Les anticoagulants oraux directs : fiche IDE

blog

Santé

Infirmier

Anticoagulants

Anticoagulants oraux directs

Fiche infirmier des anticoagulants oraux directs

|

8 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Toutes les informations essentielles sur les anticoagulants oraux directs (fiche IDE) sont dans cet article ! Retrouvez les caractéristiques des AOD et des AVK (d’après la HAS), la définition de ces traitements, les posologies et les indications, mais aussi les critères de choix entre un AVK et un AOD (ex-NACO).
Et si vous avez besoin d’améliorer le suivi de vos patients qui ont une maladie cardiovasculaire, nous vous proposons des cours infirmiers anticoagulants, avec une formation financée par le DPC ou le FIF PL.

Sommaire

  • Caractéristiques des anticoagulants oraux
  • Définition : qu'est-ce que les anticoagulants oraux direct (AOD) ?
  • Médicaments
  • Indications
  • Le choix de l'anticoagulant oral
  • Sources
  • Téléchargez votre tableau des AOD en PDF

Tableau des AOD

+ de 1000 téléchargements

Partager sur :

Caractéristiques des anticoagulants oraux

Il existe deux types d’anticoagulants oraux : les anticoagulants oraux directs (AOD) (anciennement nommés NACO, Nouveaux Anticoagulants Oraux) et les antivitamines K (AVK)

Caractéristiques des anticoagulants oraux directs (AOD)

Les caractéristiques des anticoagulants oraux directs (AOD) sont les suivantes.

  • Ils sont divisés en deux classes : les inhibiteurs du facteur Xa (Rivaroxaban, Apixaban, Edoxaban (non commercialisé)) ; et les inhibiteurs directs de la thrombine (anti-IIa), comme le Dabigatran.
  • Ce sont des médicaments plus récents que les AVK. Ils ont une efficacité reconnue et une action rapide.
  • Les interactions médicamenteuses sont moins nombreuses que pour les AVK.
  • Les tests d’hémostase courants ne permettent pas de mesurer le degré d’anticoagulation sous AOD (abense de suivi du degré d’anticoagulation).
  • Les AOD doivent être administrés à dose fixe.
  • Les modalités de prescription sont différentes selon l’AOD.
  • L’agent de neutralisation de l’effet anticoagulant est l’idarucizumab (spécifique au Dabigatran). Les inhibiteurs directs du facteur Xa n’ont pas d’agent de neutralisation.
  • Les AOD ont une demi-vie de 8 à 15h (Apixaban), 12 à 14h (Dabigatran), 8 à 10h (Edoxaban).
  • Les AOD et les AVK exposent le patient à un risque hémorragique, potentiellement grave, lié à l’anticoagulation.

Vous pouvez également consulter notre tableau des anticoagulants oraux.

img test
Accompagnez les patients sous anticoagulants

Appareil cardiovasculaire, méthodes de fluidification du sang, rôle de l'infirmier et complications possibles.

Découvrir la formation

Caractéristiques des antivitamines K (AVK)

Les caractéristiques des antivitamines K (AVK) d’après la HAS (Haute Autorité de Santé) sont les suivantes :

  • Ces médicaments sont divisés en deux classes : les dérivés coumariniques (Warfarine) et les dérivés de l’indanedione (Fluindione).
  • Leur efficacité est démontrée et ils sont utilisés depuis longtemps.
  • Les interactions médicamenteuses et alimentaires (vitamine K) sont nombreuses.
  • Il est possible de mesurer le degré d’anticoagulation avec le dosage de l’INR (International Normalized Ratio).
  • La dose d’AVK doit être ajustée en fonction de l’INR cible.
  • Les modalités de prescription sont communes aux AVK (selon INR cible).
  • Les agents d’antagonisation de l’effet anticoagulant sont la vitamine K et les concentrés de complexes prothrombiniques (CCP).
  • Les AVK ont une demi-vie de 8h (Acénocoumarol), 31h (Fluindione) et entre 35 et 45h (Warfarine).

Que ce soit avec les AVK ou les AOD, il n’est pas possible de disposer du délai à partir duquel les patients sont anticoagulés. Il ne faut pas négliger les interactions alimentaires et médicamenteuses qui induisent une variabilité de l’anticoagulation.

