blog

Santé

Chirurgien dentiste

Résines composites

Résines composites en odontologie : nature, composition et dégradation

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

Les résines composites dentaires ont beaucoup évolué ces dernières années. Leur progrès ont permis une amélioration sans précédent des restaurations de dent avec un composite. Pour autant, des risques de dégradation des résines composites demeurent. Comme pour la réalisation de clés en silicones, une formation en odontologie sur le sujet peut donc s’avérer nécessaire au chirurgien-dentiste qui n’en serait pas familier. 

img test
Maîtrisez l'odontologie conservatrice

Notre formation DPC 100% en ligne en odontologie conservatrice : découvrez les approches médicale, préventive et réparatrice.

Découvrir la formation

Les résines composites : définition

Si les résines composites sont utilisées en odontologie comme des biomatériaux restaurateurs, il demeure que ce ne sont ni plus ni moins que des polymères utilisés dans tous les compartiments de la vie industrielle et dans la fabrication des objets de notre vie quotidienne. Les résines composites sont ainsi obtenues par l’alliance de polymère, mélange de charge organo-minérale, avec un liant résineux à base de biglycidyle métracrylate et d’uréthane. C’est un mélange dans lequel des charges qui ont évolué en dimension, en composition, en nature, sont emprisonnées dans une résine. Les charges organo-minérale sont, aujourd’hui, le plus souvent, des charges de synthèse.

Nature des résines composites

Les résines composites sont aujourd’hui des composites micro-hybrides nanochargés, aussi appelés nano-hybride. Si la nanoparticule représente 0,004 micron, c’est donc bien à l’échelle du nanomètre de la silice-pyrolytique que se situe la résine composite.

Composition des résines composites

Parmi les charges qui composent ces résines, les principales d’entre elles sont de différentes natures et de différentes tailles. Ces différences permettent d’optimiser les combinaisons. Les particules qui composent les résines composites dentaires sont aujourd’hui toutes des charges silanée à nanoparticules. Cette silanisation représente un très grand progrès. Le silane est, en effet, un monomère bifonctionnel utilisé pour le collage des céramiques : c’est le gamma-methacryle methoxysilane. Il se place autour des charges et favorisent la liaison du composite avec la résine. 

 

Autrefois, les composites étaient très chargés avec de plus grosses particules. Ils étaient généralement utilisés pour leur résistance, dans le cadre de restauration dentaires avec composite des dents postérieures. Le chirurgien-dentiste cherchait alors une grande durée de vie de la résine dentaire. Les composites qui étaient plus finement chargés étaient utilisés pour les restaurations qui se voulaient plus esthétiques. Ils étaient donc utilisés pour les restaurations des dents antérieures.

 

Il est aujourd’hui difficile de faire la différence entre les différentes résines composites. Néanmoins, lors de leur choix, le chirurgien-dentiste doit s’informer sur le volume en charge du composite. Le chirugien-dentiste doit en effet s’assurer que le volume de charge du composite est suffisant pour répondre à l’ensemble du panel des indications cliniques. Cette évolution des résines composites a permis une amélioration sans précédent des restaurations des dents avec composite. Si la durée de vie des résines composites était faible autrefois, celle-ci peut aujourd’hui s’étendre à dix ans, voire plus.

img test
Formez-vous avec le Pr Jean-Jacques Lasfargues

Odontologie conservatrice

Découvrir la formation

Risques de dégradation des résines composites

Les différentes améliorations des résines composites dentaires ont grandement amélioré leur durée de vie. Cela étant, il demeure que les résines composites se dégradent dans l’environnement buccal. À ce titre, elles sont soumises à des dégradations sur le plan dimensionnel et sur le plan hydrique. Certaines bonnes pratiques permettent d’éviter l’accélération de ces dégradations.

Les dégradations dimensionnelles des résines composites

La dégradation dimensionnelle de la résine composite se produit par usure et par micro-fracture de surface. La dégradation dimensionnelle s’explique par le fait qu’il n’est pas possible d’éliminer complètement la dilatation thermique d’un matériau résineux. Un matériau résineux a, en effet, toujours un coefficient d’expansion thermique. En raison de cette nature, le matériau résineux a tendance à se dilater ou à se rétracter sous l’effet de la chaleur et du froid. Ces variations dimensionnelles interfèrent avec le joint, alors même que ce joint n’est pas assez élastique pour suivre ces déformations. Si les coefficients de dilatation thermique des résines composites ont été réduits au maximum, ils ne sont pas aujourd’hui pas encore optimum. À ce titre, il peut être intéressant pour le chirurgien-dentiste de mesurer la pertinence de leur usage pour le chirurgien-dentiste vis-à-vis de ciments verres ionomères.

