blog

Santé

Infirmier

Les effets secondaires de la chimiothérapie

Chimiothérapie : quels sont les effets secondaires ?

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

La chimiothérapie provoque des effets secondaires, comme des nausées, des diarrhées, une altération de la peau, le syndrome main-pied… Parmi tous ces effets secondaires liés à la chimio, le(a) malade doit aussi faire face à des douleurs physiques et psychologiques. Découvrez quels types d’effets secondaires il est possible d’avoir et comment les limiter.  

Nausées et vomissements

Parmi les effets indésirables liés à la chimiothérapie, les nausées et vomissements sont courants. Pour limiter les nausées lors de la chimio, le médecin, interlocuteur privilégié du (de la) patient(e), peut conseiller différentes solutions :

 

  • fractionner les repas, en privilégiant des petits snacks tout au long de la journée, plutôt que trois vrais gros repas ;
  • privilégier l'alimentation plaisir ;
  • privilégier les aliments à haute densité calorique ;
  • manger avant d'avoir faim ;
  • rester en position assise pendant les repas ;
  • boire des boissons légères (thé, tisanes, etc.) tout au long de la journée ;
  • prendre des compléments alimentaires, comme le Protifar. Il s’agit de paillettes alimentaires sans goût mais nourrissantes.
img test

Maîtrisez les soins infirmiers en cancérologie

Notre formation complète sur les traitements et protocoles de chimiothérapie : enjeux de santé publique, maîtrise des principaux protocoles et recommandation sur le soin à domicile, ajustement de ses pratiques.

Découvrir la formation

Diarrhées et constipation 

La diarrhée et constipation sont aussi un effet courant de la chimio. Voici quelques conseils pour soulager le mal :

 

Concernant les diarrhées

 

  • éviter les aliments laxatifs ; 
  • boire 2 litres d'eau par jour (normale ou gazeuse) ; 
  • privilégier les aliments gras et protéinés ; 
  • éviter les fibres.

Concernant la constipation

 

  • boire de l'eau d'Hépar ;
  • avoir une activité physique régulière ;
  • privilégier les fibres.

Retentissement cutané de la chimiothérapie

Les traitements en chimiothérapie altèrent la qualité de la peau. Celle-ci devient beaucoup plus photosensible et déshydratée. C’est pourquoi, il est important d’appliquer une protection solaire sur l'ensemble des zones exposées à l'air libre. Attention, l'indice des crèmes solaires correspond au temps, en minutes, de protection solaire.

Bon à savoir

Pour lutter contre la déshydratation cutanée, il est conseillé au patient de s'appliquer des crèmes, des baumes ou des huiles hydratantes sur la peau, comme de l'huile de coco.

Syndrome main-pied

Le syndrome main-pied se manifeste par des picotements, qui peuvent empirer jusqu'à provoquer une desquamation. Face à ce risque, quelques comportements peuvent être adoptés :

 

  • éviter les bains et les douches trop chauds ;
  • éviter les chaussettes trop serrées ;
  • utiliser des savons surgras ;
  • hydrater avec des crèmes ou des huiles ;
  • sécher les zones en tapotant.

Mucite

La mucite est un des effets secondaires du traitement du cancer. Il s’agit d’une inflammation de la muqueuse au niveau de la bouche. Lorsqu'elle est détectée chez le patient, celui-ci doit effectuer un bilan dentaire. 

 

Le traitement le plus courant contre la mucite est l'alcalinisation de la bouche. Il s’agit de bains de bouche au bicarbonate de sodium, avant et après les repas. Si ce traitement ne suffit pas, le(a) patient(e) peut le compléter par d'autres substances. 

 

Il est aussi recommandé d'éviter les produits irritants, comme l'alcool ou le tabac, mais aussi de privilégier les aliments mous et liquides. Un spray buccal peut aussi être prescrit.

Aplasie et asthénie

L'aplasie est une baisse de l'immunité chez le patient, tandis que l’asthénie s’apparente à une fatigue. Ils sont courants dans le cadre du traitement par chimiothérapie. Face à ces effets, le docteur peut conseiller d'adopter plusieurs pratiques. 

 

Concernant l'aplasie : 

 

  • éviter le contact avec des personnes malades. S’il est hospitalisé, le(a) patient(e) est renvoyé(e) à son domicile ; 
  • éviter les lieux publics ; 
  • respecter des règles d'hygiène. 

Concernant l'asthénie : 

 

  • être à l'écoute de son corps ; 
  • ne pas lutter contre la fatigue.

Alopécie

L'alopécie est la perte de cheveux. Cette effet secondaire est l’un des plus courants dans le cadre d’un traitement par chimiothérapie. 

 

Cet effet secondaire est réversible, puisque les cheveux repoussent à la fin du traitement. En cas d’alopécie, il est conseillé au (à la) patient(e) de se couper les cheveux car, les cheveux longs peuvent engendrer des douleurs. 

ICONS/bullhorn Copy 2

Astuce

Par ailleurs, il est possible de se faire prescrire une prothèse capillaire au début du traitement. Dans la plupart des cas, la prise en charge par les mutuelles est partielle. 

 Le(a) patient(e) peut aussi faire le choix d'un bonnet ou de turbans. 

