Asomatognosie du patient AVC et rééducation kiné

blog

Santé

Kinésithérapeute

AVC

Asomatognosie

Asomatognosie et rééducation kiné du patient AVC

|

7 min

|

Par Alphonse Doutriaux

Un(e) patient(e) ayant été victime d'un AVC présente souvent des séquelles. Parmi elles, l’asomatognosie est courante et souvent handicapante. Elle se traduit de différentes manières mais, dans tous les cas, entraîne des troubles de la conscience du corps du(de la) patient(e). Quels sont ces troubles ? Est-il possible de redonner aux patients post-AVC la conscience de l’intégralité de leur corps avec une rééducation kinésithérapique ? On vous répond. 

Sommaire

  • Définition de l'asomatognosie
  • L'hémiasomatognosie
  • L'anosognosie
  • L'anosodiaphorie
  • Les agnosies sensorielles
  • Les difficultés en période de rééducation
  • Téléchargez le programme de la formation AVC en PDF

Programme formation Prise en charge de l'AVC

+ de 900 téléchargements

Partager sur :

Définition de l'asomatognosie

L’asomatognosie correspond à l’atteinte globale et segmentaire de l’image du corps. Autrement dit, il s’agit d’une perte de conscience d’une partie plus ou moins conséquente d’un hémicorps. En fait, le(la) patient(e) ne le reconnaît plus comme sien. 

 

Même s’il conserve la conscience de son corps constitué de deux moitiés, et qu’il identifie normalement bien la droite et la gauche, il ne sait plus désigner sur lui-même certaines parties.

 

Le(La) patient(e) agnosique a la sensation que plusieurs parties de son corps ne lui appartiennent pas. Il existe deux formes d’asomatognosie, identifiées lors du bilan du kinésithérapeute

 

  • l’autotopoagnosie : elle se traduit par l’incapacité à reconnaître les diverses parties du corps ; 
  • l’agnosie digitale : elle concerne uniquement les doigts (absence de reconnaissance des doigts). 

L'hémiasomatognosie

Le(La) patient(e) peut aussi présenter des asomatognosies, telles que l'hémiasomatognosie. C’est un du segment d'un membre trouble de la conscience de l'hémicorps controlatéral à la lésion hémisphérique. Concrètement, le(la) patient(e) a la sensation de ne plus avoir une partie de son corps. 

Bon à savoir

Pour identifier si un(e) patient(e) est atteint(e), il suffit d’effectuer un test simple. Ce dernier est notamment utile pour détecter les formes les plus graves. Il consiste à demander au(à la) patient(e) de toucher une partie de son corps qu'il(elle) ne sent pas. 

Dans les cas les plus légers, on le remarque à l'observation, lorsque le(la) patient(e) semble ne plus faire attention à une partie de son corps, comme son bras, sa main, ou encore sa jambe, on considère qu’il(elle) est atteint(e) d’hémiasomatognosie.

img test
Maîtrisez la prise en charge de l'AVC

L’AVC en kinésithérapie : examen clinique, outils de mesure, principales techniques de rééducation en fonction du type d’AVC, approche pluridisciplinaire.

Découvrir la formation

L'anosognosie

Par définition l’anosognosie est un trouble neurologique qui se traduit par l’incapacité chez le(la) patient(e) atteint(e) d’une maladie ou d’un handicap d’en avoir conscience.

 

Attention, ce trouble de la reconnaissance de soi est à différencier du déni de la maladie. En effet, ce dernier s’apparente davantage à un processus de défense d’ordre psychologique, tandis que l’anosognosie apparaît après une lésion cérébrale. Par exemple, ce trouble est courant chez les patients atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’autres maladies du cerveau. Cela apparaît relativement souvent après un AVC. Pour preuve, l'anosognosie est un trouble neurologique qui touche 20 à 40% des cas d’AVC

L'anosodiaphorie

L’anosodiaphorie est une pathologie d’ordre psychiatrique lors de laquelle le(la) patient(e) n’a pas conscience qu'il(elle) est malade. En effet, le(la) patient(e) n’a aucune réaction affective aux déficits liés à sa maladie. À noter que l’anosodiaphorie est un degré inférieur à l’anosognosie post AVC. C’est aussi un trouble plus rare que l’anosodiaphorie

 

On associe souvent l’anosodiaphorie à l’indifférence à la paralysie. Il s’agit d’une agnosie somatosensorielle ou d’un signe de syndrome de négligence. Celle-ci pourrait être spécifiquement assimilée à un fonctionnement défectueux du lobe frontal de l'hémisphère droit.

Les agnosies sensorielles

Les agnosies sensorielles se traduisent par une incapacité à identifier un objet offert à la perception, sans pour autant présenter un réel déficit sensoriel (agnosie visuelle, auditive...). Ces troubles ne concernent souvent qu’un seul sens. Les formes les plus courantes sont les agnosies visuelles, auditives et tactiles. 

 

Concernant l’agnosie visuelle, celle-ci existe lorsqu’une personne n’est pas capable de reconnaître par la vue certains objets, formes ou encore signes familiers. Attention, encore une fois, il ne faut pas confondre l’agnosie visuelle avec un réel trouble de la vision, qui se traduit par une diminution de l’acuité visuelle.

