blog

Santé

Infirmier

PICC Line et rôle de l'IDEL

Le rôle de l'IDEL dans la pose du PICC Line

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Le PICC Line est un outil essentiel pour l’IDEL. La bonne connaissance de son fonctionnement et de son utilisation permet de prodiguer des soins infirmiers adéquats qui évitent au patient d’être piqué à outrance dans le cadre de soins longs, comme ceux prodigués en chimiothérapie.

Qu'est-ce que le PICC Line ?

Le PICC Line est une abréviation de l’anglais : peripheral inserted central catheter ou cathéter à insertion périphérique, ou central. La définition du PICC Line communément admise est la suivante. C’est un cathéter central, inséré par une veine profonde, et généralement périphérique du bras. Il est avancé jusqu’à sa terminaison, et repose sur une partie distincte de la veine cave supérieure. Suivant cette définition du PICC Line, c’est donc un cathéter qui part du bras pour aller jusqu’à l’entrée du cœur. Ce long cathéter protège l’intégralité des veines par lesquelles il passe et permet d’injecter des produits à haute pression. Il est souple et flexible. Et il est composé de polyuréthane ce qui permet son intégrité et sa durabilité dans le temps.

 

Le PICC Line peut également être pourvu à son extrémité externe d’une valve unidirectionnelle, bidirectionnelle, ou d’une valve de Groshong. Lorsqu’il est composé d’une valve intégrée, le cathéter est généralement de couleur violette et, à son bout, se trouve un renflement un peu arrondi dont l’extrémité est pourvue d’un pas de vice sans mousse à l’intérieur. Par ailleurs, le cathéter n’est plus muni de clamp.

 

Cette valve a pour effet de maintenir une pression positive de part et d’autre de la valve. Cela permet d’éviter des retours veineux à l’intérieur du PICC Line susceptible de le boucher. 

 

À l’origine, les PICC Lines étaient conçus pour une durée qui ne devait pas dépasser quatre semaines, en général. Aujourd’hui, le PICC Line peut être posé plus d’un an avec un renouvellement tous les six mois. 
Pour éviter toute erreur sur le délai de pose qui pourrait être préjudiciable au patient, l’infirmier doit, d’une part, alerter sur ce délai de changement du PICC Line, et d’autre part, bien marquer la date de pose sur le PICC Line.

img test

Maîtrisez les voies d'abord veineuses

Notre formation complète sur les dispositifs de voies d’abord veineuses pour la chimiothérapie : législation, protocoles d’utilisation, suivi et manipulation.

Découvrir la formation

Pourquoi poser un PICC Line ?

Pour les IDE, le PICC Line est une voie particulièrement intéressante à utiliser pour éviter aux patients d’être ponctionnés hebdomadairement sur voie veineuse périphérique pour les prélèvements sanguins, à condition que son utilisation soit correcte. Cette avancée médicale permet, en effet, d’éviter de piquer les patients à outrance.

 

L’utilisation du PICC Line par les IDE (infirmier(ère)s diplômé(e)s d’État) est ainsi multiple. Il est utilisé pour :

 

  • la chimiothérapie ;
  • l’antibiothérapie prolongée ;
  • les soins de support (exemple : l’utilisation d’une pompe à morphine) ;
  • la nutrition ;
  • l’hydratation (avec ou sans pompe, diffuseur ou régulateur de débit) ;
  • la transfusion ;
  • les prélèvements nombreux ;
  • la radiologie spécialisée ;
  • etc. 

Rappel

L’utilisation du PICC Line avec une valve intégrée permet de connecter directement l'adaptateur Luer Lock sur l’embout à pas de vice. 

Au-delà de son usage dans le cadre de soins infirmiers, le PICC Line peut également être utilisé par les radiologues, notamment pour les radiologies spécialisées lors desquelles des injections sont requises. Ces professionnels doivent être formés au rinçage antérieur et postérieur à toute manipulation sur le PICC Line. 

Contre-indications

La pose d’un PICC Line dans le cadre de soins infirmiers prodigués par des IDE peut être contre-indiqué lorsqu’existe : 

 

  • des lésions cutanées en regard, et des infections ;
  • un risque de FAV (fibrillations auriculo-ventriculaires).

