blog

Santé

Infirmier

Temps de cicatrisation

Combien de temps dure la cicatrisation d’une plaie ?

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Nous allons ici vous expliquer les différentes phases du processus de cicatrisation. Le but est de vraiment comprendre chaque étape de la cicatrisation, pour ensuite mieux comprendre comment traiter les patients et favoriser la cicatrisation des plaies, qu’elles résultent d’une blessure ou d’une intervention chirurgicale.

Qu'est-ce que le processus de cicatrisation ?

La cicatrisation de la peau est un processus qui intervient suite à l’ouverture des parties molles du corps secondaire. Cette ouverture est la conséquence d’un agent mécanique externe, une agression (traumatisme direct, brûlure, blessure, maladie, intervention chirurgicale, etc.). Ce processus de cicatrisation peut se faire spontanément (d’elle-même), mais une intervention humaine est parfois nécessaire notamment en suturant les bords de la plaie et en exerçant une surveillance sur le processus (vérifier s’il n’y a pas de surinfection).

 

Pour approfondir vos connaissances des types de plaie, des types pansements infirmiers et du processus de cicatrisation, vous pouvez suivre la formation Plaies et cicatrisation de Walter Learning, dispensée par Jean-Philippe Marcou, infirmier diplômé d’Etat depuis 2011.

Maîtrisez la prise en charge des plaies

Notre formation complète sur les plaies et leur cicatrisation : évaluation des plaies, maîtrise des différents types de pansements, prescription, surveillance et recommandations nationales.

Découvrir la formation
img test

Quelles sont les 3 étapes de cicatrisation d'une plaie ?

Les trois phases de cicatrisation d’une plaie sont : la phase inflammatoire, la phase de réparation tissulaire et la phase de maturation cellulaire.

1ère étape - phase inflammatoire (3 à 4 jours)

La phase inflammatoire dure 3 à 4 jours. Cette phase de la cicatrisation consiste à éliminer les corps étrangers et les tissus morts en quelques jours. Pendant cette phase, la lésion est recouverte par un caillot sanguin. La réaction inflammatoire provoque une vasodilatation et augmente la perméabilité de la lésion.

 

L’angiogenèse correspond à la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. Il y a formation de nouveaux vaisseaux sanguins, à partir des vaisseaux préexistants par bourgeonnement. La phase de bourgeonnement d’une plaie se définit ainsi : un tissu de granulation est en place, rouge et bourgeonnant, signalant le processus de guérison. L’angiogenèse permet l’apport en nutriments et oxygène, indispensables aux cellules.

2ème étape - phase de réparation tissulaire

C'est une phase de migration. Le caillot sanguin devient une croûte à cause de la prolifération des filaments de fibrine (la fibrine se reconnaît à un enduit jaunâtre qui recouvre tout ou partie de la plaie). La croûte est un tissu de renouvellement et donc de granulation. C'est le début de l'élaboration de la cicatrice. Sous la croûte, toutes les cellules de tissu conjonctif migrent vers le centre de la lésion. Les vaisseaux vont proliférer et se refaire.


C'est également une phase de prolifération massive de cellules, de vaisseaux sanguins et de fibres.

3ème étape - maturation (2 à 18 mois)

C'est au cours de la maturation, la phase de cicatrisation la plus longue, que la croûte tombe. Cette phase peut durer plus de 15 mois. Au début, la croûte tombe et la peau va retrouver ses différentes couches. Le nombre de fibroblastes va diminuer ainsi que le nombre de vaisseaux sanguins. La peau va rester plus ou moins blanche car le taux de mélanocytes se reconstitue plus tard.

 

Normalement après 6 mois, une cicatrice doit être souple et indolore. Cependant, des troubles de la cicatrisation peuvent engendrer des cicatrices disharmonieuses. La maturation est la dernière étape du cycle de cicatrisation. Une cicatrice continue d’évoluer pendant au moins 15 mois. Il est donc indispensable de protéger la cicatrice du soleil.

Maîtrisez la prise en charge des plaies

Notre formation complète sur les plaies et leur cicatrisation : évaluation des plaies, maîtrise des différents types de pansements, prescription, surveillance et recommandations nationales.

Découvrir la formation
img test

Quels facteurs influencent le temps de cicatrisation ?

Plusieurs facteurs influencent le processus de cicatrisation.

 

Des facteurs ayant plus ou moins d’impact comme :

  • Le défaut d’action ou de différenciation cellulaire
  • Le défaut d'organisation de la matrice ou niveau de la couche basale ou de la moelle

Des facteurs généraux communs à tous les patients :

  • L’état général du patient
  • La localisation de la plaie
  • L’étiologie de la lésion
  • La présence ou non d’infection

Quels sont les facteurs de retard de la cicatrisation ?

Certains facteurs retardent la cicatrisation. Il existe plusieurs causes expliquant une cicatrisation plus lente :

  • Le processus normal de cicatrisation est interrompu. La phase inflammatoire par hydrolyse et inaction des facteurs de croissance et des molécules matricielles.
  • Il y a un défaut d’activation des macrophages.
  • Il y a un défaut d’adhésion des kéranocytes dans le lit de la plaie, et l’épidermisation n’est donc pas possible.
  • Il y a une adoptose prématurée des cellules. Arrêt complet d’évolution de la cicatrice.