Les dégradations hydriques des résines composites

Les résines composites dentaires peuvent également se dégrader sur le plan hydrique. En effet, leur composition de métalloprotéases peut favoriser l’hydrolyse. En cas de récidive de caries sur les résines dentaires, cela pourra même produire de l’acide méthacrylique. La fabrication de cet acide méthacrylique explique l’odeur caractéristique et nauséabonde qu’il peut y avoir sous le composite lors de son retrait. En effet, lors de ce retrait, la prolifération préalable des bactéries en aérobioses accompagnée de la fabrication d’ester méthacryliques dégagera cette odeur.

Les bonnes pratiques permettant de prévenir les dégradations des résines composites

Les dégradations des résines composites dentaires sur le plan dimensionnel comme sur le plan hydrique peuvent être évitées par le respect de bonnes pratiques. Le chirurgien-dentiste doit garder à l’esprit les facteurs de dégradation des résines composites lorsqu’il choisit ces derniers. Il doit notamment s’assurer des garanties des fabricants associées à ces matériaux lors de leurs achats. Il est à noter que les grandes marques et les grands fabricants sont responsables de leurs produits. Dès lors, le chirurgien-dentiste ne rencontrera pas tant de problèmes relatifs à la qualité des résines composites dentaires. Là où le chirurgien-dentiste doit être particulièrement attentif est lors de la mise en œuvre de la résine composite afin d’éviter toute malfaçon. Il devra également être tout spécialement attentif à l’environnement buccal qui accueille la résine composite dentaire. 

 

C’est donc dans la conscience des efforts à fournir que le praticien assurera une excellente mise en œuvre du matériau. C’est en intégrant à sa pratique la nécessité d’une préparation exemplaire de l’environnement buccal que le praticien pourra s’assurer du respect de ces bonnes pratiques de prévention de dégradation. S’assurer du caractère sain de l’environnement buccal permet en effet ainsi de réduire les agressions acides. Cela permet à la résine composite d’obtenir une plus grande durabilité. A contrario, placer des résines composites dans une bouche poly-cariée sans avoir résolu, au préalable, le problème, c’est mettre en place des bombes à retardement dans la bouche du patient. Afin d’éviter ces erreurs, le chirurgien-dentiste peut suivre une formation en odontologie sur le sujet.

img test
Formations Dentistes

Découvrez les formations Dentistes DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Sur le même thème

Quels sont les risques liés aux implants dentaires ?

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Le DPC pour les dentistes permet d'accéder à la et de plus en plus de professionnels font ce choix. Parmi les enseignements, on retrouve les potentiels dangers liés aux implants dentaires. Le chirurgien-dentiste doit être capable de surveiller son patient, et de diagnostiquer et traiter d’éventuelles complications d’origines diverses : infectieuses, hémorragiques, anesthésiques et médicamenteuses. Il ou elle a la responsabilité d’établir une évaluation stricte de l’état bucco-dentaire du patient, son hygiène, son autonomie et sa compliance. Dans cet article, nous détaillons les différents types de risques en lien avec l’implantologie et les recommandations associées.

Lire l'article

Les facteurs et aspects de l'usure dentaire en odontologie

Alphonse Doutriaux

|

26 Decembre 2022

Si la carie dentaire a été le défi des chirurgiens-dentistes du siècle dernier, l’usure dentaire et, en particulier, les pathologies liées à l’érosion dentaire représentent le défi du chirurgien-dentiste du XXIème siècle. Suivre une sur le sujet présente donc un intérêt majeur pour le chirurgien-dentiste.

Lire l'article

FIF PL pour les chirurgiens-dentistes : qui est éligible ?

Alphonse Doutriaux

|

15 Novembre 2022

Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux, le des dentistes prend en charge leur formation continue. 

Lire l'article

Le guide chirurgical en implantologie dentaire

Alphonse Doutriaux

|

8 Août 2022

Partie intégrante des formations en implantologie dentaire, le guide chirurgical existe sous diverses formes. Qu’est-ce qui différencie un guide manufacturé d’un guide stéréolithographique ? Quelles utilisations proposent-ils ? Chacun comporte des avantages et des limites, mais restent des éléments essentiels pour tout projet prothétique. Nous explorons dans cet article les différents aspects de ces outils indispensables au praticien pour planifier une chirurgie guidée.

Lire l'article