blog

Santé

Chirurgien dentiste

Poser des implants dentaires

Comment poser des implants dentaires ?

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Le DPC pour les dentistes facilite l'amélioration des pratiques : les formations en implantologie en sont l’illustration. La pose d’un implant dentaire est une discipline rigoureuse qui implique de connaître notamment les conditions de réalisation d’une chirurgie implantaire et les mesures techniques relatives au positionnement de l’implant. Nous abordons ici ces points, incontournables si vous souhaitez vous former sur les actes d’implantologie.

Les conditions de réalisation des actes d'implantologie

Pensées pour baliser le parcours des praticiens, les recommandations de la Haute Autorité de Santé, publiées en 2008, concernent l’environnement technique d’un acte de chirurgie implantaire et sont à suivre autant que possible.

La préparation de la salle d'intervention

En premier lieu, l’organisation et la préparation de la salle d’intervention doivent faciliter la gestuelle lors de l’opération et le nettoyage après la pose d’un implant dentaire. Certains impératifs portent sur le revêtement du sol et des murs notamment, qui doivent permettre un lavage efficace entre chaque intervention. Idéalement, il est conseillé d’avoir une salle blanche dédiée aux actes d’implantologie.

Important

Pensez également à anticiper le circuit d’eau : il faut prévoir une arrivée d’eau filtrée pour le lavage des mains, une eau stérile pour l’irrigation chirurgicale, et l’eau habituelle pour le reste des prises en charge.

L’air du cabinet ne requiert pas de traitement spécifique pour poser un implant dentaire. Il s’agira cependant d’observer les règles d’asepsie et de limiter les allers-retours dans le bloc opératoire pour éviter les contaminations.

 

Parallèlement, le traitement de l’équipement biomédical et chirurgical doit être au niveau maximal de sécurité. Privilégiez les dispositifs à usage unique et, au minimum, du matériel qui peut être stérilisé.

Rappel

La stérilisation se fait à la vapeur d’eau pour une durée de 18 minutes à 134 °C, avec toutes les étapes habituelles de démontage, de prédésinfection, de rinçage, de nettoyage ou de conditionnement des instruments.

La préparation du patient avant la chirurgie implantaire

Au cours de notre formation en implantologie dentaire, vous approfondirez le sujet de la préparation du patient avant la chirurgie implantaire.

Maîtrisez l'implantologie dentaire

Notre formation DPC 100% en ligne pour maîtriser l'implantologie dentaire : fondamentaux, mode opératoire, chirurgie implantaire, prothèses et phase post-opératoire.

Découvrir la formation
img test

Ainsi, il vous faudra demander au patient de faire une désinfection buccale avec un bain de bouche antiseptique (type clorexydine). Le port d’une blouse non stérile, d’une charlotte et de sur-chaussures est obligatoire. Vous devrez ensuite offrir au patient une antisepsie cutanée au niveau de la bouche, avec un antiseptique local. Enfin, comme pour toutes les interventions à risque, le chirurgien-dentiste s’assure de la mise en place d’un drapage chirurgical pour isoler la partie sur laquelle il va travailler et ne pas contaminer les instruments pendant l’intervention.

 

Par ailleurs, le praticien et son assistant(e) sont également vêtus d’une tenue spécifique, doublée d’une blouse ou d’une casaque stérile. En plus de gants chirurgicaux, le port de sabots et d’un masque chirurgical est recommandé, ainsi qu’une charlotte et des lunettes de protection.


Les étapes de pose d’implant dentaire étant diverses, l’idéal est de préparer autour du site opératoire tout le matériel nécessaire ainsi qu’un espace stérile pour déposer les instruments, afin d’éviter les grands gestes susceptibles de contaminer le champ pendant l’intervention. Cette ergonomie rigoureuse permet de maintenir l’asepsie et de réduire les temps opératoires. Les risques liés aux implants dentaires existent et sont variés. La contamination bactérienne en fait partie, d’où la nécessité d’éviter l’augmentation de la durée opératoire.

 

En fin d’intervention, après le nettoyage de la salle et le traitement adapté du matériel chirurgical, il faudra vous pencher sur les procédures de traçabilité qui doivent être répertoriées dans le dossier médical du patient. Les techniques relatives à la chirurgie implantaire ne s’improvisent pas ; il est vivement conseillé aux dentistes de suivre une formation en implantologie.

Comment positionner les implants ?

Dans notre formation DPC en implantologie dentaire, vous apprendrez également à positionner les implants en suivant des recommandations précises. Nous reprenons ici les mesures à respecter pour la pose d’un implant dentaire, afin d’éviter les lésions des dents adjacentes ou une résorption osseuse due à un espace biologique insuffisant.

Implant unitaire

Un minimum de 1,5 mm entre l’implant et chaque dent doit être respecté. Sur un implant unitaire standard, il faut globalement compter 4 mm de diamètre pour la plupart des systèmes. Ainsi, un total de 7 mm est requis entre deux dents pour poser un implant dentaire. Si les dents adjacentes se sont déplacées naturellement pour combler le vide, il peut s’avérer difficile de proposer un traitement et une chirurgie implantaire. Vous pouvez alors avoir recours à un implant dentaire de diamètre inférieur à 7 mm, afin de toujours respecter le minimum de 1,5 à 2 mm d’os.