Définition : qu'est-ce que les anticoagulants oraux direct (AOD) ?

Les anticoagulants oraux directs sont utilisés pour prévenir et de traiter les événements thromboemboliques. Ces médicaments activent un seul et unique facteur de coagulation. Ils ont un délai d'action de 2 à 3 heures.

 

Les AOD sont divisés en deux groupes de médicaments :

 

  • les inhibiteurs directs du facteur Xa : l’Apixaban (Eliquis), le Rivaroxaban (Xarelto) et l’Edoxaban (Lixiana, non-commercialisé).
  • l’inhibiteur direct de la thrombine anti-IIa : le Dabigatran (Pradaxa).

Ces médicaments ont été comparés à la Warfarine (AVK) et ils ont obtenu un avis positif pour leur remboursement. N’hésitez pas à consulter notre fiche IDE des anticoagulants. Contrairement aux héparines, les molécules des AOD sont actives par voie orale. Elles inhibent directement et ciblent spécifiquement un facteur de la coagulation (facteur Xa ou la thrombine).

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations continues Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé.

Découvrir les formations

Médicaments

Les AOD sont des médicaments à posologie fixe (en prenant en compte les profils pharmacodynamiques et pharmacocinétiques, la demi-vie du médicament, l’élimination rénale, la biodisponibilité, etc.).

 

Actuellement, les AOD comportent 3 molécules commercialisées en France :

 

  • Apixaban (Eliquis®): inhibiteur oral puissant, réversible, direct et hautement sélectif du site actif du facteur Xa (facteur Stuart). Cet AOD ne nécessite pas d'antithrombone III pour exercer son activité antithrombotique. Il inhibe le facteur Xa libre. Ce médicament à une élimination rénale de 22%.
  • Rivaroxaban (Xarelto®) : inhibiteur direct et réversibles du Xa. Son élimination rénale est de l'ordre de 33%.
  • Dabigatran (Pradaxa®) : inhibiteur spécifique et réversible du facteur IIa (thrombine). En cas de fonction rénale altérée, ce médicament n’est pas recommandé

 

Ces médicaments diffèrent des anticoagulants traditionnels (antagonistes de la vitamine K et héparines de bas poids moléculaire) par leur mode d'action et modalités d'utilisation. Ils ne nécessitent pas de surveillance biologique de l'activité anticoagulants (INR).

 

Le patient doit être informé par l’infirmier et/ou le médecin de l’importance de l’observance. Il est conseillé d’avoir un horaire précis de prise du traitement. Le patient doit avoir une carte qui mentionne son traitement anticoagulant ainsi qu'une fiche de suivi. Consultez aussi notre fiche IDE des antithrombotiques.

Indications

Quelles sont les indications de prescriptions d'anticoagulants oraux directs à un patient ? On retrouve deux principales indications des AOD :

 

  • une indication curative : thromboses veineuses profondes, ambolies pulmonaires, prévention des récidives, alternative aux hépariniques et AVK ;
  • une indicaiton préventive des évenements thromboemboliques.

 

Il est nécessaire d'être vigilant à la posologie car il existe une grande variabilité de la réponses des individus aux AOD.

 

L'adaptation des posologies est nécessaire chez : 

 

  • les patients agés de plus de 80 ans pour tous les AOD ;
  • les patients de plus de 75 ans ayant une fonction rénale entre 30 et 50 mL/min de clairance de la créatinine
  • les patients souffrant d'insuffisance rénale sévère inferieur à 30 mL/min (formlule de Cockroft). Dans ce cas, tous les AOD sont contre indiqués ;
  • les patients avec un faible poids corporel (<50 kg)

Important

Rappelons que les AOD ne doivent pas être utilisés pour les femmes enceintes ou allaitantes (ils peuvent être remplacés par les héparines pour la femme enceinte et par les héparines ou les AVK des dérivés coumariniques chez la femme allaitante).

En tant qu'infirmier, vous devrez expliquer au patient l’importance de l’observance (à chaque visite), le fonctionnement, l’action du médicament, et les possibles interactions (médicamenteuses et alimentaires). Il doit aussi surveiller la survenue d’effets indésirables et vérifier les contre-indications absolues.

Le choix de l'anticoagulant oral

Comme pour les AVK, les AOD peuvent être prescrits en traitement de première intention.

