blog

Santé

Médecin généraliste

Infertilité masculine

L'infertilité masculine : définition, causes et traitements

Hippolyte Le Dem

Fondateur de Walter

|

Comment être sûr(e) d’accompagner au mieux les hommes souffrant d’infertilité ? Les médecins généralistes sont au premier plan pour les guider et leur assurer un suivi régulier et professionnel. Spermogramme, spermatogenèse, facteurs et rappels, nous approfondissons la délicate question de l’infertilité masculine.

Qu'est-ce que l'infertilité masculine ?

Tout comme l’infertilité chez la femme, l’infertilité masculine est un sujet épineux. De potentielles difficultés à concevoir un enfant touchent à la virilité de l’homme, c’est pourquoi il est nécessaire de prévoir une prise en charge générale du patient au sein du couple. Les hommes sont très souvent réduits au résultat de leur spermogramme, ou peuvent en tout cas le ressentir comme tel, ce qui génère parfois une grande anxiété. Un accompagnement global s’avère primordial.

 

Pour déterminer et caractériser une possible infertilité masculine, vous serez amené(e), en tant que médecin généraliste, à considérer les facteurs environnementaux de votre patient. De plus en plus étudiés, ces éléments peuvent avoir un impact sur la fertilité de votre patient, bien qu’il soit difficile d’en définir les contours exacts. Naturellement, vous devrez également être capable de lire un spermogramme, tout en gardant toujours à l’esprit les limites de cet examen. Il ne faut jamais poser de diagnostic de « stérilité » sur un résultat de spermogramme. En effet, même en cas d’azoospermie par exemple, il arrive de trouver des spermatozoïdes et d’avoir un enfant. Il existe des traitements pour l’infertilité masculine.

 

Approfondissez vos connaissances sur l'infertilité masculine et féminine en suivant la formation DPC sur l'Infertilité de Walter Santé, dispensée par le professeur Blandine Courbière, responsable de l’unité clinique d’Assistance Médicale à la Procréation à l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

Maîtriser l'accompagnement de l'infertilité

Notre formation complète sur l’accompagnement des couples infertiles : étiologie, infertilités féminines et masculines, bilan de première intention, AMP.

Découvrir la formation
img test

Causes de l'infertilité masculine et spermogramme

Afin de détecter les causes d’infertilité de l’homme, le patient devra effectuer un spermogramme. La lecture des résultats se fait en comparaison avec les valeurs de référence établies par l’OMS, indiquées avec la conclusion du biologiste. Parmi ces critères se trouvent par exemple le nombre total de spermatozoïdes dans un éjaculat, qui doit être supérieur à 40 millions, ou encore le pourcentage de spermatozoïdes vivants dans l’éjaculat devant être validé (58 %). Il conviendra aussi de prendre connaissance de l’analyse morphologique des spermatozoïdes (spermocytogramme), et plus particulièrement des formes typiques (les meilleurs spermatozoïdes). Selon l’OMS, plus de 4 % de formes typiques doivent être observés sur la centaine extraite des millions prélevés pour le spermogramme.

Bon à savoir

Si le spermocytogramme a été réalisé selon l’ancienne classification (de David), la « norme » sera alors de 30 %.

L’analyse d’un spermogramme est l’une des clés pour identifier certaines causes d’infertilité masculine, mais il faut cependant rester vigilant. La sensibilité du diagnostic varie d’un laboratoire ou d’un technicien à un autre. Les conclusions trop hâtives, basées sur un seul spermogramme, sont à exclure. Il est recommandé par ailleurs de diriger le patient vers des laboratoires dont les biologistes sont diplômés en biologie de la reproduction.

Rappels et spermatogenèse

Un cycle de spermatogenèse prend trois mois. Lorsqu’il y a anomalie du spermogramme, il est donc classique de demander un contrôle trois mois après, même s’il reste assez rare que les résultats diffèrent.

 

Parmi les anomalies de la spermatogenèse et leurs possibles causes :

 

  • L’oligoasthénotératospermie (OATS) : ectopie testiculaire, ATCD de cryptorchidie, présence de toxiques, varicocèle, etc.
  • L’azoospermie obstructive (excrétoire) : mucoviscidose, séquelle d’une épididymite, agénésie bilatérale des canaux déférents (ABCD).
  • L’azoospermie non-obstructive (sécrétoire) : stéroïdes anabolisants, causes génétiques, cause hypothalamo-hypophysaire.

En cas d’anomalie sévère relevée dans le spermogramme, il est recommandé de demander un contrôle dans un laboratoire de biologie de la reproduction pour confirmation.

 

Comme évoqué précédemment, poser un diagnostic de stérilité sur la base d’un spermogramme serait prématuré et dangereux. Les causes d’infertilité de l’homme peuvent être multiples ; le médecin généraliste doit rester extrêmement prudent sur l’annonce des anomalies décelées dans le spermogramme d’un patient. Certains hommes s’identifient à leurs spermatozoïdes et sous-estimer les répercussions psychologiques négatives que pourraient avoir de telles révélations serait une erreur. Pour accompagner le patient au mieux, recevez-le pour répondre à ses éventuelles questions.

