Le clou plaquettaire : définition

blog

Santé

Infirmier

Anticoagulants

Le clou plaquettaire

La formation du clou plaquettaire

|

7 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Deuxième temps fort de l’hémostase primaire, le clou plaquettaire joue un rôle essentiel dans la coagulation du sang. Il favorise l’accumulation et l’agrégation des plaquettes sanguines dans la zone vasculaire lésée, ceci afin de boucher la brèche et d’éviter tout risque hémorragique. Les patients sous anticoagulants, cependant, peuvent avoir des problèmes de coagulation, augmentant le risque d’hémorragies internes ou externes. C'est pourquoi la surveillance des patients sous anticoagulants est importante. 
Retour sur le rôle et les étapes de la formation du clou plaquettaire.

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Qu'est-ce que le clou plaquettaire ?

L’hémostase primaire et le clou plaquettaire

Le clou plaquettaire est un temps de l’hémostase primaire. L’hémostase, en effet, est divisée en trois parties :

L’hémostase primaire se déroule en deux temps : le spasme vasculaire et le clou plaquettaire. La formation du clou plaquettaire est possible grâce à la contraction locale du vaisseau sanguin à l’endroit lésé. Les plaquettes sanguines s’accumulent et un premier caillot sanguin (thrombus blanc) se forme afin de boucher la brèche. Ce processus permet d’éviter les hémorragies en arrêtant le saignement.

Les plaquettes sanguines

Les plaquettes sanguines (les thrombocytes) jouent un rôle actif dans la coagulation sanguine. Elles sont constituées de plusieurs éléments :

  • une membrane lipidique double, leurs récepteurs favorisent l’agrégation des plaquettes entre elles ;
  • des mitochondries de glycogène qui fournissent l’énergie nécessaire à ce processus ;
  • des granules denses contenant du calcium, de l’adénosine diphosphate (ADP) et de la sérotonine (5-HT) ;
  • des granules alpha contenant du fibrinogène, des facteurs de coagulation (les facteurs V, VII, XI, XII et le facteur de Willebrand) ainsi que des facteurs de croissance ;
  • des lysosomes contenant des enzymes protéolytiques afin de digérer certaines protéines ;
  • des filaments d’actine et de myosine qui permettent aux plaquettes de se contracter et de changer de forme.

Bon à savoir

Ces plaquettes forment le premier maillon de la formation du clou plaquettaire dans l’hémostase primaire. Issues de la moelle osseuse, ces fragments de cellules mesurent entre 2 et 4 µm de diamètre (elles sont plus petites que des globules rouges) et ont une durée de vie de 7 à 10 jours. Elles sont éliminées dans la rate et sont au nombre de 150 à 450 milliards par litre de sang.

img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

Les étapes de formation

Dans la coagulation du sang, les plaquettes jouent un rôle fondamental en colmatant la plaie vasculaire. L’hémostase primaire permet de créer un premier bouchon venant endiguer les saignements et réduisant le risque d’hémorragie. À partir du moment où une plaie vasculaire est créée, le rôle de l’organisme est de boucher cette brèche. L’hémostase primaire se met en marche et les plaquettes, ainsi que le fibrinogène, s’accumulent à l’endroit lésé, au moment du spasme vasculaire (premier temps de l’hémostase primaire).

 

À la suite de ce spasme, en moins d’une minute, le clou plaquettaire se forme. Les plaquettes adhèrent au collagène du vaisseau sanguin, elles se regroupent et libèrent les substances qui favorisent la fermeture de la brèche, notamment la sérotonine et l’adénosine diphosphate. La membrane lipidique des plaquettes (le thromboxane A2) joue un rôle important dans la formation du clou plaquettaire : elle attire d’autres plaquettes sanguines et facilite leur agrégation.

 

L’adhésion plaquettaire se transforme rapidement en agrégation plaquettaire, permettant ainsi de passer à l’étape de l’hémostase secondaire.

Bon à savoir

Afin d’éviter que le thrombus blanc ne prenne trop d’ampleur, la prostaglandine PG12 (prostacycline) intervient : elle inhibe l’agrégation plaquettaire en la délimitant à la zone vasculaire lésée. Le clou plaquettaire ainsi formé est encore fragile, l’hémostase secondaire vient le renforcer avec l’activation des facteurs de coagulation (cascade de coagulation).

Pour résumer, la formation du clou plaquettaire est composée de 3 étapes.

  1. Le spasme vasculaire a permis de réunir des plaquettes sanguines et de réduire le flot sanguin. Les plaquettes commencent à adhérer au collagène dans le vaisseau sanguin.
  2. Un bouchon temporaire se forme, c’est le clou plaquettaire, aussi nommé thrombus blanc. Les plaquettes sanguines se modifient et libèrent des substances qui possèdent des capacités d’agrégation (sérotonine, adénosine diphosphate, thromboxane A2, facteur de Willebrand…).
  3. La circulation sanguine est interrompue dans la région lésée. La prostaglandine PG12 est libérée afin de limiter la propagation du thrombus.