Bon à savoir

L’embout du PICC Line arrive directement devant le cœur et peut donc déclencher une FAV. C’est pour cette raison qu’il est interdit aux infirmiers de retirer un PICC Line à domicile, et, ce, en dépit du fait qu’un médecin ait demandé ce retrait.

L’IDE doit obligatoirement être accompagné d’un médecin. 

 

Les autres cas de cotre-indications sont les suivants :

 

  • un lymphœdème ;
  • une thrombose veineuse du membre supérieur ;
  • un curage ganglionnaire ;
  • une hémiplégie et la chirurgie de l’épaule.

En effet, le trajet de la veine peut être physiologiquement dévié. Cela crée un risque d’érosion vasculaire lors de la pose du PICC Line. 

Important

Toutes les manipulations sont à faire avec des compresses imbibées d’antiseptique. 

Combien de temps le patient garde-t-il le PICC Line ?

Lorsque le PICC Line a été créé, la durée de pose prévue était de quatre semaines. Pour autant, il n’y a pas de limitation théorique réelle. En pratique, la durée de référence est de trois mois. Cette durée peut s’étendre jusqu’à un peu plus d’an. C’est la pratique française depuis environ cinq ans, suivant celle développée au Canada. 

 

Si l’IDE souhaite prolonger la pose pendant un an, le PICC Line doit faire l’objet d’un entretien particulièrement correct de la voie avec une asepsie rigoureuse. Le PICC Line est généralement remplacé tous les six mois. Son remplacement devient obligatoire au bout d’une année.

img test

Maîtrisez les voies d'abord veineuses

Notre formation complète sur les dispositifs de voies d’abord veineuses pour la chimiothérapie : législation, protocoles d’utilisation, suivi et manipulation.

Découvrir la formation

La pose du PICC Line

La pose du PICC Line ne se fait pas au sein du bloc opératoire mais, le plus souvent, en salle de réveil par un radiologue ou un anesthésiste, et sous contrôle échographique avec un contrôle radio systématique. Cette pose est relativement non-douloureuse.

 

Elle ne comporte pas de risque de pneumothorax ni d’hémothorax. En effet, le PICC Line est placé en distal de la région pulmonaire et passe sur une voie qui est généralement une veine brachiale, céphalique ou humérale, veine qui donne un accès direct par la veine cave supérieure à l’entrée du cœur.

 

Le délai de pose est très court. En effet, la préparation prend bien plus de temps que la pose en elle-même. Avec la préparation, la pose dure environ 25 minutes.

 

En cas de complication, le PICC Line pourra être facilement retiré d’un geste régulier et doux, en présence d’un médecin.

 

Le PICC Line permet de réduire ces complications parce que l’on évite les problèmes chirurgicaux dues à l’anesthésie. Il a également un intérêt économique : la pose ne nécessite pas l’entrée au bloc opératoire. 

Bon à savoir

Vous souhaitez vous former sur le traitement des déchets médicaux, le changement de pansement PICC Line ou encore la pose d'une aiguille de Huber ? Chez Walter Santé, nous vous proposons une formation DPC infirmier sur les voies d'abord veineuses. Cette formation entre dans le cadre de votre obligation triennale et du développement professionnel continu.

Complications et réfection du pansement

Pendant l’entretien, les complications survenant à la suite de la pose et au-delà de la pose sont :

 

  • infectieuses ;
  • thrombotiques ;
  • mécaniques.

Ce sont trois risques inhérents à tout cathéter central. 

 

Au préalable de la pose, l’IDE  devra avoir une connaissance sur les stabilisateurs et le changement du système de fixation de la valve. Le système le plus utilisé est la fixation par Stat Lock, comparativement au Grip Lock qui est un système d’adhésion par col et par système velcro. Le changement de cette fixation est toujours délicat car il présente plusieurs risques. Ces risques sont ceux de :

 

  • déclenchement d’une fibrillations auriculo-ventriculaires ;
  • retrait ou de poussée accidentelle ;
  • buter sur la veine. 

