blog

Santé

Infirmier

PRADO

Le rôle de l'infirmier dans le PRADO BPCO

Le rôle de surveillance et d'éducation de l'infirmier dans le PRADO BPCO

Alphonse Doutriaux

Co-fondateur de Walter

|

L’infirmier(ère) a un rôle fondamental dans le PRADO BPCO. Il a pour mission la surveillance clinique et l’éducation du/de la patient(e). Par ailleurs, il peut avoir une incidence dans le sevrage au tabac. Retour dans cet article sur l’impact de l’infirmier(ère) auprès d’un(e) patient(e) atteint de bronchite chronique. 

img test
Maîtrisez la surveillance PRADO BPCO

Notre formation complète sur la prise en charge infirmière d’une BPCO dans le cadre du PRADO : découverte et maîtrise de l’outil.

Découvrir la formation

La surveillance clinique

L’infirmier(ère) doit suivre le carnet avec les items de surveillance PRADO : 

 

  • la respiration ;
  • la toux ;
  • la prise des constantes avec la tension artérielle ; 
  • la surveillance du poids car l'obésité, dans le cas d’une BPCO, va jouer sur l’appareil respiratoire ; 
  • la fréquence cardiaque ; 
  • les signes d’alerte : la majoration de la dyspnée ou de la toux, l’expectoration, la fièvre, la cyanose (signe d’insuffisance respiratoire majeur).   

Important

Dans le cadre de la surveillance infirmier(ère) BPCO, il faut avoir une bonne connaissance des techniques d’inhalation. La fréquence respiratoire est fondamentale dans la surveillance clinique de la BPCO. Il faut aussi être attentif aux signes de décompensation.

L’infirmier(ère) liberal(e) va effectuer des mises à jour du carnet de suivi du PRADO BPCO et va réaliser ce suivi une fois par semaine, chaque semaine. Une fois tous les deux mois, il y aura le bilan éducatif qui permet de voir et continuer jusqu'au sixième mois, en fonction du stade d’atteinte du/de la patient(e) BPCO. 

 

Pour gérer les signes d’alerte, l’infirmier(ère) doit contacter les personnes suivantes

 

  • en premier, le médecin traitant ; 
  • en deuxième, le SAMU. 

Il faut aussi s’assurer de la vaccination antigrippale et antipneumococcique du/de la patient(e). De même, l’infirmier(ère) doit être rigoureux(euse) dans le cadre de la périodicité des visites à domicile effectuées : 

 

  • 1 par semaine pendant 2 mois avec une première visite dans les 7 jours suivant la sortie ; 
  • puis, 2 visites par mois jusqu’au sixième mois si le/la patient(e) atteint de bronchite chronique est en stade II à IV à l’issue des 2 mois. 

L'éducation du patient

L’infirmier(ère) doit travailler sur l'éducation du/de la patient(e) à différent niveau. Pour cela, il s'appuie sur les nombreuses notes informatives sur la BPCO figurant dans le carnet du/de la patient(e). En particulier, on y retrouve des indications sur les signes avant-gardistes d'exacerbation. Ces indications permettent au/à la patient(e) d'auto-analyser ses symptômes, pour que l'infirmier(ère) puisse ensuite être plus facilement alerté(e) en fonction de ce qu’il/elle a détecté au niveau des signes de surveillance et d'alerte.

 

Il faut donc l’informer sur les éléments suivants : 

 

  • la connaissance de ses traitements : c’est très important dans le cadre de la prise en charge infirmier(ère) BPCO ; 
  • la surveillance PRADO de la survenue d’essais cliniques ; 
  • la surveillance des techniques d’utilisation de ses traitements ; 
  • son hygiène de vie.

Rappel

Il est important que le/la patient(e) s’informe sur sa maladie et les soins infirmiers BPCO, ainsi que sur l’origine possible de sa pathologie comme le tabac ou le travail avec des produits toxiques. 

L'infirmier(ère) doit lui expliquer ce que sont les épisodes d’aggravation majeure (complications), comme la décompensation respiratoire ou l'exacerbation. Il est intéressant que le/la patient(e) comprenne les conséquences d’un comportement inadapté. 

