Liste des antiagrégants plaquettaires : fiche infirmier

blog

Santé

Infirmier

Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires

Liste des antiagrégants plaquettaires pour les infirmiers

|

6 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Les antiagrégants plaquettaires sont souvent regroupés sous le terme d’anticoagulants, mais ils n’ont pas exactement la même action que ces derniers. Un traitement d’antiagrégant plaquettaire permet d'éviter qu'il n'y ait une agrégation des plaquettes dans le sang (au niveau de la circulation artérielle) et la formation d’un thrombus. L’aspirine est l’antiagrégant plaquettaire le plus connu, mais il existe d’autres médicaments (Plavix, Duoplavin, etc.).

 

L’infirmier doit obligatoirement connaître les précautions à prendre pour un antiagrégant plaquettaire : indication, effets indésirables, contre-indications, liste des médicaments et surveillance IDE.
Retrouvez toutes les informations à savoir sur le suivi d’un patient sous antiagrégant plaquettaire et la fiche IDE."

Liste des antiagrégants plaquettaires

+ de 600 téléchargements

Partager sur :

Qu’est-ce qu’un antiagrégant plaquettaire (AAP) ?

Un antiagrégant plaquettaire est un médicament qui empêche l’agrégation des plaquettes (les thrombocytes) et qui permet d’éviter la formation de caillots et/ou de thrombose au niveau des vaisseaux sanguins. Les antiagrégants plaquettaires sont actifs dans la circulation sanguine, et plus particulièrement la circulation artérielle. Ils permettent de modifier le comportement des plaquettes en réduisant leur agrégation (d’où le nom “d’antiagrégant”) au moment de l’hémostase. Le temps de saignement est allongé, mais cela augmente le risque d’hémorragie.

 

Ils n’ont pas exactement la même fonction que les anticoagulants, médicaments qui empêchent la coagulation du sang, car les antiagrégants plaquettaires sont d’abord effectifs sur les plaquettes (en diminuant leur agrégation), ce qui entraîne, par la suite, une réduction de la coagulation sanguine.

 

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre tableau des anticoagulants oraux et notre fiche IDE des anticoagulants. Le délai d’action d’un antiagrégant plaquettaire est de 24h à 48h (imprégnation longue). L’aspirine est un traitement antiagrégant plaquettaire souvent utilisé, mais il existe d’autres médicaments antiagrégants.

img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

Les principaux médicaments

Les antiagrégants plaquettaires (AAP) regroupent plusieurs médicaments :

 

  • l’aspirine (KARDEGIG®, RESITUNE® et PROTECT®) ;
  • les inhibiteurs des récepteurs P2Y12 (PLAVIX®, EFFIENT®, BRILIQUE®) ;
  • l’association de l’aspirine et d’un inhibiteur des récepteurs P2Y12 (DUOPLAVIN®).

Un médicament anti agrégant agit sur les différentes phases de la coagulation. L’aspirine est utilisée à la fois sous indication médicale, mais aussi en automédication, toujours avec précaution. Ce médicament fait partie de la famille des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). C'est pourquoi il peut ainsi être utilisé pour son action anti-plaquettaire, anti-inflammatoire, antipyrétique et antalgique. L’utilisation de l’aspirine en prévention primaire pour les coronaropathies et les AVC chez les sujets à risque est de plus en plus discutée.

 

Quelles sont les indications des antiagrégants plaquettaires ? Les antiagrégants plaquettaires doivent être prescrits en prévention secondaire pour traiter les pathologies athéromateuses :

 

  • les coronaropathies (angor, infarctus du myocarde, syndrome coronarien aigu) ;
  • l'athérome cérébral ;
  • après une angioplastie avec pose de stent

Si vous avez besoin d’informations sur les antithrombotiques, n’hésitez pas à consulter notre fiche IDE des antithrombotiques.

Les précautions à observer

Au moment de la prescription et de la prise d’un traitement antiagrégant plaquettaire, il est important de connaître et de faire attention aux effets indésirables, sans oublier d’en informer le patient.

 

Voici une liste des principaux effets indésirables des antiagrégants plaquettaires :

 

  • bourdonnement d’oreilles, céphalées, baisse de l’audition ;
  • ulcère, douleurs abdominales, hémorragies patentes ou occultes ;
  • syndrome hémorragique ;
  • retard d’hémostase ;
  • destruction des plaquettes et des globules blancs ;
  • hypersensibilité (œdème de Quincke, asthme, urticaire, anaphylaxie).

Il y a des contre-indications à la prescription d’un antiagrégant plaquettaire :

 

  • ulcère gastroduodénal évolutif ;
  • maladies hémorragiques ou risque hémorragique ;
  • allergie connue à la molécule.

Il faut également être prudent face aux interactions médicamenteuses, notamment entre les AINS et les anticoagulants.

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

L’aspirine a des effets indésirables connus :

 

  • inhibition de la synthèse du thromboxane 2 et diminution de la production de mucus gastrique (saignements et intolérances gastriques) ;
  • anémie ferriprive par saignement occulte, épistaxis et gingivorragies ;
  • augmentation du temps de saignement ;
  • allergies ;
  • syndrome de Widal (association de l’asthme, la polypose nasale et l’allergie à l’aspirine).

