Risque hémorragique : surveillance du patient sous anticoagulants

blog

Santé

Infirmier

Anticoagulants

Surveillance du risque hémorragique

La surveillance du risque hémorragique chez le patient sous anticoagulants

|

6 min

|

Par Alphonse Doutriaux

L’accident hémorragique est le principal risque chez le patient sous anticoagulants. L’infirmier doit donc assurer une surveillance attentive, en vérifiant les signes d’hémorragie, et plus particulièrement d’accident hémorragique grave (même si l’hémorragie non grave doit aussi être surveillée).

Cet article reprend les informations contenues dans notre formation infirmier anticoagulants : signes d'une hémorragie, gestion de l’accident hémorragique majeur (critères, surveillance et gestes d’urgence) et gestion de l’accident hémorragique non majeur.

Sommaire

  • Les signes d'une hémorragie
  • La gestion d'un accident hémorragique majeur
  • La gestion d'un accident hémorragique non majeur
  • Téléchargez le programme de la formation Anticoagulants en PDF

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Les signes d'une hémorragie

Rappel

Il y a un risque d’hémorragie sous anticoagulants. L’accident hémorragique est, d’ailleurs, le principal risque pour un patient qui prend un traitement anticoagulant. Il peut survenir quel que soit l’anticoagulant utilisé (AVK, AOD, héparines, anti-thrombotiques, etc.). Cependant, en cas de surdosage d’anticoagulant, le risque hémorragique est plus important.

En principe, le risque hémorragique doit être surveillé lorsque l’INR est supérieur à 4. La surveillance infirmière des patients sous anticoagulants passe par la recherche des signes d’hémorragie, et plus particulièrement des signes qui indiquent une gravité :

  • une instabilité hémodynamique (signe de collapsus) ;
  • une polypnée ;
  • une cyanose et des froideurs extrêmes ;
  • des marbrures périphériques ;
  • un pouls filant ;
  • des troubles de la conscience ;
  • une agitation ;
  • une saturation en oxygène imprenable.

Ces signes d’hémorragie grave doivent alerter les infirmiers et les médecins. Toutefois, certaines hémorragies sont débutantes et sans gravité, mais il est important de les surveiller tout de même lorsque le patient est sous anticoagulants.

img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

La gestion d'un accident hémorragique majeur

Les critères de l'hémorragie grave

L’hémorragie grave, ou l’accident hémorragique majeur, est incontrôlable et nécessite une transfusion, elle entraîne un retentissement hémodynamique ou est menaçante par sa localisation (par exemple une dissection aortique). Les moyens usuels ne permettent pas de la contrôler. Toute hémorragie fatale, intracrânienne, rétropéritonéale ou nécessitant une transfusion sanguine est considérée comme étant une hémorragie majeure. La prise en charge hospitalière est recommandée en cas d’hémorragie grave. L’infirmier ou la personne chargée de la surveillance doit appeler le 15, sans attendre.

 

Une hémorragie grave par AVK (Anti-vitamine K) se définit par la présence d’au moins un de ces critères :

  • une abondance de saignement observé notamment sur le retentissement hémodynamique (pression artérielle, signes de choc, etc.) ;
  • une localisation qui peut engager un pronostic final ou fonctionnel ;
  • une absence de contrôle par tous les moyens usuels ;
  • la nécessité d’une transfusion ou d’un geste hémostatique urgent en milieu hospitalier.

S'il n'existe aucun de ces critères, l’hémorragie est considérée comme non grave.

 

Certaines localisations, peuvent engager le pronostic final ou fonctionnel :

  • l’hémorragie intracrânienne et intraspinale ;
  • l’hémorragie intra-oculaire et rétro-orbitaire ;
  • l’hémothorax, hémo et rétropéritoine, l'hémopéricarde ;
  • l’hémorragie rétropéritonéale ;
  • l’hémorragie digestive aiguë ;
  • l’hémarthrose.

Notre formation infirmier Anticoagulants vous apprend à repérer les hémorragies graves ou non graves, à mettre en place une surveillance infirmière et à réaliser les gestes d’urgence en cas d’accident hémorragique sous anticoagulants (cours infirmier DPC).

La surveillance et les gestes d’urgence

La surveillance du risque hémorragique par l’infirmier passe aussi par l’éducation thérapeutique du patient, notamment en l’informant des risques (par exemple, en lui conseillant d’éviter de pratiquer un sport violent).
En cas d’hémorragie majeure sous anticoagulants, en attendant les urgentistes, l’infirmier peut préparer un bilan. Cela fait partie de la prise en charge infirmière des patients sous anticoagulants.

 

Certaines actions peuvent être réalisées pendant ce laps de temps :

  • geste d’hémostase par compression manuelle (si possible) ;
  • surélever les membres inférieurs du patient s’il est allongé ;
  • placer le patient en position demi-assise en cas de difficultés respiratoires ;
  • utiliser un masque à oxygène haute concentration ;
  • administration d’une voie veineuse périphérique au minimum avec 500 ml de sérum physiologique.

