blog

Santé

Infirmier

Diagnostic infirmier et BSI

BSI et diagnostic infirmier

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Les diagnostics sont indispensables pour le bilan de soins infirmiers. Ils permettent d’identifier le niveau de dépendance d’un patient et les problèmes liés à sa maladie.

 

Le diagnostic infirmier et le diagnostic du médecin doivent être pensés en tant que démarches complémentaires, au sein de la coordination des pratiques médicales. Comment faire un diagnostic infirmier pour le BSI ? Comment se déroule l’entretien avec le patient ? Comment diagnostiquer les patients dépendants ? On répond à vos questions.

Les diagnostics dans le BSI

Vous vous demandez ce qu’est un diagnostic infirmier, sa définition, son fonctionnement et son utilité au sein du bilan de soins infirmiers ? Pour faire un BSI infirmier, il est impossible de passer à côté des diagnostics. Ils vous permettent d’établir votre plan de soins et de l’élaborer avec précision, en évaluant le niveau de dépendance de votre patient. Ce sont des outils indispensables pour identifier les problèmes d’un patient et ses difficultés quotidiennes face à la maladie ou à sa situation de dépendance (personne âgée, par exemple).

 

Ces diagnostics, comme le BSI infirmier, doivent être pensés en coordination avec les médecins et, plus particulièrement, le médecin traitant. Bien que la prise en charge infirmière ne soit pas la même que celle du médecin, ces deux pratiques sont complémentaires et assurent la continuité des soins. 

 


Au sein même du BSI, on différencie la pratique du médecin, qui cherche à soigner la maladie du patient, tandis que l’infirmier et l’infirmière prennent soin du patient.

Bon à savoir

Dans la formation continue infirmier, on distingue ainsi le “to cure” (guérir) du traitement médical, au “to care” (prendre soin de) des soins infirmiers.

Dans le bilan de soins infirmiers, le diagnostic infirmier se divise en 3 sections par ordre d’importance :

  1. les problèmes réels ;
  2. les problèmes potentiels ;
  3. les problèmes possibles.


Cette hiérarchie est au cœur du diagnostic infirmier et des objectifs de soins, afin d’avoir une démarche préventive efficace et d’éviter que les problèmes du patient ne s’aggravent.


Ces diagnostics sont donc nécessaires au BSI infirmier, puisqu’ils permettent de poser par écrit ses pensées et son plan de soins, et ce de manière automatisée (avec les cases à cocher). Ainsi, il est plus simple de définir les soins infirmiers nécessaires pour un patient, de le faire avancer et de lui donner les clés pour dépasser les difficultés qu’il rencontre au quotidien dans sa maladie ou sa dépendance.

 

Pour approfondir le sujet, découvrez notre formation BSI en ligne, dispensée par Sébastien Capdeville, cadre infirmier et formateur depuis 2016.

Maîtrisez le Bilan de Soin Infirmier

Notre formation complète sur le BSI : compréhension de la logique de l’outil, maîtrise pratique, formalisation d’une démarche et d’un plan de soins infirmiers.

Découvrir la formation
img test

Dissocier autonomie et dépendance

Il est très important de réussir à faire la différence entre la notion d’autonomie et la notion de dépendance pour faire un BSI infirmier. Ces deux notions doivent être acquises au cours de la formation infirmier. Le bilan de soins infirmiers est un outil d’évaluation du niveau de dépendance d’un patient qui permet de mettre en place les soins nécessaires pour améliorer la qualité de vie de la personne. Pour un infirmier, il est donc indispensable de comprendre ce qu’est l’autonomie et ce qui correspond à la dépendance.

L'autonomie d'un patient

Une personne est autonome quand elle peut penser seule, réfléchir à ce qu’elle doit faire et comment elle peut le faire. Mais elle est aussi autonome lorsqu’elle est capable, physiquement, de bouger et de réaliser des actions. Il existe donc deux autonomies qui peuvent être distinctes : l’autonomie intellectuelle et l’autonomie physique. Lorsqu’une personne dispose des deux, elle peut vivre d'elle-même. Mais il peut y avoir perte d’une seule autonomie, intellectuelle ou physique. Dès lors, une situation de dépendance (physique ou intellectuelle) survient.

La dépendance d'un patient

Une personne peut être dépendante de plusieurs manières. Il n’y a pas de dépendance unique et c’est en cela que le BSI est utile ; pour comprendre la situation de dépendance d’un patient, selon sa maladie, son degré d’autonomie, ses perspectives d’avenir, etc. Par exemple, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer et une personne en fauteuil roulant n’ont pas la même dépendance.

 


Il existe des dépendances permanentes (personne tétraplégique, maladie d’Alzheimer…) et des dépendances partielles (période de convalescence, récupération après un accident, etc.). Le BSI intervient à ce moment pour diagnostiquer le type de dépendance. À ce propos, l’avenant 8 de la Convention médicale prévoit d’étendre le BSI à l’ensemble des patients dépendants, à partir d’avril 2023. 

