blog

Santé

Médecin généraliste

Comment lire un spermogramme ?

Comment analyser les résultats d'un spermogramme ?

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

Le spermogramme est un examen réalisé sur l’homme afin de déterminer l’origine de l’infertilité du couple. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur ce test à la fois intéressant et approximatif. 

Spermogramme : définition

Une fois l’examen clinique réalisé et le couple interrogé, le médecin prescrit des examens complémentaires chez l'homme. Parmi eux, le spermogramme est indispensable pour identifier une éventuelle cause d’infertilité masculine. Cet examen est pratiqué en laboratoire et consiste à recueillir du sperme par masturbation. Il doit avoir lieu 3 à 5 jours sans rapport sexuel pour pouvoir récolter un sperme riche en spermatozoïdes. 

Causes d'infertilité et spermogramme

Une étude montre que ces 20 dernières années d’industrialisation ont engendré la diminution de la qualité et de la concentration du nombre de spermatozoïdes. Cela n’engendre cependant pas la diminution de la fertilité globale des hommes. 

 

Actuellement, le spermogramme est rarement automatisé. Celui-ci est réalisé au sein de laboratoires, par des techniciens dépendants. Même s’il reste intéressant, le spermogramme a des points faibles, les voici : 

 

  • une mauvais sensibilité diagnostique ; 
  • une variabilité inter-technicien ;
  • une variabilité inter-individuelle. 

Important

Il ne faut pas poser de diagnostic trop hâtif sur un seul spermogramme. Pour détecter une anomalie, le médecin se base sur les valeurs de référence de l’OMS et la conclusion du biologiste.

▶︎ Le volume d'éjaculat doit être à plus de 1,5ml et le nombre de spermatozoïdes doit être supérieur à 15 000 000 par ml. Il faut que plus de 32% de spermatozoïdes bougent dans l'éjaculat et plus de 58% de spermatozoïdes soient vivants pour que les données du spermogramme soient valides.

 

Le test consiste au prélèvement aléatoire de 100 spermatozoïdes et de l'observation des formes "typiques" dans le spermogramme, autrement dit des “meilleurs” spermatozoïdes. Pour que l’examen soit normal, il faut en observer plus de 4%.

 

Les causes de l’infertilité masculine peuvent être :

 

  • des causes mécaniques de l’infertilité ;
  • des causes hormonales ;
  • des causes liées à des anomalies spermatiques.
img test

Maîtrisez la prise en charge de l'infertilité

Accompagnez le projet de grossesse de vos patients dans le cadre d'une infertilité.

Découvrir la formation

Rappels et spermatogenèse

Un cycle de spermatogenèse prend environ 3 mois. Lors d’une anomalie du spermogramme, il est classique de demander : 

 

  • un contrôle 3 mois après dans un laboratoire de biologie de la reproduction ; 
  • un avis médical auprès d’un confrère.

Parfois en cas de diagnostic d’OATS très sévères, il faut effectuer une autoconcervation du spermes pour le mettre en banque en vue d'une future AMP. À noter qu’une anomalie est rare après 3 mois d’un spermogramme normal.

Impacts du spermogramme

Le spermogramme est un examen complexe à réaliser pour l'homme. La raison principale ? Les conditions en laboratoire ne facilitent pas le recueil. Par ailleurs, beaucoup d’hommes ont tendance à s’identifier à leur sperme. Ils ressentent alors souvent de la honte ou une atteinte à leur virilité si les résultats du spermogramme sont mauvais

Important

Il ne faut surtout pas prescrire de test post-coïtal, car cela peut entraîner des troubles de la libido. 

img test

Comment interroger le couple infertile ?

Les questions à poser lors de la première consultation de médecine générale.

