blog

Santé

Médecin généraliste

Diagnostic TDAH

Comment diagnostiquer un TDAH (Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité ) ?

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Le TDAH fait partie des troubles neurodéveloppementaux, il se caractérise par une difficulté persistante à moduler l’attention. Les enfants ayant un TDAH présentent des difficultés de concentration, une impulsivité et une agitation et ce pendant au moins 6 mois.

Les impacts du TDAH se retrouvent dans la vie quotidienne, que ce soit dans la sphère familiale, sociale, scolaire ou encore professionnelle.
Il est donc important de pouvoir diagnostiquer et prendre en charge un patient atteint d’un TDAH car ses symptômes ont une répercussion importante sur sa vie quotidienne.

Les troubles de l'attention et leur prise en charge

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) est un trouble neurodéveloppemental qui se traduit par l’expression de symptômes :

  • d’impulsivité ;
  • d'inattention ;
  • et/ou d’hyperactivité.

 

Le diagnostic des troubles de l’attention repose sur le fait que ces troubles soient durables et paraissent trop importants par rapport à l'âge de l'enfant. En effet, tous les enfants agités ou turbulents ne sont pas atteints d’un TDAH.

 

En tant que professionnel(le) de santé, la difficulté réside dans le fait d’identifier avec certitude les cas de TDAH. Ainsi, vous aurez également besoin de l’aide de l’entourage de l’enfant (parents, enseignants, infirmière scolaire), qui est susceptible de repérer les symptômes.

 

Approfondissez vos connaissances des Troubles du Neurodéveloppement grâce à la formation DPC de Walter Santé.

Maîtrisez les troubles du neurodéveloppement

Notre formation complète sur les TND de l’enfant : développement cognitif, facteurs de risques, méthodes de communication, stratégies d’accompagnement et guidance parentale.

Découvrir la formation
img test

L'attention

L’attention est nécessaire dans pratiquement toutes nos tâches quotidiennes. Pour autant, l’attention est difficile à isoler des autres fonctions cognitives puisqu'elle est en lien avec les autres sphères de la cognition comme :

  • la sphère mnésique ;
  • les fonctions exécutives ;
  • le traitement du langage ;
  • la sphère psycho-affective ;
  • l’état physiologique.

L’attention se compose de différents niveaux de vigilance :

 

  1. L'attention basique : niveau de vigilance, alerte phasique, qui gère les niveaux d'alerte de l'individu ;
  2. L'attention sélective : elle permet à la fois de repérer les informations les plus saillantes dans l'environnement et de négliger certaines informations jugées non pertinentes dans le but à accomplir ;
  3. L'attention soutenue : elle permet à l'individu de maintenir une alerte suffisamment longue dans le temps pour pouvoir faire intervenir l'attention sélective en cas d'alerte. Attention, l'attention soutenue n'est pas illimitée. C’est pour cette raison notamment que l’on préconise de faire des arrêts toutes les deux heures lorsque l’on prend la route ;
  4. L'attention partagée : la capacité à pouvoir intégrer plusieurs informations en même temps et les traiter avec la même intensité.

Rappel

Il est beaucoup plus difficile de maintenir une attention soutenue qu’une attention sélective pendant plusieurs heures. En effet, plus on monte dans le type d'attention, plus cela augmente la fatigabilité de l'individu.

Étiologie des troubles de l'attention et de l'hyperactivité

Les recherches en neurosciences permettent aujourd’hui d’avancer plusieurs pistes étiologiques qui déterminent les causes des troubles de l’attention et de l’hyperactivité. Mais le TDAH est complexe et n’a pas une cause unique.

 

Les chercheurs ont alors observé différentes causes des troubles de l’attention :

  • La génétique : la plupart des enfants atteints de TDAH comptent au moins un membre de leur famille qui en souffre aussi.
  • L’environnement : des critères environnementaux jouent un rôle dans les troubles de l’attention dès le développement in utero. Comme par exemple une exposition à certaines substances toxiques durant la grossesse (alcool, tabac, pesticides...)
  • Enfin, des études pointent des particularités du cerveau au niveau volumique et au niveau des connexions neuronales des personnes ayant un TDAH par rapport à un cerveau d’une personne qui n'en a pas. 

Pour résumer

Il existe aujourd’hui plusieurs pistes mais, il n’existe pas encore de réponse consensuelle pour expliquer les raisons de TDAH.

Le diagnostic du TDAH : l'examen neurologique

Dans la démarche du diagnostic du TDAH, l’examen neuropsychologique peut être intéressant pour le médecin pour compléter le regard clinique et avoir quelques repères au niveau métrique sur le développement de l’enfant au niveau de ce qu’on attend de lui sur ses performances cognitives et psycho affectives.

 

L'examen neuropsychologique comprend :

  • Un entretien anamnestique assez complet. Cet entretien va retracer le parcours développemental et le contexte environnemental de l'enfant. 
  • Des tests normés pour diagnostiquer un trouble de l’attention. Ils commencent souvent par une psychométrie c'est-à-dire l’efficience intellectuelle. Par ailleurs, il existe aussi des tests pour mesurer l’efficience attentionnelle de l’enfant.

