blog

Santé

Médecin généraliste

Troubles dys

Les troubles DYS : dysphasie, dyslexie, dysorthographie et dyscalculie.

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Les troubles spécifiques des apprentissages ou troubles “dys” sont des troubles cognitifs qui font partie des troubles neurodéveloppementaux. Ces troubles induisent des difficultés d’apprentissage chez l’enfant et ont des répercussions sur sa scolarité et sa vie quotidienne.

Les troubles dys, qu'est-ce que c'est ?

Les troubles spécifiques des apprentissages ont une origine neurodéveloppementale qui entrave les capacités à apprendre, ce qui peut empêcher l’enfant d’accéder aux compétences académiques (lecture, écriture, arithmétique) qui sont à la base des autres apprentissages scolaires.

 

Un enfant concerné par un trouble DYS présente souvent plusieurs troubles. Ils sont également souvent associés à des troubles déficitaires de l’Attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Voici la liste des différents troubles DYS :

  • les troubles du langage (dyslexie, dysorthographie et dysphasie) ;
  • des praxies (gestes automatisés) : dyspraxie (également appelée Trouble Développemental de la Coordination), dysgraphie ;
  • et de la cognition mathématique : dyscalculie.

Ces troubles DYS sont inattendus, car l’enfant se développe normalement dans les autres domaines. Ils se caractérisent par des difficultés à apprendre et à utiliser les aptitudes académiques si un des symptômes suivants est présent depuis au moins 6 mois :

  • une lecture inexacte ou compliquée ;
  • des difficultés à comprendre ce qui est lu ;
  • des difficultés d'orthographe ou dans l’expression écrite ;
  • des difficultés à maîtriser le sens des nombres ou le calcul ;
  • des difficultés dans le raisonnement mathématique.

La dysphasie

La dysphasie est un trouble du langage oral. Les répercussions se retrouvent aussi bien dans la vie scolaire que sociale de l’enfant. Un enfant dysphasique aura des difficultés à s’exprimer (difficultés à transmettre des informations, des sentiments, à dialoguer), à percevoir, mais aussi à comprendre (difficultés à comprendre le message oral, des règles sociales ou implicites qui peuvent entraîner des comportements inadaptés).

 

Il existe 5 types de dysphasies différentes.

 

  • La dysphasie phonologico-syntaxique : le langage oral est très réduit, l’enfant ne va pas spontanément initier la conversation et il va également comprendre plus de mots qu’il n’arrive à en dire. Le vocabulaire est pauvre et ses productions vocales sont entachées de troubles de la syntaxe également appelés agrammatismes (pas de préposition, pas de conjugaison).
  • La dysphasie phonologique : Ici l’expression est toujours très faible, mais la  compréhension orale est normale. L’enfant est alors capable de répéter des phonèmes isolés, mais on observe des déformations de sons. 
  • L’agnosie verbale : dans ce trouble dys l’expression verbale est quasi nulle ou très faible. La compréhension est également très atteinte, l’enfant communique avec des onomatopées et il est très difficile voir impossible de communiquer avec lui.
  • La dysphasie lexico-sémantique : l’expression est toujours très réduite et la compréhension très faible. L’enfant va avoir des difficultés à trouver ses mots, à dénommer, à élaborer un récit ou à commenter.  
  • La dysphasie sémantico-pragmatique : avec ce type de dysphasie il y a une défaillance du système de formulation. Le langage est fluide, mais il y a des troubles dans la formulation avec des phrases qui ne vont pas être informatives. 

Bon à savoir

La prévalence de la dysphasie est de 0,5 à 1% des enfants de la population avec majoritairement des garçons.

Pour poser le diagnostic d'une dysphasie, les troubles structurels du langage doivent être sévères, durables et persistants.

 

Dans notre formation Walter Santé sur les troubles neurodéveloppementaux, Anne-Claire Bourgeois, orthophoniste spécialisée dans les troubles des apprentissages, vous apprendra à diagnostiquer correctement une dysphasie puis vous donnera toutes les recommandations pour aider vos patients.

Maîtrisez les troubles du neurodéveloppement

Notre formation complète sur les TND de l’enfant : développement cognitif, facteurs de risques, méthodes de communication, stratégies d’accompagnement et guidance parentale.

Découvrir la formation
img test

La dyslexie

La dyslexie est un trouble spécifique de la lecture qui se caractérise par une diminution significative des performances en lecture et en orthographe par rapport à la classe d’âge. La dyslexie peut avoir des conséquences sur la compréhension de la lecture, et donc en réduire la fréquence, ce qui a son tour réduit le vocabulaire et les connaissances générales de l’enfant.

