blog

Santé

Chirurgien dentiste

Cas cliniques en odontologie conservatrice

Exemples de cas cliniques en odontologie conservatrice

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Voici l’exposition de certains cas cliniques issus de notre formation en odontologie. Dans cet article vous découvrirez des cas de patients selon les différentes phases de traitement. D’autres cas sont aussi exposés dans la formation Walter Santé en odontologie conservatrice.

Prise en charge globale à long terme

Cas clinique n°1 : prise de décision

Ce premier cas clinique en odontologie traite d'une patiente venue consulter car elle avait vu de nombreux praticiens et s'inquiétait de l'état général de sa denture. Même si elle refaisait régulièrement ses restaurations, elle avait toujours une impression d'inconfort et de fragilité globale dans sa bouche. Ce qui la dérangeait n'était pas tant ces obturations, mais l'impression générale que sa denture ne fonctionne pas correctement. 

 

Ainsi, elle y pensait tous les jours, à tel point que cela devenait invivable. En effet, sa dentition présentait :

 

  • des amalgames dans toutes la bouche très corrodés et très anciens ;
  • sous ces amalgames, des lésions récurrentes ;
  • des dents fragilisées

L’angoisse de la patiente était de se retrouver avec toutes ses dents couronnées et dévitalisées. Il fallait donc lui restaurer toute la bouche. Ainsi, le praticien, en s'appuyant sur les données de la dentisterie adhésive, celles des nouveaux matériaux, a opéré un certain nombre de restaurations adhésives. Les amalgames ont été déposés, les lésions traitées et des composites directs ainsi que des couronnes céramiques ont été mis en place, sans qu'aucune dent ne soit dépulpée. 

 

Les nouvelles procédures adhésives et les nouveaux matériaux ont permis de proposer à cette patiente un traitement fiable avec une bonne conservation des dents.

Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation
img test

Cas clinique n°2 : chronologie opératoire

Ce cas clinique en odontologie conservatrice était celui d'une patiente suivie entre 14 et 25 ans, présentant des polycaries avec douleurs, devant être prise en charge urgemment. 

 

Initialement, un praticien avait proposé la pose de couronnes sur les dents antérieures. La difficulté de ce genre de patient présentant un contexte de polycarie est qu'il est difficile de réellement s'engager dans des restaurations de qualité qui soient fiables. Il fallait donc trouver des solutions permettant de temporiser et de prendre le temps de mettre en place des traitements. 

Pour résumer

Ces actions préliminaires, couplées à une meilleure hygiène bucco-dentaire de la patiente, avaient pour objectif de faire baisser le risque carieux avant la mise en place des restaurations définitives : la pose de couronnes. 

Afin d’assurer la réussite du traitement, il a fallu faire un suivi régulier et dans le temps, permettant du changement de comportement de la patiente et de faire un point récurrent sur les restaurations. 

Phase thérapeutique chirurgicale

Cas clinique n°3 : interception d'une lésion avec risque carieux non contrôlé

Ce cas clinique en odontologie illustre l'utilisation d'un ciment verre ionomère. Il est possible, avec ce type de matériau, d'intercepter des lésions carieuses modérées. C'est le cas pour ce patient, sujet à un risque carieux non contrôlé, d'une lésion primaire de site 2 et stade 3, en distal de la 13 et de la 14. Les matériaux utilisés sont :

 

  • un composite ; 
  • CVI-HV Equia Forte ; 
  • Equia Forte Coat.

La décision thérapeutique a été de réaliser un composite technique distale de 13 et un CVI en distale de la 14. Il y avait donc deux lésions à traiter. Le plus important était l’interception des lésions et leur stabilisation

Bon à savoir

Vous souhaitez connaître la classification des lésions carieuses ? Nous vous invitons à lire notre article sur le sujet.

Phase thérapeutique restauratrice

Cas clinique n°4 : restauration directe des lésions occlusales

Pour les lésions de stade 1 et 2 (classification Si.Sta), comme présentait ce cas clinique de site 1 occlusal et stade 1 d'évolution, on peut parler de micro-cavités et de micro-obturations. Les étapes du traitement étaient d’utiliser un composite fluide après mordançage, polymérisation et mise en place. Pour traiter les mini-cavités, a été ajouté à ce soin le couple adhésive composite classique.

 

Pour tout savoir sur l’évaluation des restaurations dentaires, découvrez notre article sur le sujet.

Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation
img test

Cas clinique n°5 : restauration des lésions cervicales

Les lésions cervicales sont généralement des lésions d'usure, liées au brossage traumatique et aux récessions parodontales. Autrefois, il était courant de traiter beaucoup plus de lésions carieuses cervicales, aussi appelées caries décollées, parce que le contrôle de l'hygiène et le brossage étaient insuffisants. 

