L'AMP en cas d’infertilité en médecine générale

blog

Santé

Médecin généraliste

Infertilité

AMP & infertilité

AMP & infertilité en médecine générale

|

7 min

|

Par Thomas Cornet

En cas d’infertilité, il existe différentes techniques permettant aux couples d’avoir un enfant. Parmi elles, il y a l’assistance médicale à la procréation. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur l’AMP et l’infertilité en médecine générale.  

Sommaire

  • Définition de l'AMP
  • L'insémination intra-utérine
  • La FIV
  • Le don de gamètes
  • Le DGP
  • Téléchargez le programme de la formation Infertilité en PDF

Programme formation Infertilité

+ de 900 téléchargements

Partager sur :

Définition de l'AMP

La définition de l’AMP est la suivante : l’assistance médicale à la procréation, appelée plus communément, la procréation médicalement assistée (PMA), a initialement pour objet de répondre au traitement de l'infertilité féminine ou masculine

 

L’infertilité selon l’OMS est une maladie du système reproductif définie par l’impossibilité d’obtenir une grossese clinique après 12 mois ou plus de rapports sexuels réguliers et non protégés. 

 

Depuis le 2 août 2021, la loi de bioéthique régissant la PMA a élargi la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires. 

 

En 2018, en France, 25 000 enfants ont été conçus après une PMA. Environ 1 enfant sur 30 naît en France après une PMA, ce qui représente 3.3% des naissances. Le premier bébé éprouvette est né aux Etats-Unis. Trois ans plus tard, en 1982, la France a à son tour donné naissance à son premier bébé après PMA. Aujourd’hui, on constate une augmentation constante des enfants nés après PMA, notamment en Europe. 

img test
Maîtrisez la prise en charge de l'infertilité

Accompagnez le projet de grossesse de vos patients dans le cadre d'une infertilité.

Découvrir la formation

Afin de bénéficier de la PMA, il convient : 

 

  • d'être un couple infertile avec un projet de grossesse ; 
  • d’être marié, pacsé ou concubin ; 
  • présenter une infertilité pathologique médicalement constatée ; 
  • qu’un des deux individus du couple infertile présente une maladie génétique grave pouvant être transmise au conjoint ou à l'enfant. 

Il existe plusieurs formes de PMA mais, peu importe la forme qu'elle prend, il est important d'avoir à l’esprit que son succès n'est pas assuré, surtout dès le premier cycle. Il est donc important que le médecin le rappelle lors de la consultation AMP en cas d’infertilité.

L'insémination intra-utérine

L'insémination intra-utérine consiste en la préparation et la concentration des meilleurs spermatozoïdes dans le but de les inséminer au sein de l'utérus. En général, lors de l’insémination intra-utérine, on stimule un peu l’ovulation afin d’obtenir un ou deux follicules. Il faut faire attention à ne pas avoir une grossesse multiple. Cela permet de les rapprocher de l'ovule et d’augmenter les chances de fécondation. 

Rappel

Cette technique est pratiquée lorsque : 

  • des anomalies modérées des spermatozoïdes sont constatés ;
  • un bilan pré-conceptionnel a été réalisé s’assurant ainsi de la perméabilité des trompes et d’une bonne ovulation. 

Le taux de naissance moyen après une insémination intra-utérine est de seulement 11%. À noter que ce taux dépend, en grande partie, de l’âge de la femme. En effet, après 38 ans, les chances de naissance par insémination sont faibles.

La FIV

La Fécondation In Vitro (FIV) consiste en la stimulation des follicules, la récupération des ovocytes afin de les féconder, soit naturellement, soit par ICSI, autrement dit par la mise d'un spermatozoïde dans l'ovocyte.

 

Le transfert embryonnaire se fait deux à cinq jours après la ponction folliculaire. L'embryon est alors déposé dans l'utérus. Après le transfert, la patiente peut reprendre une activité normale. À noter que l’alitement n’augmente pas les chances de fécondations. Il faut donc avoir la vie la plus normale possible, et ce, même si elle y pense en permanence. Le rôle du médecin sera de la rassurer. La seule objection à la FIV est la consommation de tabac.

 

Le don de gamètes

5% des enfants nés à la suite d'une AMP, à cause d’une infertilité, sont issus d'un don de gamètes. Ce don de gamètes est une pratique strictement réglementée. En France, le don de spermatozoïdes a permis la naissance de 900 enfants ; le don d'ovocyte 343 enfants et l’accueil d’embryon 21 enfants. 

img test
Comment interroger le couple infertile ?

