blog

Santé

Médecin généraliste

Diagnostic TSA

Comment diagnostiquer un TSA (Trouble du Spectre de l'Autisme) ?

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Le trouble du spectre de l'autisme (TSA) fait partie des troubles neurodéveloppementaux. Il se caractérise notamment par des dysfonctionnements dans les interactions sociales, la communication, les comportements et les activités.

 

Notre formation Troubles du Neurodéveloppement vous permettra d’apprendre à diagnostiquer l’autisme en appréhendant les signes d’alerte des TSA, en détaillant les points à observer lors d’une consultation à ce sujet ainsi que les tests à effectuer pour dépister l’autisme.

Les signes d'alerte des TSA

Les signes d’alerte TSA qui peuvent aider à diagnostiquer l’autisme peuvent se retrouver dès le plus jeune âge.

Sur le plan social

  • De 0 à 6 mois : l’absence de sourire sociale, une impression d’indifférence et le regard fuyant peuvent être des signes d’alerte ;
  • De 6 à 12 mois : le bébé ne se retourne pas à l’appel de son prénom, une indifférence aux personnes et à son environnement ou une intolérance au contact physique ;
  • De 12 à 24 mois : si l’enfant est solitaire ou qu’il y a une absence de pointage à distance pour demander quelque chose ou une absence du jeu d’imitation ;
  • Après 2 ans : l’enfant peut avoir peu d’intérêt pour les autres enfants. Il préfère jouer seul, se fait difficilement des amis et à des difficultés à comprendre les émotions et les états mentaux des autres.

La communication verbale et non-verbale

  • De 0 à 6 mois : le bébé est trop calme ou trop agité, une absence de babillage ou peu de vocalisation par rapport à ce que l’on attend ;
  • De 6 à 12 mois : une absence de gestes d’anticipation et d’imitation des gestes de communication ;
  • De 12 à 24 mois : on peut observer une absence ou un retard de langage, l’enfant ne communique pas ou peu ses désirs, une absence de geste ou d’expression. L’enfant peut paraître sourd, car il ne répond pas aux demandes ou aux consignes données.
  • Après 2 ans : on voit souvent la “main outil” apparaître. Il y a également un retard de langage ou un langage atypique non communicatif. Il peut aussi y avoir une anomalie dans le rythme, le débit ou l’intonation de la voix. L’inversion pronominale peut également apparaître à cet âge (“tu” à la place de “je”).

Les comportements stéréotypés et les intérêts restreints

  • De 6 à 12 mois : on voit des réactions paradoxales aux bruits et/ou une intolérance aux changements et aux modifications de l’environnement ;
  • De 12 à 24 mois : une utilisation inhabituelle des objets peut apparaître, on encore des maniérismes (des mouvements répétitifs et inhabituels) ;
  • Après 2 ans : l’enfant peut développer des intérêts répétitifs pour un objet, un jeu ou une activité, mais aussi développer un attachement inhabituel à des objets. À cet âge, on peut aussi voir apparaître l’utilisation de l’alignement. L’enfant va alors fréquemment prendre plusieurs objets et les aligner les uns à côté des autres. Un autre comportement assez récurrent également est le triage. L’enfant va trier les objets en fonction de leur couleur ou de leur taille par exemple.

Cependant, il n’y a pas de signes spécifiques pour le TSA. Ainsi, la présence de ces signes n’indique pas nécessairement la présence d’un trouble du spectre autistique.

 

Aprrenez à reconnaître les signes d'alerte liés aux TSA et approfondissez vos connaissances en neurodéveloppement grâce à la formation Troubles du Neurodéveloppement de Walter Santé à destination des infirmiers(ères) et des médecins généralistes.

Maîtrisez les troubles du neurodéveloppement

Notre formation complète sur les TND de l’enfant : développement cognitif, facteurs de risques, méthodes de communication, stratégies d’accompagnement et guidance parentale.

Découvrir la formation
img test

Autres signes d'alerte

D’autre part, d’autres signes d’alerte existent tels que :

 

  • l’hypo ou l’hyper réactivité ;
  • l’hypo ou l’hypertonie ;
  • l’hétéro ou auto agressivité ;
  • la marche sur la pointe des pieds (qui est un signe d’alerte majeur) ;
  • une régression au niveau de la communication aux alentours de 18 mois/2 ans.

 

Il faut également avoir une vigilance particulière aux enfants nés prématurément, mais également à ceux qui développent des troubles du sommeil ou des troubles de l’alimentation (notamment au niveau de la diversification alimentaire).


Enfin, les enfants dont un ou plusieurs membres de la famille sont atteints de troubles du neurodéveloppement devront être surveillés avec attention.

Points d'observation lors de la consultation

Au cours d’une consultation, en tant que professionnel(le) de santé, vous devez observer l’enfant dans son développement global : étudier ses interactions, les jeux auxquels il joue. Joue-t-il à faire semblant ? A-t-il des particularités sensorielles ?

 

Par ailleurs, des prérequis à la communication peuvent facilement être observés lors d’une consultation :

  • le regard ;
  • le pointage (pour faire une demande ou pour partager un intérêt) ;
  • la réponse à l’attention conjointe en alternant bien le regard ;
  • l'imitation et les premiers gestes de communication.

