La thérapeutique par chimiothérapie du cancer du sein

blog

Santé

Médecin généraliste

Cancer du sein

La thérapeutique par chimiothérapie

Cancer du sein : comment se déroule la chimiothérapie ?

|

8 min

|

Par Thomas Cornet

Le cancer du sein demeure l’une des principales causes de décès chez les femmes à travers le monde. Face à ce défi majeur de santé publique, la chimiothérapie se révèle être une approche thérapeutique fondamentale dans la prise en charge de cette maladie. Cet article se propose d’explorer les aspects clés de la thérapeutique par chimiothérapie du cancer du sein, en abordant notamment son objectif et les situations qui l’induisent. Nous développons également les protocoles de chimiothérapie de cancer du sein, les complications potentielles qui en découlent, ainsi que la possibilité d’une chimiothérapie néoadjuvante.

Programme formation Cancer du sein

+ de 450 téléchargements

Partager sur :

Quel est l'objectif de la chimiothérapie ?

Pour améliorer la qualité du suivi des soins et optimiser les résultats, la formation chez les médecins sur le sujet du cancer du sein est déterminante. La bonne compréhension de l’objectif d’une chimiothérapie pour le sein notamment fait partie des connaissances fondamentales. Dans le cadre du traitement de cette pathologie, la chimiothérapie est utilisée pour limiter la diffusion métastatique du cancer du sein. Conséquemment, cette thérapeutique ne sera pas proposée systématiquement. Elle vise les patientes ayant des facteurs de risque d’extension métastatique.

Dans quels cas la chimiothérapie est elle proposée à une patiente ?

On associe chimiothérapie et cancer du sein si des facteurs de mauvais pronostics sont constatés. De manière générale, les cas médicaux sont discutés au cours de réunions de comité pluridisciplinaire, et en fonction des conclusions, une chimiothérapie après mastectomie peut par exemple être envisagée. Les indications habituelles donnant lieu à une thérapeutique par chimiothérapie du cancer du sein sont les suivantes :

  • tumeurs de type triple négatif (pas de récepteurs hormonaux et de surexpression de Her2) ;
  • tumeurs de type luminal B ;
  • tumeurs proliférantes avec un Ki67 supérieur à 30 % ;
  • tumeurs qui surexpriment Her2, combinant une chimiothérapie pour le sein avec une thérapie ciblée (Trastuzumab) ;
  • cancers du sein chez les femmes les plus jeunes (moins de 35 ans) ;
  • envahissement ganglionnaire important (avec notamment les pN2) ;
  • cancers du sein inflammatoires, à haut risque d’atteinte et d’extension métastatique, définissant de façon formelle une chimiothérapie néoadjuvante.

Bon à savoir

En complément, consultez notre article sur les facteurs de risque du cancer du sein. Pour proposer un accompagnement optimal à vos patientes, il est recommandé de suivre une formation sur le cancer du sein.

img test
Dépistage, diagnostic et suivi du cancer du sein

Maîtrisez le parcours de soin de la patiente atteinte d'un cancer du sein.

Découvrir la formation

Les protocoles de la chimiothérapie

Les protocoles de chimiothérapie pour le cancer du sein incluent classiquement des polychimiothérapies séquentielles à base d’anthracycline et de taxanes. On établit 6 ou 8 cures de chimiothérapie, généralement espacées de trois semaines. Les professionnels de santé débutent avec 3 ou 4 cycles d’épirubicine et de cyclophosphamide, puis font suivre 3 ou 4 cycles de docétaxel (Taxotère) ou de paclitaxel (Taxol). 

Important

Le recours à la chimio pour le cancer du sein est un engagement conséquent avec des durées relativement longues. Cela est d’autant plus important à prendre en compte que les complications associées peuvent être lourdes et variées.

Les complications de la chimiothérapie du cancer du sein

Les toxicités digestive, hématologique, cardiovasculaire et neurologique

Parmi les complications liées à la chimio du cancer du sein, on relève très souvent la toxicité digestive, engendrant nausées et vomissements, qui peut être prise en charge par des antiémétiques adaptés. Une toxicité hématologique et des stomatites peuvent aussi être observées dans le traitement d’un cancer du sein par chimiothérapie. Les patientes s’exposent en effet à un risque d’aplasie (anémie, neutropénie, thrombopénie) qui impliquera une prescription de facteurs de croissance, voire une antibiothérapie en cas de fièvre associée.

