blog

Santé

Infirmier

Voies d'abord

Qu'est ce qu'un cathéter veineux central ?

Qu'est-ce qu'un cathéter veineux central et comment l'utiliser ?

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Utilisé en hématologie et en chimiothérapie, le cathéter tunnelisé est un cathéter central. Sujet de formation du DPC, l’infirmier(ère) pourra approfondir ses compétences sur son utilisation grâce à la formation sur les voies d'abord veineuses proposée en ligne par Walter Santé. 

img test
Maîtrisez les voies d'abord veineuses

Notre formation complète sur les dispositifs de voies d’abord veineuses pour la chimiothérapie : législation, protocoles d’utilisation, suivi et manipulation.

Découvrir la formation

Les objectifs du cathéter tunnelisé

Les objectifs du cathéter central tunnelisé sont de préserver le capital veineux. En effet, lorsque sont introduits des produits cytotoxiques à l’intérieur des veines, ces veines se collabent souvent et peuvent se détériorer. En effet, la chimiothérapie, ou plus généralement, le produit utilisé rend les veines poreuses et corrosives. Ainsi, les veines peuvent se déliter, se détruire, se nécroser, voire se bloquer complètement.

Bon à savoir

Pour éviter cette problématique, on utilise ces cathéters veineux centraux. Ils protègent la tunique interne de la veine, grâce à la tunnelisation. 

Comment utiliser le cathéter veineux central ?

La ponction en service pour le cathéter veineux central se fait classiquement par veine jugulaire droite ou, plus rarement, sous veine sous-clavière droite.  En effet, avant l’entrée de la veine, le cathéter fait un court trajet sous la peau. C’est la tunnelisation. Il se termine par un raccord externe sur lequel se branchent les perfusions. 

 

Selon cette définition, le cathéter tunnelisé peut ainsi faire l’objet des utilisations suivantes.

 

  • Les perfusions et les injections médicamenteuses en continu sur ces voies. 
  • L’alimentation parentérale. Cela permet de nourrir les patients qui ont des pertes de poids importantes, des pertes d’appétit, ou de trop grandes nausées et vomissements. L’alimentation parentérale est donc un moyen de lutter contre l’amaigrissement du/de la patient(e).
  • Les prélèvements sanguins réalisés à l’aide d’adaptateur. Cela évite à l’infirmier(ère) de devoir piquer inutilement votre patient(e), en périphérique, alors qu’une voie existe déjà. 

Bien qu’il y ait un risque infectieux, la mise en place d’une asepsie rigoureuse autour du pansement du cathéter par l’infirmier(ère) pour pouvoir faire le prélèvement permet d’éviter de piquer à nouveau le/la patient(e) tout en prévenant les complications

Important

Une dernière règle importante est de faire un rinçage avant et un rinçage après pour vérifier la perméabilité et le fonctionnement de la voie. 

Les différents types de cathéter tunnelisé

Les cathéters intraveineux sont généralement en silicone ou en polyuréthane radio-opaque avec un branchement direct ou un branchement à un robinet. Ce système de robinet se retrouve le plus souvent dans le cadre d’alimentation parentérale ou dans celui des couplages. 

 

Il existe deux types de cathéter tunnelisé :

 

  • le cathéter simple ;
  • le cathéter à manchon. 

Le cathéter tunnelisé simple, muni du stabilisateur est posé sur le thorax. Le stabilisateur maintient la fixation du cathéter tunnelisé et évite un retrait accidentel ou une poussée accidentelle. 

 

Le cathéter tunnelisé à manchon est différent. Il s’agit d’une tunnelisation avec une gaine en matière synthétique autour du cathéter appelée le Dacron. La peau s’agrippe et entoure le Dacron pour l’intégrer, si bien que le cathéter est fixé par la peau, en sous-cutané. Cela permet une fixation solide du cathéter, évitant ainsi tout déplacement accidentel.

Bon à savoir

L’un des grands avantages de cette fixation est qu’elle ne nécessite généralement aucun point ni stabilisateur externe. Pour autant, lors du retrait, l’infirmier(ère) sera obligé de faire une ouverture pour retirer le Dacron, quand le/la patient(e) qui a un cathéter tunnelisé simple, verra seulement son cathéter défait et retiré. 

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Les contre-indications

Les contre-indications liées à l’utilisation d’un cathéter tunnelisé sont les suivantes.

 

  • Les phénomènes allergisants. Il y a par exemple l’allergie au silicone qui contre-indique la pose d’un cathéter tunnelisé.
  • Les problèmes de foie et de coagulation. Ces problèmes engendrent des risques de phlébites ou de thromboses directes.

Comment éduquer et surveiller le patient ?

L’éducation thérapeutique de votre patient(e) sur l’ensemble des cathéters est indispensable et nécessite du temps. En effet, les patients subissent souvent la mise en place des cathéters. Cette mise en place est vécue comme violente car elle suit le diagnostic.