 

Le choix entre AVK ou AOD doit être fait en fonction de plusieurs critères :

 

  • le risque hémorragique ;
  • l’âge et le poids ;
  • la fonction rénale ;
  • l’observance ;
  • la capacité du patient de suivre le degré d’anticoagulation (AVK) ;
  • la préférence du patient après avoir été informé.

 

Lorsque le patient est âgé, avec un poids léger et une insuffisance rénale, il est préférable de choisir un AVK afin de suivre le degré d’anticoagulation. Si vous êtes à la recherche d’un cours infirmier Anticoagulants, découvrez notre formation Anticoagulants !

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Sources

Les anticoagulants oraux - Haute Autorité de Santé

img test
Formations Santé

Découvrez nos formations DPC à destination des professionnels de santé.

Découvrir les formations

Téléchargez votre tableau des AOD en PDF

Programme formation Anticoagulants

Programme formation Anticoagulants

+ de 1000 téléchargements

Tableau des AOD

Tableau des AOD

+ de 1000 téléchargements

Tableau des AOD

+ de 1000 téléchargements

Maîtrisez-vous le suivi des patients sous anticoagulants ?

Au cours d'un traitement anticoagulant, quelle est la complication la plus redoutée ?

A

L'embolie pulmonaire

B

La thrombose veineuse

C

L'accident hémorragique

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

Étapes et rôle de l'hémostase primaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

La coagulation sanguine peut être divisée en deux parties : l’hémostase primaire et l’hémostase secondaire. L’hémostase primaire est elle-même composée de deux phases : le spasme vasculaire et le clou plaquettaire. De l’hémostase primaire à la fibrinolyse, en passant par l’hémostase secondaire, chaque étape de la coagulation du sang est nécessaire afin d’éviter l’accident hémorragique ou thrombotique.
Approfondissez vos connaissances de l’appareil cardiovasculaire, de la surveillance infirmière et des anticoagulants avec la formation infirmière à distance de Walter Santé.

Lire l'article

Mode d'action et surveillance des anti-vitamines K

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

31 Juillet 2023

Si la coagulation sanguine est un processus naturel qui consiste à protéger le corps de diverses situations après des blessures, elle devient dangereuse lorsque la circulation sanguine ne s’établit pas correctement. Pour prévenir les risques de coagulation, l’intervention de certains anticoagulants est nécessaire :

  • ​​les anti-vitamines K (AVK), qui bloquent la fabrication des facteurs de coagulation ;
  • les anticoagulants oraux directs, qui eux, paralysent l’activation des facteurs de coagulation ;
  • l’héparine ( et HNF), qui permettent de dissoudre les caillots sanguins.

Retrouvez ici la fiche IDE constituée des informations concernant les anti-vitamines K. Quelles sont les indications pour l’administration d’anti-vitamines K ? Quelle est la posologie du traitement ? Quels sont les médicaments utilisés lors d’un traitement par AVK ? Quels facteurs peuvent entrer en interaction avec les médicaments anti-vitamines K ? 

Cet article vous propose certains éléments de réponse, à compléter avec une pour améliorer la prise en charge de vos patients au quotidien.

Lire l'article

Étapes et rôle de l'hémostase secondaire

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

L’hémostase est un processus physiologique qui se divise en trois étapes : l’hémostase primaire, l’hémostase secondaire et la fibrinolyse. L’hémostase secondaire correspond à la coagulation proprement dite, qui renforce le travail réalisé par l’hémostase primaire et qui permet la formation du caillot sanguin.
Dans cet article, découvrez le déroulement de l’hémostase secondaire, avec ses facteurs de coagulation et ses inhibiteurs, et approfondissez le sujet avec notre formation infirmier Anticoagulants ! Cette formation pour infirmière peut être financée par le DPC et le FIF PL.

Lire l'article

L'interprétation du bilan d'hémostase

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

17 Juillet 2023

Afin d’analyser et de repérer les troubles de l’hémostase, le bilan sanguin peut comporter différents tests, avec des valeurs biologiques spécifiques. Dans cet article, retrouvez les informations essentielles sur le bilan d’hémostase et son interprétation pour les infirmiers et les infirmières.
Si vous recherchez une formation professionnelle infirmier pour améliorer vos connaissances sur le sujet, découvrez .

Lire l'article