Ce trouble peut être apparenté à un problème au niveau de l’interprétation des informations à propos de l’espace, des formes, des visages, ou encore des couleurs. Il existe différentes formes d’agnosie visuelle

 

  • l’agnosie des objets : celle-ci doit être apparentée à un agnosie associative traduisant une incapacité à nommer des objets pourtant présents dans le champs visuel de la personne, ou à un agnosie aperceptive, avec l’impossibilité de nommer ou dessiner des objets aussi présents dans le champ visuel ; 
  • la prosopagnosie : la personne n’est pas capable de reconnaître des visages connus et proches d’elle. Elle est aussi incapable de reconnaitre son propre visage. ; 
  • l’agnosie des couleurs : celle-ci se traduit par l’impossibilité à identifier et nommer les différentes couleurs.
img test
Formations Kinés

Découvrez les formations Kinés DPC & FIF PL en ligne de Walter Santé, conçues par des experts et réalisées par des professionnels.

Découvrir les formations

Il existe aussi l’agnosie auditive, qui elle se traduit par l’incapacité à reconnaître des sons connus. Selon le(a) patient(e), on peut différencier : 

 

  • la surdité corticale : celle-ci se traduit par une impossibilité à reconnaître les sons connus, les bruits familiers ou encore la musique ; 
  • la surdité verbale : cela se traduit par l’incapacité à comprendre un langage parlé et ce, même s’il s’agit de son propre langage maternel ; 
  • l’amusie : cela correspond à l’impossibilité à reconnaître des mélodies, des rythmes ou encore des timbres de voix pourtant familiers.

Enfin, il y a l’agnosie tactile, qui correspond au sens du toucher. Aussi appelée astéréognosie , l’agnosie tactile se traduit par une personne n’étant pas capable de reconnaître un objet par simple palpation. Ce trouble peut concerner la matière, le poids, le volume ou encore la forme des objets. 

Les difficultés en période de rééducation

Après le bilan du kinésithérapeute, interviennent les exercices de rééducation après un AVC. Les patients atteints d'hémiasomatognosies et d'héminégligences présentent souvent des difficultés lors de cette récupération post AVC. En effet, comme ils n'ont pas conscience de certaines parties de leur corps, ils sont beaucoup plus susceptibles d'avoir des accidents dans la vie quotidienne, comme se brûler ou se cogner… Tout l’enjeu de la rééducation est donc de leur faire prendre conscience de leur corps dans son intégralité. C’est un processus lent et difficile. 

Envie de suivre une formation de kinésithérapeute ? Chez Walter Santé, nous proposons une formation à la rééducation post AVC. Lors de cette formation professionnelle kinésithérapeute, vous apprendrez, notamment, tout sur l’équilibre de vos patients, ou encore le nine hole peg test

Testez vos connaissances sur la rééducation kiné post AVC

On parle d'AIT (Accident Ischémique Transitoire), quand l'occlusion ou la sténose dure moins de :

A

12 heures

B

24 heures

C

1 heure

Téléchargez le programme de la formation AVC en PDF

Programme formation Prise en charge de l'AVC

Programme formation Prise en charge de l'AVC

+ de 900 téléchargements

Programme formation Prise en charge de l'AVC

+ de 900 téléchargements

Testez vos connaissances sur la rééducation kiné post AVC

On parle d'AIT (Accident Ischémique Transitoire), quand l'occlusion ou la sténose dure moins de :

A

12 heures

B

24 heures

C

1 heure

Partager sur :

Commentaires

Publier un commentaire

Un doute, une question, nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Sur le même thème

La mesure d'indépendance fonctionnelle (MIF) du patient AVC

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

13 Mars 2023

La Mesure de l’indépendance fonctionnelle (MIF) permet de connaître le degré d'indépendance d’un(e) patient(e) ayant subi un AVC. Lors de ce test, plusieurs sont évalués. Lesquels ? Peut-on administrer ce type de test sans certification ? Faut-il suivre une formation kiné ? On vous dit tout ce que vous devez savoir sur la mesure d'indépendance fonctionnelle dans le cadre d’une rééducation après un AVC

Lire l'article

L'AVC ischémique : définition, étiologie et facteurs de risque

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

29 Août 2022

L’accident vasculaire cérébral (AVC), aussi appelé infarctus cérébral, représente la troisième cause de mortalité après les cancers et les infarctus. L’AVC ischémique représente 80% des accidents vasculaires cérébraux. Mais qu’est-ce qu’un AVC ischémique ? Quels sont les signes d’alerte et les traitements envisageables ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur ce type d’AVC. 

Lire l'article

Nine hole peg test : outil d'évaluation efficace en kinésithérapie

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

13 Mars 2023

Le NHPT a pour mission de calculer l'habileté du(de la) patient(e) ayant subi un AVC, au niveau de ses doigts. Mais de quoi se compose ce test dans le cadre d’une rééducation après un AVC? Comment est-il appliqué ? Quelle est sa durée ? On vous explique tout ce que vous devez savoir (et ce que vous apprenez en suivant une formation kinésithérapeute) sur le Nine Hole Peg Test lors d’un bilan du kinésithérapeute

Lire l'article

Tests de motricité volontaire et involontaire du patient en kinésithérapie

Walter Learning

Alphonse Doutriaux

|

13 Mars 2023


Après un AVC, il est indispensable de tester la motricité volontaire et involontaire du(de la) patient(e) dans le cadre d’un bilan kiné. Mais concrètement, à quoi correspond la motricité volontaire et involontaire ? Quels outils doivent apprendre à manier, lors d’une formation de kinésithérapie, les kinés ? On vous donne la définition de la motricité volontaire et involontaire, et on explique comment évaluer les deux types de motricité pour en vue de la rééducation cognitive après AVC.  

Lire l'article