Quelle différence entre le scanner dentaire et le cone beam ?

blog

Santé

Chirurgien dentiste

Cone beam

Quelle différence entre le scanner dentaire et le cone beam ?

Avantages et inconvénients du scanner dentaire et du cone beam

|

6 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Cone beam ou scanner ? Les deux techniques de visualisations des tissus ont coexisté quelque temps. Toutefois le scanner dentaire est un outil d’imagerie qui tombe aujourd’hui en désuétude en raison de l’existence d’une technologie plus performante : le cone beam. Moins irradiant et plus précis que le scanner, le cone beam dentaire est plébiscité par les dentistes et chirurgiens-dentistes. Toute formation de dentiste devrait inclure un apprentissage du cone beam.

Programme formation Cone beam

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Qu'est-ce que le scanner ?

Le scanner ou fan beam est une technologie qui est dite “ancêtre de la 3D”. Il était utilisé en implantologie il y a très longtemps. Le scanner réalise une rotation autour du patient pour découper le volume en “tranches”. Une nouvelle dose d’irradiation est impulsée à chaque tranche.

Les avantages et inconvénients du scanner

Le grand avantage du scanner réside dans le fait que l’acquisition par coupes est rapide. Il n’existe donc pas d’artefact cinétique dû à un mouvement du patient.

 

Un autre point positif du scanner est qu’il permet la visualisation à la fois des tissus durs (dents et os) et des tissus mous. La “dureté” des rayons émis par le scanner permet d’obtenir une plus grande échelle de gris et donc un meilleur contraste entre parties molles et parties dures.

img test
Maîtrisez l'utilisation de l’imagerie Cone beam

Modalités d'utilisation, précautions, recommandations officielles, interprétation des résultats.

Découvrir la formation

Le scanner n’est à l’heure actuelle plus utilisé en dentisterie en raison de ses inconvénients :

  • Il permet l’obtention de voxels anisotropes : ils ne sont pas symétriques et ont une dimension plus grande que les autres. Ainsi lorsque l’on fait tourner les coupes du scanner on va obtenir des défauts. Voici une représentation des voxels anisotropes extraite de notre formation Cone beam :

 

  • La résolution spatiale du scanner dépend de l’orientation des coupes, ce qui peut faire perdre en information (précision et mesure).
  • Les vides entre les coupes sont comblés de façon arbitraire par l’informatique.
  • La dosimétrie est forte.
  • Il existe des artefacts métalliques.

Pour résumer

En raison de ces défauts structurels, le cone beam est aujourd’hui largement préféré au scanner dentaire.

La révolution du cone beam

Le cone beam ou tomographie volumique à faisceau conique (TVFC, ou en anglais scanner CBCT pour cone beam computed tomography) fonctionne par l’obtention de voxels isotropes : ce sont de petits cubes qui ont toujours la même stabilité de dimension et de précision :

 

Illustration extraite de la formation Cone Beam - Walter Santé

 

Les apports du cone beam sont tels que l’on peut considérer que cette technique a véritablement révolutionné l’imagerie 3D. Ni son concept, ni la réalisation ni enfin les résultats ne sont similaires au scanner. Le cone beam est devenu le gold standard de la dentisterie et la formation au cone beam est incontournable.

 

La principale différence avec le scanner, qui constitue un avantage décisif, est que le cone beam donne des images d’acquisition globale. En une seule irradiation, le faisceau réalise une seule acquisition, en enregistrant toute la profondeur du volume qu’on essaie d’étudier en une rotation ou une demi-rotation.

Les caractéristiques du cone beam

La caractéristique principale du cone beam est que la résolution spatiale ne dépend pas de l’orientation des coupes mais de la taille des voxels isotropes. Il n’y a pas de vide dans l’imagerie relevée par le cone beam.

 

Le cone beam donne une imagerie 2D et même 3D par reconstitution, ce qui est important pour les lésions compliquées à comprendre. Ainsi que les formations cone beam validantes l’enseignent, il s’agit de passer d’un plan à un autre pour obtenir le plus d’informations précises possibles.