 

L’hygiène buccodentaire sera cruciale pour la prévention des stomatites qui, en cas d’apparition, seront traitées par des bains de bouche au bicarbonate de sodium et des antimycotiques oraux. En fonction du protocole de chimiothérapie de cancer du sein et du sujet, une asthénie plus ou moins forte pourra s’ajouter dans les complications. 

Rappel

Par ailleurs, les professionnels de santé doivent se montrer vigilants quant à la toxicité cardiovasculaire en lien avec la chimiothérapie.

Une évaluation cardiologique préalable est requise, ainsi qu’un suivi régulier, puisque cette toxicité peut apparaître plusieurs années après le traitement. Des effets neurologiques peuvent aussi être constatés, avec notamment des paresthésies et des douleurs des extrémités très invalidantes. Ici, les seules options sont des traitements antalgiques, dont l’efficacité n’est pas toujours optimale.

L’alopécie et les effets sur les phanères

La complication la plus redoutée par les patientes lorsqu’il est question de chimiothérapie pour le sein reste l’alopécie. Il s’agit presque systématiquement du premier sujet d’inquiétude évoqué par la femme, parfois même devant la chirurgie mammaire. La perte des poils et des cheveux est en effet extrêmement stigmatisant puisqu’elle indique immédiatement la présence d’un cancer et de chimiothérapie. 

Astuce

En tant que professionnel(le) de santé, il vous revient d’écouter la patiente et de la rassurer.

L’alopécie est la plupart du temps transitoire. Rappelez à vos patientes que les alopécies définitives sont exceptionnelles et que leurs cheveux repousseront. Vous pouvez également échanger avec elles sur le recours à des prothèses capillaires adaptées pendant le traitement, outils offrant aujourd’hui des résultats esthétiques tout à fait satisfaisants. Rendez-vous disponible et accompagnez-les dans leurs questionnements, car cela reste une complication particulièrement mal vécue par les femmes. 

Bon à savoir

On notera en outre les effets possibles sur les phanères qui peuvent disparaître momentanément. Des vernis à ongles hydratants existent pour limiter le problème, mais ceux-ci ne sont malheureusement pas pris en charge par la Sécurité sociale.

La toxicité sur l’ovaire

Rappelons enfin que le cancer du sein touche aussi des femmes non ménopausées, avec environ 20 % de cas chez les patientes de moins de 50 ans. La toxicité sur l’ovaire devra donc être étudiée dans ces cas précis, plus particulièrement s’il y a un souhait de grossesse, puisque la chimiothérapie peut aboutir à des difficultés pour concevoir. Une consultation d’oncofertilité est tout indiquée pour évaluer d’un hypothétique projet de grossesse et d’une éventuelle préservation de la fertilité.

 

Les patientes sous chimiothérapie observeront une aménorrhée au cours de leur traitement, temporaire la grande majorité du temps. Avant 40 ans, la plupart des femmes retrouvent un cycle normal. Néanmoins, ce sujet doit être abordé avec vos patientes. Par ailleurs, s’il n’y a pas de désir de grossesse, il s’agira de penser à une contraception adaptée.

Rappel

Le cancer du sein est hormono-dépendant : les contraceptions hormonales quelles qu’elles soient sont donc formellement contre-indiquées. Cela inclut la contraception œstroprogestative et les progestatifs (DIU hormonaux et implants sous-cutanés compris).  Idéalement, il faudra proposer un DIU au cuivre aux femmes traitées pour un cancer du sein par chimiothérapie. La stérilisation tubaire est également une possibilité en cas d’absence totale de souhait de grossesse.

img test
Formations Médecins Généralistes

Découvrez les formations DPC Médecins Généralistes en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

La chimiothérapie néoadjuvante

À l’inverse de la chimiothérapie adjuvante du cancer du sein, la chimio néoadjuvante se propose avant la chirurgie. Le choix de cette thérapeutique s’envisage au regard d’indications précises qui regroupent :

  • cancers du sein triple négatifs ou tumeurs qui surexpriment Her2 ;
  • tumeurs trop avancées localement les rendant non opérables ;
  • tumeurs ne permettant pas de geste conservateur à moins de réduire le volume tumoral ;
  • cancers triple négatifs et Her2+ dont la taille est supérieure à 2 cm et/ou caractérisés par une atteinte ganglionnaire.