Les contre-indications absolues à la prescription d’aspirine sont les mêmes que pour les autres antiagrégants plaquettaires. L’aspirine ne peut pas être associée aux AINS et aux autres AAP en cas de risque hémorragique ; aux ARA2 en cas de risque d’insuffisance rénale ; ni au Méthotrexate, ce qui a pour risque d’augmenter le taux de toxicité.

La surveillance infirmière des antiagrégants plaquettaires

La surveillance d’un antiagrégant plaquettaire ne nécessite pas de surveillance biologique ou, éventuellement, une surveillance du taux de plaquettes.

 

Quel que soit le médicament antiagrégant utilisé (par exemple, de l'aspirine Kardegic), une surveillance IDE doit être attentive à deux points :

 

  • la surveillance des effets indésirables ;
  • la surveillance des signes hémorragiques : pâleurs, sueurs, malaise, hypotension artérielle, tachycardie et bradycardie, etc.

 

Il peut être utile de surveiller le temps de saignement. Il ne faut pas oublier, comme nous venons de le rappeler sur l’antiagrégant plaquettaire et sa fiche IDE, que le temps d'imprégnation est long (entre 24 et 48 heures).

 

Vous cherchez un cours infirmier anticoagulant ? Notre formation Anticoagulants vous aide à développer vos connaissances des maladies cardiovasculaires et, plus particulièrement, la surveillance des patients sous anticoagulants. Notre cours infirmier anticoagulant dure 9 heures et peut être financé avec le DPC (Développement Professionnel Continu) ainsi que le FIF PL. Il vous permet d’améliorer l’accompagnement de vos patients sous traitement d’anticoagulant et de consolider vos connaissances à ce sujet.

 

Afin de vous permettre de maîtriser le suivi de vos patients sous anticoagulants, la formation se divise en quatre parties : l’appareil cardiovasculaire, les méthodes de fluidification du sang, le rôle de l’infirmier et la sécurisation de la prise d’anticoagulants, et les complications liées aux traitements des anticoagulants.

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Téléchargez la liste des antiagrégants plaquettaires en PDF

Programme formation Anticoagulants

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Liste des antiagrégants plaquettaires

Liste des antiagrégants plaquettaires

+ de 600 téléchargements

Liste des antiagrégants plaquettaires

+ de 600 téléchargements

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Anticoagulants oraux : tableau des médicaments pour infirmiers

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Les anticoagulants oraux sont prescrits en cas de maladie cardiovasculaire, et plus particulièrement pour éviter la formation de caillots sanguins et prévenir ou traiter les accidents thromboemboliques. Ce cours infirmier anticoagulant résume les informations essentielles à retenir pour améliorer et maîtriser la surveillance de vos patients sous AVK ou AOD, grâce à notre tableau anticoagulant infirmier.

Lire l'article

Fiches infirmier sur les traitements anticoagulants

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

5 Juin 2023

Les anticoagulants sont des traitements efficaces, mais qui nécessitent une prise en charge et un suivi régulier. Sous le nom d’anticoagulants, différents médicaments sont regroupés (AVK, AOD, aspirine, héparine, etc.). Retrouvez toutes les informations essentielles sur les anticoagulants : liste de recommandations, fiches IDE, fonctionnement, suivi et risques associés.

Lire l'article

Étapes et rôle de l'hémostase secondaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

L’hémostase est un processus physiologique qui se divise en trois étapes : l’hémostase primaire, l’hémostase secondaire et la fibrinolyse. L’hémostase secondaire correspond à la coagulation proprement dite, qui renforce le travail réalisé par l’hémostase primaire et qui permet la formation du caillot sanguin.
Dans cet article, découvrez le déroulement de l’hémostase secondaire, avec ses facteurs de coagulation et ses inhibiteurs, et approfondissez le sujet avec notre formation infirmier Anticoagulants ! Cette formation pour infirmière peut être financée par le DPC et le FIF PL.

Lire l'article

Mode d'action et surveillance des anti-vitamines K

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

31 Juillet 2023

Si la coagulation sanguine est un processus naturel qui consiste à protéger le corps de diverses situations après des blessures, elle devient dangereuse lorsque la circulation sanguine ne s’établit pas correctement. Pour prévenir les risques de coagulation, l’intervention de certains anticoagulants est nécessaire :

  • ​​les anti-vitamines K (AVK), qui bloquent la fabrication des facteurs de coagulation ;
  • les anticoagulants oraux directs, qui eux, paralysent l’activation des facteurs de coagulation ;
  • l’héparine ( et HNF), qui permettent de dissoudre les caillots sanguins.

Retrouvez ici la fiche IDE constituée des informations concernant les anti-vitamines K. Quelles sont les indications pour l’administration d’anti-vitamines K ? Quelle est la posologie du traitement ? Quels sont les médicaments utilisés lors d’un traitement par AVK ? Quels facteurs peuvent entrer en interaction avec les médicaments anti-vitamines K ? 

Cet article vous propose certains éléments de réponse, à compléter avec une pour améliorer la prise en charge de vos patients au quotidien.

Lire l'article