Implant plural

Entre deux implants, comptez au minimum 3 mm, avec toujours 1,5 mm entre l’implant et la dent. En tout, 14 à 15 mm sont donc nécessaires pour deux implants côte à côte entre deux dents. Ces mesures doivent faire partie de votre processus de réflexion au moment de la planification numérique.

Implant dans le sagittal

Dans le sens vestibulaire et palatin ou vestibulaire et lingual, il faut se placer le plus en dedans de la ligne théorique dentaire. Se positionner plutôt en arrière permet de préserver en avant au moins 2 mm d’os cortical. Si cette mesure n’est pas respectée, le patient risque une exposition des spires implantaires et une résorption parodontale. La pérennité de l’implant à terme est donc fragilisée. De nouveau, il faudra choisir la pose d’un implant dentaire de diamètre inférieur s’il est impossible de se placer à 2 mm sous la table osseuse.

Platform switching

L’objectif du platform switching ou transfert de plateforme est de libérer de l’espace pour ancrer un anneau osseux et un anneau gingival péri-implantaire. En effet, le diamètre du pilier est légèrement inférieur à celui de l’implant.

 

Ce procédé comporte plusieurs avantages, tels que :

  • l’amélioration de l’étanchéité au niveau de la jonction implanto-prothétique ;
  • une action efficace contre la colonisation bactérienne ;
  • la prévention d’une résorption tissulaire.

 

Poser un implant dentaire nécessite de connaître les recommandations historiques concernant les diamètres, mais aussi de bien prendre en compte les réalités actuelles. Notre formation DPC en chirurgie implantaire pour les dentistes vous apprendra qu’un petit diamètre fait environ 3 mm, un diamètre standard 4 mm et un grand diamètre 5 mm.

 

Pour une meilleure répartition des contraintes, le diamètre de l’implant est adapté à la taille de la prothèse. Les implants étroits peuvent être utilisés pour la partie postérieure, mais il faudra alors optimiser l’axe et le centrage implantaire. Cette solution permet une bonne épargne osseuse et une bonne restauration, à condition que le positionnement des implants au préalable ait été bien réfléchi. Si l’axe n’est pas optimisé, d’importantes contraintes mécaniques peuvent survenir comme une potentielle casse prothétique, notamment en unitaire sur de la réhabilitation avec plusieurs implants. Le projet prothétique se prépare en amont au moment de la planification des traitements et interventions, et il convient pour cela de se référer au guide chirurgical implantaire.

Maîtrisez l'implantologie dentaire

Notre formation DPC 100% en ligne pour maîtriser l'implantologie dentaire : fondamentaux, mode opératoire, chirurgie implantaire, prothèses et phase post-opératoire.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

Exemples de cas cliniques en odontologie conservatrice

Alphonse Doutriaux

|

5 Septembre 2022

Voici l’exposition de certains cas cliniques issus de notre formation en odontologie. Dans cet article vous découvrirez des cas de patients selon les différentes phases de traitement. D’autres cas sont aussi exposés dans la formation Walter Santé en odontologie conservatrice.

Lire l'article

La classification des lésions carieuses en odontologie (ICDAS et Si.Sta)

Alphonse Doutriaux

|

5 Septembre 2022

La classification des caries dentaires en odontologie est indispensable pour traiter correctement celle-ci. Dans cet article, nous vous expliquons quels sont les critères d’une carie, comment poser un diagnostic sur une carie et à quoi correspondent les classifications ICDAS et Si.Sta.

Lire l'article

La mise en charge immédiate d'un implant dentaire

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Grâce aux formations DPC dentistes, le domaine de l’implantologie devient plus accessible. Dans cet article, nous évoquons un aspect central de la discipline : la mise en charge immédiate. À quoi correspond-elle ? Quels sont les protocoles à suivre pour les patients édentés partiels ou complets ? Si vous envisagez une formation en implantologie dentaire, prenez de l’avance et découvrez les recommandations d’usage sur la mise en charge sur implant.

Lire l'article

Quels sont les risques liés aux implants dentaires ?

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Le DPC pour les dentistes permet d'accéder à la formation continue en implantologie et de plus en plus de professionnels font ce choix. Parmi les enseignements, on retrouve les potentiels dangers liés aux implants dentaires. Le chirurgien-dentiste doit être capable de surveiller son patient, et de diagnostiquer et traiter d’éventuelles complications d’origines diverses : infectieuses, hémorragiques, anesthésiques et médicamenteuses. Il ou elle a la responsabilité d’établir une évaluation stricte de l’état bucco-dentaire du patient, son hygiène, son autonomie et sa compliance. Dans cet article, nous détaillons les différents types de risques en lien avec l’implantologie et les recommandations associées.

Lire l'article