Le rôle du clou plaquettaire

La formation du clou plaquettaire permet d’endiguer le saignement consécutif à une plaie vasculaire. En formant un premier thrombus, le clou plaquettaire laisse place au développement des étapes suivantes : l’activation des facteurs de coagulation et la fibrinolyse. C’est une étape indispensable de la coagulation du sang, qui participe à son équilibre. En effet, lorsqu’une plaie vasculaire est formée, les différents temps de l’hémostase doivent s’enchaîner afin de réduire le risque d’hémorragie, sans pour autant créer un thrombus.

 

Autrement dit, il ne doit y avoir ni accident thrombotique ni accident hémorragique. Cet équilibre peut être rompu, pour différentes raisons :

  • une thrombopénie (plaquettes insuffisantes) ;
  • une carence en facteurs de coagulation (par exemple, le facteur de Willebrand) ;
  • une anomalie des vaisseaux sanguins.

Ces problèmes conduisent à des hémorragies externes ou internes et peuvent avoir des causes diverses : congénitales (comme l'hémophilie ou la maladie de Willebrand), acquises (troubles hépatiques, digestifs, infections virales ou auto-immunes, coagulation intravasculaire disséminée…), dues à certains médicaments (anticoagulants ou aspirine) ou à une carence en vitamines (comme la vitamine C dans le scorbut).

 

L’hypercoagulation, en revanche, peut être causée par une augmentation des facteurs de coagulation, une grossesse, une diminution d’inhibiteurs de coagulation (comme dans la maladie du foie) ou un ralentissement du flot sanguin. Le principal risque est celui de l’accident thrombotique.

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Qu'apprendre dans la formation Anticoagulants de Walter Santé ?

Le traitement et la prévention des risques cardiovasculaires est un enjeu de santé publique. La formation Anticoagulants revient sur les notions indispensables aux infirmiers et infirmières dans la surveillance des patients sous anticoagulants. Face au risque hémorragique, les infirmiers doivent accompagner ces patients, tout en surveillant la prescription et l’administration de ce type de médicament. Notre formation infirmière à distance vous permet d’actualiser vos connaissances et d’améliorer la prise en charge de vos patients sous anticoagulants. Cette formation pour infirmière est éligible au DPC et au FIF PL.

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Téléchargez le programme de la formation Anticoagulants en PDF

Programme formation Anticoagulants

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

TP & INR : normes et calcul

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

Le TP (taux de prothrombine) et l’INR (International Normalized Ratio) sont les deux examens de référence à réaliser pour les patients sous antivitamine K (AVK). Les AOD, quant à eux, ne requièrent pas la mesure du TP ou de l’INR, et sont plus simples à surveiller. Fonctionnement du TP et de l'INR, norme, calcul, surveillance des AVK, etc. Toutes les informations utiles sont ici !

Lire l'article

Étapes et rôle de l'hémostase secondaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

L’hémostase est un processus physiologique qui se divise en trois étapes : l’hémostase primaire, l’hémostase secondaire et la fibrinolyse. L’hémostase secondaire correspond à la coagulation proprement dite, qui renforce le travail réalisé par l’hémostase primaire et qui permet la formation du caillot sanguin.
Dans cet article, découvrez le déroulement de l’hémostase secondaire, avec ses facteurs de coagulation et ses inhibiteurs, et approfondissez le sujet avec notre formation infirmier Anticoagulants ! Cette formation pour infirmière peut être financée par le DPC et le FIF PL.

Lire l'article

Qu'est-ce que l'héparine non fractionnée ?

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

31 Juillet 2023

L’héparine non fractionnée est l’un des anticoagulants utilisés pour agir contre les troubles et les pathologies liées à la coagulation sanguine. On retrouve les anticoagulants oraux comme les AVK et les AOD, mais aussi tous les anticoagulants de la famille de l’héparine. On distingue l’héparine à bas poids moléculaire (HBPM) et l’héparine non fractionnée (HNF).

Cette fiche IDE sur l’héparine non fractionnée repose sur les enseignements de la proposée par Walter Santé. Cette formation infirmier a pour but d’améliorer la prise en charge de vos patients et d’actualiser vos connaissances sur le sujet des anticoagulants.

Lire l'article

Prise en charge infirmière des patients sous anticoagulants

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

Les anticoagulants sont des médicaments à risque qui présentent des effets secondaires. L’infirmier a donc un rôle important à jouer dans la vigilance, la surveillance et la sécurisation de la prise d’anticoagulants dans les soins infirmiers qu'il donne à ses patients. Afin de bien prendre en charge ses patients, il est important de comprendre quelle est la responsabilité de l’infirmier, les étapes dans la prescription des médicaments anticoagulants, et les erreurs médicamenteuses les plus fréquentes.

En suivant les informations issues de notre , nous abordons deux points fondamentaux dans la deuxième et la troisième partie : la vigilance concernant les dosages et la surveillance des effets indésirables pour les patients sous anticoagulants.

Lire l'article