 

Il existe quatre formes de dyslexie différentes :

 

  • La dyslexie phonologique : à cause d’une déficience au niveau de la voie phonologique, l’enfant peut être capable de lire des mots connus, mais peut avoir de grandes difficultés à faire de même avec des mots inconnus.
  • La dyslexie de surface : à cause d’une atteinte au niveau de la voie lexicale, l’enfant va avoir du mal à se constituer un stock orthographique de mots pour pouvoir les reconnaître tout de suite. Il va donc devoir repasser par sa voie phonologique pour lire un mot, ce qui engendre une lecture extrêmement lente.  
  • La dyslexie mixte : elle regroupe les deux atteintes précédentes.
  • La dyslexie visuo-attentionnelle : l’enfant atteint de dyslexie visuo-attentionnelle aura du mal à se focaliser visuellement lors de sa lecture. Ce type de dyslexie est en fort lien avec un trouble attentionnel.

Il est possible de diagnostiquer une dyslexie à partir de deux ans de retard dans l'acquisition de la lecture. 

Bon à savoir

La dyslexie touche majoritairement les garçons : 4 garçons pour 1 fille. En 2007, l’INSERM évaluait entre 6 à 8,5% d'enfants qui souffrent de dyslexie.

La dysorthographie

La dysorthographie est un trouble spécifique du langage écrit qui touche l'apprentissage de l'écriture. Ce trouble accompagne généralement la dyslexie, mais ce n’est pas nécessairement le cas à chaque fois. La dysorthographie se manifeste sur le plan du processus de production du mot écrit.

 

Les signes de la dysorthographie peuvent être par exemple un ajout ou une inversion de lettres ou de syllabes à l’intérieur des mots. L'orthographe grammaticale est souvent très faible et l’orthographe d’un même mot peut varier d’un endroit à l’autre dans la phrase ou dans le texte. L’enfant peut également écrire le même mot de différentes manières. Enfin, la calligraphie de personnes dysorthographiques est irrégulière et malhabile. Comme pour la dyslexie, il peut y avoir une atteinte de la voie lexicale, de la voie phonologique ou des deux.

La dyscalculie ou trouble logico-mathématique

La dyscalculie ou trouble logico-mathématique se définit de la manière suivante : “trouble des compétences numériques et des habiletés arithmétiques qui se manifeste chez des enfants d’intelligence normale qui ne présentent pas de déficit neurologique acquis”.

 

Un enfant qui souffre de dyscalculie a donc des difficultés à comprendre et à utiliser les chiffres. Il peut par exemple avoir du mal à avoir une notion des quantités, des difficultés à lire les grands nombres ou encore du mal à lire l'heure.

 

Ainsi, l’évaluation de la dyscalculie doit prendre en compte différentes facettes du domaine numérique :

  • le comptage ;
  • le calcul ;
  • la maîtrise du système numérique ;
  • la résolution de problèmes.

Bon à savoir

En termes de prévalence, on estime qu'environ 5% des enfants présenteraient une difficulté d’apprentissage en mathématiques.

En suivant la formation Walter Santé sur les troubles du neuro-développement, vous apprendrez les différents stades du développement de l’intelligence logique puis à distinguer les signes cliniques d’un trouble logico-mathématique afin de pouvoir poser un diagnostic.

Maîtrisez les troubles du neurodéveloppement

Notre formation complète sur les TND de l’enfant : développement cognitif, facteurs de risques, méthodes de communication, stratégies d’accompagnement et guidance parentale.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

FAQ sur le HPV (Papillomavirus Humain) en médecine générale

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

Le HPV, ou papillomavirus, est une des infections sexuellement transmissibles (IST) les plus fréquentes. Présente chez les femmes et les hommes, cette infection généralement asymptomatique peut parfois entraîner des lésions pré-cancéreuses. Mais où en est la vaccination en France ? Quels en sont les modes de transmission ? Est-ce incompatible avec la grossesse ? Voici les réponses aux questions les plus fréquentes sur le papillomavirus.

Lire l'article

Tout savoir sur le cancer du col de l'utérus

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

Le cancer du col de l'utérus (CCU) est un cancer méconnu en France du fait de sa rareté. Il est pourtant important d'assurer la vaccination le plus tôt possible et un dépistage régulier chez les patients asymptomatiques. Mais quelles sont les caractéristiques du cancer du col de l'utérus ? Quelle est la différence entre dépistage et diagnostic ? Et quels sont les types de CCU qui existent ?

Lire l'article

L'insuffisance ovarienne prématurée : définition, étiologie et prévention

Hippolyte Le Dem

|

13 Juin 2022

La baisse de la réserve ovarienne est un signe avant-coureur d’une insuffisance ovarienne prématurée. Diagnostiquer à temps l’arrivée d’une IOP peut permettre à vos patientes de porter un enfant, grâce notamment à l’autoconservation. Dans cet article, nous définissons l’insuffisance ovarienne précoce, ses causes, ses signes, et comment la prévenir.

Lire l'article

La surveillance de la patiente après une conisation

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

La conisation est un traitement chirurgical qui permet d'éliminer des lésions de bas grade persistantes depuis plus de 2 ans, ou des lésions de haut grade. Suite à ce traitement, les patientes font face à un risque de récidive et sont plus exposées au cancer du col de l'utérus que les patientes lambda. Il faut donc assurer une surveillance suite à la conisation : voici tout ce que vous avez besoin de savoir sur cette surveillance post-thérapeutique de votre patiente en cabinet de médecine générale.

Lire l'article