blog

Santé

Chirurgien dentiste

La classification des caries en odontologie

La classification des lésions carieuses en odontologie (ICDAS et Si.Sta)

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

La classification des caries dentaires en odontologie est indispensable pour traiter correctement celle-ci. Dans cet article, nous vous expliquons quels sont les critères d’une carie, comment poser un diagnostic sur une carie et à quoi correspondent les classifications ICDAS et Si.Sta.

Les critères

Il est important de classifier les lésions carieuses en odontologie pour plusieurs raisons : 

 

  • afin de pouvoir échanger, communiquer et savoir de quoi l’on parle ; 
  • pour pouvoir tenir un dossier, qui a une importance majeure afin que le patient puisse s'y référer, pour que l'on puisse se souvenir du travail effectué, et faire correspondre par la suite un type de carie à un type de traitement ; 
  • pour communiquer entre confrères et avec l’assurance maladie.

Pour classifier une carie, on tient compte de plusieurs éléments :

 

  • sa topographie : on distingue les lésions au niveau postérieur, des lésions au niveau antérieur, et les lésions des surfaces lisses, qui sont des caries proximales, de celles des surfaces anfractueuses, qui représentent des caries occlusales ;
  • son stade d'évolution : on distingue ainsi les lésions cavitaires des lésions non cavitaires ;
  • son activité : certaines lésions inactives ne nécessitent pas de prise en charge, alors que les lésions actives qui progressent rapidement doivent être traitées.

En odontologie conservatrice, les caries dépendent de nombreux facteurs incluant : 

 

  • les caractéristiques de la face considérée, comme des puits et des fissures versus des faces lisses libres ; 
  • la présence ou non d’une dent adjacente, comme des faces mésiales et distales ; 
  • le fait que la lésion carieuse soit associée ou non à une restauration ou à un scellement. 

Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation
img test

Le diagnostic

La carie dentaire fait partie des symptômes de la maladie carieuse. Le diagnostic d’une carie est essentiel afin de débuter un traitement parfaitement adapté, comme : 

 

  • la prévention ; 
  • la reminéralisation ; 
  • la restauration. 

Le diagnostic complet de la carie se divise en deux étapes : 

 

  • la détection de la lésion ;
  • l'évaluation de la lésion.

De nombreux outils de détection, notamment électroniques et informatiques, ont été développés pour pallier la subjectivité de l'examen clinique classique. Ils offrent de nombreux avantages et permettent notamment d'éviter les radiations liées aux radiographies jusqu'alors couramment utilisées. 

 

L'examen clinique des dents doit être complété systématiquement d'un examen radiographique. Il faut pour chaque nouveau patient réaliser un cliché rétro-coronaire de type bitewing. Les lésions peuvent être également classées sur le plan radiographique, autrement dit en fonction de la radioclarté au niveau de l'émail ou de la jonction amélo-dentinaire.

Bon à savoir

Vous souhaitez en savoir plus sur la conservation de la vitalité pulpaire ? Lisez notre article sur le sujet. 

La classification ICDAS

La classification ICDAS est une classification datant des années 2000 et utilisée dans les articles scientifiques internationaux. Contrairement à la classification Black, qui a longtemps été la référence, elle est moins basée sur des critères topologiques, mais davantage sur des critères de détection cliniques. Cette classification s'intéresse à l'aspect visuel. En effet, on considère la progressivité de la lésion carieuse. 

 

Dans le dossier du patient, il est important de noter ses dents selon la classification de l'ICDAS, qui fournit une vision globale. On part d'un score 0 pour une surface saine, jusqu'à un score 5 ou 6 pour une lésion sévère avec perte de substance.

 

Lors de l'examen clinique, les loupes grossissantes sont indispensables pour bien observer les dents et faire un bon diagnostic et une classification pertinente.

Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation
img test

On peut distinguer trois types d'intervention :

 

  • les lésions actives non cavitaires : celles-ci ne nécessitent pas d'intervention chirurgicale ;
  • les lésions modérées : elles exigent une micro-préparation avec obturation des petites cavités ;
  • les lésions sévères : il est nécessaire d’opérer une obturation, mais aussi une protection afin de répondre à la fragilisation des dents.

Bon à savoir

Une fois le diagnostic posé et la lésion carieuse classée, le praticien est en mesure de commencer le traitement. Voici une série de cas cliniques en odontologie conservatrice et de traitement appliqués.  

La classification Si.Sta

La classification SISTA est largement inspirée de celle de Mount et Hume. Cependant, elle reste moins utilisée que la classification ICDAS. C’est cette classification qui est utilisée en TP. 

