blog

Santé

Médecin généraliste

Flutter cardiaque

Qu'est-ce qu'un flutter cardiaque ?

Thomas Cornet

Fondateur de Walter

|

Interpréter un ECG vous permet de déceler les anomalies rythmiques, tel qu’un flutter cardiaque. Mais qu’est-ce qu’un flutter en cardiologie ? Découvrez les différences entre un flutter commun et un flutter atypique en lisant notre article. 

Le flutter commun

Un flutter cardiaque est une contraction rapide des oreillettes qui entraîne une contraction tout aussi rapide des ventricules cardiaques. Apprendre à lire un ECG vous permet de déceler rapidement et efficacement une activité électrique anormale dans le muscle creux. Certains troubles du rythme cardiaque pouvant être mortels, il est important de savoir les déceler sur un ECG.

 

Le flutter commun est nommé ainsi, car on le trouve souvent. C’est une anomalie du rythme cardiaque. Le flutter atrial présente un rythme élevé au niveau des oreillettes. Le battement cardiaque est alors compris entre 250 et 350 battements par minute. Il est conduit dans les ventricules avec une cadence variable, comprise entre 150 et 300 BPM. On parle de tachycardie dès que le rythme des battements dépasse 100 BPM. 

 

Important

Si vous décelez un rythme supérieur à 150 battements par minute, demandez-vous systématiquement s’il ne s’agit pas d’un flutter commun. 

Vous pouvez différencier une tachycardie ventriculaire d’un flutter commun en massant le sinus carotidien ou en pratiquant une manœuvre de Valsalva. Il s’agit d’un effort d’expiration poussé contre les voies respiratoires closes. C’est un élan identique à celui produit instinctivement lors d’un éternuement.

img test

Apprenez à lire un ECG

Notre formation complète sur l'électrocardiogramme : indications, réalisation, interprétation de l’ECG normal et pathologique, principaux diagnostics.

Découvrir la formation

Le flutter commun est identifiable sur l’ECG grâce à sa courbe typique en dents de scie, ou en « toit d’usine ». Le flutter commun se reconnaît à une descente lente et une remontée rapide. Il présente une discordance entre V1 et V6, par exemple, l’onde est positive en V1 et négative V6. Il est aussi nommé isthmo-dépendant car il dépend d’une zone étroite de l’oreillette droite : l’isthme cavo-tricuspide. Cette zone est facilement identifiable en cas d’intervention, comme une cautérisation, avec un taux de réussite de 95 %. Il est donc facilement guérissable. L’ablation de ce type de flutter est rapide et efficace.

Bon à savoir

Vous pouvez suivre la formation ECG de Walter Santé dans le cadre de l'obligation triennale et du dispositif DPC.

Le flutter atypique

S’il n’y a plus de discordance entre V1 et V6, on parle d’un flutter atypique. Les manœuvres vagales décrites dans le premier paragraphe (massage du sinus carotidien ou manœuvre de Valsalva) peuvent être pratiquées sur le patient. Si ce dernier a déjà subi une intervention cardiaque, pensez à un flutter auriculaire atypique.

 

La différence entre flutter commun et atypique est primordiale pour la prise en charge qui suivra : le flutter commun est facile à soigner, le flutter atypique non. Son ablation dure 10 fois plus longtemps et elle nécessite une préparation particulière.

 

De manière générale, un traitement anticoagulant doit être associé aux autres mesures prises, notamment pour les troubles du rythme cardiaque tels que :

  • la fibrillation atriale ;
  • un flutter, commun ou atypique ;
  • une tachycardie atriale.

Ce traitement peut sauver la vie du patient. Les autres mesures à prendre concernent principalement l'amélioration de la qualité de vie de ce dernier, afin de diminuer les symptômes.

 

Le flutter est une arythmie cardiaque observable grâce à l’électrocardiogramme. Les symptômes typiques du flutter commun peuvent rapidement être stoppés grâce à quelques manipulations vagales. Par la suite, son ablation dure une dizaine de minutes et elle est efficace. Le flutter atypique est, quant à lui, plus long à prendre en charge. Les deux situations nécessitent la prescription d’anticoagulants.

 

Afin de proposer un diagnostic complet et fiable à vos patients, formez-vous à l'enregistrement et à l'interprétation de l’électrocardiogramme avec la formation DPC de Walter Santé.

img test

Apprenez à lire un ECG

Notre formation complète sur l'électrocardiogramme : indications, réalisation, interprétation de l’ECG normal et pathologique, principaux diagnostics.

Découvrir la formation

Sur le même thème

Les cancers causés par l'infection HPV et leur dépistage

Thomas Cornet

|

3 Octobre 2022

Le virus génital du papillomavirus est responsable de quasiment 100 % des cancers du col de l’utérus, mais pas seulement. D’autres types de cancer peuvent survenir après un dépistage HPV positif. La proportion de ces pathologies varie, mais reste réelle. Découvrez dans cet article les cancers liés à l’HPV, les solutions pour les dépister, et le risque pour une patiente ayant déjà été exposée à une lésion précancéreuse du col de l’utérus de présenter de nouvelles lésions.

Lire l'article

AMP & infertilité en médecine générale

Thomas Cornet

|

17 Octobre 2022

En cas d’infertilité, il existe différentes techniques permettant aux couples d’avoir un enfant. Parmi elles, il y a l’assistance médicale à la procréation. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur l’AMP et l’infertilité en médecine générale.  

Lire l'article

Qu'est-ce qu'une syncope ?

Thomas Cornet

|

27 Juin 2022

La syncope est un symptôme extrêment fréquent auquel on est confronté en tant que professionnel(le) de santé. En effet, 1,5% des passages aux urgences sont dus aux « malaises », au sens large du terme. Le sujet des malaises est donc vaste, mais nécessaire à maîtriser pour accompagner au mieux ses patients. 

 


Dans cet article, nous tentons de répondre de façon concise à la question « qu’est-ce qu’une syncope ? ». 
Vous trouverez ainsi une définition de la syncope, ses causes les plus fréquentes, mais aussi des éléments pour comprendre la lipothymie.

Lire l'article

Quels sont les différentes formes de la maladie d'Alzheimer ?

Thomas Cornet

|

16 Mai 2022

Les études menées sur la maladie d'Alzheimer laissent présager que ce trouble cognitif majeur deviendra un problème de santé public mondial d’ici 2050. La formation Alzheimer des médecins généralistes et des professionnels de santé est donc primordiale. Définie comme l’expression de troubles cognitifs et comportementaux en rapport avec des lésions du cerveau caractéristiques de la maladie, Alzheimer prend le plus rarement une forme familiale et le plus souvent une forme modérée qui se développe jusqu’à la forme sévère.

Lire l'article