 


Les principaux critères pour évaluer la dépendance du patient dans votre diagnostic infirmier sont :

  • la limitation d’activités ;
  • la restriction de participation aux activités ;
  • les déficiences liées au handicap ;
  • les déficiences liées au cadre ou au rythme de vie.

 

Ces critères se retrouvent dans la grille SEGA du bilan de soins infirmiers et permet de justifier les soins mis en place.

L'entretien et l'examen du patient

Les soins infirmiers mis en place pour un patient dépendent du diagnostic réalisé. Celui-ci se décompose en deux parties : l’entretien clinique et l’examen physique.

L'entretien clinique

L’entretien clinique est un entretien thérapeutique où vous récoltez un maximum d’informations sur le patient, son environnement et sa maladie. Cet entretien est subjectif, mais il constitue tout de même 70 % des informations d’un diagnostic.

 

Pour faire un entretien clinique complet, vous pouvez orienter vos questions en 3 grands points :

  1. l’identité du patient : où vous posez les premières questions sur sa maladie et pour savoir pourquoi il fait appel à vous ;
  2. les risques et l’environnement du patient : l’état physique du patient, son état psychologique, ses habitudes de vie, sa situation financière, etc. ;
  3. le point sur l’état de santé du patient : quel est son état à ce jour, ses ressentis, son problème principal (celui que vous devez traiter en priorité) et ses attentes.

 

Vous ne devez pas négliger le rôle de l’aidant (son apport positif, mais aussi négatif) et l’environnement (le domicile) du patient. Pensez également à recueillir les données sur la maladie du patient (histoire, antécédents familiaux, antécédents médicaux, etc.).

L'examen physique

L’examen physique est complémentaire à l’entretien clinique. Il est objectif et donne des chiffres concrets, mais il n’apporte que 30 % des informations sur le patient et sa maladie ou sa dépendance.

 

Il se divise en deux parties :

  1. les données biologiques : les mesures, les constantes (taille, poids, pulsations...) et vos surveillances (éruptions cutanées, plaies, etc.) ;
  2. les tests : les tests du BSI, de nutrition et de MNA, les tests cutanés, de douleurs ou pour les diabétiques, le test up and go, les 14 besoins de Virginia Henderson et d'autres, pour vous aider à déterminer le niveau de dépendance du patient.

 

Avec l’entretien et l’examen physique du patient, votre diagnostic de soins infirmiers est complet et peut être intégré au BSI infirmier.

Maîtrisez le Bilan de Soin Infirmier

Notre formation complète sur le BSI : compréhension de la logique de l’outil, maîtrise pratique, formalisation d’une démarche et d’un plan de soins infirmiers.

Découvrir la formation
img test

Sur le même thème

Le traitement infirmier des escarres

Hippolyte Le Dem

|

2 Mars 2022

L'escarre est une plaie profonde qui, classée en quatre stades, peut être traitée différemment en fonction de la gravité de l'atteinte du tissu. Elle survient principalement chez les personnes âgées, que ce soit accidentellement, dans le cadre d'une maladie neurologique ou d'une pathologie en phase terminale. Elle fait partie des plaies auxquelles vous pouvez être confronté.e en tant qu'infirmier.ère.

Découvrez les spécificités du traitement infirmier des escarres.

Lire l'article

Quels aliments favoriser pour une bonne cicatrisation ?

Hippolyte Le Dem

|

18 Juin 2021

La cicatrisation de la peau consiste en un ensemble de phénomènes physiologiques complexes qui mènent au rétablissement d’une plaie. Le temps nécessaire au processus de cicatrisation varie en fonction du degré de la plaie et de la profondeur de la lésion. Quels aliments favoriser pour une bonne cicatrisation ? Quel est le rôle tenu par les infirmiers dans ce choix d'aliments ? Nous vous donnons toutes les clefs pour une cicatrisation rapide.

 

Lire l'article

L'accompagnement de la famille en soins palliatifs

Hippolyte Le Dem

|

28 Mars 2022

La prise en charge d’un patient n’englobe jamais uniquement l’individu qu’il représente. Un patient apporte son histoire, ses croyances, ses peurs, mais aussi son entourage. Accompagner un patient en soins palliatifs dans le respect le plus total, c’est aussi accompagner ses proches. Comment assurer un accompagnement familial optimal ? Nous évoquons trois aspects essentiels.

Lire l'article

Comment évaluer les besoins du patient en soins palliatifs ?

Hippolyte Le Dem

|

31 Mars 2022

En 1979, l’infirmière américaine Jean Watson expose le concept du « caring », ou théorie des besoins de la personne soignée, devenu le fondement de la démarche soignante. Le besoin est une notion fondamentale des soins palliatifs. Pour une prise en charge optimale du patient, le soignant doit pouvoir évaluer les besoins de celui-ci pour adapter au mieux ses actes de soin. À cette fin, il peut s’appuyer sur la théorie de Jean Watson.

Lire l'article