blog

Santé

Chirurgien dentiste

Types de prothèses dentaires

Les différents types de prothèses dentaires en implantologie

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Au cours d’une formation en implantologie dentaire, vous serez amené(e) à découvrir les différents types de prothèses, comme la prothèse scellée, vissée, ou encore la prothèse implanto-portée. Les matériaux utilisés pour les prothèses dentaires sur implant sont également des informations cruciales. Que vous souhaitiez en apprendre plus sur la chirurgie implantaire via le DCP pour dentistes ou que vous ayez besoin de quelques rappels, nous revenons pour vous sur les divers types de prothèses dentaires en implantologie.

La prothèse scellée et la prothèse vissée

De manière générale, vous aurez le choix entre deux sortes de prothèses : la prothèse scellée et la prothèse vissée. La première option est globalement assimilée à une prothèse dento-portée. Le pilier implantaire est vissé dans l’implant. Cela correspond donc à une prothèse à deux étages ; celui du pilier et celui de la coiffe qui vient par-dessus. Le taux de réussite pour ces prothèses est très satisfaisant, mais il peut exister des complications d’ordre biologique, liées au scellement de la coiffe sur le pilier le plus souvent. Il reste en effet difficile de contrôler le ciment qui peut passer dans les tissus péri-implantaires et engendrer des péri-implantites. La prothèse vissée fait aussi partie des différentes prothèses dentaires.

 

Dans le cas d’une prothèse vissée, celle-ci peut être directement transglissée dans l’implant. Face à des édentements pluraux, on utilisera plutôt des piliers intermédiaires, vissés avec une vis de pilier dans l’implant. Sur ces piliers intermédiaires seront vissées les prothèses (coiffes désolidarisées ou bridges).

Maîtrisez l'implantologie dentaire

Notre formation DPC 100% en ligne pour maîtriser l'implantologie dentaire : fondamentaux, mode opératoire, chirurgie implantaire, prothèses et phase post-opératoire.

Découvrir la formation
img test

La distinction entre les vis de pilier et les vis de prothèse est d’une importance capitale puisque la force de serrage diffère d’une vis à l’autre.

  • La vis de prothèse, plus petite et fragile, demande environ 15 Newtons ;
  • La vis de pilier se situe entre 25 et 35 Newtons selon les fabricants et les marques d’implants.


Notre formation DPC pour dentistes en implantologie développe en détails les avantages et inconvénients de ces deux prothèses. On note globalement que les faiblesses de la prothèse scellée sont souvent les points forts de la prothèse vissée et inversement. Il existe aujourd’hui des prothèses vissées avec puits d’accès angulés permettant de rattraper une différence d’axe entre la prothèse et l’implant, ce que seule la prothèse scellée pouvait faire jusqu’ici. Ainsi, en cas de décalage, la prothèse vissée sera indiquée afin d’éviter un recours à un ciment pouvant potentiellement générer des péri-implantites.

Les différents matériaux

En prothèse implanto-portée, on utilisait jusqu’à présent majoritairement des alliages métalliques non précieux, semi-précieux ou précieux. Grâce à l’avènement de la CFAO (Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur), des matériaux tels que la zircone ou le titane ont été développés. Leurs avantages : une plus grande biocompatibilité et une plus grande résistance à la corrosion. Pour rappel, la biocompatibilité est la capacité d’un biomatériau à remplir une fonction spécifique tout en ayant une réponse appropriée de l’hôte.

 

Les alliages de type chrome-cobalt sont voués à disparaitre, car selon une norme européenne récente, le cobalt ressort comme cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction. La zircone et le titane sont des matériaux de choix vers lesquels les dentistes s’orientent aujourd’hui pour les prothèses dentaires sur implant.

Bon à savoir

Une formation en implantologie est nécessaire pour connaître les types de prothèses, mais également pour maîtriser le domaine des matériaux utilisés. En tant que chirurgien-dentiste, vous êtes le prescripteur d’un dispositif médical sur mesure et avez par conséquent l’entière responsabilité des éléments et composants placés dans la bouche de vos patients.

Que votre projet de soins implique une prothèse dentaire totale ou une prothèse dentaire partielle, vous vous devez de connaître les procédés de fabrication de votre prothésiste :

 

✍︎ Où fabrique-t-il ses différentes prothèses dentaires ?

✍︎ Avec quels matériaux travaille-t-il ?

✍︎ Ceux-ci sont-ils bien biocompatibles ?

✍︎ Quels sont leurs impacts sur l’organisme ?

 

Les risques liés aux implants dentaires sont réels et votre responsabilité est engagée. En cas de recours contre vous, vous ne pourrez pas vous retourner contre le prothésiste, c’est pourquoi vos connaissances sont capitales. Les formations DPC pour dentistes sont là pour vous aider.

Formations Dentistes

Découvrez les formations DPC Dentistes en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations
img test

La prothèse implanto-supportée

Parmi les différentes prothèses dentaires, on trouve par ailleurs la PACSI ou Prothèse Amovible Complexe Supra-Implantaire. La spécificité de cette prothèse implanto-supportée provient de la différence de comportement biomécanique des deux surfaces d’appui, à savoir la surface d’appui muqueuse (dépressible sous l’effet des contraintes masticatoires) et la surface d’appui implantaire (contacts non dépressibles).