Bon à savoir

En attendant le SMUR, il est conseillé de prendre la tension artérielle, le pouls, la fréquence respiratoire et de vérifier l’état de conscience du patient.

Une fois à l’hôpital, les AVK sont arrêtés, l’INR est pris en urgence et le traitement est mis en route sans attendre les résultats. Un geste hémostatique chirurgical ou endoscopique est parfois nécessaire.

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

La gestion d'un accident hémorragique non majeur

Lorsque l’hémorragie est non majeure, c’est-à-dire qu’elle ne répond pas à au moins un critère de l’accident hémorragique grave, la surveillance et les gestes ne sont pas les mêmes :

  • prise en charge ambulatoire ;
  • mesure de l’INR réalisé en urgence ;
  • mesures de correction de l’INR identiques en cas de surdosage ;
  • recherche de la cause de saignement ;
  • recherche et correction d’un surdosage.

Bon à savoir

Des actes invasifs à risques hémorragiques faibles peuvent être réalisés sous AVK en l’absence de surdosage (par exemple, une chirurgie de cataracte, un geste bucco-dentaire, une chirurgie cutanée ou une endoscopie digestive ou bronchique).

Bien qu’elle soit mineure, une hémorragie soulève certaines questions :

  • s’assurer que le traitement anticoagulant est toujours indiqué ;
  • vérifier la balance bénéfices-risques du traitement anticoagulant ;
  • vérifier si les comorbidités et si les médicaments associés ont changé ;
  • discuter de l’arrêt définitif des médicaments ;
  • se demander si l’accident n’aurait pas pu être évité ;
  • essayer de mettre en place des mesures correctives.

Il ne faut pas négliger le risque de thrombopénie induite par héparine (TIH), même si c’est une complication rare. La thrombopénie induite par héparine peut survenir quels que soient la posologie et le mode d’administration. 

Astuce

Notre fiche IDE des HBPM reprend les éléments essentiels à connaître sur les HBPM et les héparines.

 Besoin de plus d’informations sur les anticoagulants et d’un cours infirmier ? Notre formation infirmière Anticoagulants en ligne vous aide à développer vos connaissances des traitements anticoagulants et de la surveillance infirmière, et à améliorer la prise en charge de vos patients sous anticoagulants !

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Téléchargez le programme de la formation Anticoagulants en PDF

Programme formation Anticoagulants

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

La formation du clou plaquettaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

Deuxième temps fort de l’hémostase primaire, le clou plaquettaire joue un rôle essentiel dans la coagulation du sang. Il favorise l’accumulation et l’agrégation des plaquettes sanguines dans la zone vasculaire lésée, ceci afin de boucher la brèche et d’éviter tout risque hémorragique. Les patients sous anticoagulants, cependant, peuvent avoir des problèmes de coagulation, augmentant le risque d’hémorragies internes ou externes. C'est pourquoi la surveillance des patients sous anticoagulants est importante. 
Retour sur le rôle et les étapes de la formation du clou plaquettaire.

Lire l'article

Liste des antiagrégants plaquettaires pour les infirmiers

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Les antiagrégants plaquettaires sont souvent regroupés sous le terme d’anticoagulants, mais ils n’ont pas exactement la même action que ces derniers. Un traitement d’antiagrégant plaquettaire permet d'éviter qu'il n'y ait une agrégation des plaquettes dans le sang (au niveau de la circulation artérielle) et la formation d’un thrombus. L’aspirine est l’antiagrégant plaquettaire le plus connu, mais il existe d’autres médicaments (Plavix, Duoplavin, etc.).

 

L’infirmier doit obligatoirement connaître les précautions à prendre pour un antiagrégant plaquettaire : indication, effets indésirables, contre-indications, liste des médicaments et surveillance IDE.
Retrouvez toutes les informations à savoir sur le suivi d’un patient sous antiagrégant plaquettaire et la fiche IDE."

Lire l'article

TP & INR : normes et calcul

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

Le TP (taux de prothrombine) et l’INR (International Normalized Ratio) sont les deux examens de référence à réaliser pour les patients sous antivitamine K (AVK). Les AOD, quant à eux, ne requièrent pas la mesure du TP ou de l’INR, et sont plus simples à surveiller. Fonctionnement du TP et de l'INR, norme, calcul, surveillance des AVK, etc. Toutes les informations utiles sont ici !

Lire l'article

Étapes et rôle de l'hémostase primaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

La coagulation sanguine peut être divisée en deux parties : l’hémostase primaire et l’hémostase secondaire. L’hémostase primaire est elle-même composée de deux phases : le spasme vasculaire et le clou plaquettaire. De l’hémostase primaire à la fibrinolyse, en passant par l’hémostase secondaire, chaque étape de la coagulation du sang est nécessaire afin d’éviter l’accident hémorragique ou thrombotique.
Approfondissez vos connaissances de l’appareil cardiovasculaire, de la surveillance infirmière et des anticoagulants avec la formation infirmière à distance de Walter Santé.

Lire l'article