 

Par exemple, l’annonce d’un cancer chez un(e) patient(e) est généralement un bouleversement. La plupart du temps, c’est une surprise. Le diagnostic peut être rude. Le/la patient(e) obtient une consultation d’annonce en peu de temps lors de laquelle lui est proposé un traitement et la mise en place d’un cathéter. Quelquefois, la mise en place du cathéter précède même les explications du déroulé des soins. Dans ces mauvaises conditions, le travail de l’infirmier(ère) d’éducation thérapeutique du/de la patient(e) sur le port d’une voie veineuse centrale est primordial

 

Pour les cathéters tunnelisés, il faut éviter les éléments suivants :

 

  • les bretelles (il y a un risque d’arrachement ou de tirage par la bretelle) ;
  • la conduite (lorsque la ceinture de sécurité traverse le thorax et tire sur le cathéter à émergence cutanée, cela peut être dramatique, en plus d’être désagréable pour le/la patient(e)) ;
  • les vêtements serrés à la taille (si votre patient(e) a un cathéter à émergence cutané ou un cathéter tunnelisé qui est un peu long, il faudra faire attention qu’il ne se prenne pas dans la taille).

Bon à savoir

De plus, il faudra proscrire les sports violents. Cette catégorie inclut non seulement les sports de combat mais aussi les sports basés sur la répétition du geste. Le golf, le tennis, le squash, et le badminton sont, à ce titre, des sports violents, par exemple.

La surveillance sur cathéter doit porter sur son point d’entrée, sur l’embase. Plus précisément, il faudra surveiller les points suivants :

 

  • les signes d’infection locaux (rougeur, chaleur, gonflement) et généraux (hyperthermies, sueurs, et frissons) ;
  • l’apparition d’hématome qui pourrait être signe d’un problème thrombo-embolique ;
  • les risques lors de la manipulation.

Il faudra rincer avant et après toute injection ou perfusion. La perméabilité du cathéter doit être garantie. Le rinçage en trois poussées sera conseillé pour éviter les amalgames à l’intérieur du cathéter. Le volume idéal est 20 mL avant et 20 mL après, bien que les préconisations nationales soient de 10 mL avant et 10 mL après. Il faut également éviter la mise en place du biofilm qui pourrait obstruer le cathéter.

Rappel

Walter Santé propose une formation DPC sur les voies d'abord veineuses pour vous former sur ces différents points et vous permettre d'appliquer toutes les précautions nécessaires dans votre exercice quotidien en tant qu'IDEL.

img test
Appelez-nous

Vous êtes intéressé(e) par nos formations ? Échangez en direct avec l'un de nos conseillers du lundi au vendredi, 9h30-19h.

☎︎ | 01 76 49 09 99

Sur le même thème

Comment utiliser le Mid Line : surveillance, modalités d'utilisations et entretien

Alphonse Doutriaux

|

28 Novembre 2022

Le Mid Line est une voie intermédiaire traitée comme une voie centrale. En effet, cette voie périphérique ressemblant au picc-line est veineuse. Financée par le DPC, la formation de Walter Santé sur le Mid Line ou plus largement sur les à tous les infirmiers qui désirent se former sur le sujet ou approfondir leurs compétences.

Lire l'article

Les différentes complications liées aux voies d'abord veineuses

Alphonse Doutriaux

|

28 Novembre 2022

Lors de la pose d’un cathéter par l’infirmier(ère), certaines complications liées aux voies veineuses peuvent survenir. Reconnaître les symptômes du pneumothorax ou les signes de l’embolie gazeuse, apprendre à prévenir la thrombose veineuse, ou éviter une hémorragie artérielle sont des compétences que l’infirmier(ère) peut acquérir ou perfectionner. Pour , l’IDEL pourra suivre certaines formations DPC infirmier comme la formation proposée par Walter Santé.

Lire l'article

Quels sont les risques de complication infectieuse avec les voies d'abord et comment les éviter ?

Alphonse Doutriaux

|

28 Novembre 2022

Les voies d’abord veineuses centrales et périphériques posent un certain nombre de risques. Parmi eux, le risque de complication infectieuse est particulièrement élevé. Afin de se former à la prévention de ces complications, les infirmiers sont éligibles à des formations agréées DPC pour les IDEL. Financé par le DPC, le e-learning peut être un bon moyen offert aux professionnels de santé pour combiner leur activité professionnelle et leur formation.  

Lire l'article

Pourquoi et comment se former sur les voies d'abord veineuses ?

Alphonse Doutriaux

|

28 Novembre 2022

La est une formation continue pour infirmier(ère) qui vise à apporter un ensemble de connaissances et de techniques appropriées à ces professionnels de santé sur ce sujet. Clé d’intervention pour les infirmiers, cette formation offre aux IDEL une meilleure compréhension de leur pratique et leur permet d’acquérir une assurance pour des manipulations, souvent sources de stress. 

Lire l'article