blog

Santé

Médecin généraliste

Endométriose & infertilité

Comprendre les liens entre endométriose et infertilité

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

L’association entre endométriose et infertilité est commune, bien que l’une n’implique pas forcément l’autre. Dans cet article, nous revenons sur le processus de formation de l’endométriose, les statistiques qui confirment une corrélation entre la maladie et une infertilité féminine, et nous listons les causes potentielles d’un tel lien. Enfin, si endométriose et infertilité sont diagnostiquées, nous vous aiguillons sur la marche à suivre pour accompagner et traiter les patientes de la meilleure façon possible.

D'où vient l'endométriose ?

La théorie majoritaire est celle de l’implantation. Pendant leurs règles, toutes les femmes ont un reflux tubaire de sang menstruel qui contient des cellules de l’endomètre. Dans la plupart des cas, ces cellules vont s’atrésier et disparaître par phénomène d’apoptose. Parfois, ces cellules ont la capacité de survivre, d’adhérer sur les parois et d’envahir d’autres organes reproducteurs. Elles s’implantent et prolifèrent. On pense que l’environnement péritonéal des femmes qui ont de l’endométriose serait favorable à ce processus d’invasion. Il y aurait une surexpression des facteurs angiogéniques qui permettrait la néovascularisation de l’endomètre ectopique. De plus, on retrouve des marqueurs de l’inflammation dans les liquides péritonéaux des patientes qui développent une endométriose. Cela augmente le stress oxydatif au niveau de la cavité péritonéale.


Par ailleurs, on sait que les femmes endométriosiques n’ont pas les mêmes cellules endométriales que celles qui ne sont pas atteintes par la maladie. Même l’endomètre de la cavité utérine apparaîtrait comme différent. On peut alors estimer que la cause pourrait être génétique et envisager qu’une endométriose soit héréditaire. Cela fait en tout cas partie des pistes physiopathologiques étudiées.

 

Définir l’endométriose précisément reste difficile. C’est une pathologie gynécologique encore mal comprise, et ses effets sur l’organisme sont mal expliqués. Cette maladie regroupe très probablement des causes à la fois inflammatoires, immunitaires et endocriniennes. Essentiellement, une endométriose se caractérise par la viabilité et la survie des cellules endométriales refluées. Alors qu’il subsiste encore de nombreuses zones d’ombre autour de cette maladie, les chercheurs se penchent plus particulièrement sur son lien avec une possible infertilité féminine.

 

Appronondissez vos connaissances sur l'endométriose grâce à la formation DPC en ligne sur l'infertilité de Walter Santé, dispensée par le professeur Blandine Courbière, responsable de l’unité clinique d’Assistance Médicale à la Procréation à l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

Maîtriser l'accompagnement de l'infertilité

Notre formation complète sur l’accompagnement des couples infertiles : étiologie, infertilités féminines et masculines, bilan de première intention, AMP.

Découvrir la formation
img test

Endométriose et infertilité : statistiques et prévalence

L’endométriose, sous toutes ses formes, peut-elle être à l’origine d’une infertilité ? Les statistiques des centres de médecine de la reproduction permettent d’étudier le lien entre endométriose et infertilité. Il en ressort que 25 à 50 % des femmes infertiles ont de l’endométriose. En parallèle, 30 à 50 % des femmes qui ont de l’endométriose s’avèreront infertiles. On estime enfin l’incidence de l’endométriose dans la population générale à environ 4 %. Les causes d’infertilité chez la femme ont de multiples facteurs ; ainsi, ce n’est pas parce qu’une patiente est atteinte de la maladie qu’elle sera inéluctablement infertile. Son risque de souffrir d’une baisse de fécondabilité se révèle cependant plus élevé.

 

L’estimation de la prévalence de l’endométriose dans la population générale repose sur une étude princeps ayant noté la présence de la maladie lors de diverses célioscopies, examen servant aussi de référence pour diagnostiquer l’endométriose :

 

  • Dans le cadre d’une célioscopie réalisée pour ligaturer les trompes après une ou plusieurs grossesses, des lésions d’endométriose ont été retrouvées dans 4% des cas (environ 10 000 femmes observées). Il s’agissait pour la grande majorité d’endométriose légère.
  • Lorsque l’examen est réalisé pour une infertilité, presque 20% des cas observés (un total de 14 000 femmes) révèlent une endométriose, dont la forme est ici moins minime.
  • Sur 2 500 femmes ayant subi une célioscopie pour des douleurs, symptôme prédominant avec l’endométriose, 25% s’avèrent porteuses de la maladie.

Causes de l'infertilité dans l'endométriose

L’impact de l’endométriose sur l’infertilité est multifactoriel et discuté, en particulier pour les endométrioses de stade 1 et de stade 2. En effet, lorsque sont observés quelques implants d’endométriose péritonéale superficielle, il reste difficile pour les scientifiques de déterminer ce qui gêne l’ovulation, la fécondation et l’implantation. De manière générale, on considère que les causes d’infertilité chez les femmes atteintes d’endométriose pelvienne légère sont plutôt des causes indirectes. La nature même de l’endomètre ectopique et son environnement péritonéal inflammatoire va gêner et diminuer la fertilité des patientes.