 

Voici quelques conseils pour faire face à l'alopécie : 

 

  • se brosser les cheveux régulièrement ; 
  • éviter les laques et les gels ;
  • éviter les colorations ; 
  • éviter des lavages trop fréquents ; 
  • privilégier le séchage à l'air libre.

Bon à savoir

Vous souhaitez prodiguer des soins infirmiers en chimiothérapie lors de surveillance infirmière à domicile ? Chez Walter Santé, nous vous proposons une formation Soins infirmiers en cancérologie

Douleur

La plupart des personnes traitées pour un cancer ressentent des douleurs à un moment donné de la maladie. Il ne faut, en aucun cas, minimiser ces douleurs, surtout si elles durent et même si elles sont peu intenses. 

 

Souffrir physiquement a des répercussions importantes sur : 

 

  • la qualité de vie ; 
  • le moral ; 
  • l’espérance de vie ; 
  • la vie professionnelle ;
  • les relations avec ses proches et avec les professionnels de santé.

Souvent, la douleur devient invivable car celle-ci est ressentie comme un signe de gravité.

 

Le cancer engendre deux types de douleurs : 

 

  1. une douleur physique ; 
  2. une douleur émotionnelle.

Bon à savoir

Aujourd'hui, il y a des moyens efficaces de limiter la douleur physique. En revanche, la gestion de la douleur émotionnelle est plus compliquée. C’est pourquoi, il est indispensable, pour le corps médical, d’intégrer des psychologues pour accompagner les patient(e)s.

 La douleur physique à plusieurs causes. Elle peut être liée à : 

 

  • la tumeur elle-même. Si c’est le cas, cela signifie généralement que le cancer est bien installé ; 
  • les traitements du cancer, comme la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie. 
  • aux soins et examens médicaux nécessaires pour établir un diagnostic et suivre la maladie. Cela peut être causé, par exemple, par des piqûres, des pansements ou des prélèvements. 

Ces douleurs disparaissent lorsque la cause est supprimée. C’est pourquoi, il est indispensable pour le(a) patient(e) de signaler immédiatement l’apparition d’une douleur. Cela permet aux médecins de chercher la cause et de la traiter le plus rapidement possible. 

 

Il existe aussi qu’après la chimio les effets secondaires subsistent ou apparaissent. Par exemple, il arrive que des douleurs musculaires et articulaires surviennent après la chimio. 

Important

Plus une douleur dure dans le temps, plus celle-ci risque de s’installer de manière permanente. Lorsque c’est le cas, on parle de douleur chronique. 

Voici quelques conseils à donner au patient pour l'aider à faire face à la douleur

 

  • prévenir rapidement l’infirmier oncologie ou l’équipe soignante ;
  • apprendre à vivre avec la douleur avec l’aide des proches ;
  • aider les proches à comprendre la maladie ; 
  • se faire aider au quotidien.
img test

Maîtrisez les soins infirmiers en cancérologie

Notre formation complète sur les traitements et protocoles de chimiothérapie : enjeux de santé publique, maîtrise des principaux protocoles et recommandation sur le soin à domicile, ajustement de ses pratiques.

Découvrir la formation

Sur le même thème

Quels forfaits de DPC pour les infirmiers sur la période 2020-2022 ?

Alphonse Doutriaux

|

31 Octobre 2022

Quels sont les forfaits de DPC réservés aux infirmiers pour la période triennale 2020-2022 ? Découvrez dans notre article votre forfait DPC en tant qu'infirmier(ère) ainsi que les différents types d'action auxquels vous pouvez prétendre.

Lire l'article

Tout savoir du BSI (Bilan de Soins Infirmiers)

Alphonse Doutriaux

|

7 Juin 2021

L’avenant n°6 remplace la Démarche de Soins Infirmier (DSI) par le Bilan de Soins Infirmiers (BSI) pour les patients dépendants, expérimenté depuis 2017. Comment se passe en pratique le BSI ? Voici toutes les clés pour comprendre et prendre en main ce nouvel outil pour les infirmiers, qui s’applique depuis le 1er janvier 2022 aux patients de 78 ans et plus.

Lire l'article

Les bonnes pratiques d'autosurveillance glycémique dans le diabète

Alphonse Doutriaux

|

31 Octobre 2022

L’autosurveillance glycémique pour un diabète de type 2 sans insuline existe au même titre que celle d’un diabète de type 1 sous insuline. Il s’agit d’une prescription que vous êtes susceptible de rencontrer au cours de votre carrière, et largement abordée dans les formations en diabétologie pour infirmières. Dans cet article, nous évoquons le référentiel des bonnes pratiques d’une ASG pour un diabète et balayons pour vous les critères d’évaluation de celles-ci. Enfin, nous vous parlons du rôle du/de la soignant(e) dans le suivi d’un(e) patient(e) en autosurveillance glycémique.

Lire l'article

Les déchets médicaux DAOM et DASRI à domicile

Alphonse Doutriaux

|

25 Juillet 2022

La gestion des déchets médicaux (DAOM, DASRI, OPCT) par le professionnel de santé est définie selon la catégorie du déchet visé. L'infirmier ayant une bonne connaissance de leur règles de tri assure non seulement le respect des normes en vigueur mais aussi sa protection et celle de son environnement de travail.

Lire l'article