Dans ces situations, il sera possible d’envisager un bénéfice potentiel en traitant le cancer du sein avec une chimiothérapie néoadjuvante. Si cette thérapie est sélectionnée, elle sera suivie par une chirurgie d’exérèse tumorale (tumorectomie ou mastectomie), et par la réalisation d’un ganglion sentinelle ou d’un curage axillaire pour les patientes identifiées N+. La radiothérapie surviendra ensuite, ainsi que l’administration de thérapies ciblées en cas de surexpression de Her2 et une hormonothérapie pour les femmes ayant des récepteurs œstrogéniques ou hormonaux.

Rappel

Pour aller plus loin sur le cancer du sein, contactez-nous pour débuter un cursus de formation pour médecins. Vous pouvez parallèlement en apprendre plus l’interprétation d’une mammographie ou sur le cancer du sein chez l’homme.

Téléchargez le programme de la formation Cancer du sein en PDF

Programme formation Cancer du sein

Programme formation Cancer du sein

+ de 450 téléchargements

Programme formation Cancer du sein

+ de 450 téléchargements

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Cancer du sein : comment se déroule la chimiothérapie ?

Walter Learning

Thomas Cornet

|

22 Août 2023

Le cancer du sein demeure l’une des principales causes de décès chez les femmes à travers le monde. Face à ce défi majeur de santé publique, la chimiothérapie se révèle être une approche thérapeutique fondamentale dans la prise en charge de cette maladie. Cet article se propose d’explorer les aspects clés de la thérapeutique par chimiothérapie du cancer du sein, en abordant notamment son objectif et les situations qui l’induisent. Nous développons également les protocoles de chimiothérapie de cancer du sein, les complications potentielles qui en découlent, ainsi que la possibilité d’une chimiothérapie néoadjuvante.

Lire l'article

Diagnostic et prise en charge du carcinome in situ mammaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

25 Juillet 2023

Le cancer du sein est l’une des principales préoccupations en matière de santé chez les femmes à travers le monde. Peut-être envisagez-vous de rejoindre un cursus de formation continue pour les médecins afin de développer vos compétences sur le sujet. Parmi les différents types de cancer du sein, le carcinome in situ mammaire occupe une place particulière en raison de sa nature préinvasive. Nous lui consacrons cet article, et vous aidons à obtenir une meilleure compréhension de la phase in situ, du carcinome canalaire in situ ainsi que de sa prise en charge. Nous évoquons brièvement le carcinome lobulaire in situ, et vous conseillons enfin sur la maîtrise des diagnostics, notamment grâce une formation sur le cancer du sein.

Lire l'article

Comment prévenir le cancer du sein chez vos patientes ?

Walter Learning

Thomas Cornet

|

18 Janvier 2024

En tant que médecin généraliste, vous exercez un rôle préventif dans divers secteurs de santé publique. Dans le cadre de la santé des femmes, la prévention contre le cancer du sein tient une place toute particulière. Dans cet article, nous vous proposons d’obtenir un aperçu des formations continues pour médecins axées sur ce thème, afin d’améliorer vos prises en charge. Pour prévenir le cancer du sein de manière efficace, plusieurs outils sont à votre disposition : l’évaluation du risque familial, la mastectomie prophylactique ou encore la consultation d’oncogénétique. Découvrez ces trois éléments et perfectionnez vos connaissances pour un suivi optimal.

Lire l'article

Les facteurs de risque du cancer du sein

Walter Learning

Thomas Cornet

|

22 Août 2023

Dans la lutte contre le cancer du sein, la dissection et l’étude des facteurs de risque sont primordiales dans le dépistage et la prise en charge des patientes. Dans cet article, nous faisons un tour d’horizon sur les divers facteurs favorisant le cancer du sein. Facteurs hormonaux, familiaux, histologiques et environnementaux : améliorez l’accompagnement des femmes en développant vos connaissances en tant que professionnel de santé. La sur le sujet s’avère également être un élément essentiel pour un parcours de soin optimisé. Si vous envisagez un cursus dans le domaine, prenez de l’avance avec les points incontournables de cet article sur les facteurs de risques de cancer du sein.

Lire l'article