Lire l'article

Normes du spermogramme

Afin de détecter la présence d’une anomalie, le médecin doit faire une analyse du spermogramme basé sur les normes OMS de cet examen. Voici ces normes pour interpréter le spermogramme

Normes OMSDéfinitions de l'anomalieSeuil correspondant à une baisse de fécondité

Volume du sperme :

  • OMS-1999 : > 2 ml
  • OMS-2010 : > 1,5 ml (1,4 - 1,7)

L'abstinence entre 2 et 8 jours.

  • OMS-1999 : < 2 ml = hypospermie
  • OMS-2010 : < 1,5 ml = hypospermie
  • > 6 ml : hyperspermie
 

Nombre de spermatozoïdes (par ml) :

  • OMS-1999 : > 20 millions/ml
  • OMS-2010 : > 15 millions/ml (12 - 160

Nombre de spermatozoïdes (par éjaculât) :

  • OMS-1999 : > 40 millions
  • OMS-2010 : > 39 millions (33 - 46)
  • 0 : azoospermie
  • OMS-1999 :
    < 20 millions/ml = oligospermie
    OMS-2010 :
    < 15 millions/ml = oligospermie
  • > 200 millions/ml : polyspermie

< 5 millions/ml

Mobilité des spematozoïdes à la première heure après l'éjaculation.

 

Classement :
- Grade (a) : mobilité en trajet fléchant rapide (>25 µm/s)
- Grade (b) : mobilité lente et progressive (5-25 µm/s).
- Grade (c) : mobilité sur place.
- Grade (d) = immobilé

 

  • OMS-1999 :
    - Mobilité progressive (de type a+b) des spermatozoïdes : > 50 %
  • OMS-2010
    - Mobilité progressive de type a+b) des spermatozoïdes :
    > 32 % (31 à 34)
    (ou > 30 %)

Asthénospermie

  • OMS-1999 :
    < 50 %
  • OMS-2010 :
    < 32 %
    (ou < 30 %)

20 à 30 %

Morphologie normale des spermatozoïdes :

  • OMS-1999 : >30 % (selon la classification David)
  • OMS-2010 : > 4 % (3,0 - 4,0)
    (se rapproche de la classification Kruger)
    Ou : > 15 % (selon la classification de David modifiée par Auger et Eustache).
  • OMS-1999 (classification David) :
    < 30% = tératospermie
  • OMS-2010 : < 4 % = tératospermie
    (se rapproche de la classification Kruger)
    Ou : < 15 % (selon la classification de David modifiée par Auger et Eustache).

< 4 %

Leucocytes < 1 million/ml

1 million/ml : leucospermie

 

pH :

  • OMS-1991 : entre 7,2 et 8
  • OMS-2010 : non précisé
  

Vitalité des spermatozoïdes :

  • OMS-1999 : > 60 %.
  • OMS-2010 : > 58 % (55 - 63)
  

 

D'autres valeurs normales (consensus) :

  • pH : > 7,2
  • MAR test (anticorps anti spermatozoïdes de type IgA, IgG, IgM fixés sur les spermatozoïdes) :
    < 50 %.
  • Immunobead test (motile spermatozoa with bound particules) (ou seprmatozoïde mobile avec anticorps antispermatozoïde) : < 50 %
  • Peroxidase-positive leukocytes :
    < (1,0) (million/ml).
  • Fructose séminal : > (13) µmol/éjaculat
  • Phosphatase acide seminale : > 200 U/éjaculat.
  • Acide citrique séminal : > 52 µmol/éjaculat.
  • Zinc séminal : > (2,4) µmol/ejaculat
  • Seminal neutral glucosidase : > (20) mU/éjaculat
  • L-carnitine séminale : 0.8-2.9 µmol/éjaculat

Différents types d'anomalies responsables de l'infertilité masculine

Les causes d’infertilités sont les suivantes

 

  • hypospermie : la baisse du volume de spermatozoïdes ; 
  • oligospermie : la baisse de la numération ; 
  • azoospermie : absence de spermatozoïdes ; 
  • asthénospermie : la baisse de la fertilité ;
  • nécrospermie : la baisse de la vitalité ; 
  • tératospermie : la baisse des formes typiques. 