Pour éviter ces risques, le professionnel de santé et le patient doivent être bien installés pour que l’IDE ait un maximum de champ libre. Par ailleurs, et suite à la pose, l’IDE doit veiller à ce que le pansement du PICC Line ne soit jamais souillé ou mouillé. 

 

En dehors de ces différentes étapes de fonctionnement du PICC Line, les difficultés peuvent également prendre source du fait de l’état de santé du patient.

Exemple

Lorsqu’un patient maigrit de façon conséquente, l’injection peut être facile et le retrait impossible : la lumière du cathéter bute à chaque aspiration sur le rebord de la veine et empêche un retrait positif. Cette difficulté peut également arriver sur d’autres systèmes de cathéter.

Éducation du patient

Afin d’éviter toutes complications ou dysfonctionnement du PICC Line, l’éducation du patient s’avère nécessaire. Il doit les interdictions suivantes :

 

  • ne pas porter de vêtement serré autour du PICC Line pour éviter de l’accrocher ;
  • ne pas faire subir de compression au bras porteur du PICC Line.

Il est donc interdit au patient, d’une part, au patient de porter des charges lourdes, et, d’autre part, de faire des mouvements musculaires répétitifs et violents. Le patient ne peut donc pas pratiquer certains sports (exemples : badminton, tennis, squash, etc.).

 

Le patient a également l'interdiction de prendre des bains. Lors de sa douche, il doit penser à recouvrir le pansement et le cathéter par un pansement imperméable supplémentaire (exemple : un manchon, ou du film alimentaire étirable).

img test

Formations Infirmiers

Découvrez les formations Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Sur le même thème

Chimiothérapie : quels sont les effets secondaires ?

Alphonse Doutriaux

|

1 Août 2022

La chimiothérapie provoque des effets secondaires, comme des nausées, des diarrhées, une altération de la peau, le syndrome main-pied… Parmi tous ces effets secondaires liés à la chimio, le(a) malade doit aussi faire face à des douleurs physiques et psychologiques. Découvrez quels types d’effets secondaires il est possible d’avoir et comment les limiter.  

Lire l'article

Pose d'aiguille de Huber sur chambre implantable

Alphonse Doutriaux

|

25 Juillet 2022

Lorsqu’un patient est équipé d’une chambre implantable, dans le cadre d’une chimiothérapie, par exemple, l’infirmier peut avoir recours à une aiguille de Huber. Pour ce faire, l’IDE doit suivre un protocole strict et peut s’appuyer sur les indications suivantes. Certains cours en ligne sur les voies d'abord veineuses comme la formation Walter Santé permettent d'approfondir ce sujet.

Lire l'article

Différencier BPCO et Asthme

Alphonse Doutriaux

|

18 Juillet 2022

La BPCO est une maladie chronique qui peut être confondue avec l’asthme. Comment différencier ces deux insuffisances respiratoires ? Est-ce que l’asthme est un symptôme aggravant de la BPCO ? Découvrez tout de suite les différences entre asthme et BPCO, approfondissez le sujet et devenez incollable sur les pathologies respiratoires chroniques en suivant la formationPRADO BPCO e-learning de Walter Santé. C’est parti.

Lire l'article

Facturer les actes infirmiers à domicile : indemnités de déplacement et majorations

Alphonse Doutriaux

|

26 Septembre 2022

La tarification des soins infirmiers est une partie importante du BSI. Il est indispensable de comprendre chacun de ses éléments et de les maîtriser, afin de bien facturer les actes infirmiers pratiqués à domicile. Suivre une formation BSI est donc utile pour les infirmiers et les infirmières qui souhaitent s’approprier l’outil du BSI.
Le forfait BSI et les déplacements sont calculés par un logiciel. En cochant les cases qui vous concernent, l'algorithme définit le tarif des soins infirmiers que vous avez réalisé. Pour facturer les actes infirmiers à domicile, les déplacements et les majorations éventuelles doivent être pris en compte. Dans cet article, nous vous expliquons comment l’assurance maladie calcule vos indemnités de déplacement (indemnités kilométriques et indemnité forfaitaire de déplacement) et quelles sont les majorations qui peuvent s’appliquer lorsque vous vous déplacez au domicile d’un patient pour pratiquer des soins prescrits par un médecin.

Lire l'article