La prise en charge du prolapsus par le kiné

blog

Santé

Kinésithérapeute

Rééducation périnéale

Prolapsus

Prendre en charge les prolapsus en kinésithérapie

|

6 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Les kinésithérapeutes spécialisés en rééducation périnéale peuvent être confrontés à des prolapsus. Parmi ses causes, on trouve le tabac, l’obésité, la ménopause, les grossesses, ou encore des facteurs génétiques. Dans cet article, nous abordons la descente d’organe chez la femme, ses symptômes et ses grades d’évolution. Découvrez également comment se déroule la prise en charge chirurgicale du prolapsus génital, nécessaire dans les cas les plus sévères, afin d’accompagner au mieux vos patientes lors de vos séances de kinésithérapie périnéale.

Programme formation Rééducation périnéale

+ de 1500 téléchargements

Partager sur :

Quels sont les symptômes du prolapsus ?

Un déficit des systèmes de soutènement et de suspension des organes pelviens peut provoquer un prolapsus. Tous les viscères peuvent être concernés par ce phénomène ; une femme peut ainsi développer un prolapsus utérin (hystérocèle) ou une cystocèle (descente de la vessie). Bien que moins fréquent, le prolapsus vaginal, appelé colpocèle, peut aussi être constaté.

 

La symptomatologie évoquée dans notre formation en rééducation périnéale regroupe :

 

  • Une sensation de pesanteur au niveau du bas ventre ; souvent augmentée en fin de journée, la sensation décrite par les patientes ressemble à un poids dans le vagin et semble tirer sur la colonne lombaire. Cette gêne peut disparaître après une nuit de repos ou en position allongée, mais en cas d’aggravation du prolapsus, une boule sera visible à fleur de l’orifice vaginal. La fatigue s’ajoute généralement à la sensation de tiraillement dans le bas ventre.
  • Une gêne lors des rapports sexuels, voire des douleurs.
  • Une constipation, dans le cas de la descente du rectum, ou une gêne à la miction s’il y a présence d’une cystocèle.

En tant que kinésithérapeute spécialisé(e) en rééducation périnéale, des lombalgies résistantes à tout traitement classique doivent également vous alarmer. Il s’agira de faire le lien avec des cicatrices fibreuses post-césariennes par exemple, ou une cystocèle. Pour identifier un prolapsus génital, il est essentiel de se former à la rééducation périnéale.

img test
Maîtrisez la rééducation périnéale en kiné

Rééducation périnéo-sphinctérienne, accompagnement de la patiente et rappels anatomiques.

Découvrir la formation

Quels sont ses grades d'évolution ?

La classification de Baden et Walker compte quatre grades à l’évolution d’un prolapsus.

 

Classification de Baden et Walker

Classification Baden et Walker (extrait de la formation Rééducation périnéale)

© Walter Santé 2023

 

 

1️⃣ Le premier correspond à une descente à mi-chemin entre la position normale de l’organe et la vulve. Les patientes vous feront part d’une sensation de boule dans le vagin.

 

2️⃣ Qu’il s’agisse d’un prolapsus utérin ou vésical, si cette grosseur est visible à l’examen, un grade 2 est à confirmer. Celui-ci fait en effet état de l’affleurement de l’organe à la vulve.

 

3️⃣ Le grade 3 consiste en l’extériorisation du prolapsus.

 

4️⃣ Le grade 4 consiste quant à lui en l’éversion à l’extérieur de tout l’organe. Ce dernier stade est rarement atteint, mais vous devez rester vigilants ; la honte ou le manque d’information peut engendrer ces situations extrêmes.

Important

Les grades 3 et 4 sont automatiquement pris en charge par la chirurgie. En revanche, la kinésithérapie en rééducation périnéale s’avère très efficace pour les prolapsus de grade 1 et 2. Vous pouvez permettre à vos patientes de gagner du temps grâce à votre travail périnéal et soulager celles qui ne pourront pas être opérées.

Notez qu’il existe en outre la classification de l’ICS (International Continence Society), nommée PoP Q, qui liste également quatre grades :

 

  1. prolapsus intravaginal ;
  2. le point le plus bas se situe au niveau de la vulve ;
  3. extériorisation de l’organe ;
  4. extériorisation totale de l’organe.

Bon à savoir

Les kinésithérapeutes spécialisés en rééducation périnéale se basent cependant majoritairement sur la classification de Baden et Walker.

La prise en charge chirurgicale du prolapsus

Conséquence de la détérioration des systèmes musculaires et ligamentaires du pelvis, les prolapsus de grade 3 et 4 impliquent nécessairement un acte chirurgical. Un prolapsus vaginal sera bien entendu traité différemment d’une rectocèle.

 

L’intervention préconisée dans le cas d’une descente du rectum ou de la vessie en stade 3 ou 4 est la promontofixation, faite par laparotomie, cœlioscopie ou robot. Cette intervention a pour but d’interposer un treillis synthétique entre le vagin et la vessie pour remonter une cystocèle ou entre le rectum et le vagin en postérieur pour une rectocèle. Ce treillis est ensuite fixé au ligament vertébral antérieur, situé devant le promontoire.