 

Dans les cas d’endométrioses sévères, autrement dit les stades 3 et 4 de la maladie où des lésions tubaires sont observables, il apparaît que les causes d’infertilité sont plus directes et mécaniques. La structure pelvienne est peu reconnaissable et une fécondation dans des conditions classiques paraît alors difficile.

 

Dans le traitement de l’endométriose, on retrouve aussi les endométriomes. Ceux-ci ont une action toxique sur la réserve ovarienne, via le stress oxydatif engendré par le fer dans le liquide endométriosique. La qualité ovocytaire s’en trouve ainsi altérée, et les chances d’enfanter affaiblies. La kystectomie, pratique chirurgicale courante pour retirer les endométriomes, a malheureusement pour effet de diminuer la réserve ovarienne. Cette dernière doit donc impérativement être évaluer chez toutes les femmes en âge de procréer avant de procéder à une kystectomie.

Important

Afin d’accompagner au mieux les patientes, il est recommandé aux médecins généralistes de se tourner vers des formations DPC sur le sujet de l’infertilité.

Maîtriser l'accompagnement de l'infertilité

Notre formation complète sur l’accompagnement des couples infertiles : étiologie, infertilités féminines et masculines, bilan de première intention, AMP.

Découvrir la formation
img test

Comment traiter l'endométriose dans le cadre de l'infertilité ?

Lorsqu’on évoque endométriose et infertilité, plusieurs profils de patientes peuvent apparaître :

 

  • Celles qui ont déjà une endométriose connue, parfois multiopérée ou récidivante, et qui consultent pour rechercher d’éventuelles causes d’infertilité.
  • Celles dont on découvre une endométriose à l’occasion d’un bilan d’infertilité ou d’échecs de FIV.
  • Les patientes atteintes d’endométriose et en échecs de FIV qui souhaitent un avis supplémentaire.

 

La plupart du temps, les femmes veulent savoir si une opération améliorera leurs chances d’avoir un enfant, mais également savoir si les techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP) risquent d’aggraver leur endométriose. Ainsi, s’il y a endométriose pelvienne profonde (particulièrement avec atteinte colorectale), ou présence d’endométriomes, il s’agit de savoir si ces patientes doivent être opérées avant l’accompagnement en AMP ou non. La réponse n’est pas évidente et dépend de chaque femme.

 

Les critères à prendre en compte sont les suivants :

  • le niveau algique et handicap fonctionnel ;
  • la réserve ovarienne préopératoire ;
  • l’âge et le bilan d’infertilité du couple ;
  • la sévérité et la localisation de l’endométriose profonde.


La balance bénéfice-risque d’un recours à une opération avant l’AMP devra être évaluée en fonction de la situation, avec la patiente et en réunion multidisciplinaire (gynécologue, sexologue, psychologue, radiologue, etc.).

Formations Médecins Généralistes

Découvrez les formations DPC Médecins Généralistes en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels pour les médecins généralistes.

Découvrir les formations
img test

 

Sur le même thème

Comment diagnostiquer une syncope en médecine générale ?

Hippolyte Le Dem

|

27 Juin 2022

En consultation de médecine générale ou aux urgences à l’hôpital, il n’est pas rare de recevoir des patients victimes d’une syncope ou de lipothymie. Il s’agit même d’un symptôme assez fréquent ! Pourtant, sachant qu’il existe différentes formes et origines de syncopes, il n’est pas toujours aisé de poser le diagnostic adéquat. Suivre une formation sur les pertes de connaissance peut améliorer votre démarche diagnostique en tant que médecin généraliste. Dans cet article, vous apprendrez comment diagnostiquer une syncope. 

Lire l'article

Tout savoir sur le cancer du col de l'utérus

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

Le cancer du col de l'utérus (CCU) est un cancer méconnu en France du fait de sa rareté. Il est pourtant important d'assurer la vaccination le plus tôt possible et un dépistage régulier chez les patients asymptomatiques. Mais quelles sont les caractéristiques du cancer du col de l'utérus ? Quelle est la différence entre dépistage et diagnostic ? Et quels sont les types de CCU qui existent ?

Lire l'article

Les facteurs de risques de la maladie d'Alzheimer

Hippolyte Le Dem

|

16 Mai 2022

La maladie d’Alzheimer est une maladie incurable. Pour autant, il est possible d’éviter ou de contenir son expression par l’identification des facteurs de risques d’Alzheimer chez le patient. Dans la plupart des cas, l’expression de la maladie d’Alzheimer est liée à la conjonction de plusieurs facteurs de risque et de facteurs génétiques probablement présents ou limités. La maladie d’Alzheimer est très rarement génétique. En effet, cette maladie n’est pas monogénique, c’est-à-dire liée à la mutation d’un seul gène.


Suivre une formation Alzheimer vous permettra de mieux identifier les facteurs risques Alzheimer auxquels peuvent être confrontés vos patients.

Lire l'article

Comment l'infection au papillomavirus conduit-elle au cancer ?

Hippolyte Le Dem

|

18 Juin 2021

Nous vous détaillons ici le cheminement qui d’une infection HPV mène parfois au cancer. Cet article est inspiré de notre formation HPV à destination des médecins généralistes, dispensée par le Professeur Carcopino.

Lire l'article