L'hémostase primaire, qu'est-ce que c'est ?

blog

Santé

Infirmier

Anticoagulants

L'hémostase primaire

Étapes et rôle de l'hémostase primaire

|

7 min

|

Par Alphonse Doutriaux

La coagulation sanguine peut être divisée en deux parties : l’hémostase primaire et l’hémostase secondaire. L’hémostase primaire est elle-même composée de deux phases : le spasme vasculaire et le clou plaquettaire. De l’hémostase primaire à la fibrinolyse, en passant par l’hémostase secondaire, chaque étape de la coagulation du sang est nécessaire afin d’éviter l’accident hémorragique ou thrombotique.
Approfondissez vos connaissances de l’appareil cardiovasculaire, de la surveillance infirmière et des anticoagulants avec la formation infirmière à distance de Walter Santé.

Sommaire

  • Qu'est-ce que l'hémostase ?
  • Le rôle de l'hémostase primaire dans la coagulation
  • Le spasme vasculaire
  • La composition du vaisseau sanguin
  • Se former aux anticoagulants avec Walter Santé
  • Téléchargez le programme de la formation Anticoagulants en PDF

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Qu'est-ce que l'hémostase ?

Dans l’organisme, il y a un équilibre continu entre la coagulation du sang et la fibrinolyse. Cet équilibre permet au sujet de ne pas faire de thrombose ni d’hémorragie : le système de coagulation évite de faire une hémorragie et le système de la fibrinolyse de faire une thrombose (un caillot). Cependant, en cas de blessure, le système de l’hémostase est sollicité afin de réparer la plaie en évitant l'accident hémorragique ou thrombotique.

 

L’hémostase est divisée en trois étapes :

 

  1. l’hémostase primaire qui correspond à la formation du clou plaquettaire ;
  2. l’hémostase secondaire qui correspond à la coagulation qui permet de créer le caillot de fibrine insoluble ;
  3. la fibrinolyse qui correspond à la dissolution du caillot.

Bon à savoir

À l'étape de fibrinolyse, une thrombose survient lorsque le caillot n’est pas dissout. C’est une anomalie de l’hémostase. L’équilibre de la coagulation sanguine et de la fibrinolyse peut être perturbé.

img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

Le rôle de l'hémostase primaire dans la coagulation

L’hémostase proprement dite est donc divisée en deux parties : l’hémostase primaire et l’hémostase secondaire. Le fonctionnement de l’hémostase secondaire correspond à la coagulation sanguine proprement dite

 

L’hémostase primaire, quant à elle, est composée du spasme vasculaire qui permet, ensuite, la formation du clou plaquettaire. Son rôle consiste à favoriser l’accumulation de plaquettes sanguines, réduisant ainsi la perte de sang en cas de plaie. La seconde partie de l’hémostase primaire, la formation du clou plaquettaire (ou thrombus blanc) crée une fine membrane permettant d’obturer la plaie vasculaire.

 

En gardant l'exemple d'une plaie vasculaire, il est possible de résumer l’hémostase en distinguant deux parties :

  • la partie qui concerne les plaquettes sanguines (hémostase primaire): l’adhésion des plaquettes entre elles entraîne l’agrégation plaquettaire réversible (le clou plaquettaire) ;
  • la partie constituée de l’activation du facteur XII (voie endogène) et de la libération du facteur tissulaire (voie exogène), ce qui crée la thrombine, puis la fibrine.

C'est la conjonction de l’agrégation des plaquettes et de la fibrine qui crée le caillot irréversible. Ces deux mécanismes tentent de combler la plaie. En réalité, ils sont plus complexes, car ils entraînent une cascade des facteurs de coagulation, composée de 13 facteurs de coagulants sanguins.

Important

Il est important de distinguer ces deux parties de la coagulation du sang, car les médicaments anticoagulants agissent différemment sur l’une et l’autre.

Le spasme vasculaire

L’hémostase primaire se divise en deux étapes : le spasme vasculaire et le clou plaquettaire. Le spasme vasculaire correspond à une vasoconstriction locale, à l’endroit où se situe la plaie ou le dommage vasculaire, entraînant une diminution du flux sanguin, permettant de réduire la perte de sang et d’éviter l’hémorragie

 

L’écoulement du sang est stoppé dans les petits vaisseaux et diminué dans les plus grands vaisseaux sanguins. Ce phénomène favorise également l’accumulation de plaquettes sanguines et l’activation des facteurs de coagulation. L’agrégation des plaquettes sanguines entraîne, par la suite, la formation du clou plaquettaire (thrombus blanc).

 

Le spasme vasculaire intervient rapidement, entre 15 et 60 secondes en moyenne, et dure relativement longtemps, de 20 à 30 minutes. Plusieurs facteurs interviennent et favorisent le spasme vasculaire :

  • l’atteint du muscle en lui-même ;
  • l’activité des nocicepteurs (ce sont les récepteurs de la douleur) ;
  • la libération de sérotonine et de calcium (5-HT et 5-hydroxytryptamine).

