blog

Santé

Infirmier

PRADO

Fiche IDE : les bêtabloquants

Les bêtabloquants : fiche IDE

|

4 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Les formations infirmières à distance ne peuvent pas faire l’impasse sur ces substances pharmacologiques essentielles que sont les bêtabloquants. Voici une fiche infirmier afin de réunir les informations nécessaires à la bonne prise en charge des patients.

Partager sur :

Mécanisme d'action des bêtabloquants

Les bêtabloquants diminuent le travail du cœur en agissant sur la contractilité de la fibre myocardique. Ils abaissent le seuil de travail du cœur pour prévenir les excès d’effort cardiaque.

 

Les bêtabloquants sont des substances pharmacologiques antagonistes des récepteurs bêta-adrénergiques : ils bloquent les récepteurs bêta-adrénergiques des cellules musculaires myocardiques du nœud sinusal.

Bon à savoir

Ils ont donc un effet antiarythmique. Complétez vos connaissances à ce sujet grâce la fiche IDE sur les antiarythmiques.

Les principaux médicaments

Il existe des bêtabloquants cardio-sélectifs (qui inhibent les effets de la stimulation des récepteurs adrénergiques bêta1) ou non cardio-sélectifs (avec action antagoniste de la stimulation bêta-adrénergique bêta1 et bêta2).

 

Ils ont tous une terminaison en -ol. Cette fiche infirmier reprend la liste des bêtabloquants : 

 

  • Acebutolol (Sectral®)
  • Aténolol (Ténormine® et Bétatop®)
  • Bisoprolol (Bisoce®, Cardensiel®, Détensiel®)
  • Carvédilol (Krédex®)
  • Céliprolol (Célectol®)
  • Nébivolol (Nébilox® et  Témérit®)
  • Propanolol (Avolcardyl® et Karnodyl®)
  • Tertatolol (Artex®)
  • Sotalol (Sotalex®).
img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Indications

Les indications des bêtabloquants sont plutôt nombreuses ; cette fiche IDE synthétise les principales. Il est nécessaire d’administrer des bêtabloquants en cas de :

 

  • insuffisance cardiaque (dont l’une des manifestations en insuffisance aiguë est l’œdème aigu du poumon) ;
  • insuffisance coronarienne ;
  • tachycardie infarctus du myocarde ;
  • hypertension artérielle ;
  • troubles du rythme ;
  • prévention des syndromes coronariens aigus, de la crise d’angor ;
  • stress, tremblement ;
  • prévention des hémorragies digestives ;
  • hyperthyroïdie.

Contre-indications et effets indésirables

Cette fiche mémo IDE reprend la longue liste de contre-indications des bêtabloquants (outre l'allergie) : 

 

  • BAV de haut degré non appareillé ;
  • asthme, bronchite chronique obstructive ;
  • syndrome de Raynaud ;
  • bradycardie < 45/min ;
  • insuffisance cardiaque non contrôlée ;
  • choc cardiogénique ;
  • spasme coronaire ;
  • diabète (pour ne pas masquer les signes d’hypoglycémie).

Quant aux effets indésirables des bêtabloquants, la liste est aussi vaste : 

 

  • insuffisance cardiaque ;
  • bradycardie excessive ;
  • BAV ;
  • hypotension ;
  • asthme, spasme bronchique ;
  • hypoglycémie ;
  • altération du sommeil, insomnie, cauchemars ;
  • asthénie, essoufflement ;
  • troubles de la libido ;
  • gastralgie, nausées, vomissements, diarrhée.
img test
Formations Santé

Découvrez nos formations DPC à destination des professionnels : Infirmiers(ères), Médecins Généralistes, Masseurs-kinésithérapeutes et Chirurgiens-dentistes.

Découvrir les formations

Surveillance infirmière des bêtabloquants

La surveillance, après administration de bêtabloquants, suppose que : 

 

  • l’on mesure la fréquence cardiaque, pour rechercher une bradycardie excessive (dont le risque est majoré en cas de co-traitement ralentisseur de la fréquence cardiaque) ;
  • l’on observe les signes respiratoires ;
  • l’on note la pression artérielle pour écarter l’hypotension ;
  • l’on utilise systématiquement des ECG, pour éviter les complications coronariennes ;
  • l’on guette la diminution des signes congestifs (dyspnée, oedème des membres inférieurs).

Cette fiche mémo IDE considère qu'il est également envisageable de prodiguer les conseils suivants au patient et à son entourage proche :

 

  • choisir un sevrage progressif et éviter un arrêt brutal du traitement pour éviter l’effet rebond ;
  • éviter une consommation importante d’alcool ;
  • pour les cas particuliers des patients diabétiques ou asthmatiques, inciter respectivement  à la surveillance d’une hypoglycémie ou d’une obstruction respiratoire.

Partager sur :

Sur le même thème

La classification GOLD BPCO

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

18 Juillet 2022

La BPCO, ou bronchopneumopathie chronique obstructive, est une inflammation respiratoire grave et dégénérescente. Pour la prévenir, l'arrêt du tabac est le meilleur conseil à donner au patient. D'autres changements d'habitude peuvent entrer en jeu pour éviter une nouvelle hospitalisation ou une aggravation trop rapide de l'état du malade. Mais quels sont les stades de la BPCO ? Découvrez une partie importante de la de Walter Santé ou la classification GOLD BPCO.

Lire l'article

Test de Fagerström : à quoi sert-il et comment l'interpréter ?

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

28 Avril 2023

Le test de Fagerström permet de mesurer le niveau de dépendance physique au tabac chez les fumeurs et les fumeuses. Il permet donc de définir un niveau d’accoutumance à la nicotine et à la cigarette, sur un total de 10 points. La version du test de Fagerström qui comporte 6 questions définit 4 niveaux de dépendance : pas de dépendance, dépendance faible, dépendance modérée, dépendance forte. Découvrez comment évaluer l'accoutumance tabagique.

Lire l'article

Qu'est-ce que l'œdème aigu du poumon ? (fiche IDE)

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

22 Mai 2023

Parmi les fiches infirmier, celles dédiées aux affections de survenance brutale sont d’autant plus indispensables. Cette fiche IDE a vocation à synthétiser l’état de l’art en matière d'œdème pulmonaire aigu. Elle passe en revue les facteurs qui favorisent un œdème aigu pulmonaire, les étapes du diagnostic et les pistes de traitement.

Lire l'article

Différencier BPCO et Asthme

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

18 Juillet 2022

La BPCO est une maladie chronique qui peut être confondue avec l’asthme. Comment différencier ces deux insuffisances respiratoires ? Est-ce que l’asthme est un symptôme aggravant de la BPCO ? Découvrez tout de suite les différences entre asthme et BPCO, approfondissez le sujet et devenez incollable sur les pathologies respiratoires chroniques en suivant la formation e-learning de Walter Santé. C’est parti.

Lire l'article