 

Il faut aussi lui expliquer les signes d'alerte et les gestes d’urgence. En tant qu'infirmier(ère), vous devez lui parler des différents symptômes qui se trouvent dans le carnet de suivi : 

 

  • la fièvre ; 
  • la toux grasse ou crachat ; 
  • somnolence ou agitation inhabituelle ;
  • desorientation spatio-temporel ; 
  • rythme cardiaque élevé au repos ; 
  • difficulté à dormir, parler ou manger ; 
  • coloration bleutee sous les ongles ; 
  • crachats sanglants ;
  • evacuation efficace ; 
  • essoufflés lors d’effort minime ; 
  • douleurs thoraciques ; 
  • respiration rapide au repos ;
  • fatigue inhabituelle ; 
  • gonflement des chevilles, des pieds…

Éduquer le/la patient(e) à ces symptômes lui permet de pouvoir s’en référer après le départ de l’infirmier(ère) et savoir quoi faire. Il faut aussi travailler sur les signes d'exacerbation. 

 

Enfin, l’infirmier(ère) va l’encourager à avoir une activité physique, à bien s'alimenter et s’hydrater pour éviter de prendre du poids, facteur d'aggravation de la BPCO.

Bon à savoir

Pour en savoir plus sur des notions telles que le fonctionnement du PRADO, les acteurs du PRADO BPCO ou encore le PRADO cardio, nous vous invitons à lire nos articles sur le sujet. 

img test
Formations Infirmiers

Découvrez les formations Infirmiers DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

L'aide à l'arrêt du tabac

Il y a quelques années les IDE avaient demandé de pouvoir prescrire des antalgiques mineurs, mais cela leur avait été refusé. En compensation, les instances décisionnaires avaient rendu possible la prescription de la pilule et de produits pour arrêter et favoriser l'arrêt du tabac

 

Cependant, les IDE ont rapidement pointé du doigt une incohérence et les risques que cela pouvait engendrer. En effet, les conséquences de la prescription d’un antalgique mineur à un(e) patient(e) sont moins lourdes que celles de la prescription de la pilule ou de produits de sevrage tabagique. Ces derniers présentent des risques de surdosage, d'allergie ou encore d’inadaptation. 

 

Les IDE ont donc fait comprendre à ces mêmes autorités la nécessité de formations adaptées pour pouvoir prescrire ces médicaments, la transmission d’informations sur les risques encourus, ainsi que la possibilité de se référer à un médecin traitant ou un tabacologue. Il est important que l’infirmier(ère) ne se sente pas isolé(e). 

Rappel

La définition de la BPCO est la suivante : c’est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation et une obstruction permanente et progressive des bronches. Sa principale cause est le tabagisme.

Envie de suivre une formation infirmière en ligne ? Chez Walter Santé, nous proposons une formation PRADO BPCO, 100% financée DPC. 

img test
Appelez-nous

Vous êtes intéressé(e) par nos formations ? Échangez en direct avec l'un de nos conseillers du lundi au vendredi, 9h30-19h.

☎︎ | 01 76 49 09 99

Sur le même thème

Comment suivre une formation au PRADO ?

Alphonse Doutriaux

|

5 Decembre 2022

Le PRADO (Programme de retour à domicile) est un service initié en 2010 par l’Assurance Maladie dans le cadre d’un retour à domicile après hospitalisation. La coordination se fait par des infirmiers libéraux. Pour intervenir, ces derniers doivent suivre une formation PRADO. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la formation PRADO infirmier. 

Lire l'article

Le rôle de surveillance et de coordination de l'infirmier dans le PRADO cardio

Alphonse Doutriaux

|

5 Decembre 2022

L’infirmier(ère) joue un rôle essentiel dans le cadre du PRADO cardio. En effet, il est capable de prévenir d’un épisode décompensatoire, mais aussi de le prendre en charge et de faire la surveillance régulière du/de la patient(e) après son retour de l'hôpital. Nous revenons dans cet article sur le rôle de l'infirmier(ère) dans le PRADO cardio. 

Lire l'article

Quelle est la cotation du PRADO cardio et BPCO ?

Alphonse Doutriaux

|

5 Decembre 2022

La cotation IDEL permet à un infirmier(ère) d’être rémunéré(e) à juste titre. Pour cela, on se base sur l'arrêté du 27 juin 2017. Le respect de la cotation est important afin d’obtenir une rémunération à sa juste valeur et ne pas être en difficultés en cas de contrôles. Zoom sur la cotation du PRADO BPCO et cardio. 

Lire l'article

Nos formations sur le PRADO cardio et BPCO

Alphonse Doutriaux

|

5 Decembre 2022

En lien avec les objectifs de santé publique, chaque PRADO bénéficie d’abord d’une étude de terrain, puis d’une phase d’expérimentation, avant d’être généralisé sur tout le territoire. Le PRADO réunit les professionnels de santé autour des patients de retour à domicile après une hospitalisation. Les causes peuvent être aussi variées qu’un accouchement ou une décompensation cardiaque. Découvrez les formations sur le protocole de retour à domicile avec Walter Santé.

Lire l'article