Quels sont les paramètres jouant sur la cicatrisation ?

Des paramètres jouent en revanche sur la cicatrisation. Les facteurs suivants peuvent rendre la cicatrisation difficile, voire donner lieu à une mauvaise cicatrisation :

  • L’âge
  • L’artérite
  • L’insuffisance cardiaque
  • Le déficit d’O2
  • Une pathologie vasculaire présente
  • Le tabac (hypoxémie et hypoxie)
  • Une anomalie nutritionnelle (défaut d’apport en vitamine A et C, défaut d’apport d’oligoéléments comme le zinc, manque de lipide et de protéine)
  • Le stress
  • Le diabète
  • Un trouble de la coagulation
  • Une corticothérapie
  • L’irradiation
  • Les facteurs locaux : corps étranger persistants, perte de substance trop importante, non-respect des règles d’hygiène, destruction tissulaire et cellulaire trop importante

Quelles sont les principales anomalies cicatricielles ?

La cicatrisation défectueuse

Les cicatrices défectueuses sont souvent dues à une cicatrisation spontanée. Il s’agit d’une malformation cicatricielle due à l'imperfection chirurgicale mais aussi à une mauvaise évolution de la cicatrice due au terrain non favorable. Le traitement est souvent l’intervention chirurgicale : on découpe la cicatrice pour en former une nouvelle, mais le résultat n’est pas toujours probant.

Les cicatrices adhérentes

Les cicatrices adhérentes sont des cicatrices fixées au plan sous-jacent. Ces cicatrices sont permanentes. Elles se trouvent souvent sur des surfaces corporelles très peu charnues, par exemple la surface de la main. 

Cicatrice en échelle de perroquet

Cette cicatrice est due à des points trop larges et le traitement ne peut être que chirurgical. Les cicatrices en échelle de perroquet sont en zigzag. Elles sont souvent dues à une intervention chirurgicale.

Formations Infirmiers

Découvrez les formations DPC Infirmiers en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels pour les infirmiers et infirmières.

Découvrir les formations
img test

Sur le même thème

Comment évaluer les besoins du patient en soins palliatifs ?

Hippolyte Le Dem

|

31 Mars 2022

En 1979, l’infirmière américaine Jean Watson expose le concept du « caring », ou théorie des besoins de la personne soignée, devenu le fondement de la démarche soignante. Le besoin est une notion fondamentale des soins palliatifs. Pour une prise en charge optimale du patient, le soignant doit pouvoir évaluer les besoins de celui-ci pour adapter au mieux ses actes de soin. À cette fin, il peut s’appuyer sur la théorie de Jean Watson.

Lire l'article

Diabète de type 2 et hyperglycémie

Hippolyte Le Dem

|

4 Mai 2022

L'hyperglycémie correspond à une hausse du taux de glycémie ou de sucre dans le sang au delà des objectifs glycémiques prescrits par le médecin. Cela peut se produire dans deux types de situations, la première est lorsque le taux de sucre est supérieur à 1,20g/L lorsque le patient est à jeun ou en pré-prandial. La seconde apparait lorsque ce taux est au dessus de 1,80 g/L deux heures après le début du repas.

 

Dans cet article, nous expliquerons quels sont les causes et symptômes de l'hyperglycémie chez le diabétique mais aussi dans quelle mesure le rôle de l'infirmière à domicile est essentiel dans l'accompagnement du patient diabétique. Enfin, nous vous expliquerons en quoi consiste le coma hyperosmolaire. 

Lire l'article

Avenant 8 à la convention médicale : quels changements pour le BSI ?

Hippolyte Le Dem

|

21 Mars 2022

Le 9 novembre 2021, la FNI (Fédération Nationale des Infirmiers) et le SNIIL (Syndicat National des Infirmières et des Infirmiers libéraux) ont opté pour la mise en place de l’avenant 8 à la convention médicale, qui étend le BSI (Bilan de Soins Infirmiers) aux patients de 90 ans et moins, et à tous les patients dépendants.

 

Quels sont les changements apportés par l’avenant 8 à la saisie du BSI infirmier ? Quels sont les nouveaux travaux conventionnels concernés ? Y a-t-il des changements dans la facturation des indemnités kilométriques ? Vous êtes un peu perdu.e ? On vous détaille les nouveautés de l’avenant 8 pour le cadre conventionnel infirmier.

Lire l'article

La prise en charge du patient en soins palliatifs à domicile

Hippolyte Le Dem

|

1 Avril 2022

Afin que la prise en charge palliative à domicile soit possible, professionnels de santé, aidants et ressources spécialisées sont amenés à intervenir auprès du patient, et donc, à se coordonner. Quel est le rôle de chacun ? Dans cet article, nous revenons sur les éléments parfois indispensables à une bonne application du protocole de soins palliatifs à domicile.

Lire l'article