 

Le cone beam permet de visualiser uniquement les tissus durs (dents, os). Toutefois, il donne accès aux détails des petites structures osseuses, qui sont difficiles à visualiser au scanner. D'autre part, le cone beam donne une image en un seul passage, il est moins irradiant que le scanner et sa faible dosimétrie rend possible des résultats diagnostiques sur des enfants et une utilisation en pédodontie.

img test
Formations Dentistes

Découvrez les formations Dentistes DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

En outre, comme explicité dans les formations Cone beam en ligne, il est possible d’avoir différents champs d’examen (4/4 ou 15/12 par exemple selon la structure que le soignant veut observer, cone beam maxillaire ou autre) :

  • en cas de petit champ, l’irradiation est moindre pour les autres parties du crâne. C’est d’autant plus important que la radiosensibilité des yeux par exemple est supérieure aux autres organes ; le grand champ n’est donc à faire qu’en cas de nécessité. Pour la même raison un cone beam est préférable à un scanner des sinus ;
  • le choix du champ permet une amélioration notable de la précision des images.

Les limites du cone beam

Un des seuls défauts du cone beam est qu’il ne permet pas de visualiser les tissus mous. En effet, la faible irradiation ne permet pas le contraste nécessaire à cette imagerie. Cependant, ce n’est pas un véritable problème car quand on soupçonne une tumeur sur tissus mous le patient est envoyé en IRM.

 

Une autre limite du cone beam concerne les artefacts cinétiques : une prise durant entre 12 et 20 secondes, il arrive régulièrement que le patient bouge lors de la prise de vue et perturbe l’imagerie. Examiner les images d’un cone beam suppose de savoir écarter ces artefacts cinétiques.

Téléchargez le programme de la formation Cone beam en PDF

Programme formation Cone beam

Programme formation Cone beam

+ de 1000 téléchargements

Programme formation Cone beam

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Avantages et inconvénients du scanner dentaire et du cone beam

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

2 Février 2024

Cone beam ou scanner ? Les deux techniques de visualisations des tissus ont coexisté quelque temps. Toutefois le scanner dentaire est un outil d’imagerie qui tombe aujourd’hui en désuétude en raison de l’existence d’une technologie plus performante : le cone beam. Moins irradiant et plus précis que le scanner, le cone beam dentaire est plébiscité par les dentistes et chirurgiens-dentistes. Toute formation de dentiste devrait inclure un apprentissage du cone beam.

Lire l'article

Les précautions pour réaliser un cone beam maxillaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

2 Février 2024

Le cone beam maxillaire permet d’observer l’anatomie de l’os maxillaire et des artères et veines qui l’entourent. Tout comme le , ces études permettent de pratiquer des actes chirurgicaux plus précis et plus sécures. Contrairement à une radio, le cone beam est un outil d’imagerie 3D qui rend possible des actes de chirurgie maxillaire très minutieux.

Lire l'article

Comment faire l'examen d'une imagerie cone beam ?

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

2 Février 2024

Examiner les images natives issues d’une imagerie cone beam suppose de vérifier s’il n’y a pas d’artefact métallique ou cinétique ou d’erreur de cadrage. Pour analyser les images issues d’un CBCT dentaire, il s’agit aussi de passer par diverses étapes qui permettent d’obtenir la meilleure image possible et de gagner du temps. Une , à destination des dentistes, est souvent indispensable pour maîtriser ces étapes.

Lire l'article

Les précautions pour réaliser un cone beam mandibulaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

2 Février 2024

Les examens de radiologie tels le cone beam revêtent une grande importance pour les interventions de chirurgie dentaire. est un examen courant, de même qu’un CBCT mandibulaire. Ils révèlent en effet avec précision les structures anatomiques sur lesquelles opérer, notamment celles qui sont des zones à risque vital. Une à destination des dentistes permet de maîtriser cet outil pour optimiser sa pratique chirurgicale.

Lire l'article