 

La classification de Mount et Hume, qui date de 1997 décrit trois sites :

 

  • le site 1 : celui-ci concerne tout ce qui s’aparente à des replis morphologiques, autrement dit les puits, les cingulums, les sillons et les fossettes des dents postérieures ou antérieures ;
  • le site 2 : il concerne les zones de contact interproximal de toutes les dents ;
  • le site 3 : celui-ci concerne le tiers cervical de la couronne ou la racine dans le cas d’une récession parodontale. 

À ces sites correspondent des stades, ou tailles, qui sont les suivantes : 

 

  • la taille 1 : elle concerne les lésions atteignant la dentine ;
  • la taille 2 : celle-ci concerne les lésions modérées de la dentine ;
  • la taille 3 : cette dernière correspond aux lésions cavitaires franches fragilisant les cuspides et bords incisifs ;
  • la taille 4 : elle concerne les lésions cavitaires étendues qui viennent détruire la majeure partie des structures dentaires. 

La classification Si.Sta du professeur Lasfargues comprend deux descripteurs : 

 

  • la site de cariosusceptibilité qui correspond aux zones de rétention de la plaque bactérienne dentaire sur les couronnes ;
  • le stade évolutif de la lésion qui est une extension de la carie en volume et par rapport à des repères anatomocliniques et radiologiques. Ici, cinq stades sont possibles. 

La classification par site et par stade (Si.Sta) permet au praticien d'avoir une approche à visée thérapeutique.

 

Trois sites de cario-susceptibilité sont identifiés : 

 

  • le site occlusal qui correspond au site 1 ; 
  • le site proximal qui est le site 2 ; 
  • le site cervical qui correspond au site 3.

Pour chaque site, le praticien s'intéresse au stade, qui représente le rapport entre la perte de substance et le tissu dentaire sain.

 

Vous souhaitez suivre une formation en odontologie ? Ne cherchez plus, Walter Santé propose une formation DPC en odontologie conservatrice. Dans cette formation continue d’odontologie vous apprendrez tout ce qu’il y a savoir sur le diagnostic et le traitement des lésions carieuses. 

Formations Dentistes

Découvrez les formations DPC Dentistes en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations
img test

Sur le même thème

La mise en charge immédiate d'un implant dentaire

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Grâce aux formations DPC dentistes, le domaine de l’implantologie devient plus accessible. Dans cet article, nous évoquons un aspect central de la discipline : la mise en charge immédiate. À quoi correspond-elle ? Quels sont les protocoles à suivre pour les patients édentés partiels ou complets ? Si vous envisagez une formation en implantologie dentaire, prenez de l’avance et découvrez les recommandations d’usage sur la mise en charge sur implant.

Lire l'article

Les facteurs de risque des parodontites

Alphonse Doutriaux

|

10 Janvier 2022

Afin de mieux prévenir la parodontite, il faut bien connaître les facteurs de risques qui augmentent les chances d'apparition de cette maladie. La diffusion de la connaissance concernant ces facteurs de risque apparaît essentielle afin de prévenir l'apparition de celle-ci chez de nouveaux patients. Les facteurs évoqués ici sont souvent des facteurs qui favorisent une prolifération plus rapide des bactéries, ce qui favorise donc l'apparition des gingivites et des parodontites.

Lire l'article

La classification des maladies parodontales : comment diagnostiquer les différents types de parodontites ?

Alphonse Doutriaux

|

4 Janvier 2022

La parodontite est une inflammation du parodonte, qui contient les tissus de soutien à l’organe dentaire, notamment la gencive. On distingue désormais clairement la parodontite de la gingivite et on classifie la parodontite en deux catégories principales : la parodontite agressive et la parodontite chronique. Toutes deux peuvent être localisées ou généralisées. Sa forme la plus dangereuse est la parodontite agressive, qui se caractérise par une perte d’attache et des pertes osseuses rapides et importantes. Il existe deux grands types de parodontite agressive : les localisées (ou juvéniles) et les généralisées. 

Dans cet article, nous explorerons la différence entre ancienne et nouvelle classification, ainsi que le diagnostic des différents types de maladies parodontales.

Lire l'article

Les traitements de la parodontite : chirurgical et non-chirurgical

Alphonse Doutriaux

|

6 Janvier 2022

Le traitement de la parodontite a plusieurs objectifs, notamment contrôler la maladie et stopper sa progression, puis réparer et régénérer certains tissus parodontaux qui auraient été endommagés. Pour ce faire, la désinfection buccale est nécessaire, suivie d'une procédure de fermeture des poches parodontales et d'une réduction de l'inflammation ainsi que d'un détartrage afin de rétablir une hygiène bucco-dentaire correcte. Dans certains cas, le traitement de la parodontite doit recourir à une opération chirurgicale, si le traitement non-chirurgical n'est pas suffisant.

Quelles sont les différentes étapes du traitement thérapeutique (non-chirurgical) de la parodontite et quand recourir au traitement chirurgical ?

Lire l'article