Les questions à poser lors de la première consultation de médecine générale.

Lire l'article

Bon à savoir

Sachez que le double don gamètes est encore interdit en France. Cela signifie que les couples ayant suivi des parcours d’AMP avec des embryons congelés ne peuvent choisir de donner leur embryon congelé à des couples avec une double infertilité dans le cadre de procédure d’accueil d’embryons. 

Dans le cadre du don de gamètes, les taux de grossesse par cycle sont à peu près équivalent au taux de grossesse intra-conjugale. Les taux de grossesse par insémination après don de spermes de donneurs sont plus élevés que ceux après un don de spermes du conjoint. La raison ? Comme les donneurs sont en bonne santé et ont déjà eu des enfants, les taux de grossesse sont d’environ 20% par cycle. 

 

Depuis la révision de la loi relative à la bioéthique, les femmes et les hommes peuvent dorénavant faire congeler leurs gamètes et ce, sans motif médical. Par ailleurs, le consentement du conjoint du donneur de gamètes n’est plus obligatoire. 

 

Par ailleurs, les individus nés d’une AMP en France auront accès dès leur majorité à des données dites “non identifiantes" : 

 

  • âge ; 
  • caractéristiques physiques ; 
  • situation familiale ; 
  • situation professionnelle ; 
  • etc.

 

Ils pourront également connaître l’identité du donneur. 

Bon à savoir

Vous souhaitez savoir comment faire un bilan d'infertilité en consultation ou encore connaître les causes de l'infertilité féminine ? Nous vous invitons à lire nos articles sur le sujet. 

img test
Formations Médecins Généralistes

Découvrez les formations DPC Médecins Généralistes en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Le DGP

Le diagnostic génétique préimplantatoire (DGP) est une technique de dépistage souvent utilisée en AMP pour les couples susceptibles de transmettre une maladie génétique d’une particulière gravité à l’enfant à naître. En France, elle est autorisée seulement dans le cas d'un risque élevé de maladie génétique. Si cette situation est avérée, les embryons doivent faire l’objet d’une analyse génétique avant d'être insérés dans l'utérus. 

 

Dans certains autres pays, le DGP est autorisé sans limite, notamment dans le but d’éviter les anomalies génétiques liées à l'âge.

 

Vous souhaitez suivre une formation DPC médecin généraliste ? Chez Walter Santé, nous proposons une formation sur l'infertilité à destination des médecins généralistes.  

Téléchargez le programme de la formation Infertilité en PDF

Programme formation Infertilité

Programme formation Infertilité

+ de 900 téléchargements

Programme formation Infertilité

+ de 900 téléchargements

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Interroger le couple infertile en médecine générale

Walter Learning

Thomas Cornet

|

17 Octobre 2022

L’interrogatoire du couple infertile en médecine générale est fondamental pour déterminer les causes d’infertilité. Il est donc important d’y passer du temps et de mettre en confiance le couple infertile. Découvrez comment bien mener cette première consultation.

Lire l'article

SOPK et infertilité : rôle du médecin généraliste

Walter Learning

Thomas Cornet

|

17 Octobre 2022

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une pathologie courante et pourtant méconnue ayant un impact direct sur l’infertilité. Détecté assez tôt, il peut être soigné. C’est la raison pour laquelle le rôle médecin généraliste est primordial. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur le SOPK.  

Lire l'article

L'insuffisance ovarienne prématurée : définition, étiologie et prévention

Walter Learning

Thomas Cornet

|

13 Juin 2022

La baisse de la réserve ovarienne est un signe avant-coureur d’une insuffisance ovarienne prématurée. Diagnostiquer à temps l’arrivée d’une IOP peut permettre à vos patientes de porter un enfant, grâce notamment à l’autoconservation. Dans cet article, nous définissons l’insuffisance ovarienne précoce, ses causes, ses signes, et comment la prévenir.

Lire l'article

Comment analyser les résultats d'un spermogramme ?

Walter Learning

Thomas Cornet

|

17 Octobre 2022

Le spermogramme est un examen réalisé sur l’homme afin de déterminer l’origine de l’infertilité du couple. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur ce test à la fois intéressant et approximatif. Découvrez aussi toutes nos pour améliorer votre pratique.

Lire l'article