blog

Santé

Chirurgien dentiste

La vitalité pulpaire en odontologie

La vitalité pulpaire et sa conservation en odontologie

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Pourquoi faut-il conserver la vitalité pulpaire en odontologie conservatrice ? Comment la préserver ? Dans cet article, découvrez quels sont les enjeux de la conservation de la vitalité pulpaire, comment évaluer la vitalité pulpaire et comment préserver et stimuler le complexe dentinu pulpaire. 

Enjeux de la conservation de la vitalité pulpaire

Les lésions profondes posent le problème majeur de la conservation de la vitalité pulpaire. Jusqu'à récemment, en cas de caries profondes avec atteinte de la pulpe dentaire, et donc réaction inflammatoire, la préconisation était de dépulper la dent avec à terme, le risque de perdre la dent et de devoir poser un implant. 

 

Aujourd’hui, les praticiens spécialisés en odontologie conservatrice essaient au maximum de conserver les dents jusqu'à la fin. Dans le processus de prise de décision, il faut intégrer une évaluation de l'état pulpaire. Autrement dit, de vérifier la présence d’une pulpite, réversible ou irréversible, et d’évaluer les moyens à disposition pour faire le diagnostic de la profondeur de l'inflammation de la pulpe dentaire. 

 

Les outils permettant de le faire sont : 

 

  • l'interrogatoire du patient ; 
  • les tests de sensibilité pulpaire ; 
  • l'examen radiographique.

En odontologie, on sait depuis peu qu'il n'y a pas de corrélation stricte entre les signes cliniques et l'état histologique réel de la pulpe dentaire. Une nouvelle classification des pulpites a donc été créée, afin de permettre d'élargir les indications de conservation de la vitalité pulpaire.

 

Le nouveau système recense quatre types de pulpites : 

 

  • la pulpite initiale ;
  • la pulpite légère ; 
  • la pulpite modérée ; 
  • la pulpite sévère.

Bon à savoir

Plus la pulpite est sévère, plus le risque de devoir dépulper la dent est grand. Chez les jeunes patients, il y a plus d’avantages à conserver la pulpe. Pour les pulpites initiales et légères, le praticien doit mettre en place des traitements de coiffage. Concernant les pulpites modérées et sévères, la technique de coiffage est précédée d’une pulpotomie partielle ou complète.

Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation
img test

Évaluation de la vitalité pulpaire

L’estimation de l’état pulpaire et de son potentiel réparateur sont des préalables indispensables avant la mise en place d’un traitement restaurateur de l’organe dentaire. 

 

La vascularisation du tissu pulpaire est le critère le plus important afin de déterminer l’état de santé pulpaire. La raison ? L’arrêt de la circulation sanguine intrapulpaire provoque la nécrose pulpaire. Ainsi, moins il y a de vascularisation, plus il y aura de chances de nécrose. Pour évaluer la vitalité pulpaire, des tests sont effectués. Il s'agit de techniques non invasives qui n’induisent aucune altération dans le tissu pulpaire. Les tests pour déterminer à quel point la pulpe dentaire est atteinte sont entre autres les suivants. 

 

  • La spectrophotométrie à double longueur d’onde : ce test de vitalité pulpaire détermine les changements d’oxygénation au niveau des capillaires de la pulpe. Elle est utile pour déceler la nécrose pulpaire et le statut inflammatoire pulpaire. 
  • La Fluxmétrie Laser Doppler (LDF) : elle mesure le flux des cellules sanguines pulpaires à partir de l’émission d’un faisceau monochromatique émis par un laser hélium néon (Nm) ou par les lasers semi-conducteurs à diode (780 et 810 Nm). Elle permet de diagnostiquer à un stade précoce la nécrose pulpaire. 
  • L'oxymétrie pulsative : ce test de vitalité pulpaire se base sur le principe que l’absorption de la lumière par un soluté dépend de sa concentration à une longueur d’onde donnée. Cette technique est moins coûteuse que la précédente. 

Tous les tests de vitalité pulpaire sont difficiles à mettre en place, et les tissus parodontaux peuvent contaminer les mesures et fausser les résultats obtenus. Ainsi, la fiabilité de ces techniques et leur précision sont perfectibles. 

Bon à savoir

La formation continue d’odontologie de Walter Santé expose de nombreux cas cliniques en odontologie permettant d’intégrer plus facilement les différents diagnostics et traitements. 

Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation
img test

Comment préserver et stimuler le complexe dentinopulpaire

Les cellules odontoblastiques peuvent être stimulées. Un praticien peut rencontrer deux situations cliniques principales.

 

  • La couche odontoblastique est lésée en partie mais il en persiste suffisamment pour fabriquer de la dentine réactionnelle. C’est ce qui se passe sous un coiffage indirect.
  • La pulpe est inflammatoire et les odontoblastes ont disparu. Le traitement doit permettre la néo différenciation des cellules capables d'entrer dans la voie de la synthèse dentinogénétique (intérêt des silicates tricalciques). Le praticien va, ainsi, obtenir une dentine réparatrice sous les coiffages et les pulpotomies.

Important

La plaie doit absolument être stérile et décontaminée. En effet, s'il persiste une activité bactérienne, la cicatrisation pulpaire ne pourra pas se faire. Le praticien confronté à une plaie pulpaire doit s'assurer que la pulpe est bien vivante. Pour savoir si c’est le cas, celle-ci doit être rouge et contenir du sang. La stimulation cellulaire ne pourra pas se faire sur un tissu nécrosé.

L'enjeu de conservation de la pulpe est important pour le patient. La raison ? Une dent vivante réagit aux signaux d'alerte d'une agression, contrairement à une dent dépulpée. En effet, les odontoblastes, cellules postmitotiques issues des crêtes neurales, à l'origine de la synthèse des constituants organiques de la dentine, forment une couche cellulaire continue située à la jonction entre la dentine et la pulpe. Une dent dépulpée ne dispose plus d’odontoblastes, lui permettant de sentir la douleur. Enfin, une dent vivante est également plus résistante aux agressions du quotidien.

Bon à savoir

Aujourd’hui, de nouvelles techniques plus performantes voient le jour pour traiter les lésions dentaires. C’est le cas de la stratification dentaire. Cette méthode fait partie de la dentisterie dernière génération, adhésive et biomimétique en ce qu'elle mime au plus près le comportement physiologique de la dent. 

Pour suivre une formation d’odontologie, il vous suffit de nous contacter. Nous serons en mesure de vous présenter notre formation DPC en odontologie

Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

La classification des lésions carieuses en odontologie (ICDAS et Si.Sta)

Alphonse Doutriaux

|

5 Septembre 2022

La classification des caries dentaires en odontologie est indispensable pour traiter correctement celle-ci. Dans cet article, nous vous expliquons quels sont les critères d’une carie, comment poser un diagnostic sur une carie et à quoi correspondent les classifications ICDAS et Si.Sta.

Lire l'article

Les différents types de prothèses dentaires en implantologie

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Au cours d’une formation en implantologie dentaire, vous serez amené(e) à découvrir les différents types de prothèses, comme la prothèse scellée, vissée, ou encore la prothèse implanto-portée. Les matériaux utilisés pour les prothèses dentaires sur implant sont également des informations cruciales. Que vous souhaitiez en apprendre plus sur la chirurgie implantaire via le DCP pour dentistes ou que vous ayez besoin de quelques rappels, nous revenons pour vous sur les divers types de prothèses dentaires en implantologie.

Lire l'article

La mise en charge immédiate d'un implant dentaire

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Grâce aux formations DPC dentistes, le domaine de l’implantologie devient plus accessible. Dans cet article, nous évoquons un aspect central de la discipline : la mise en charge immédiate. À quoi correspond-elle ? Quels sont les protocoles à suivre pour les patients édentés partiels ou complets ? Si vous envisagez une formation en implantologie dentaire, prenez de l’avance et découvrez les recommandations d’usage sur la mise en charge sur implant.

Lire l'article

Les traitements de la parodontite : chirurgical et non-chirurgical

Alphonse Doutriaux

|

6 Janvier 2022

Le traitement de la parodontite a plusieurs objectifs, notamment contrôler la maladie et stopper sa progression, puis réparer et régénérer certains tissus parodontaux qui auraient été endommagés. Pour ce faire, la désinfection buccale est nécessaire, suivie d'une procédure de fermeture des poches parodontales et d'une réduction de l'inflammation ainsi que d'un détartrage afin de rétablir une hygiène bucco-dentaire correcte. Dans certains cas, le traitement de la parodontite doit recourir à une opération chirurgicale, si le traitement non-chirurgical n'est pas suffisant.

Quelles sont les différentes étapes du traitement thérapeutique (non-chirurgical) de la parodontite et quand recourir au traitement chirurgical ?

Lire l'article