S’il y a un doute, il est préférable de se tromper en explorant davantage plutôt que de passer à côté d’un trouble. En effet, un dépistage précoce de l'autisme est fondamental à l’amélioration du quotidien de l’enfant.

 

En tant que professionnel(le) de santé, il peut être délicat de nommer la suspicion d’autisme auprès des familles. Cependant, lorsque vous nommez une suspicion, vous ne posez pas de diagnostic. Il faut alors informer les parents sur les doutes que vous avez, sur les points d’observations qui peuvent faire penser à un trouble du neurodéveloppement. Le dépistage précoce de l’autisme permet entre autres l’amélioration de la qualité de vie de l’enfant, évite l’errance des familles à laquelle elles sont souvent confrontées et permet d’établir des projets thérapeutiques et scolaires adaptés pour l’enfant.

 

Dans notre formation Walter Santé sur les troubles du neurodéveloppement, Ines Utrilla, psychologue clinicienne spécialisée dans les troubles du spectre autistique, vous enseignera à réaliser un diagnostic de l’autisme. Elle vous apprendra également à quels professionnels vous adresser si vous avez une forte suspicion de TSA chez un enfant. Vous apprendrez également à diagnostiquer un trouble de l'attention (TDA).

Maîtrisez les troubles du neurodéveloppement

Notre formation complète sur les TND de l’enfant : développement cognitif, facteurs de risques, méthodes de communication, stratégies d’accompagnement et guidance parentale.

Découvrir la formation
img test

Déroulement du diagnostic de l'autisme

Le diagnostic de TSA peut se faire précocement dès 18 mois. Le diagnostic de l’autisme est une évaluation multidisciplinaire qui implique de nombreux professionnels de la santé : médecin, orthophoniste, psychomotricien, ergothérapeute, psychologue ou encore neuropsychologue.

 

L’entourage participe également à ce processus avec des entretiens dans une anamnèse développementale qui sont réalisés avec les parents de l’enfant.

 

Une évaluation du niveau de développement et du fonctionnement de l’enfant est également effectuée à l’aide de tests standardisés. En fin d'évaluation, l'annonce du diagnostic est accompagnée de recommandations.

Les tests d'évaluation à réaliser

Dans la formation Walter Santé, vous découvrirez les différents tests qui peuvent être réalisés pour dépister l’autisme.

 

Voici les principaux tests pour diagnostiquer un TSA :

 

  • L'Autism Diagnostic Interview Revised (ADI-R) évalue les interactions sociales, la communication verbale et non verbale ainsi que les comportements stéréotypés et les intérêts restreints. L’entretien se passe avec l’enfant, mais également un accompagnateur qui connaît bien le développement de l’enfant (en général un des parents) ;
  • L'Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS-S) est une échelle standardisée d'observation pour le diagnostic de l'autisme qui peut être utilisée à tout âge. Elle comporte 5 modules en fonction de l’âge, du niveau d’expression verbale et de la pertinence des activités.
  • La Childhood Autism Rating Scale (CARS) est une échelle d'évaluation de l'Autisme infantile. Elle est notamment utilisée pour évaluer l’intensité du comportement autistique.

D’autres tests, en fonction de l’âge de la personne, existent pour évaluer le fonctionnement cognitif du patient : test de QI, échelles d’intelligence de Wechsler, la BECS, la PEP 3 ou encore la Vineland.

Sur le même thème

Comment diagnostiquer le patient Alzheimer en tant que médecin généraliste ?

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

Du diagnostic de la maladie d’Alzheimer en passant par les spécificités de son annonce au patient, le médecin généraliste peut se trouver démuni. Face aux premiers symptômes d’Alzheimer, les critères de Khann ainsi que les bilans neurologiques, biologiques et radiologiques du patient peuvent lui permettre d’établir un diagnostic d’Alzheimer précoce.

Lire l'article

Les troubles cognitifs liés à la maladie d'Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

La maladie d’Alzheimer peut provoquer des troubles cognitifs sévères chez le patient. Ces troubles cognitifs atteignent tout particulièrement la mémoire. Les différents types de mémoire sont touchés selon un degré variable qu’il convient de tester.

Lire l'article

Qu'est-ce que la syncope cardiaque ?

Hippolyte Le Dem

|

27 Juin 2022

Les syncopes et les lipothymies occasionnent bon nombre de consultations chez le médecin généraliste. Elles ne surviennent pourtant pas par hasard, c’est pourquoi il est nécessaire pour les professionnel(le)s de santé de comprendre leurs causes. 
La syncope cardiaque fait partie des cas graves de syncopes. Voici donc quelques éléments qui pourront vous être utiles pour différencier les cas qui se présentent à vous, dans le but de mieux diagnostiquer une syncope cardiaque.

Lire l'article

FAQ sur le HPV (Papillomavirus Humain) en médecine générale

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

Le HPV, ou papillomavirus, est une des infections sexuellement transmissibles (IST) les plus fréquentes. Présente chez les femmes et les hommes, cette infection généralement asymptomatique peut parfois entraîner des lésions pré-cancéreuses. Mais où en est la vaccination en France ? Quels en sont les modes de transmission ? Est-ce incompatible avec la grossesse ? Voici les réponses aux questions les plus fréquentes sur le papillomavirus.

Lire l'article