Facteurs d'infertilité masculine

Dans 50 % des causes d’infertilité, une anomalie du spermogramme est associée ou isolée. Cela est donc relativement fréquent, comme le lien fait entre infertilité et endométriose chez la femme. À des degrés d’importance variables, toutes les anomalies de la spermatogenèse peuvent être à l’origine d’une infertilité masculine. Plusieurs solutions sont envisageables pour les couples, suivant la cause initiale : une amélioration par un changement de mode de vie, ou une insémination intra-utérine pour les anomalies modérées, un procédé utile pour concentrer les spermatozoïdes mobiles. Parfois même, des techniques de fécondation in vitro pourront être proposées.

 

Lorsque les patients consultent, ils ont généralement fait des recherches sur internet au préalable et savent que pour avoir un bilan d’infertilité, ils doivent préciser qu’ils ont deux à trois rapports par semaine depuis un an. Avec tact et diplomatie, le médecin généraliste doit aborder la qualité de la vie sexuelle du couple. On sait qu’après 40 ans, la dysfonction érectile devient plus fréquente. Il est important de ne pas négliger une possible dysfonction sexuelle chez l’homme, qui aurait pour conséquence des difficultés à concevoir un enfant.

Savoir rechercher une dysfonction sexuelle chez le patient

Déceler une dysfonction sexuelle chez l’homme n’est pas simple. Souvent vécu comme une honte, ce problème n’est généralement pas abordé naturellement. Ainsi, le simple fait de poser les bonnes questions au cours de la consultation peut permettre de mettre vos patients en confiance. Selon les recommandations américaines, le bilan d’infertilité inclut un échange ouvert avec le patient, afin d’évaluer la fonction sexuelle, sur les sujets suivants : le degré de libido, la fréquence des rapports sexuels, et comment sont vécues les éjaculations. On estime que les troubles de la fonction érectile et éjaculatoire sont présents dans 5 à 20 % de la population générale. Un discours sans tabou ni préjugé est indispensable pour savoir si votre patient fait partie de ce pourcentage.

 

En parallèle, soyez attentifs aux hommes faisant beaucoup de sport et prenant des substituts par androgènes. Ils ignorent le plus souvent que la testostérone prise bloque l’axe gonadotrope et la spermatogenèse, entraînant ainsi des dysfonctions de la production spermatique.

 

L’infertilité, chez les hommes comme chez les femmes, est un sujet délicat et complexe. Pour suivre une formation DPC sur la question, n’hésitez pas à contacter un(e) conseiller(ère) Walter Santé.

Maîtriser l'accompagnement de l'infertilité

Notre formation complète sur l’accompagnement des couples infertiles : étiologie, infertilités féminines et masculines, bilan de première intention, AMP.

Découvrir la formation
img test

 

Sur le même thème

L'infertilité chez la femme : définition, causes et annonce

Hippolyte Le Dem

|

13 Juin 2022

Réserve ovarienne, méiose ovocytaire, et obésité sont autant de facteurs potentiels d’une difficulté à concevoir un enfant. Dans cet article, nous redéfinissons ces éléments, leur action sur une possible infertilité chez ma femme, et évoquons de manière générale les causes de l’infertilité féminine. Enfin, nous vous guidons pour l’annonce d’une infertilité, souvent vécue comme un choc.

Lire l'article

Le vaccin HPV

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

Une manière de prévenir le cancer du col de l'utérus, ainsi que les lésions pré-cancéreuses du col de l'utérus ou de l'anus est l'administration du vaccin anti-HPV. Ce vaccin, qui a démontré sa grande efficacité et une sûreté maximale, concerne tout le monde. Mais où en est la couverteure vaccinale en France? En voici la réponse.

Lire l'article

La surveillance de la patiente après une conisation

Hippolyte Le Dem

|

30 Mai 2022

La conisation est un traitement chirurgical qui permet d'éliminer des lésions de bas grade persistantes depuis plus de 2 ans, ou des lésions de haut grade. Suite à ce traitement, les patientes font face à un risque de récidive et sont plus exposées au cancer du col de l'utérus que les patientes lambda. Il faut donc assurer une surveillance suite à la conisation : voici tout ce que vous avez besoin de savoir sur cette surveillance post-thérapeutique de votre patiente en cabinet de médecine générale.

Lire l'article

Le papillomavirus humain (HPV) : définition et risques

Hippolyte Le Dem

|

18 Juin 2021

Les virus HPV sont des virus à ADN qui se transmettent de façon interhumaine par voie sexuelle (possiblement par voie indirecte par objets). On recense jusqu’à 150 HPV différents classés en deux familles : bas et haut risque. Cet article est tiré de notre formation HPV, dispensée par le Professeur Carcopino. Formation à destination des médecins généralistes.

 

Lire l'article