 

C'est le cas de cette patiente, présentant de nombreuses caries radiculaires, consécutives à un traitement antidépresseur depuis deux ans. Ces médicaments réduisent le débit salivaire et favorisent l'apparition de caries radiculaires. Les caries de la patiente sont plus ou moins actives. 

 

Après avoir établi une nouvelle hygiène bucco-dentaire avec la patiente, il fallait mettre en place un traitement, qui consistait à des obturations pour faciliter le brossage (de la gencive vers la dent).

Important

L’enjeu était de respecter au maximum les tissus et éviter de les éliminer. Cette restauration dentaire a également un but esthétique, visant à invisibiliser les zones noirâtres.

Cas clinique n°6 : restauration directe des lésions proximales

Dans ce cas clinique, la patiente présentait une lésion carieuse à proximité gingivale très difficile d'accès en rapport avec une zone implantée de deux implants en distal. Dans cette situation, il était impossible de passer par voie occlusale, au risque de détruire la dent. Il allait donc falloir passer par voie proximale, au niveau de l'embrasure et mettre en place le cordonnet rétracteur. La restauration de lésions proximales avait aussi pour mission de préserver la santé parodontale, grâce à une forme anatomique qui respecte l'embrasure.

 

 Les situations a minima pour le traitement des lésions proximales sont les suivantes : 

 

  • la cavité tunnel par voie externe, s'il existe une cavité contiguë ;
  • la cavité tunnel par voie interne, avec une fraise ou par sono-abrasion. 

Bon à savoir

Vous êtes chirurgien dentiste en odontologie ? Vous désirez parfaire vos connaissances en odontologie chirurgicale ? Tout simplement, l’odontologie vous intéresse ? Chez Walter Santé, nous proposons une formation continue en odontologie conservatrice

Formations Dentistes

Découvrez les formations DPC Dentistes en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations
img test

 

Sur le même thème

Comment prévenir la parodontite chez le patient ?

Alphonse Doutriaux

|

5 Janvier 2022

Pour prévenir la parodontite, il convient tout d'abord de prévenir la gingivite qui est souvent le signe précurseur d'une parodontite. Il existe plusieurs manières de prévenir la parodontite. Le plus efficace et simple pour le patient est sûrement l'optimisation de l'hygiène bucco-dentaire (dont l’arrêt du tabac) car une mauvaise hygiène bucco-dentaire est à l'origine de plaque bactérienne. D'autres solutions existent, telles que la mise en place de contrôles réguliers, notamment pour les populations qui sont les plus à risque (porteuses de diabète de type 2, populations méditerranéennes, niveau socio-économique faible, etc.), ou encore des soins à réaliser en cabinet.

Ces solutions de prévention visent à limiter la prolifération des bactéries. Dans cet article, nous vous expliquons comment repérer le risque de parodontite et comment la prévenir.

Lire l'article

Les traitements de la parodontite : chirurgical et non-chirurgical

Alphonse Doutriaux

|

6 Janvier 2022

Le traitement de la parodontite a plusieurs objectifs, notamment contrôler la maladie et stopper sa progression, puis réparer et régénérer certains tissus parodontaux qui auraient été endommagés. Pour ce faire, la désinfection buccale est nécessaire, suivie d'une procédure de fermeture des poches parodontales et d'une réduction de l'inflammation ainsi que d'un détartrage afin de rétablir une hygiène bucco-dentaire correcte. Dans certains cas, le traitement de la parodontite doit recourir à une opération chirurgicale, si le traitement non-chirurgical n'est pas suffisant.

Quelles sont les différentes étapes du traitement thérapeutique (non-chirurgical) de la parodontite et quand recourir au traitement chirurgical ?

Lire l'article

Les avis de nos apprenants chirurgiens-dentistes sur les formations DPC Walter Santé

Alphonse Doutriaux

|

19 Septembre 2022

Découvrez dans cet article les avis de nos apprenants sur les formations Walter Santé destinées aux chirurgiens-dentistes.

Lire l'article

La mise en charge immédiate d'un implant dentaire

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Grâce aux formations DPC dentistes, le domaine de l’implantologie devient plus accessible. Dans cet article, nous évoquons un aspect central de la discipline : la mise en charge immédiate. À quoi correspond-elle ? Quels sont les protocoles à suivre pour les patients édentés partiels ou complets ? Si vous envisagez une formation en implantologie dentaire, prenez de l’avance et découvrez les recommandations d’usage sur la mise en charge sur implant.

Lire l'article