Rappel

Pour résumer, nous pouvons dire que le spasme vasculaire est une contraction du vaisseau sanguin endommagé. Celui-ci diminue son diamètre afin de diminuer les pertes de sang et de réduire le flot à l’endroit lésé, tout en accélérant l’accumulation de plaquettes sanguines et de facteurs de coagulations.

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

La composition du vaisseau sanguin

Au cours de l’hémostase, le vaisseau sanguin est sollicité, notamment au moment du spasme vasculaire. Le vaisseau sanguin est composé de plusieurs parties.

  • L’endothélium est la couche la plus interne, monocellulaire, composée des cellules endothéliales. Ces cellules sont impliquées dans la fluidité du sang, elles sécrètent certaines substances : la prostacycline (PGI2) et l’oxyde nitrique (le monoxyde d’azote, NO). En cas de lésion vasculaire, les cellules endothéliales libèrent le facteur de Willebrand.
  • La couche sous-endothéliale contient du collagène qui permet d’agglutiner les plaquettes sanguines entre elles en cas de brèche vasculaire.
  • La couche musculaire est composée de cellules musculaires lisses qui se contractent et permettent de réduire le débit du sang (sur une zone locale), ce qui diminue le flot sanguin et favorise l’accumulation des plaquettes.

Bon à savoir

Le vaisseau sanguin est composé, en plus de ces 3 couches, de tissu conjonctif et d’élastique interne.

Se former aux anticoagulants avec Walter Santé

Vous cherchez une formation infirmière à distance ? Walter Santé vous propose une formation Anticoagulants à distance axée sur la surveillance des patients sous anticoagulants. Financée par le DPC et le FIF PL, elle s’adresse aux infirmiers et infirmières en activité ou qui ont le projet de s’installer en cabinet libéral.

 

Consolidez vos connaissances et approfondissez votre maîtrise de la surveillance et de l’administration des anticoagulants à l’aide de cette formation infirmière en ligne. Le programme se compose de 4 parties :

  • l’appareil cardiovasculaire ;
  • les méthodes de fluidification du sang ;
  • le rôle de l’infirmier et la sécurisation de la prise d’anticoagulants ;
  • les complications liées aux traitements anticoagulants.

Bon à savoir

Vous étudierez, entre autres, l'anatomie de l’appareil cardiovasculaire, la traçabilité du dossier patient, les documents administratifs importants, l’éducation thérapeutique du patient, la surveillance de l’hémostase et le bilan sanguin, les différents médicaments et les principales maladies cardiovasculaires. Découvrez sans tarder notre formation continue infirmière en ligne.

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Téléchargez le programme de la formation Anticoagulants en PDF

Programme formation Anticoagulants

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

TP & INR : normes et calcul

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

Le TP (taux de prothrombine) et l’INR (International Normalized Ratio) sont les deux examens de référence à réaliser pour les patients sous antivitamine K (AVK). Les AOD, quant à eux, ne requièrent pas la mesure du TP ou de l’INR, et sont plus simples à surveiller. Fonctionnement du TP et de l'INR, norme, calcul, surveillance des AVK, etc. Toutes les informations utiles sont ici !

Lire l'article

Fiche infirmier des anticoagulants oraux directs

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Toutes les informations essentielles sur les anticoagulants oraux directs (fiche IDE) sont dans cet article ! Retrouvez les caractéristiques des AOD et des AVK (d’après la HAS), la définition de ces traitements, les posologies et les indications, mais aussi les critères de choix entre un AVK et un AOD (ex-NACO).
Et si vous avez besoin d’améliorer le suivi de vos patients qui ont une maladie cardiovasculaire, nous vous proposons des cours infirmiers anticoagulants, avec une formation financée par le DPC ou le FIF PL.

Lire l'article

Anticoagulants oraux : tableau des médicaments pour infirmiers

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Les anticoagulants oraux sont prescrits en cas de maladie cardiovasculaire, et plus particulièrement pour éviter la formation de caillots sanguins et prévenir ou traiter les accidents thromboemboliques. Ce cours infirmier anticoagulant résume les informations essentielles à retenir pour améliorer et maîtriser la surveillance de vos patients sous AVK ou AOD, grâce à notre tableau anticoagulant infirmier.

Lire l'article

La surveillance du risque hémorragique chez le patient sous anticoagulants

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

26 Juin 2023

L’accident hémorragique est le principal risque chez le patient sous anticoagulants. L’infirmier doit donc assurer une surveillance attentive, en vérifiant les signes d’hémorragie, et plus particulièrement d’accident hémorragique grave (même si l’hémorragie non grave doit aussi être surveillée).

Cet article reprend les informations contenues dans notre formation infirmier anticoagulants : signes d'une hémorragie, gestion de l’accident hémorragique majeur (critères, surveillance et gestes d’urgence) et gestion de l’accident hémorragique non majeur.

Lire l'article