 

Quand tout est couplé, on appelle ça l’OTS, oligoasthénotératospermie

Bon à savoir

Pour en savoir plus sur comment interroger le couple infertile ou faire un bilan d'infertilité en consultation de médecine générale, nous vous invitons à lire nos articles sur le sujet. 

Examens complémentaires à prescrire en cas d'anomalie

Si des anomalies sont observées, le médecin généraliste peut prescrire :

 

  • un bilan plus poussé du sperme, afin de rechercher des anticorps anti–spermatozoïdes ou des anomalies de la composition du sperme ;
  • une échographie des organes génitaux (testicules, prostate) ;
  • un bilan hormonal (testostérone, FSH...) ;
  • une analyse du caryotype (ensemble des chromosomes d'une cellule) si une infertilité d'origine chromosomique est suspectée mais aussi des tests génétiques ;
  • une biopsie testiculaire.

 

Vous souhaitez suivre une formation DPC médecin généraliste ? Chez Walter Santé, nous proposons une formation DPC sur l’infertilité. Cela vous permettra de compléter considérablement vos compétences. 

img test

Appelez-nous

Vous êtes intéressé(e) par nos formations ? Échangez en direct avec l'un de nos conseillers du lundi au vendredi, 9h30-19h.

☎︎ | 01 76 49 09 99

Sur le même thème

Qu'est-ce qu'une syncope réflexe ?

Thomas Cornet

|

27 Juin 2022

La syncope réflexe, correspondant à une forme particulière de perte de connaissance, est un motif de consultation très fréquent. C’est pourquoi, il peut être utile d’obtenir plus de détails sur les causes de la syncope réflexe, afin de pouvoir différencier les cas qui se présentent à vous en tant que professionnel(le) de santé.


Voici quelques éléments qui vous permettront de mieux comprendre ce qu’est la syncope réflexe et sa cause possible. Nous vous parlerons notamment de la syncope vagale, l’une des grandes causes des syncopes réflexes.

Lire l'article

Comment diagnostiquer un TSA (Trouble du Spectre de l'Autisme) ?

Thomas Cornet

|

6 Juin 2022

Le trouble du spectre de l'autisme (TSA) fait partie des troubles neurodéveloppementaux. Il se caractérise notamment par des dysfonctionnements dans les interactions sociales, la communication, les comportements et les activités.

 

Notre formation Troubles du Neurodéveloppement vous permettra d’apprendre à diagnostiquer l’autisme en appréhendant les signes d’alerte des TSA, en détaillant les points à observer lors d’une consultation à ce sujet ainsi que les tests à effectuer pour dépister l’autisme.

Lire l'article

Comment reconnaître une maladie coronaire aiguë sur un ECG ?

Thomas Cornet

|

10 Octobre 2022

Découvrez les caractéristiques des maladies du cœur, les différentes phases du syndrome coronarien, mais aussi l’importance de la surveillance du patient. Plusieurs pathologies coronariennes peuvent avoir pour conséquence un sous décalage ou un sus décalage du segment ST sur un ECG, la plus grave étant la maladie coronaire aiguë. 

Lire l'article

Qu'est-ce qu'une syncope ?

Thomas Cornet

|

27 Juin 2022

La syncope est un symptôme extrêment fréquent auquel on est confronté en tant que professionnel(le) de santé. En effet, 1,5% des passages aux urgences sont dus aux « malaises », au sens large du terme. Le sujet des malaises est donc vaste, mais nécessaire à maîtriser pour accompagner au mieux ses patients. 

 


Dans cet article, nous tentons de répondre de façon concise à la question « qu’est-ce qu’une syncope ? ». 
Vous trouverez ainsi une définition de la syncope, ses causes les plus fréquentes, mais aussi des éléments pour comprendre la lipothymie.

Lire l'article