 

Divers types d’attachements aux propriétés variées sont applicables, comme la barre de conjonction qui apporte une meilleure force de rétention. Le parallélisme implantaire n’est pas nécessaire, en revanche, le profil antérieur de la crête du patient doit être rectiligne. Le coût de cette option reste élevé. Plus abordables, les attachements axiaux de type boule ou locator sont une autre possibilité. La forme de la crête n’a pas d’importance dans ce cas puisque les points d’attache sont indépendants les uns des autres. Le parallélisme implantaire doit ici être pris en compte pour éviter un risque d’usure prématurée des attachements.


Dans le cas d’un décalage des bases, une PACSI est particulièrement indiquée. En effet, cette prothèse permet de rétablir le soutien des tissus mous, à la différence des prothèses implanto-portées fixes. Néanmoins, si le décalage des bases osseuses est supérieur à 10 mm, le patient devra être dirigé vers une chirurgie orthognatique. Les études montrent que le maintien de l’hygiène est facilité avec les PACSI, grâce à leur caractère amovible. La prothèse implanto-supportée requiert cependant une surveillance régulière et demande parfois le changement de certaines pièces.

 

Ces prothèses dentaires sur implants doivent répondre aux critères d’une prothèse amovible conventionnelle. Rappelons que les implants servent à améliorer la rétention et la stabilité des prothèses, et non à pallier un défaut de conception d’une prothèse mal réalisée.

 

Ainsi, pour poser des implants dentaires en vue d’une PACSI, il est important de connaître les règles suivantes :

  • quatre implants minimum sont requis avec une longueur la plus importante possible (pas moins de 10 mm généralement) ;
  • les implants doivent avoir une localisation harmonieuse sur l’arcade (symétrique par rapport au plan sagittal médian).

 

Pour approfondir vos connaissances sur le sujet, nous vous rappelons que Walter Santé propose une formation en implantologie.

Maîtrisez l'implantologie dentaire

Notre formation DPC 100% en ligne pour maîtriser l'implantologie dentaire : fondamentaux, mode opératoire, chirurgie implantaire, prothèses et phase post-opératoire.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

La Parodontite : Définition, symptômes et causes

Alphonse Doutriaux

|

6 Decembre 2021

La parodontite est une maladie dentaire due à une inflammation du parodonte. Cette maladie appartient à la famille des maladies parodontales. Elle cause des douleurs et des saignements plus ou moins importants, voire même un déchaussement dentaire. Il existe plusieurs types de parodontite. Nous vous expliquons ce qu'est une parodontite, ses causes, ses symptômes, comment la diagnostiquer et quels sont les traitements existant.

Lire l'article

La classification des maladies parodontales : comment diagnostiquer les différents types de parodontites ?

Alphonse Doutriaux

|

4 Janvier 2022

La parodontite est une inflammation du parodonte, qui contient les tissus de soutien à l’organe dentaire, notamment la gencive. On distingue désormais clairement la parodontite de la gingivite et on classifie la parodontite en deux catégories principales : la parodontite agressive et la parodontite chronique. Toutes deux peuvent être localisées ou généralisées. Sa forme la plus dangereuse est la parodontite agressive, qui se caractérise par une perte d’attache et des pertes osseuses rapides et importantes. Il existe deux grands types de parodontite agressive : les localisées (ou juvéniles) et les généralisées. 

Dans cet article, nous explorerons la différence entre ancienne et nouvelle classification, ainsi que le diagnostic des différents types de maladies parodontales.

Lire l'article

Les facteurs de risque des parodontites

Alphonse Doutriaux

|

10 Janvier 2022

Afin de mieux prévenir la parodontite, il faut bien connaître les facteurs de risques qui augmentent les chances d'apparition de cette maladie. La diffusion de la connaissance concernant ces facteurs de risque apparaît essentielle afin de prévenir l'apparition de celle-ci chez de nouveaux patients. Les facteurs évoqués ici sont souvent des facteurs qui favorisent une prolifération plus rapide des bactéries, ce qui favorise donc l'apparition des gingivites et des parodontites.

Lire l'article

Les traitements de la parodontite : chirurgical et non-chirurgical

Alphonse Doutriaux

|

6 Janvier 2022

Le traitement de la parodontite a plusieurs objectifs, notamment contrôler la maladie et stopper sa progression, puis réparer et régénérer certains tissus parodontaux qui auraient été endommagés. Pour ce faire, la désinfection buccale est nécessaire, suivie d'une procédure de fermeture des poches parodontales et d'une réduction de l'inflammation ainsi que d'un détartrage afin de rétablir une hygiène bucco-dentaire correcte. Dans certains cas, le traitement de la parodontite doit recourir à une opération chirurgicale, si le traitement non-chirurgical n'est pas suffisant.

Quelles sont les différentes étapes du traitement thérapeutique (non-chirurgical) de la parodontite et quand recourir au traitement chirurgical ?

Lire l'article