Cet examen neuropsychologique permet de dresser un profil de l’enfant avec des points forts et des points faibles.

 

La recherche de troubles associés au TDAH repose également sur d’autres évaluations :

  • Bilan orthophonique : analyse du langage et de la communication de l’enfant ;
  • Bilan psychomoteur : étude de la motricité du patient ;
  • Bilan ergothérapique : évaluation de la participation de l’enfant dans ses occupations quotidiennes, scolaires et de loisirs ;
  • Examen orthoptique.

Un diagnostic précoce de TDAH permet une prise en charge thérapeutique adaptée et une diminution des répercussions du TDAH sur la vie quotidienne.

 

Dans notre formation Walter Santé sur les troubles neurodéveloppementaux, le Dr. Schoentgen, spécialisé en neuropsychologie pour les enfants et jeunes adultes souffrant de troubles cognitifs et/ou psycho-affectifs, vous apprendra à prendre les bonnes décisions pour la prise en charge du patient suite à cet examen.

D'autres troubles neurodéveloppementaux sont également approfondis dans notre formation tels que le trouble développemental de la coordination (TDC) ou encore le trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Maîtrisez les troubles du neurodéveloppement

Notre formation complète sur les TND de l’enfant : développement cognitif, facteurs de risques, méthodes de communication, stratégies d’accompagnement et guidance parentale.

Découvrir la formation
img test

Les fonctions exécutives

Les fonctions exécutives comprennent un ensemble de compétences d’apparences variées, qui permettent de maîtriser et diriger le comportement. Elles permettent de définir et d’atteindre des objectifs, notamment la hiérarchisation, la planification, l’organisation, la capacité d’initiative, l’autosurveillance et l’adaptation.

 

Les études sur le TDAH chez l'enfant démontrent que ces enfants souffrent également de troubles de fonctions exécutives au niveau de : 

  • l’inhibition ;
  • la planification ;
  • la flexibilité mentale ;
  • la mémoire de travail.

Les enfants souffrant de troubles de l’attention vont alors souvent être présentés comme brouillons. Ils vont avoir tendance à s’éparpiller et à perdre fréquemment leurs affaires personnelles. Ce sont également des enfants qui vont avoir des difficultés à organiser leur discours, mais aussi à anticiper et à suivre une procédure ou des consignes données.

 

Au niveau de la flexibilité mentale, l’enfant va avoir du mal à changer d’une action à une autre et peut mal réagir quand des choses impromptues arrivent. Cela explique donc que ces enfants ont du mal à réaliser des tâches multiples et qu’ils ont souvent recours à des routines.

 

Enfin, les enfants ayant un trouble de l'attention peuvent également avoir des difficultés au niveau de la mémoire de travail avec des difficultés à assimiler des informations dans les apprentissages et des oublis de certaines consignes. 

Bon à savoir

Il faut savoir que presque 90% des enfants atteints de TDAH souffrent d’une des difficultés de ces fonctions exécutives. Et presque 40% d’enfants sont atteints sur au moins deux de ces fonctions exécutives.

Formations Médecins Généralistes

Découvrez les formations DPC Médecins Généralistes en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels pour les médecins généralistes.

Découvrir les formations
img test

 

Sur le même thème

Comprendre les liens entre endométriose et infertilité

Hippolyte Le Dem

|

13 Juin 2022

L’association entre endométriose et infertilité est commune, bien que l’une n’implique pas forcément l’autre. Dans cet article, nous revenons sur le processus de formation de l’endométriose, les statistiques qui confirment une corrélation entre la maladie et une infertilité féminine, et nous listons les causes potentielles d’un tel lien. Enfin, si endométriose et infertilité sont diagnostiquées, nous vous aiguillons sur la marche à suivre pour accompagner et traiter les patientes de la meilleure façon possible.

Lire l'article

Les troubles cognitifs liés à la maladie d'Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

La maladie d’Alzheimer peut provoquer des troubles cognitifs sévères chez le patient. Ces troubles cognitifs atteignent tout particulièrement la mémoire. Les différents types de mémoire sont touchés selon un degré variable qu’il convient de tester.

Lire l'article

L'infertilité masculine : définition, causes et traitements

Hippolyte Le Dem

|

13 Juin 2022

Comment être sûr(e) d’accompagner au mieux les hommes souffrant d’infertilité ? Les médecins généralistes sont au premier plan pour les guider et leur assurer un suivi régulier et professionnel. Spermogramme, spermatogenèse, facteurs et rappels, nous approfondissons la délicate question de l’infertilité masculine.

Lire l'article

La surveillance de la patiente après une conisation

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

La conisation est un traitement chirurgical qui permet d'éliminer des lésions de bas grade persistantes depuis plus de 2 ans, ou des lésions de haut grade. Suite à ce traitement, les patientes font face à un risque de récidive et sont plus exposées au cancer du col de l'utérus que les patientes lambda. Il faut donc assurer une surveillance suite à la conisation : voici tout ce que vous avez besoin de savoir sur cette surveillance post-thérapeutique de votre patiente en cabinet de médecine générale.

Lire l'article