sur le long terme n'est garanti que dans le cas d'une bonne hygiène bucco-dentaire, qui empêche notamment que les gencives ne s'inflamment et que les bactéries à l'origine de la parodontite ne prolifèrent. Le détartrage apparaît donc comme une technique aisée et efficace pour prévenir la parodontite.

 

Ces soins doivent néanmoins être réguliers et ne dispensent pas de suivre les autres recommandations d’hygiène bucco-dentaire. L'intervalle entre les séances de contrôle est variable selon les patients. Si la situation est critique, il convient d'en réaliser tous les trois ou quatre mois. Pour les autres, une fois par an suffit. Pour estimer la fréquence nécessaire, il faut s’intéresser à l'hygiène bucco-dentaire du patient et à son degré d'inflammation gingivale.

 

Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur la parodontite, nous vous conseillons de suivre la formation en ligne sur le diagnostic et la prise en charge des parodontites de Walter Learning, dispensée par le Professeur Henri Tenenbaum.

img test
Maîtrisez la prise en charge des parodontites

Notre formation complète sur la prise en charge des maladies parodontales : relation avec les maladies systémiques, définition des objectifs thérapeutiques, avantages et limite du traitement chirurgical.

Découvrir la formation

Sur le même thème

Les étapes du traitement initial de la parodontite : de la prise en charge à la réévaluation

Alphonse Doutriaux

|

7 Janvier 2022

Quelles sont les différentes étapes du traitement de la parodontite ? De la prise en charge initiale du patient à la phase étiologique et enfin la réévaluation à 3 mois pour vérifier que la maladie a bien été éradiquée et que la santé parodontale du patient a été durablement restaurée, Walter Santé vous guide dans les étapes du traitement initial de la parodontite.

Lire l'article

Les étapes pour réaliser un bilan parodontal

Alphonse Doutriaux

|

19 Decembre 2022

Le diagnostic d’une parodontite impose la réalisation d’un bilan spécifique et adapté, qui permettra d’orienter la prise en charge thérapeutique du patient pour en maximiser les bénéfices. Quelles sont alors les différentes étapes d'un bilan parodontal ?

Lire l'article

La classification des maladies parodontales : comment diagnostiquer les différents types de parodontites ?

Alphonse Doutriaux

|

4 Janvier 2022

La parodontite est une inflammation du parodonte, qui contient les tissus de soutien à l’organe dentaire, notamment la gencive. On distingue désormais clairement la parodontite de la gingivite et on classifie la parodontite en deux catégories principales : la parodontite agressive et la parodontite chronique. Toutes deux peuvent être localisées ou généralisées. Sa forme la plus dangereuse est la parodontite agressive, qui se caractérise par une perte d’attache et des pertes osseuses rapides et importantes. Il existe deux grands types de parodontite agressive : les localisées (ou juvéniles) et les généralisées. 

Dans cet article, nous explorerons la différence entre ancienne et nouvelle classification, ainsi que le diagnostic des différents types de maladies parodontales.

Lire l'article

Les traitements de la parodontite : chirurgical et non-chirurgical

Alphonse Doutriaux

|

6 Janvier 2022

Le traitement de la parodontite a plusieurs objectifs, notamment contrôler la maladie et stopper sa progression, puis réparer et régénérer certains tissus parodontaux qui auraient été endommagés. Pour ce faire, la désinfection buccale est nécessaire, suivie d'une procédure de fermeture des poches parodontales et d'une réduction de l'inflammation ainsi que d'un détartrage afin de rétablir une hygiène bucco-dentaire correcte. Dans certains cas, le traitement de la parodontite doit recourir à une opération chirurgicale, si le traitement non-chirurgical n'est pas suffisant.

Quelles sont les différentes étapes du traitement thérapeutique (non-chirurgical) de la parodontite et quand recourir au traitement chirurgical ?

Lire l'article