 

Promontofixation

Promontofixation (extrait de la formation Rééducation périnéale)

© Walter Santé 2023

 

 

Les kinésithérapeutes ayant suivi une formation en rééducation périnéale doivent être attentifs aux douleurs au niveau du sacrum ou des lombaires basses, car cela peut traduire une intervention de type promontofixation. La tension du treillis peut en effet entretenir des douleurs de cet ordre-là, même plusieurs années après. Interrogez votre patiente. La promontofixation par cœlioscopie est l’acte de référence chez la femme de moins de 50 ans et jusqu’à 60 ans. C’est celui qui présente le moins de risque de récidive et de dyspareunie.

 

On peut éventuellement ajouter à cette intervention une hystérectomie ou un TOT. Chez les femmes plus âgées, on recommande davantage la sacrospino-fixation selon Richter, par voie vaginale. Les patientes ayant subi ce type d’intervention peuvent se plaindre de douleurs fessières ou pelviennes.

La sacropexie infra-coccygienne est une alternative à la sacrospino-fixation. Le principe de cette technique minimale invasive est de placer une bandelette de polypropylène entre le fond vaginal et le périnée, pour créer un ligament artificiel et renforcer les ligaments utérosacrés en assurant leur maintien.

 

Dans le cadre de prolapsus, la chirurgie par voie vaginale compte aussi parmi les options. Cet acte utilise les tissus de la patiente pour corriger les défauts anatomiques. Sur la partie avant, pour les patientes ayant des tissus en bon état, il s’agira de réséquer une partie du vagin puis de suturer les tissus en rapprochant les berges. Pour l’utérus, on aura plutôt recours à la sacrospino-fixation de Richter. L’étage postérieur nécessitera la pose d’un treillis avec parfois une myorraphie, autrement dit une remise en tension des muscles releveurs de l’anus par réalisation de leur plicature, sur la ligne médiane, en un ou plusieurs plans.

 

Des recommandations Cochrane de 2011 confirment qu’un renforcement des muscles périnéaux est essentiel dans le traitement des prolapsus, en pré et postopératoire. En effet, l’intervention chirurgicale n’agit pas sur la trophicité et la fonction du périnée.

Astuce

Pour aller plus loin, découvrez comment appliquer la méthode de Gasquet ou devenez kinésithérapeute spécialisé(e) en rééducation périnéale grâce à notre formation en rééducation périnéo-sphinctérienne.

Testez vos connaissances sur la rééducation périnéale

Qu'est-ce que le biofeedback périnéal ?

A

Une technique manuelle pour renforcer les muscles du périnée

B

Un rétrocontrôle d'une fonction automatique

C

Une méthode visuelle pour diagnostiquer le périnée

Téléchargez le programme PDF de la formation Rééducation périnéale

Programme formation Rééducation périnéale

Programme formation Rééducation périnéale

+ de 1500 téléchargements

Programme formation Rééducation périnéale

+ de 1500 téléchargements

Testez vos connaissances sur la rééducation périnéale

Qu'est-ce que le biofeedback périnéal ?

A

Une technique manuelle pour renforcer les muscles du périnée

B

Un rétrocontrôle d'une fonction automatique

C

Une méthode visuelle pour diagnostiquer le périnée

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Le rôle du kiné dans la rééducation périnéale : étapes et règles

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

7 Novembre 2022

Faire de la kiné pour la rééducation du périnée après un accouchement est essentiel. Elle se déroule en quatre temps distincts. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la kinésithérapie pelvienne.

Lire l'article

Prendre en charge les prolapsus en kinésithérapie

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

6 Mars 2023

Les kinésithérapeutes spécialisés en rééducation périnéale peuvent être confrontés à des prolapsus. Parmi ses causes, on trouve le tabac, l’obésité, la ménopause, les grossesses, ou encore des facteurs génétiques. Dans cet article, nous abordons la descente d’organe chez la femme, ses symptômes et ses grades d’évolution. Découvrez également comment se déroule la prise en charge chirurgicale du prolapsus génital, nécessaire dans les cas les plus sévères, afin d’.

Lire l'article

Le bilan morphostatique en kinésithérapie périnéale

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

7 Novembre 2022

Le bilan morphostatique en kinésithérapie se fait en début de suivi. L’idée est de prendre les mesures du ventre de la patiente une première fois avant le travail, puis tout au long de la rééducation périnéale pour voir la progression. Découvrez comment effectuer le bilan morphostatique de la patiente en kinésithérapie.

Lire l'article

La méthode de Gasquet

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

6 Mars 2023

La kinésithérapie pour une rééducation périnéale est indiquée majoritairement en post-partum. Dans cet article, nous vous éclairons sur la pratique et ses étapes, et plus spécifiquement sur la méthode de Gasquet. Familiarisez-vous ainsi avec l’environnement de la paroi abdominale et comprenez le rôle des muscles dans le renforcement périnéal.

Lire l'article